Contes de Noël et Jojo : deux albums Dupuis à mettre sous le sapin !

Contes de Noël et Jojo : deux albums Dupuis à mettre sous le sapin !

Même si Noël, cette année, aura une triste saveur, n’oubliez surtout pas de vivre, de vouloir être heureux, de vouloir rendre heureux… Et donc d’offrir à ceux que vous aimez, en le leur disant, des moments de plaisir et de poésie.

Contes De Noël du Journal Spirou (1955-1969)

(éditions Dupuis – 240 pages – novembre 2020)

La nostalgie, ce n’est pas juger le présent en exclusive fonction des passés que nous avons vécus et qui nous enchantés. La nostalgie, c’est avoir de la mémoire, simplement, et de faire de cette mémoire un élément actif de nos quotidiens, de nos émerveillements.

Se souvenir…

A une semaine de Noël, oui, se souvenir des numéros spéciaux du journal de Spirou, du magazine Tintin, de la revue Pilote, aussi…

Contes de Noël © Dupuis

Le souvenir du plaisir pris à feuilleter vite, très vite, sans s’attarder, les pages du magazine, pour se créer déjà des envies devant tous les récits de circonstance, qui n’étaient pas, oh merveille, « à suivre ».

Ah, les contes de Noël de notre enfance, de nos enfances ai-je même envie de dire, tant il est vrai qu’au fil du temps l’enfance et ses souvenances se font plurielles…

Je n’ai pas oublié ces sensations devant un livre « normal », les « Contes de ma Mère l’Oye », ni devant ces petites histoires qui émaillaient les revues « pour enfants » que je dévorais.

Alors, ne boudons pas notre plaisir, de boudez pas le vôtre, et (re)plongez-vous dans ces pages d’un temps ancien qui vous feront, gentiment, retomber dans des âges qui ne meurent jamais. Mais avec votre regard d’aujourd’hui sur les auteurs de ces contes dessinés, qui sont devenus des grands, des très grands du neuvième art.

Je ne vais bien entendu tous vous les citer, mais quel plaisir, croyez-moi, de voir les bons sentiments de la fête de la nativité illustrés par ces maîtres de la bande dessinée que sont Franquin, Jijé, Paape, MItacq, Will, Tillieux ! Et de retrouver aussi des artistes qu’il serait temps de remettre en bonne place dans l’Histoire majuscule de la BD : Godard, Salvérius, Berck, et l’immense Hausman.

Contes de Noël © Dupuis

Les années couvertes par ce livre qui vient à son heure nous permettent ainsi d’avoir un panorama assez complet de ce que fut l’aventure éditoriale de Spirou dans une bonne partie des trente glorieuses.

Les bons sentiments sont passés de mode, paraît-il, puisque nous voici dans une société de plus en plus virtuelle, dans laquelle, derrière le mot « solidarité », on met tout et n’importe quoi.

Alors, oui, cela fait du bien, immensément, de les retrouver, ces sentiments, ces sensations, et de se rappeler que la magie, celle de Noël, celle de l’enfance, nous l’avons toutes et tous au fond de nous. Si nous le voulons bien !

Jojo : Intégrale 4 : 2004-2010

(auteur : Geerts – éditions Dupuis – 312 pages – octobre 2020)

André Geerts est mort en 2010 à l’âge de 55 ans. En une trentaine d’années de carrière, il n’a certes pas révolutionné le neuvième art. Il a fait bien plus : il a œuvré dans la continuité des récits qui, certainement, ont enchanté son enfance, pour créer, adulte, des personnages tendres, attendrissants, terriblement humains, mélancoliques et poétiques.

Jojo © Dupuis

Oui, Jojo, ce gamin qui vit avec sa grand-mère, qui voit de temps en temps son père aussi gosse que lui, cet enfant est à lui tout seul la souvenance de toutes nos enfances. Il est la poésie qui fut nôtre et que l’âge adulte a, bien souvent, estompée.

Jojo, ce sont les 400 coups, mais sans penser à mal, la vie scolaire, les amitiés des jeux, la campagne et ses éblouissements, mais aussi les peurs, face à la vieillesse qu’on voit s’installer chez ceux qu’on aime, face à des réalités qui, soudain, nous mettent en face de nos lâchetés, de nos courages, de nos fuites, de nos combats.

Tout cela, oui, c’est l’enfance, la nôtre… Celle de ce gamin qui vit, sur papier, dans l’incontestable filiation des personnages de Sempé.

