Noir Burlesque (récit complet en deux volumes)

Noir Burlesque (récit complet en deux volumes)

De la bande dessinée noire, du polar dur et puissant, de la violence, des femmes fatales, et un dessinateur hors pair…

copyright dargaud

Enrico Marini, dessinateur des Aigles de Rome, du mythique Scorpion également, sans oublier d’un extraordinaire Batman, a décidé, en deux albums, de changer de registre, et de s’aventurer, avec NOIR BURLESQUE, dans une sorte d’hommage aux romans et au films sombres des années cinquante.

copyright dargaud

Et on entre dans ce second volet sans difficulté aucune. Je dirais que le premier volume mettait en place les personnages, les lieux, l’époque : les années 50, Slick, le héros, un truand qui doit de l’argent à un ponte de la mafia, Caprice, une effeuilleuse qui semble appartenir à ce fameux patron de la mafia irlandaise après avoir eu une aventure avec Slick. Et tout cela baignait dans une ambiance lourde, violente, soumise au poids du destin… Tous les ingrédients chers à Hadley Chase, Carter Brown, étaient présents, des influences parfaitement assumées et maîtrisées par Enrico Marini. Un auteur heureux de donner vie à un personnage central hors du commun.

Enrico Marini: le personnage central

Et, dans ce deuxième opus, c’est l’action qui prime. Il y a l’organisation du vol d’un tableau, il y a l’apparition de la mafia italienne, il y a le neveu un peu simplet d’un des parrains, il y a un tueur complètement allumé qui se prend pour un Indien, il y a une nouvelle femme fatale, cruelle, il y a la famille de Slick, il y a toujours la sublime Caprice aux cheveux roux, aux rêves fous… Des personnages qui se multiplient sans alourdir le propos, loin de là.

Enrico Marini: les personnages

Ce qui est flagrant, de bout en bout, c’est le plaisir que Marini a pris à créer ces personnages, à leur donner chair, à en faire un des éléments essentiels de son rythme de narration.

Enrico Marini: de l’amusement

Dans cette seconde partie, on quitte le cinéma de Cassavetes pour entrer de plain-pied dans celui de Tarantino !

copyright dargzud

Et Marini y prouve toute l’étendue de son talent de dessinateur, avec des pleines et des doubles pages imposantes, avec un sens du mouvement et un découpage qui se rapprochent du comics à l’américaine, mais avec des personnages « pleins », dans une ambiance sombre, une tonalité noire et blanche avec quelques touches de couleur rouge, ici et là, comme pour rythmer le récit… Comme pour rappeler que le sang et la volupté ont d’identiques couleurs.

copyright dargaud

Marini y prouve aussi son talent de scénariste, capable d’entrer dans un univers et de s’y immerger totalement. Un univers, celui du polar noir, film ou roman, un monde parfaitement codifié depuis longtemps. Mais Enrico Marini joue formidablement bien avec ces codes !…

Enrico Marini: les codes

C’est un dessin somptueux, c’est du silence qui dégouline du bruit de la violence, c’est un récit dans lequel on se laisse emporter par le rythme plus, finalement, que par l’histoire…

copyright dargaud

Mais en aimant, comme leur auteur, les personnages tous plus démesurés les uns que les autres ! Et en adorant nous plonger, lecteurs, à la suite de Marini, dans l’ambiance à la fois glauque et lumineuse du « burlesque », cet art de l’effeuillage qui, finalement, ressemble fort à l’existence et à ses failles..

Enrico Marini: le burlesque

Oui, c’est dans la veine du meilleur Tarantino, et c’est dessiné par un des meilleurs dessinateurs actuels!…

Jacques et Josiane Schraûwen

Noir Burlesque (auteur : Enrico Marini – éditeur : Dargaud – novembre 2022)

Niala

Niala

Erotisme sans tabou pour une bd souriante et iconoclaste

Des censeurs bien-pensants ont demandé l’interdiction de ce livre, l’accusant de racisme et de sexisme, créant une pétition signée par quelques milliers de demeurés qui n’en avaient bien évidemment pas lu une seule page. Glénat, l’éditeur, ne s’en est pas laissé compter, et voici que ce livre est en librairie !

Niala © Glénat

N’était-il pas temps que le mythe de Tarzan, l’homme-singe, le seigneur de la jungle, soit battu en brèche, après avoir été ridiculisé par Picha et Gotlib, entre autres ? C’est désormais chose faite avec Niala, l’esprit de la forêt, une femme élevée par les bonobos et appliquant à merveille leurs techniques pour éviter les différends !

