Encyclopédie des petits moments chiants

Encyclopédie des petits moments chiants

Toutes et tous, nous connaissons chaque jour ces problèmes minuscules et quotidiens qui nous énervent et qui font sourire les autres… C’est de ces instants-là que nous parle ce petit livre sympa.

Encyclopédie des petits moments chiants © Delcourt/shampooing

Attention, n’allez pas croire qu’on se trouve, ici, en présence d’un chef d’œuvre de la bande dessinée contemporaine ! Il s’agit bien plus d’un petit ouvrage sans prétention, dont le seul but est de faire sourire, voire même, dans quelques pages, de faire rire.

Le dessin est simple, d’une belle vivacité, et, donc, d’une réelle efficacité. On dirait presque que les « gags » de cette page ont été dessinés en lien direct avec une réalité vécue… Presque dans l’urgence, oui, pour ne pas oublier ce que l’auteur vient de vivre !

Encyclopédie des petits moments chiants © Delcourt/shampooing

Et que vit-il, cet auteur au style très « blog », donc direct, sans fioritures, pour le simple plaisir de rigoler des tracas qui, de jour en jour, empoisonnent nos routines ? Eh bien, des choses toutes simples. Une cafetière qui laisse le liquide chaud couler sur la table plutôt que dans la tasse… Une bonne blague qu’on fait semblant de comprendre pour ne pas avoir l’air con, ce qui fait qu’on en a encore plus l’air ! Une soirée entre copains avec des propos qui coupent l’appétit. Une fermeture éclair qui se coince dans les poils de la barbe. Un sac poubelle dont la base se déchire, lâchant toute sa cargaison puante sur les souliers. Etc.

Encyclopédie des petits moments chiants © Delcourt/shampooing

Kek ne s’embarrasse pas de tape-à-l’œil, en effet, tout en faisant œuvre originale d’encyclopédiste. En effet, ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi aucune encyclopédie, depuis Diderot et compagnie, ne s’intéresse vraiment au vécu des gens ? Est-ce que c’est vraiment important de savoir comment se construit le corps humain, comment utiliser un rabot, ce que sont les styles d’ameublement de Pépin le Bref jusqu’à Macron ? Cela ne manque pas d’intérêt, certes. Mais une encyclopédie qui nous renvoie, comme celle-ci, une vraie image de ce que nous sommes, de ce que nous vivons, c’est tout aussi intéressant !

Encyclopédie des petits moments chiants © Delcourt/shampooing

Et, surtout, cela prouve que personne n’est tout seul dans son coin à « se faire chier » par les petits hasards de sa petite vie ! Cette encyclopédie, donc, est un ouvrage dont la nécessité est réelle : transformer en sourires les infinis tracas que nous imposent la vie, les autres, et nous-mêmes aussi bien souvent !

Encyclopédie des petits moments chiants © Delcourt/shampooing

Un petit livre pour des petites choses, des petits moments, des petits sourires…

Jacques Schraûwen

Encyclopédie des petits moments chiants (auteur : Kek – éditeur : Delcourt/shampooing – 224 pages – mai 2020)

Les Enquêtes de Lord Harold douzième du nom : 1. Blackchurch

Les Enquêtes de Lord Harold douzième du nom : 1. Blackchurch

Ce que j’aime chez Xavier Fourquemin, c’est que chacun de ses albums s’inscrit dans une démarche artistique et humaine à la fois simple et ambitieuse : s’inscrire dans la filiation de la bd dite classique et réussir à innover par le ton et le regard critique qu’il porte sur les histoires qu’il nous raconte.

Les Enquêtes de Lord Harold douzième du nom : 1 © Glénat

Lord Harold est un noble pour qui les soucis d’argent n’existent pas. Il pourrait vivre des jours tranquilles dans sa belle maison, en compagnie de ses tantes. Mais ce grand lecteur a découvert un livre qui l’accompagne partout : « La mystérieuse de Blackchurch ». Et c’est pour tenter de suivre les traces de ce livre que ce jeune homme s’engage dans la police, et demande une affectation dans un des quartiers les plus mal famés de Londres, Blackchurch.

Après avoir découvert ses collègues, peu motivés il faut bien le dire, il va commencer une première enquête qui va lui faire découvrir ce que sont vraiment les bas-fonds de Londres, ce que sont leurs règles, des règles toujours en dehors de la loi. Et rencontrer ainsi les trois femmes qui sont au pouvoir dans l’univers glauque de cette pègre dont il n’avait qu’une connaissance livresque.

Philippe Charlot et Xavier Fourquemin ont construit leur scénario ensemble. Un scénario qui est un peu une mise en abyme, puisque le fil conducteur en est un livre, un livre qui crée un autre livre, en quelque sorte. Un livre qui parle d’un lieu, l’église noire, et qui nous dit que tous les passés sont des placards aux squelettes.