Geerts, c’était un dessinateur lumineux, capable de rendre souriant un paysage urbain dans lequel passent des voitures à tout vitesse, et ce par la seule magie d’une mise en scène graphique qui place au centre de toute la narration les personnages.

Jojo © Dupuis

Geerts, c’était un raconteur d’histoires simples et, de ce fait, essentielles.

Dans ce dernier tome de l’intégrale qui lui est consacrée, on retrouve (ou découvre) les cinq derniers albums de Jojo. Avec l’extraordinaire et émouvant dernier chapitre de son œuvre majeure : « Mamy Blues ». La grand-mère de Jojo, Mamy, du haut de ses 69 ans, a un malaise… Et c’est la révélation, pour l’enfant turbulent qu’est son petit-fils, de l’inexorable finalité de la vie.

Il faut lire Jojo, il faut le relire, le faire lire, le faire découvrir par les ados d’aujourd’hui.

Il faut ne pas oublier des auteurs comme André Geerts, qui ont donné à la bd populaire et traditionnelle ses plus belles lettres de noblesse !

Jacques Schraûwen

J.-F. Charles – Artbook

J.-F. Charles – Artbook

Ne laissons pas les circonstances que l’on dit sanitaires prendre le pas sur les plaisirs de nos existences… Voici venir le temps des cadeaux faits à ceux qu’on aime ! Et voici un livre qui vient donc à son heure, pour être offert, ou pour s’offrir ! Ou les deux… Accompagné d’une exposition, du 4 au 19 décembre 2020 à Bruxelles, dans la Galerie Huberty & Breyne.

https://www.hubertybreyne.com/

J.-F. Charles – Artbook © Casterman

Je vais quand même commencer cette chronique par une petite remarque préliminaire… Pourquoi, avec un livre consacré à un auteur francophone, faut-il user d’un barbarisme inutile ? L’expression « Livre d’Art » est-elle tellement plus compliquée à dire, à écrire, à comprendre que ce triste « artbook » ?…

Voilà, c’est dit…

J.-F. Charles – Artbook © Casterman

Et ce qui doit être dit aussi, c’est que ce livre ne souffre pas, heureusement, de cet intitulé éditorial sans réel intérêt. C’est un livre vraiment intéressant, à bien des niveaux, à bien des points de vue ! C’est un ouvrage qui se différencie très fort des albums consacrés ici et là à des dessinateurs de bande dessinée. Ne vous attendez pas, en effet, à y trouver une somme exhaustive de l’œuvre de Jean-François Charles dans le monde du neuvième art, de Michel Deligne avant-hier jusqu’à Casterman aujourd’hui.

Charles-Louis Detournay a fait un choix extrêmement particulier : nous montrer les à-côtés du travail de Jean-François Charles, nous le faire découvrir non au travers de la bd, donc, mais grâce à ses plaisirs et talents de peintre.

J.-F. Charles – Artbook © Casterman

Et c’est ainsi que Charles-Louis Detournay a construit son livre en quelques chapitres qui, thématiquement, permettent au lecteur, en dehors de toute chronologie, de se glisser dans les tableaux de Jean-François Charles, dans ses sources d’inspiration, dans ses techniques aussi. Du Voyage en Italie à une incursion au Moyen-Âge, en passant par les Indes ou par l’Auvergne, ce livre est une invitation au voyage immobile, en compagnie d’un artiste réaliste et rêveur tout en même temps.

Charles-Louis Detournay : le contenu de ce livre

Je ne vais pas ici parler des différentes techniques utilisées, apprivoisées par J.-F. Charles, et qui forment en quelque sorte la trame d’une autobiographie tranquille, sereine. Une autobiographie, qui, à sa manière, se révèle être un récit intime et personnel axé pratiquement exclusivement autour de l’Art, comme mouvement personnel de l’âme, comme fenêtre entrouverte sur quelques vies un peu secrètes.

J.-F. Charles – Artbook © Casterman

Parce que, autour d’un choix thématique de l’édition des tableaux de J.-F. Charles, ce que l’auteur de ce livre, Charles-Louis Detournay a voulu, c’est laisser parler l’artiste, le dessinateur, le laisser seul se dessiner par le biais de mots utilisés à l’envers d’eux-mêmes, c’est-à-dire en illustrations des dessins et des peintures. Et les mots de J.-F. Charles, sans aucune pédanterie, nous parlent de paix, de regard, de besoin d’aller au-delà des simples apparences du réel.