Niala, donc, de manière évidente, n’a rien de raciste ni de sexiste, loin s’en faut ! Et elle s’inscrit, en outre, dans une certaine tradition de la bd.

Niala © Glénat

Les années 70 et 80 ont été, pour la bande dessinée, riches en audaces de toutes sortes. Quand je parle d’audaces, je veux dire de manières différentes de faire de la bande dessinée, de quitter le monde bien sage des « petits mickeys » et de la tout aussi sage « ligne claire » pour s’aventurer sur de nouvelles routes, tant au niveau des scénarios que du dessin.

Ce fut l’époque du magazine « À Suivre », de l’avènement d’Hugo Pratt, de quelques anti-héros tous-publics comme Martin Milan, des pastiches provocateurs de Pilote et de Gotlib, également.

Ce fut, en même temps, l’arrivée sur le marché du neuvième art de l’érotisme, voire même de la pornographie. Avec Manara, avec Levis, avec Pichard et son sulfureux et sublime « Marie-Gabrielle de Saint-Eutrope ».

L’érotisme hard s’est ainsi d’abord conjugué dans un mode sérieux… Mais, très vite, l’humour a pris sa place dans cette bd interdite aux moins de 18 ans, avec, entre autres, le mal dessiné mais jouissif « Titi fricoteur »… Avec les gags en une planche de Dany, avec les « Petites femmes » de Seron également.

Niala © Glénat

Eh bien, avec Niala, on en revient à ce genre de bande dessinée… Une bd sans complexe, sans tabou, sans pudeur, et terriblement souriante.

Dans la jungle, terrible jungle, la vie de la tribu des hommes-totems est rythmée par un rituel immuable, celui de la longue nuit.

Les jeunes hommes se doivent de passer la nuit loin de leur village et de découvrir, au long de cet éloignement périlleux, ce qu’est leur animal-totem. Un rite initiatique propre à toutes les civilisations, et qui marque le passage entre l’adolescence et le monde adulte.

Mais voilà, dans cette jungle, ce que les jeunes guerriers trouvent, c’est l’esprit de la forêt, la belle et dénudée Niala, qui leur fait découvrir, certes, leur animal totem, mais, en même temps, le respect de celui-ci pour tous les symboles amoureux qu’il peut revêtir ! Et, surtout, qui les fait passer à l’âge adulte de façon très charnelle !

Et ce sont les membres de cette tribu qui vont rythmer les quelque sept histoires contenues dans cet album.

Des histoires dans lesquelles la bonne morale perd bien des plumes, puisqu’une chorale de religieuses apprend, avec Niala, que la voix juste est celle qui vient de la chair… Puisqu’un prêtre pour le moins intégriste va découvrir, grâce toujours à cette femme esprit de la forêt, le plaisir, et, en même temps, son homosexualité… Puisqu’un couple de scientifiques fiancés mais très coincés vont se décoincer au contact des bonobos et des souvenirs de Niala, et comprendre qu’il y a des objets qui peuvent apporter bien du plaisir… Puisqu’un imitateur de Tarzan va comprendre qu’il y a mieux à faire que de devenir maître de la nature tout en s’initiant, toujours avec Niala, aux feux des plaisirs solitaires…

Niala © Glénat

Ce livre n’est pas, soyons honnête, un chef-d’œuvre du neuvième art. Mais dans le genre, il est réussi et parvient même, n’en déplaise aux censeurs amateurs (femmes, hommes, noir(e)s ou blanc(he)s), à avoir un certain discours libertaire et, ma foi, féministe… Les hommes, en effet, n’y ont pas vraiment le beau rôle, ni en pouvoir, ni en intelligence ! Et les « Blancs » y sont largement inférieurs aux « Noirs »…

Le scénario de JC Deveney est vif, entraînant, avec quelques jeux de mots bien venus, et laissant la place au plaisir des yeux. Au plaisir du dessin de Christian Rossi qui, loin de son côté réaliste « classique », s’est indubitablement amusé à raconter cette histoire à l’érotisme libéré et libertin !

Il faut souligner aussi le travail des coloristes, Elise Follin et Ariane Borra, qui évitent toute vulgarité propre, souvent, aux bd érotico-pornographiques sans âme…

Niala, ce n’est pas un chef d’œuvre, mais ce n’est pas non plus un album sans âme !