Xavier Fourquemin : le scénario
Les Enquêtes de Lord Harold douzième du nom : 1 © Glénat

IL y a toujours eu chez Fourquemin une volonté de mêler aux réalités les plus sordides, les plus mélodramatiques même, osons le dire, un humour débridé. Et ici, avec Harold, il s’en donne à cœur joie, indubitablement. On se retrouve pratiquement en face d’une sorte de Tintin au pays d’Oscar Wilde. Avec des mots d’auteur qui auraient pu aussi être écrits par Janson, avec un récit qui lance des clins d’œil vers Jean Ray et ses contes du whisky. Et ce mélange particulièrement réussi donne à cet album une véritable originalité, une belle prestance, une belle présence.

Xavier Fourquemin : Tintin au pays d’Oscar Wilde…
Les Enquêtes de Lord Harold douzième du nom : 1 © Glénat

Philippe Charlot, plus habitué à d’autres lieux qu’à Londres, s’est totalement immergé dans son récit, un récit qu’il peuple de références littéraires, historiques qui rythment l’histoire racontée. Dickens n’est pas loin, c’est vrai, de par la caricature qui est faite d’un monde dont l’opposition entre richesse et pauvreté extrêmes annonce des révolutions qui ne seront pas qu’industrielles.

Et pour donner vie à cette opposition d’humanités plurielles dans un même cloaque, le dessin de Fourquemin est d’une totale réussite. Le personnage central a le visage poupon, les yeux amusés, et une espèce de présence au-dessus de la mêlée, alors que tous les personnages qu’il croise, qu’il rencontre, ont des trognes vivantes, des visages et des attitudes qui les rendent présents, des gestuelles qui en font des éléments essentiels à la mise en scène de l’histoire.

Xavier Fourquemin : les personnages, les trognes
Les Enquêtes de Lord Harold douzième du nom : 1 © Glénat

Et ce faisant, réalisateur presque cinématographique d’une aventure de chair, de sang, de sueur et de rêve, Xavier Fourquemin joue avec les stéréotypes, avec certains des codes de la bd, aussi… La présence des animaux, par exemple, symboles muets mais jamais inactifs des sentiments de leurs « maîtres ».

Et ces codes et stéréotypes laissent ainsi la place, par petites touches, à l’analyse souriante (ou moins…) de sentiments humains comme la vengeance, l’amour, la liberté, la haine et, bien sûr le pouvoir. Avec le hasard comme acteur de l’intrigue, avec un dessin qui décrit et donne vie aux physionomies de tous les personnages, ce Lord Harold est d’ores et déjà, même si ce livre est à suivre, un des héros les plus attachants de ces dernières années, au sein de la bande dessinée « tous publics ».

Xavier Fourquemin : les stéréotypes
Les Enquêtes de Lord Harold douzième du nom : 1 © Glénat

Les grands oubliés des bandes dessinées, ce sont souvent les auteurs des couleurs. Je dis « auteurs », oui, parce que, souvent, leur collaboration à un livre s’avère essentielle, pour l’ambiance, d’abord, pour le mouvement, ensuite, pour la lumière enfin. Et le travail de Simon Canthelou est absolument fabuleux, dans ce livre. Il a pris le parti de ne pas travailler sur les clairs-obscurs habituels quand on aborde des lieux comme les bas-fonds d’une ville, préférant utiliser des lumières pleines de relief, souvent rasantes, parfois comme nées de lampes à huile approchées des visages.

Xavier Fourquemin : la couleur
Les Enquêtes de Lord Harold douzième du nom : 1 © Glénat

Je vais quand même ajouter un tout petit bémol à cette chronique : une horrible faute d’orthographe sur la quatrième de couverture ! Mais cela n’enlève rien à la grande qualité de cet album.

Premier tome d’une série, ce Lord Harold séduit, énormément. De livre en livre, Fourquemin et Charlot construisent vraiment un univers qui leur est propre, un monde dans lequel vous trouverez, toutes et tous, votre place !

Jacques Schraûwen

Les Enquêtes de Lord Harold douzième du nom : 1. Blackchurch (dessin : Xavier Fourquemin – scénario : Philippe Charlot – couleurs : Simon Canthelou – éditeur : Glénat – 54 pages – janvier 2020)

Extases : 2. Les Montagnes Russes

Extases : 2. Les Montagnes Russes

La suite de l’autobiographie très intime, très « hard » de Jean Louis Tripp. Une introspection sans faux-fuyant, une plongée résolument « adulte » dans des apprentissages à la fois physiques, sexuels, et pratiquement philosophiques.