Jean-François Charles : un besoin de paix

Cela dit, si vous pensez que ce livre ne va vous parler que des univers parallèles dans lesquels, entre deux albums, J.-F. Charles se réfugie, vous vous trompez. Parce qu’il est, d’abord et avant tout, essentiellement donc, un activiste de la bande dessinée. Ceux de ma génération se souviendront de l’éblouissement de ses Pionniers du Nouveau Monde chez Michel Deligne, éditeur atypique et dont il faudra bien qu’un jour quelqu’un se décide à lui rendre hommage ! On y parlait d’Histoire, avec un H majuscule, mais sans rien de scolaire, et c’était étonnant. Et important…

J.-F. Charles – Artbook © Casterman

J.-F. Charles est un raconteur d’histoire… D’histoires plurielles, un de ces auteurs pour qui les personnages sont toujours plus importants que les péripéties qu’il leur impose. Et dans ce livre-ci, il nous le prouve encore, par l’absurde presque. En nous parlant de sa peinture, de ses références picturales, il s’amuse à rattacher ses propos à ses livres, aux étapes graphiques de sa vie professionnelle, aux étapes qu’il n’a pas toutes franchies mais qu’il aurait aimé parcourir, comme « Don Quichotte », par exemple.

J.-F. Charles – Artbook © Casterman

Ce livre ne peut que plaire aussi, vous l’aurez compris, aux amateurs purs et durs de Bande dessinée, tant il est vrai qu’il nous offre, s’enfouissant dans des paysages lumineux et frémissants, pas mal de ses héroïnes, qu’on découvre prêtes, nous tournant le dos, à disparaître dans les méandres enchanteurs de ses tableaux…

Jean-François Charles : raconteur d’histoires…

Le grand plaisir de ce livre, de cet album d’art, c’est bien entendu l’iconographie, choisie avec soin, racontée avec talent. Mais c’est aussi une ambiance globale, une sorte de souffle invisible et muet qui se balade de page en page. J.-F. Charles aime les héroïnes, depuis toujours… Ces héroïnes, dans ce livre, semblent lui tourner le dos, mais c’est pour mieux se laisser découvrir autrement. C’est pour mieux se livrer, totalement, je dirais même érotiquement, aux feux de la couleur, une couleur qui ruisselle et fait de ce livre une ballade aux véritables allures poétiques.

Jean-François Charles : la couleur, encore, toujours

Je me suis fait la remarque, en fermant ce livre, qu’il s’agissait du premier opus de J.-F. Charles sur la couverture duquel on ne voyait pas le nom de son épouse Maryse.

J.-F. Charles – Artbook © Casterman

Et pourtant, elle est là, ce livre lui est dédié, de bout en bout, et c’est aussi ce qui fait la force de J.-F. Charles depuis toujours, cette osmose de couple et de passion qui parvient, depuis tant d’années, à dépasser toutes les habitudes du survivre…

Charles-Louis Detournay, Jean-François Charles et Maryse Charles

Jacques Schraûwen

J.-F. Charles – Artbook (auteur : Charles-Louis Detournay – éditeur : Casterman – 264 pages)

Exposition dans la galerie Huberty & Breyne à Bruxelles du 4 au 19 décembre 2020

https://www.hubertybreyne.com/

J.-F. Charles – Artbook © Casterman
Le Chanteur Perdu

Le Chanteur Perdu

Ne rien perdre de ses émerveillements de jeunesse !…

Un livre construit comme une enquête policière, et qui se révèle être la quête de Didier Tronchet pour des retrouvailles avec sa jeunesse. Une quête à laquelle mes propres souvenances se mêlent intimement… Un livre qu’il faut absolument lire, avant que d’en écouter les chansons ! Un chef d’œuvre d’intelligence et d’émotion !

Le Chanteur Perdu © Aire Libre

Lorsque j’ai ouvert ce livre, lorsque j’ai découvert qui était ce chanteur perdu à la poursuite duquel Didier Tronchet s’est lancé, j’ai ressenti un sentiment profond, puissant… Je n’étais donc pas le seul à avoir dans la tête, depuis le milieu des années 1970, les mélodies et les rimes de Jean-Claude Rémy !

Avec Didier Tronchet, c’est toujours le réel qui est au centre de ses scénarios, de ses romans aussi. Une réalité qu’il agrémente à sa manière pour en faire une fiction qui réussisse à parler à tout un chacun.

Le moteur essentiel du travail de Didier Tronchet, c’est l’émotion. Et ce sentiment unique, envoûtant, fait de mémoire et d’espérance, de nostalgie et de mélancolie, il ne peut être partagé que par un auteur qui le vit profondément. Et c’est bien le cas dans ce livre totalement réussi.

