Guerre – Louis-Ferdinand Céline

Guerre – Louis-Ferdinand Céline

Eh oui, pour une fois, je m’éloigne de la bande dessinée… Mes lectures n’ont rien de « sectaire » ! Et je n’oublie pas, en même temps, que c’est grâce à Tardi que j’ai découvert il y a bien longtemps toute la puissance de Céline ! Et depuis, d’autres auteurs de bd se sont enfouis dans son œuvre, comme Terpant et Dufaux…

copyright Tardi

Ce qui a été « sectaire », par contre, ce sont les événements qui ont empêché ce livre, « Guerre », ainsi que ceux qui vont suivre, de voir le jour…

Ce qui est sectaire, c’est la triste routine doctrinaire de ceux qui voudraient que tout soit noir ou blanc, sans nuances, ni dans les mots ni dans les idées.

Loin de moi l’envie de polémiquer avec ces penseurs sûrs de leur sacro-sainte raison, dans la lignée de ces écrivains qui, à l’instar de Sartre (dont j’aime pas mal de livres…), étaient prêts à voir mourir tous les traîtres à une patrie dont ils s’occupaient peu pendant qu’elle était occupée… Je pense que c’est au Flore que Sartre « résistait »…

copyright nrf

Foin de toute polémique, donc !

D’ailleurs, je n’ai rien d’un de ces « spécialistes » de tout poil qui ont fleuri à la révélation des « nouveaux » anciens livres de L.F. Céline ! Je ne suis qu’un lecteur, et je revendique comme seul moteur à mes chroniques la passion et le « coup de cœur »…

Et pour parler de ces écrits « retrouvés » de Céline, voici une anecdote qui, finalement, donne raison aux jugements plus ou moins violents de Céline (et d’autres, comme Léautaud, ou Sternberg, ou même Béalu, entre autres) sur l’état de notre société.

Je me rends, il y a quelques jours, dans une grande librairie. Je cherche dans les rayons, sans le trouver, « Londres » deuxième volet des écrits retrouvés de Destouches.

Je m’adresse donc à la libraire, et je lui demande de me commander ce livre.

Elle fouille dans son ordinateur, me demande le titre, je le donne, le nom de l’auteur, je réponds « Céline ». Elle lève les yeux, vraiment surprise, et me dit « Céline Dion a écrit un livre sur Londres ?… Je ne le savais pas… »

Ce récit n’a rien d’imaginaire, malheureusement !

L.F. Céline

Ce qui n’a rien d’imaginaire non plus, c’est la vraie présence de Louis-Ferdinand Céline dans ce livre d’une étrange puissance.

Etrange, oui, parce qu’on y découvre, en comparant son rythme, sa logorrhée, ici par rapport à ses livres « officiels », toute la somme de travail qui était la sienne pour arriver à une sorte de perfection dans le langage et ses formes, l’écriture et ses silences, le dialogue et sa personnification.

Dans Guerre, avouons-le, les premières pages manquent de ce souffle… On y sent, oui, un manque de travail… On a la même sensation, ici et là, au fil des pages. Et puis, à d’autres endroits, au contraire, on a la certitude que Céline s’est attardé au feu des phrases, à la diarrhée des mots. Je vais laisser aux exégètes de tout poil le soin de répertorier les feuillets travaillés des autres, chacun ses plaisirs !

copyright nrf

Et mon plaisir a été de retrouver un écrivain somptueux, un écrivain de folie et d’humanité, de pauvreté et de douleurs, de lyrisme et de pornographie.

Il y en a peu (y en a-t-il encore, d’ailleurs ?), des écrivains dans lesquels, lecteurs, on s’enfouit comme emportés par une lame de fond, une lame de son, un orage de cris, un geyser d’émotions triviales et profondément humaines.

Céline est de ceux-là.

Tous les reproches qu’on peut lui faire, qu’on lui a faits et qu’on continue à lui faire ici et là, sont « politiquement » justifiés, c’est vrai. Mais aucun de ces reproches ne touche à la seule qualité dont Céline s’est targué tout au long de sa vie : le style…

Le style, c’est vrai… Mais aussi le fond ! La guerre de 14-18, qui fut une des « obsessions » de Céline, tant par ce qu’elle fut, ce qu’elle LUI fut, que par les conséquences qu’elle eut, sur lui, sur le monde, sur les gens, cette guerre est l’élément central et moteur de ce livre. Mais une guerre lointaine, en quelque sorte, une guerre qu’on entend, toute proche, mais dont on n’a connaissance des horreurs totales que par les souvenirs du protagoniste principal, le narrateur, Céline donc, et les mots, les mots qu’il met dans tous les autres personnages, ombres d’une horreur qui transforme jusqu’au ciel printanier et en fait un fouillis de haines incontrôlées, incontrôlables.

copyright futuropolis

Certes, Céline n’a jamais été humaniste, et certainement pas dans ce « Guerre ».

Médecin, il écrit comme un légiste un peu fou pourrait disséquer un corps qu’il connaît… A la réalité de l’inacceptable se superpose ainsi l’étrange poésie plus qu’érotique de la souvenance.

