Ces jours qui disparaissent

Une bd, une chronique, une interview

Ne plus vivre qu’un jour sur deux… Mais savoir que son double a vécu l’autre journée à notre place… Ce cauchemar, c’est celui que vit Lubin, un jeune saltimbanque qui se voit peu à peu disparaître…

 

Pour qu’un scénario  » fantastique  » soit plausible de bout en bout, il faut qu’il soit construit en usant d’une logique personnelle sans faille. Il faut que l‘histoire racontée, pour improbable ou folle qu’elle soit, ne souffre aucune distorsion, ne provoque aucune interrogation sans réponse sensée.

C’est ce que réussit Timothé Le Boucher dans cet album étonnant, un album qui réussit à créer un univers, à la fois humain et environnemental qui est le nôtre, mais dans lequel une faille s’ouvre et révèle des matérialités qui ne peuvent qu’être déshumanisantes.

Le héros de ce livre est double, véritablement double. Artiste un jour sur deux, parfait fonctionnaire l’autre jour, Lubin se voit comme dans un miroir déformant de jour en jour d’abord, puis de semaine en semaine, de mois en mois…

Une part de lui ne rêve que de liberté et d’envolées magnifiques, l’autre de gain, de travail, de respect. Et c’est ce second Lubin qui, lentement, prend de plus en plus de place, temporellement bien sûr, mais aussi humainement… Car quel est le vrai Lubin ?…. Celui que l’auteur a choisi de mettre au centre de son récit, le rêveur qui, de plus en plus, se voit obligé de céder la place au pragmatique ? Ou l’autre, ce personnage bien ancré dans les obligations de la société et fier de l’être ?

C’est  un livre sur la dualité… Pour que la narration fonctionne de part en part, il fallait aussi que l’auteur ne soit pas que scénariste, mais qu’il parvienne, par ses dialogues, à donner vie réellement à deux héros tellement dissemblables l’un de l’autre, sauf physiquement. A ces deux héros, mais également à tous les autres personnages de ce livre presque choral, des personnages qui tous, grâce aux mots qui sont les leurs, ont une vraie existence.

 

La bande dessinée est un monde dans lequel on peut passer, d’une lecture à l’autre, d’un moment de délassement pur à un autre moment de réflexion réelle.

Avec  » Ces jours qui disparaissent « , ce sont nos propres hantises que nous interrogeons, avec l’aide du dessinateur. Faut-il, pour vivre vraiment, abandonner une part de soi ?…. Sommes-nous tous, à l’instar de Rimbaud, des  » Je est un autre  » ?… Ne sommes-nous pas plutôt proches de ce que disait Henri Michaux :  » je parle à qui je fus et qui je fus me parle  » ?…

Entre réalité et virtualité, entre réalisme et onirisme, voilà les trajets qu’empruntent les deux Lubin, au fil du récit. Des trajets qui dévoilent à tout un chacun, en fait, ces dualités qui construisent ce  qu’est le monde, depuis toujours. La dualité est une nécessité, et ce largement avant que Freud ne cherche à la définir.

Cet album pourrait, dès lors, être ardu, et, en s’inscrivant dans le quotidien qui, finalement, est nôtre, être difficile d’accès. Il n’en est rien, par la magie d’un fantastique maîtrisé, une espèce de SF créant un monde dans lequel la virtualité occupe une place prépondérante, une sf, donc, ressemblant presque à une anticipation de ce que nous commençons à connaître aujourd’hui.

Timothé Le Boucher: réalité et virtualité
Timothé Le Boucher: dualité

 

Le dessin de Timothé Le Boucher a fait le choix, dans ce livre, de la simplicité. Et, ce faisant, de l’efficacité narrative.

L’auteur, sans aucun doute, a été nourri à la fois par des gens comme Moebius et la bande dessinée  » manga « . Mais au contraire des Japonais, ses traits ne cherchent à aucun moment la démesure, et au contraire de Moebius ou Caza, son graphisme ne s’encombre jamais d’un symbolisme trop spectaculaire.

Ce dessin, c’est aussi, en accompagnement du scénario, ce qui fait la richesse de ce livre. Un dessin qui se refuse à tout manichéisme, également, à toute obéissance à des canons graphiques qui tendent à uniformiser la représentation humaine en reniant les différences physiques qui font toute la richesse de l’humanité. Femmes rondes, hommes qui n’ont rien de Don Juan, les personnages que nous présente l’auteur sont des personnages qu’on croise réellement au coin de toutes les  rues de nos errances.

Timothé Le Boucher: les personnages

 

Un excellent livre que celui-ci, qui nous ouvre l’esprit à des réflexions, à des questions, à des mémoires aussi… N’avons-nous pas tous, à un degré plus ou moins grand, trahi l’enfant que nous avons été ?

Mais toutes ces portes ouvertes le sont avec talent, au long d’un roman graphique qui reste passionnant de la première à l’ultime page.

 

Jacques Schraûwen

Ces jours qui disparaissent (auteur : Timothé Le Boucher – éditeur : Glénat)

Laisser un commentaire