Le scénario est simple, linéaire aussi.

Jean est bibliothécaire. Un burn-out le laisse désemparé. Perdu. Il a l’impression, au fil des jours, que son existence s’est vécue sans lui.

Le Chanteur Perdu © Aire Libre

Dépressif, il ne cherche plus aucun sens à ses quotidiens. Jusqu’à ce qu’un souvenir vienne le harceler. La souvenance d’un chanteur qu’il a écouté et réécouté, pendant des années et des années. Un chanteur qui n’a fait que trois disques. Un chanteur dont une chanson, surtout, a accompagné quelques moments précis de sa vie : « Les corniauds ». Une chanson au texte extrêmement intime, mais dont le propos, par la magie de la poésie et de la voix de ce chanteur, est universel. Un propos qui s’adresse, encore, à Jean, puisque cette chanson parle de la différence, d’une part, de l’enfance perdue, d’autre part. Et Jean, perdu dans sa déprime, se sent totalement différent. Différent de ce que furent ses rêves, différent de ce que la société veut qu’il soit.

Le Chanteur Perdu © Aire Libre

Bien sûr, comme je le disais, le tout est traité comme une fiction. Jean-Claude Rémy par exemple, s’appelle Rémy Bé. Il y a certainement aussi une bonne part d’imaginaire dans le déroulé de l’enquête, dans la chronologie des rencontres faites par le personnage central, moins héros que témoin d’une aventure qui le dépasse tout en le rendant à lui-même.

Mais il y a aussi et surtout, derrière ces fragments d’imagination, des réalités que le talent de Tronchet rend tangibles, compréhensibles immédiatement.

Jean, anti-héros de sa propre histoire, était un adolescent qui écoutait des chanteurs français alors que tous les jeunes de son âge étaient fans de groupes anglo-saxons. Il s’intéressait aux mots et à leurs rythmes, alors que les jeunes de son âge ne cherchaient qu’à bouger sur des rythmes venus d’outre-Atlantique.

Le Chanteur Perdu © Aire Libre

Là aussi, c’est un point commun entre le chroniqueur que je suis et l’artiste qu’est Didier Tronchet. Je n’ai jamais compris comment on pouvait aimer une chanson sans rien saisir de ce qu’elle raconte… J’aime Brel, Bécaud, Brassens, Debronckart, Annoux, Barbara, Sylvestre et bien d’autres… Parce que ce sont eux, et leurs paroliers comme Bernard Dimey qui m’ont aidé à réfléchir, à regarder autour de moi, à grandir, simplement…

Jean et Didier Tronchet ont eu, jeunes, d’identiques passions loin de tout fanatisme pour des chanteurs qui, simplement, s’adressaient à eux, loin de tout business lié à un art de plus en plus en déliquescence, celui de la chanson. Comme le disait Ferré : « à l’école de la poésie on n’apprend pas, on se bat ». Comme il le disait aussi, à peu près, « quelqu’un qui a besoin de ses doigts pour compter ses pieds n’est pas un poète, mais un dactylographe ».

A l’époque où Jean-Claude Rémy se lançait dans la chanson, les médias étaient encore des portes ouvertes à la variété, dans le sens premier du terme. On pouvait voir et écouter Chantal Goya mais aussi Anne Sylvestre, Claude François, mais également Jean-Claude Rémy. Ce n’est plus vraiment, plus du tout le cas aujourd’hui, il faut le reconnaître ! Et c’est aussi une des raisons pour lesquelles cette bande dessinée est importante, passionnante : elle n’est pas que nostalgique, elle est une fenêtre qui s’entrouvre dans la grisaille de nos quotidiens intellectuels…

Le Chanteur Perdu © Aire Libre

Cela dit, cet album n’a rien d’une suite nostalgique d’impressions très nombriliques. Les thèmes qui y sont abordés sont résolument humains, universels aussi.

Ce « Chanteur perdu » est-il une fable ?…

A sa manière, oui, sans aucun doute, et une fable particulièrement bien construite scénaristiquement parlant.