« Guerre » est un livre dont on sent qu’il n’est pas abouti… Mais c’est là aussi sa force, que de nous restituer ainsi un écrivain attisant les braises de son écriture à la démesure de ses imaginaires nés toujours de ses seules mémoires…

« Guerre » est un livre à lire, sans aucun doute possible, un livre dans lequel se perdre, au rythme d’une musique à aucune autre pareille.

Jacques et Josiane Schraûwen

Guerre (auteur : Louis Ferdinand Céline – éditeur : Gallimard – avril 2022)

La Valse Brune

La Valse Brune

Rodolphe, de la bd au roman

Rodolphe, dans le monde du neuvième art, a à son actif des scénarios nombreux et variés. On pourrait citer des dizaines de séries, des dizaines de one-shots… Tous des albums marqués par une vision critique et goguenarde de notre monde…

© Mauvaise Graine

Et parmi ses très nombreux apports à l’univers de la Bande Dessinée, il en est un dans lequel, sans aucun doute, il s’est sans doute investi un eu plus encore… Une série qui lui permet d’exprimer avec plus d’intensité ses sentiments, ses révoltes, ses angoisses, ses solitudes et ses impuissances. Une série dont le personnage central, à la fin des années 50, balade sa carcasse désabusée dans des paysages souvent pluvieux, policier sans illusions autres que celles de toujours envisager l’humain dans chaque crime croisé…

Ce Commissaire Raffini résulte, c’est une évidence, de plusieurs filiations parallèles. On ne peut pas ne pas penser à Maigret et Simenon, à Nestor Burma et Léo Malet, mais aussi au Léo Malet de la trilogie noire, et à des auteurs anglo-saxons comme Hadley-Chase ou Fredric Brown.

© Tartamodo

Le polar, ainsi, est toujours fait de différents codes qu’un auteur agence à sa façon, comme un cuisinier qui réinvente sans cesse les plats de son terroir.

Et Rodolphe a décidé, en trois romans déjà, de permettre à ce personnage emblématique de son œuvre de scénariste de vivre des aventures sans dessins… Trois petits romans policiers, chez un éditeur qui ne manque pas de charme, « Le Beau jardin ». ( http://lebeaujardin.net/ )

Et le dernier en date s’appelle « La Valse Brune ».

© Les Humanoïdes Associés

Nous avons toutes et tous une musique, un petit air populaire qui nous trotte en tête… Une chanson simple, le plus souvent, qui nous replonge dans des passés plus ou moins estompés, dans des sortes de nostalgies tapies dans les méandres de nos mémoires toujours infidèles.

C’est le cas pour le commissaire Raffini, quand il reçoit le faire-part de décès de celle qui fut son épouse, il y a bien longtemps.

La souvenance est un voyage, toujours.

Et le retour de Raffini à Besançon, le temps d’un enterrement, l’enfouit dans une vie qui n’est plus, la sienne, comme dans des photos toujours mensongères… Des photos qui « jouent à suspendre le cours du temps. Mais quel mensonge ! Car bien sûr jamais le Temps ne s’arrête ni même ne ralentit et nous entraîne, nous arrache et nous rejette plus loin comme la glace descend le glacier de son sommet bleu jusqu’à la masse informe, noirâtre qui suinte de son extrémité avant de disparaître ».

Mais Raffini reste flic, d’abord… Et la mort de son amour perdu éveille ses soupçons.

Commence alors une enquête rythmée par cette vieille ritournelle, « La valse brune », une enquête au cours de laquelle on parle d’amitiés, perdues elles aussi, de collaboration possible pendant la guerre, de résistance et d’art. D’art, oui, et d’amour, tant ces deux éléments, intimement mêlés, sont à l’origine du monde, de tous les mondes qui nous habitent.

© Ferrandez

Cette « Valse Brune » est un très agréable roman policier… Même si, au tout début, j’ai été désarçonné par une concordance des temps anarchique et malvenue, je me suis ensuite laissé entraîner par un récit simple, qui n’a rien à voir avec une enquête à l’anglaise, mais qui plonge, insidieusement, dans des quotidiens d’abord et avant tout humains, vivants, proches… Chabrol s’intéressait à la bourgeoisie de province. Raffini, lui, s’intéresse aux petites gens de province et de partout… Et c’est cela qui fait aussi son charme, et celui du talent de son créateur.

Jacques Schraûwen

La Valse Brune (auteur : Rodolphe – éditeur : Le Beau jardin, collection Mauvaise Graine – juin 2021)

http://lebeaujardin.net/

Céline En Fuite

Céline En Fuite

Un portrait intelligemment construit d’un écrivain essentiel et maudit…

Louis-Ferdinand Céline est un écrivain… Un médecin… Un antisémite… Un être humain ambigu que Didier Marinesque nous raconte en parallèle des propres mots de l’auteur du « Voyage au bout de la nuit ». Un livre à dénicher, à lire, pour découvrir un personnage derrière son œuvre et les haines qu’elle a provoquées !