C’est un album qui nous parle de désir, et qui se lit avec plaisir !

Avec quelques phrases, ici et là, qui ne manquent pas de créer quelques réflexions…

Extraits choisis : « Ca se saurait si démocratie et plaisir allaient de pair… » – « Parfois, il faut traverser l’enfer vert pour trouver son jardin d’Eden. » – « Le désir n’est pas quantifiable. Ce n’est pas une eau qu’on épuise, mais une source qu’il faut laisser jaillir sans fin. ».

Niala © Glénat

Et comme à toute fable il faut une morale, fût-elle « hard », je vous propose cette citation qui termine l’album : « Le désir est une jungle affolante, le désir est une jungle qu’on ne veut plus quitter ».

Ne boudons pas le plaisir simple de passer un bon moment avec une bd quelque peu affriolante ! Et oublions tous les pisse-froid qui nous entourent en nous plongeant dans les aventures de Niala, héritière de la mythique Jungla du dessinateur Fenzo, en 1968, année de liberté et de libertines créations !

L’érotisme, en bd comme ailleurs, c’est aussi une liberté essentielle !…

Jacques Schraûwen

Niala (dessinateur : Christian Rossi – scénario : JC Deveney – coloristes : Elise Follin et Ariane Borra – éditeur : Glénat – mars 2021 – 72 pages)

Ne m’oublie pas

Ne m’oublie pas

Un livre qui nous parle, au-delà de la maladie d’Alzheimer, de ce qui nous est essentiel, notre humanité ! Un petit bijou d’intelligence, une réussite absolue !

Ne m’oublie pas © Le Lombard

Je vais pour une fois commencer cette chronique par un rapide résumé de ce que nous raconte ce livre. Pourquoi cette rupture avec ma volonté habituelle de ne pas suivre un canevas par trop répété ?

Parce que le récit est simple, très linéaire, et qu’il est là pour se dépasser lui-même.

Clémence est une jeune fille qui veut devenir actrice, comédienne. Elle reçoit un jour, alors qu’elle lit du Diderot, un sms de sa mère, qui lui dit que sa grand-mère, placée en home, a fugué.

Ne m’oublie pas © Le Lombard

Mamy va devoir être mise sous médicaments pour que cela ne se reproduise plus. La mère de Clémence l’accepte, mais Clémence se révolte, comme la révolte cette maladie terrible qui fait qu’un être humain ne se reconnaît plus et se perd dans les méandres d’une absence irrémédiable. Mamy, cette grand-mère, n’a plus notion ni du temps qui passe, ni de son âge, ni de son époque. Elle croit que ses parents l’attendent dans la maison de son enfance. Et Clémence décide, sans réfléchir, d’accompagner sa grand-mère dans un voyage vers son enfance, une fugue à deux, loin de la maladie, loin des médecins, loin de l’inéluctable. Et tout ce livre, ainsi, est le récit au jour le jour de cette bal(l)ade qui va conduire une femme en fin de vie et sa petite-fille jusque dans le nord de la France, près de la mer, le long des falaises.

Certes, on peut dire qu’ainsi résumée l’histoire de ce « Ne m’oublie pas » fait penser au film Thelma et Louise, d’abord, par le côté « poursuite » de la narration, avec policiers présents… A un livre, ensuite, et au film qui en a été tiré avec Annie Cordy, de David Foenkinos. « Les souvenirs »

Ne m’oublie pas © Le Lombard

Mais s’il y a filiation, il y a un tout autre traitement. La fuite devant la police n’est qu’une péripétie parmi d’autres, et, au contraire de l’héroïne de Foenkinos qui, elle, n’a que très peu perdu de sa mémoire, Mamy, elle, est dans un univers où la souvenance n’est qu’anarchique.

Une question sous-tend, dès les premières images de cette bd, tout son déroulement : l’être humain peut-il se définir vivant s’il n’a pas en lui une part importante de nostalgie ? Bien sûr, avec Mamy, on peut dire que la nostalgie est l’ultime lien qui la relie à la vie. Mais Clémence, presque ado encore, est tout aussi nostalgique, et quelques flash-backs nous le révèlent.