Ce chanteur perdu est un fantôme qui fait renaître une réalité oubliée, il est symbole de la vie, certes, mais aussi de cette existence qui, qu’on le veuille ou non, se définit également par le simple fait de vieillir. C’est une fable, oui, presque une pièce de théâtre, aussi, avec, dans le rôle du Commandeur, Brassens…

Ce que cherche Jean, le personnage central de ce livre, c’est une nouvelle raison de vivre. Et pour cela, il ne trouve qu’un seul chemin : avoir des nouvelles de lui-même… Des nouvelles qui vont le plonger dans ses passés, dans ses rêves de jeunesse et dans ses trahisons d’adulte. Des nouvelles qui vont lui permettre d’arrêter de s’excuser de vieillir, tout simplement. Des nouvelles qui vont le redéfinir en fidélité avec le jeune qu’il a été un jour.

Oui, ce livre parle de la jeunesse enfuie mais du possible que nous avons toutes et tous de lui rester fidèles. C’est un livre qui milite pour la qualité de l’écriture, pour l’essence-même de la poésie, pour la défense d’un patrimoine typiquement francophone, celui de pouvoir intimement mêler la chanson et la poésie.

Ce livre est un jeu de piste dans la mémoire de quelques personnages qui peut-être, certainement, vous sont inconnus. Mais ce jeu de piste, j’en suis persuadé, va éveiller chez vous des souvenances personnelles, secrètes, oubliées probablement… Comme il est dit quelque part dans ce livre, « avancer, c’est se tromper de mieux en mieux ».

Le Chanteur Perdu © Aire Libre

Pour Didier Tronchet, se tromper de chemin, ce n’est pas se renier soi-même, mais se donner la chance de pouvoir faire marche arrière, de pouvoir prendre des chemins de traverse, de pouvoir, simplement arrêter de dépendre de l’image qu’on donne de soi-même. Cette image que le chanteur, véritable axe central de ce livre, n’a pas supportée… Cette image qu’il a détruite, non pas en fuyant à l’autre bout de la Terre, mais, tout au contraire, en allant tout au bout de la terre pour vivre sous d’autres lumières que celles de la renommée. Ce qui, les années passant, n’a jamais arrêté chez lui le besoin, la nécessité de créer, d’écrire, de chanter, de dessiner.

Le dessin de Tronchet à la limite toujours de la caricature, permet d’inscrire, ici et là, de chapitre en chapitre, des vrais reflets d’humour. C’est un album qui, au-delà du simple récit d’une quête très personnelle, ne peut qu’éveiller chez chacun et chacune des réminiscences qui peuvent ne pas être que des regrets.

Ce qu’il faut souligner aussi, c’est le travail de la couleur, une couleur qui semble suivre les sensations du personnage central, et qui accentuent le cheminement d’un humain qui décide de reprendre en main son destin, c‘est-à-dire ses rêves et ses futurs…

Bien sûr, ce livre m’a touché, très profondément, puisque, pour moi aussi, les chansons de Jean-Claude Rémy me sont depuis 1975 des compagnes régulières. « Les Corniauds » est une des plus extraordinaires chanson qui soit, à tous les niveaux ! « Les Mémés » rappelleront à bien des gens les rapports indéfinissables qu’un enfant peut avoir avec ses grands-parents.

Mais si ce livre me touche autant, c’est aussi, et d’abord, parce qu’il impose à chacun d’entre nous un besoin tellement oublié, voire renié, de nos jours : celui d’oser se pencher, sans regrets et sans remords, sur qui on est !

Et en vous laissant vous balader dans les mots et les musiques, d’hier et d’aujourd’hui, de Jean-Claude Rémy, je lui laisse la parole pour conclure cette chronique… En vous conseillant de vous précipiter chez votre libraire pour y acheter l’édition qui vient de sortir, accompagnée d’un 45 tours…

« Ni chanteur, ni poète, ni chansonnier ; juste un très vieux monsieur amoureux de son île et de la vie qu’il y mène. Bonne route. Jean-Claude Remy, chanteur perdu… »

Jacques Schraûwen

Le Chanteur Perdu (auteur : Didier Tronchet – éditeur : Dupuis/Aire Libre – octobre 2020 – 184 pages)

Quelques liens:

D’abord, les anciennes chansons de Jean-Claude Rémy. http://www.jeanclauderemy.fr/chansonscontes/chansonsancien.html

Sur Youtube : « jean claude remy la mère »https://www.youtube.com/watch?reload=9&v=lqt11jI_sBY, « jean claude remy elle est noire »https://www.youtube.com/watch?v=GJs5sa7pBgo, « jean claude remy Zamours plantées »https://www.youtube.com/watch?v=P6CFSX6Pz2w .

Et puis, aussi, surtout, le site de Didier Tronchet, avec « les chansons du ponton »… www.tronchet.com