C’est un autoportrait, celui d’un homme pour qui la vie est trop courte que pour y accepter la loi de l’ennui et de l’habitude. C’est le portrait d’une époque, au cours de laquelle la liberté sexuelle était un combat presque politique.

Tripp nous parle de lui, de ses failles, de ses dérives, de ses remords, de sa passion pour l’amour, minuscule ou majuscule. C’est de lui qu’il parle, c’est lui qu’il dessine, sans aucune pudeur, pour mieux partager ses idées libres, voire libertines, de l’amour, de l’ennui, de l’aventure, de la souffrance de ne plus aimer.

Extases 2 © Casterman
Jean Louis Tripp : l’amour, le couple, l’ennui
Jean Louis Tripp : les histoires d’amour

Se plongeant (et nous à sa suite…) dans son passé, dans ses passés, Jean Louis Tripp a fait le choix de ne rien se cacher, de ne rien nous cacher, ni de ses expériences amoureuses, ni de ses souvenances charnelles, ni de son regard, aujourd’hui, sur celui qu’il fut, un regard qui est à la fois très frontal, très immédiat, et très réfléchi. Comme peut l’être le désir lorsqu’il veut, simplement, sublimer un moment de vie. Jean Louis Tripp fait le choix de la mémoire, miroir quelque peu déformé sans doute de ses attentes les plus intimes.

Extases 2 © Casterman
Jean Louis Tripp : le désir…
Jean Louis Tripp : de la nostalgie ?

Tripp nous parle d’extases plurielles, de couple, de peur et de temporalité. Il nous parle d’apprentissages amoureux, tout au long de jeux sexuels, de libertinage, de besoin de séduction. Il faut séduire et/ou être séduit, avec comme finalité un maître-mot : s’amuser. Ce faisant, avec un dessin extrêmement proche des corps, des étreintes, des jouissances, Tripp fait surtout le portrait de la virilité, de la masculinité, de l’assouvissement sexuel du plaisir ! Mais il ne s’agit à aucun moment de relations qui soient contraignantes. Plus que consentement, ce dont il nous parle, c’est de « désirade », de besoins partagés, d’envolées mêlées vers une vie librement assumée. Même s’il s’agit, dans ce livre, d’une analyse (presque dans la conception psychiatrique du terme), il y a, d’abord et avant tout, le respect de l’autre… L’amour, minuscule ou majuscule, ne peut vivre de contraintes, et la libido masculine ne peut exister qu’en fonction de la libido féminine !

Extases 2 © Casterman
Jean Louis Tripp : les jeux de la séduction
Jean Louis Tripp : être soi librement

Je parlais d’analyse… Et c’est vrai que, refusant de choisir un chemin de nostalgie, Jean Louis Tripp nous parle d’un plaisir qui ne s’encombre pas de codes moraux. Il restitue au papier ce que furent ses jeunesses amoureuses, et il le fait avec un dessin tout en mouvements, parfois souriant, parfois extrêmement cru, mais toujours teinté d’une évidente poésie. D’un onirisme même qui, au-delà du fantasme, se veut porte ouverte vers l’expérimentation d’une forme de relations humaines basées sur les rendez-vous volontaires des corps dans des alcôves libertines… Et c’est là sans doute pour l’auteur une façon de se retrouver, de s’accepter, de mieux se comprendre en tout cas.

Extases 2 © Casterman
Jean Louis Tripp : s’accepter…

Oui, ce livre est « hard », c’est évident. Il est aussi très personnel, c’est tout aussi certain. Il pourrait, dès lors, n’avoir qu’un intérêt très limité. Pourtant, ce n’est pas le cas, loin s’en faut ! La raison en est à trouver, d’abord, dans la qualité graphique et littéraire de Tripp. Dans son honnêteté qui va jusqu’à l’impudeur la plus totale. Dans son message, aussi, qui n’a rien de « prescriptif » selon ses propres mots, et qui est essentiellement un appel à la tolérance, au non jugement de ce que peut être l’amour vécu dans la complicité d’une folie partagée, folie de l’âme et du corps…

Extases 2 © Casterman
Jean Louis Tripp : les lecteurs

Un livre à ne pas mettre dans toutes les mains, selon l’expression consacrée, et parfaitement justifiée… Un livre qui montre que la liberté sexuelle ne peut jamais se conjuguer avec la contrainte… Un livre qui nous parle d’amour, de plaisir, de désir… Un livre étonnant, une autobiographie essentiellement masculine, virile, mais racontée et dessinée avec une volonté farouche de dénoncer tous les diktats capables de restreindre la liberté assumée des amants, des épouses, des compagnes, des amantes…

Jacques Schraûwen

Extases : les montagnes russes (auteur : Jean Louis Tripp – éditeur Casterman – 367 pages – date de parution : mars 2020

Extases 2 © Casterman