Alix Garin : la nostalgie

On pourrait croire aussi que le sujet principal de ce livre, c’est la maladie d’Alzheimer, ce fléau du corps comme de l’âme qui, de nos jours, à l’instar du cancer, du diabète, etc., est mis sur le côté de la pandémie qui modifie nos existences. Mais ce n’est pas le cas, ce n’est pas un mélo, loin s’en faut. C’est un livre extrêmement personnel, qui nous raconte la quête d’une femme obligée, par la vie et son amour pour sa grand-mère, de rompre avec ses propres passés d’enfance, d’adolescence, et de s’accepter comme adulte. A ce titre, la maladie n’est qu’une trame de fond pour une quête intime. C’est un peu en face d’un triangle amoureux, au sens large du terme, que nous nous trouvons. Une femme en perdition, sa fille médecin, et sa petite-fille en espérance.

Alix Garin : une quête

Et dans ce trio de femmes, il en est une, la mère, qui reste en retrait. Et on comprend ainsi que cette histoire, pour fictionnelle qui soit, prend ses repères dans les propres vécus de l’auteure Alix Garin. Ce bouquin, ainsi, se révèle également comme la mise en abyme, probablement, de l’existence d’Alix Garin au travers de son personnage imaginé.

Alix Garin : le personnage de la mère

C’est un livre émouvant, dans lequel peu de choses sont gratuites. Les références littéraires, par exemple, de Diderot à Cyrano, ne sont pas là par hasard. Elles permettent de faire du personnage central un être vivant, un être de chair.

C’est un livre dans lequel l’auteure se dévoile, et dévoile ses errances charnelles, aussi.

C’est un livre sur la différence, sur toutes les différences que la vie nous permet ou nous impose.

Ne m’oublie pas © Le Lombard

C’est un livre qui aurait pu être impudique, à certains moments, comme celui où Clémence découvre, de l’intérieur, sa différence par rapport aux autres filles, ou lorsque Clémence et Mamy se retrouvent nues dans une baignoire, face à face. Mais un des talents véritables d’Alix Garin, c’est la profondeur tranquille de sa réflexion, c’est la pudeur de ses propos, donc de ses images. Face à la maladie d’un être cher, on se recherche soi-même, on se retrouve peut-être aussi. Ce livre est à la fois une « road-bd » et une œuvre d’introspection poétique. Tant dans le texte que dans le dessin.

Alix Garin : la pudeur

« Ne m’oublie pas », c’est une plongée dans la vie et toutes ses intimités, par le biais d’une tranche d’existence dans laquelle la solitude, le sourire, l’humour, la tristesse se mélangent sans cesse.

« Trop tard arrive plus vite qu’on le croit », dit un des personnages à un moment clé du livre.

Et pour ce faire, Alix Garin a fait le choix d’un dessin simple, lumineux, avec des décors rares, des couleurs chaudes. Avec une attention toute particulière aux expressions des visages de ses différents protagonistes, même ceux qui ne sont que des silhouettes rencontrées au hasard de l’errance de cette presque adulte et de sa grand-mère. C’est par le biais de l’émotion que toute la sensibilité de ce livre, graphiquement, se donne au lecteur…

Alix Garin : le dessin

Dans la vie, les sentiments ne sont souvent qu’esquissés, même entre celles et ceux qui s’aiment.

Dans la vie, on s’arrête pour regarder quelque chose qui ne sert strictement à rien sinon à « être beau ».

Dans la vie, on cherche à savoir qui on est tout en sachant qu’un jour il nous faudra vivre le poids de l’absence.

Et les mots pour exprimer tout cela ont toujours beaucoup de peine à naître. Et c’est aussi un des plaisirs de ce livre que de nous le faire ressentir, grâce à de longs silences qui n’ont rien de pesant et qui, tout au contraire, contribuent au rythme poétique de ce roman graphique.

Alix Garin : le silence

« Ne m’oublie pas » est un livre tout en émotion. Il est aussi et surtout une œuvre magistrale, de maturité, d’intelligence de conscience, de regard, d’écoute.

Ne m’oublie pas © Le Lombard

Ce premier livre est un chef d’œuvre, croyez-moi. Pour tous ceux qui ont côtoyé la maladie d’Alzheimer, certainement, mais pour toutes celles et tous ceux, aussi, qui aiment que la bande dessinée ose s’aventurer dans les méandres de l’âme humaine !

Un livre pour toutes, pour tous, adultes et adolescents. Parce que c’est avec de telles œuvre qu’on aura un jour la chance de connaitre un monde dans lequel la tolérance et la main tendue seront de mise !

Jacques Schraûwen

Ne m’oublie pas (auteure : Alix Garin – éditeur : Le Lombard – 220 pages – janvier 2021) 

Ne m’oublie pas et Alix Garin © Le Lombard