Céline © Editions Jourdan

Le terme de « maudit » fut utilisé par Verlaine à la fin du dix-neuvième siècle. Un terme qui englobait les créateurs en rupture de société, de reconnaissance, d’acceptation, un terme générique, à sa manière, pour dénommer les artistes s’opposant, avec provocation, aux diktats et aux normes, aux normalisations même, de la société qui, de ce fait, les refuse en tant qu’artistes.

Depuis, la psychologie et la psychiatrie se sont penchés sur cette réalité artistique, y trouvant des origines dans l’enfance et ses traumatismes. Comme de bien convenu, ai-je envie de dire… Parce que l’art ne peut jamais se résumer à une simple analyse plus ou moins scientifique ! La « malédiction » de ces artistes qui refusent d’appartenir à un formatage culturel peut sans doute se résumer au travers de la phrase célèbre de Rimbaud : « Je est un autre ».

Louis-Ferdinand Céline, de par son existence, de par son œuvre aussi, est double… Maudit, dans le sens premier du terme, par la foule comme par l’intelligentsia pour son œuvre, ses mots, et une partie de ses engagements.

Par une partie de la foule, plutôt, et par une partie du monde intellectuel, également ! De Henry Miller à Jack Kerouac, nombreux furent ceux qui défendirent Céline, même en n’appréciant pas l’homme, pour le génie de son œuvre écrite.

Céline © Gallimard

Il est vrai que Céline, auteur de pamphlets résolument et presque violemment antisémites, de « Mea Culpa » en 1936 aux « Beaux Draps » en 1941, devait bien, après la guerre, être défendu vis-à-vis de la justice française.

En 1944, Céline quitte Paris, sachant la victoire alliée proche, sachant aussi que sa personne ne risquait, au moment de la libération, qu’une seule chose : la mort, pour ces écrits qui allaient dans le sens du nazisme, qui donnaient de lui l’image d’un collaborateur plus qu’idéologique. Il n’avait sans doute pas tort, puisque l’écrivain Brasillach fut exécuté, comme d’autres intellectuels, à la suite de procès d’épuration rondement menés.

Et donc, de juin 1944 jusqu’en 1951, Céline va être en fuite… Au travers de l’Allemagne, dans une ville de Sigmaringen devenue lieu de gouvernance d’un pouvoir de plus en plus inexistant, à Berlin, et puis au Danemark.

Et c’est cette longue aventure de sept ans que nous raconte, dans ce livre, Didier Marinesque.

Mais ne nous y trompons pas, ce récit est un récit choral.

Certes, il y a le texte de Marinesque, mais il y a surtout des extraits de Céline, de ses livres, de ses lettres, nombreuses, souvent proches d’une espèce de diarrhée verbale, il y a des extraits de témoignages recueillis par des auteurs repris dans une bibliographie importante, en fin de volume.

Il en résulte, outre l’aspect historique de ce récit, de ce portrait, une manière éclatée de nous faire approcher, lecteurs passionnés ou curieux, de la vérité d’un être humain hors du commun. Ce livre n’est ni un livre d’hommage ni un livre de dénigrement, et c’est sa grande force, sa grande intelligence. Il s’agit presque d’un travail d’universitaire ayant compilé des centaines de documents et d’avis différents, les organisant pour rester, tant que faire se peut, objectif, pour ne rien cacher des parts d’ombre de Céline, mais aussi de son génie littéraire.

Céline © Futuropolis

J’ai lu Céline… Je l’ai découvert, il y a bien longtemps, grâce à Luchini, grâce, ensuite, à Tardi… J’avoue avoir lu pour la première fois, dans ce livre-ci, des extraits de ses pamphlets inacceptables, mais, également, révélateurs d’un état d’esprit qui, depuis la fin du dix-neuvième siècle, s’était multiplié dans le monde dit intellectuel…

Maudit, Céline l’a été et l’est toujours, incontestablement. Sa pensée et ses écrits le placent en marge, totalement, de la société et de ses règles. Ses livres, je parle de tout sauf de ses pamphlets, sont et restent des chefs d’œuvre de musique littéraire, d’inventivité de langage, de rythme tellement de fois, depuis, imité avec pauvreté !

J’ai lu Céline, avec passion, avec plaisir, avec émotion aussi, tant sa façon de raconter, et de se raconter, est d’une puissance presque charnelle.

Céline © Gallimard

Jai lu Céline, et en lisant ce livre de Didier Marinesque, j’ai découvert une vue d’ensemble du « personnage » plus que de l’artiste, une mosaïque de mots, de sentiments, de sensations qui nous dévoile un être aux ambiguïtés évidentes, peu sympathique, amoureux, médecin des pauvres, haï par les uns, adulé par les autres.

Ce livre nous révèle, oui, un Céline qu’il ne faut ni haïr, ni aduler… Sauf, dans un cas comme dans l’autre, pour certains de ses écrits…

Jacques Schraûwen

Céline En Fuite (auteur : Didier Marinesque – éditeur : Jourdan – 249 pages – 2013)

A lire aussi : Le Chien de Dieu, de Terpant et Dufaux : https://bd-chroniques.be/index.php/2018/01/23/le-chien-de-dieu/