Zélie la pirate : chapitre 1

Zélie la pirate : chapitre 1

Un cadeau à faire !

Un livre-disque pour enfants, « à l’ancienne » ! Un premier chapitre qui met en place des personnages qui ont tous un beau relief ! Une vraie réussite !!!

Zélie la pirate 1 © Baboo Music

Les plus anciens se souviennent de ces disques vinyles pour enfants qui étaient en même temps des livres illustrés, souvent des « Disney », de petit format… On écoutait l’histoire, on la suivait en tournant les pages. Sans télé, sans consoles, on s’enfouissait dans des mondes nouveaux, toujours renouvelés, ceux de l’imaginaire. Ceux de l’enfance…

« Zélie la pirate », c’est donc une sorte de retour aux sources des âges premiers de l’existence, ces âges qui ont le besoin de pouvoir rêver, de pouvoir s’inventer sans cesse, de pouvoir s’émerveiller.

Zélie la pirate 1 © Baboo Music

Bien sûr, n’oublions pas « Emilie Jolie », l’espèce de symphonie de l’époustouflant Philippe Chatel, ni, plus récemment, « Le soldat rose ». Mais il s’agissait là, dès le départ, de contes pour enfants imaginés comme des spectacles.

Avec Zélie, tel n’est pas le cas.

C’est un livre, un livre audio, avec une histoire construite, avec des chansons, mais surtout avec une aventure, une vraie, à taille d’enfance !

Zélie, c’est une adolescente qui, du haut de ses quinze ans, vit dans une famille décomposée. D’un côté, sa mère, commerçante tranquille. De l’autre, son père, Pirate de haute volée. Elle passe la moitié de son temps chez l’un, l’autre moitié chez l’autre, et ses préférences vont, incontestablement, à l’univers marin de son père, le capitaine Mac Pherson. Mais ce père ne veut pas que sa fille suive le même chemin que lui, et il la confie, loin des combats possibles, à un homme d’équipage, Barbemolle, et à un perroquet géant, Hashtag.

Zélie la pirate 1 © Baboo Music

Vous voyez, tous les ingrédients d’une bonne histoire de pirates sont en place. Il n’y manque qu’un méchant, qui va prendre les traits de Charles de la Mare de l’Etang Sec, second du capitaine.

Dès lors, il va y avoir kidnapping du perroquet, explication du secret de navigation du père de Zélie, et, bien évidemment, combat à l’épée qui va prouver que Zélie a tout pour être une grande pirate et prendre le relais de son père, très bientôt ! Il va y avoir aussi le premier amour de Zélie, sa première déchirure amoureuse, également, et la découverte des papillons dans la tête et de l’horreur de la trahison, et la conscience que la vie se doit de dépasser les seules apparences…

Zélie la pirate 1 © Baboo Music

Ce conte musical et écrit est le fait de quatre personnes, de quatre complices : Aurélie Cabrel, Esthen Dehut, Bruno Garcia, et Olivier Daguerre.

C’est vraiment toute une équipe qui est aux commandes de ce livre-disque, dans sa conception comme dans sa réalisation, avec des musiciens talentueux. C’est vrai qu’on s’attarde surtout, quand on parle de cette pirate Zélie, sur une des auteurs : Aurélie Cabrel. Mais c’est une erreur… Certes, il s’agit de la fille de Francis Cabrel (qui signe une courte préface et gratte un peu de la guitare dans le disque), mais ce livre ne doit rien à cette filiation médiatisée.

C’est un excellent livre-disque, un récit linéaire avec un beau lot d’action et de bons sentiments, avec des chansons bien écrites, littérairement et musicalement, avec des illustrations souriantes et superbement colorées, qu’on doit à Guylaine Lafleur et Aurélie Cabrel. Et j’aime assez la voix de la chanteuse, Nathalie Delattre, qui a un timbre rieur proche de celui de Sabine Paturel.

Zélie la pirate 1 © Baboo Music

N’hésitez pas, donc, à offrir ce livre à vos enfants et petits-enfants, à le lire et l’écouter en leur compagnie, devant un poste de télé éteint… En attendant que paraisse le deuxième chapitre d’une bien belle découverte !

Et n’hésitez pas non plus à aller voir la « bande de lancement de cet audio-livre plus que souriant !

Zélie la pirate 1 © Baboo Music

Jacques Schraûwen

Zélie la pirate : chapitre 1 (auteurs : Aurélie Cabrel, Esthen Dehut, Bruno Garcia, et Olivier Daguerre – éditeur : Baboo Music)

 » Ni L’Un ni l’Autre  » et  » Zigzag Les véhicules »

 » Ni L’Un ni l’Autre  » et  » Zigzag Les véhicules »

Deux livres pour enfants à trouver dans la hotte de Saint-Nicolas…

Ni l’un ni l’autre

(auteure : Anne Herbauts – éditeur : Casterman)
Ni l’un ni l’autre © Casterman

On peut mettre en exergue de ce petit livre cette phrase : « Mon père est drôle, ma mère est grande, et moi, je ne suis ni l’un ni l’autre, je suis moi. » Anne Herbauts, avec un texte simple, avec des dessins volontairement enfantins, nous parle du quotidien d’un enfant, de ses perceptions du monde qui l’entoure.

