L’éveil

Un livre indéfinissable et envoûtant

Vincent Zabus et Thomas Campi aiment promener leurs imaginaires de l’autre côté des miroirs de l’habitude. Et c’est qu’ils font encore, avec douceur, tendresse et talent, dans ce livre incomparable !

L’Eveil © Delcourt

2016, Bruxelles… Arthur est un personnage falot, un hypocondriaque sans avenir et sans ambition. Sans beaucoup de présent, non plus. Il passe son temps à avoir peur, d’une façon maladive, d’être malade. En visitant Jacqueline, une femme qui vit ses derniers jours dans un hôpital aseptisé. En parlant avec lui-même, enfant. En regardant Vertigo en vidéo, jusqu’à le connaître par cœur.

Et puis, un jour, en marchant dans les rues de Bruxelles, il a l’impression de croiser les traces angoissantes d’une présence monstrueuse. Impression, ou réalité ? Et c’est en se demandant pourquoi il semble être le seul à avoir cette sensation, en évitant, en pleine cité, une branche d’arbre sans doute arrachée par ce monstre invisible, qu’il rencontre la jeune et jolie Sandrine.

L’Eveil © Delcourt

Et c’est à partir de là que commence l’histoire de cet album. Une histoire d’amour ?… Peut-être, celle d’un partage, en tout cas, face à face, peau à peau.

Une histoire fantastique ?… Pas vraiment, parce qu’Arthur va comprendre que c’est Sandrine qui se trouver derrière ce monstre inexistant qui laisse des traces de sa présence un peu partout. Une histoire de vie et de mort ?…

Oui, incontestablement, puisque ce sont là les deux seules certitudes de tout humain.

C’est l’histoire d’un homme qui a envie d’arrêter le temps pour maîtriser les choses, d’un homme qui pourrait dire, comme Michaux : « Je parle à qui je fus et qui je fus me parle ». Un homme qui cherche un endroit qui fait du bien. Un homme, simplement, qui va enfin vouloir ouvrir la porte du réel qui, jusque-là, lui était fermée.

L’Eveil © Delcourt

Le scénario de Vincent Zabus se peuple de références littéraires nombreuses. Mi chaux, mais aussi Lamartine et ses objets inanimés… Souvent proches, intimement, de l’univers libertaire du surréalisme se libérant des dictatures d’un quelconque pape. Il y a chez Zabus un vent de liberté, un vrai plaisir de l’étonnement, de la surprise. L’artifice narratif qu’il a choisi dans ce livre ajoute encore au décalage : c’est Arthur qui parle, qui raconte, au passé et en même temps au jour le jour ce qu’il a vécu. Il y a là une démarche qui fait un peu penser au théâtre, qui y fait penser, même, tout à fait, puisque le livre se construit en chapitres, mais des chapitres dont les lettres, du C au E, participent à l’installation des personnages.

L’Eveil © Delcourt

S’inspirant quelque peu d’une expérience qui a réellement eu lieu, à Bruxelles, celle de la « Quincaillerie », espace ouvert et éphémère dans lequel le mot solidarité cherchait à s’ancrer dans la vraie vie, Zabus aborde dans ce livre bien des thèmes… Le terrorisme et les militaires dans les rues, les migrants, la peur collective, les réseaux sociaux, la maladie, la mort, toujours inéluctable et pourtant parfois salvatrice. Le monstre inventé par Sandrine n’est, finalement, que le symbole de ce que chacun veut bien y voir.

Après deux livres extraordinaires, « Macaroni » et « Magritte », Vincent Zabus retrouve Thomas Campi dont les couleurs sont absolument phénoménales. Et là où le texte nous parle de révolte, nous disant que, si les gens s’interrogent, c’est qu’ils sont éveillés, et s’ils sont éveillés, ils auront peut-être envie de changer le monde, Campi, lui, crée un univers graphique qui accompagne pleinement le « concept » que met en scène ce livre. Et ces deux auteurs, en osmose, nous montrent et nous disent que l’art est l’ultime outil contre l’angoisse. Je parlais de surréalisme, et il est aussi présent dans le dessin de Campi, évidemment. Mais ce dessin passe, avec une facilité déconcertante, de Magritte à Hopper, de Topor au clair-obscur hollandais… Je parle de références, bien entendu, pas de pastiches ni de caricatures !

L’Eveil © Delcourt

Ce livre raconte une histoire, sans doute… Mais il est surtout un univers de mots et de dessins dans lequel le lecteur peut se laisser glisser. C’est là une sensation pénétrante, qu’on peut vivre aussi dans un musée ou une galerie d’art, devant certains tableaux qui nous « émeuvent » sans qu’on puisse en expliquer le pourquoi, ni décrire la puissance de notre émotion. Une sensation rare, très rare en bande dessinée. Une sensation qui mérite, donc, d’être soulignée, d’être partagée, d’être découverte.

Que cet « Eveil » vous soit donc émotion d’une conscience neuve.. ou renouvelée !

Jacques Schraûwen

L’Eveil (dessin et couleurs : Thomas Campi – scénario : Vincent Zabus – éditeur : Delcourt – 89 pages – date de parution : avril 2020)

Une réflexion sur “ L’éveil ”

Les commentaires sont fermés