Tout ça a l’air sérieux, mais tranquillisez-vous, c’est un vrai livre à lire à ses enfants, à ses petits-enfants, un livre qui vient à son heure, aussi, dans un monde qui devient de plus en plus virtuel.

Et je vais citer Anne Herbauts qui, par mail, a accepté de dialoguer avec moi… Elle me dit : « Etre soi-même, je pense, restera car nous avons un corps qui vit, donc goûte, tente, se confronte, change, grandit, vieillit, se cogne, sent. Et ce corps n’est pas virtuel. Il faut apprendre, et ne pas croire sans analyser, réfléchir. L’homme est un animal qui pense, qui rit, qui pleure et qui sait d’où il vient. Il a inventé le temps. Il a inventé le virtuel. Oui, certainement, les livres, pour les enfants et pour les grands, sont de grands lieux (refuges) où apprendre à réfléchir. »

Anne Herbauts m’a également parlé de l’importance de la lecture. Et elle a été très poétique.

Elle m’a écrit : « Le livre est pour moi un objet magique. On y voyage, on déchiffre, on avance dans un temps parallèle, celui du récit, on y rencontre des questions qui resteront ouvertes, on y construit ses réponses, on y rêve, on s’y projette, on n’y est pas jugé, on pense, on réveille des souvenirs, des sensations. Dans les livres d’images, on lit un merveilleux langage qui se déploie entre le texte et l’image, qui racontent ensemble quelque chose que ni un texte seul ne raconte, ni une image seule ne dit. C’est une osmose. Rien de virtuel. Rien que du papier. Il y a là une très grande liberté. Avec ou sans masque, virtuel ou non, lisons, lisons. Le plaisir des livres, c’est la griserie d’apprendre… »

Ni l’un ni l’autre © Casterman

Zigzag Les Véhicules

(auteur : Makii – éditeur : Casterman)
Zigzag © Casterman

Voici un livre destiné à des enfants un peu plus âgés, une espèce de livre jeu d‘imagination. Il se déplie en accordéon et devient une sorte de plateau de quelque deux mètres, nous montrant au recto différents paysages de villes et de villages, remplis de véhicules de toutes sortes, et nous racontant, au verso, des tas de petites histoires concernant les véhicules… Des véhicules qui, à leur manière, permettent à l’enfant, en les découvrant, en découvrant leur nom et leur utilité, voire à les imaginer, à avoir une vue personnelle et ludique sur le monde qui l’entoure. Chaque morceau de cet accordéon éveille l’imagination, oui, et l’enfant qui s’y plonge devrait, très vite, se mettre à se raconter des histoires. Ou à en raconter à ses parents ou grands-parents !

Zigzag © Casterman

Deux livres pour jeune public, à lire avec leurs parents, ou leurs grands-parents, pour le plaisir, simplement… Et pour soutenir le monde de la culture, au sens large du terme, qui en a bien besoin…

Jacques Schraûwen

L’Arbre à Palabres

L’Arbre à Palabres

Remedium, fort de ses expériences humaines, de ses convictions, de ses engagements militants, nous offre toujours des livres qui, à partir du réel, nous emmènent vers des approches sociétales importantes, essentielles même.

L’Arbre à palabres © Des ronds dans l’eau

C’est encore le cas aujourd’hui, avec un livre qui s’éloigne de l’univers de la bande dessinée et s’adresse à un public jeune, à l’enfance de tout émerveillement et, donc, de toute réflexion. Un livre réalisé avec la collaboration d’Amnesty International.

Au centre d’un village africain trône un arbre autour duquel on parle, on se raconte, on écoute, on vit.

L’Arbre à palabres © Des ronds dans l’eau

L’intolérance est l’apanage de l’homme, et cet arbre à palabres, narrateur de ce livre, doit être détruit par des guerriers venus d’ailleurs. Il s’agit « d’empêcher les griots de parler, les enfants de jouer, les anciens d’enseigner, les plus jeunes de comprendre ».

L’Arbre à palabres © Des ronds dans l’eau

Mais la vie et la nature sont plus forts que l’incommensurable bêtise de ceux qui, au nom d’une foi, d’une idéologie, pensent posséder la seule vérité. Et autour d’une nouvelle pousse, les palabres reprennent, et le temps de vivre vient après celui de mourir et de tuer…

Le propos est sérieux. Le traitement, lui, est d’une belle simplicité, graphique et littéraire.

L’Arbre à palabres © Des ronds dans l’eau

Remedium nous raconte son histoire, sans se presser, avec des phrases simples, avec des dessins immédiats, des perspectives courtes, des expressions aisément reconnaissables. Et, ce faisant, il prouve que les livres pour enfants, les livres à leur lire, à leur faire lire, peuvent (et doivent…) se nourrir de rêve et d’intelligence… donc, de poésie !

Jacques Schraûwen

Auteur : Remedium – éditeur : Des ronds dans l’O jeunesse