Raven : 1. Némésis

Raven : 1. Némésis

Des Pirates, un trésor, des cannibales, une femme cruelle, une jeune noble presque féministe : Raven, c’est un monde maritime, un monde de passions humaines, une grande aventure merveilleusement amorale !

Raven 1 © Dargaud

Raven est un pirate… Un combattant d’une efficacité redoutable dans ses luttes, dans les abordages comme sur la terre ferme. Un homme qui manque souvent de chance, aussi, qui porte même la poisse comme le disent ses collègues sur l’Île de la Tortue. Il a frôlé la mort bien des fois, et c’est encore dans une situation de ce genre qu’on le retrouve dès la première page de cet album : accroché à une ancre, au fond de l’eau, à quelques secondes sans doute d’un adieu définitif à la vie.

Raven 1 © Dargaud

Mais voilà, Raven a aussi de la chance… Celle d’avoir des amis qui le sauvent, par exemple !

A partir de cette première scène, Lauffray construit son album avec des flash-backs, des changements de lieux, des récits parallèles aussi. C’est ainsi, par petites touches qui ressemblent à des pièces de puzzle, qu’il met en place tous les personnages qui, plus anti-héros qu’héros, vont donner vie à une histoire de violence, de tueries, de vacarme, de canons, de naufrages, de sang et, parfois, de désir.

Je ne vais pas vous raconter quoi que ce soit de cet album qui ne se contente pas d’être une simple présentation des protagonistes d’une série d’aventure, mais sachez que l’action ne manque pas, sachez que vous ne pourrez que parfois sourire aux frasques de Raven, rêver aux charmes de deux femmes totalement différentes l’une de l’autre, et, tout comme moi, la dernière page tournée, attendre avec impatience le tome suivant !

On est dans de la bonne bande dessinée d’aventure, oui, presque à l’ancienne, mais avec un regard actuel et une plume, celle du scénariste Lauffray comme celle du dessinateur Lauffray, qui est totalement actuelle dans la description de l’horreur quotidienne qu’engendrait, en ces temps qui n’étaient ni héroïques ni épiques, la recherche d’un improbable trésor.

Raven 1 © Dargaud

Mathieu Lauffray a toujours aimé la mer, l’océan. Même en s’aventurant dans d’autres univers, il lui faut dessiner cet élément liquide qui construit majoritairement notre Terre, donc notre humanité…

Il fait ainsi partie de quelques auteurs rares capables d’enflammer l’imaginaire de leurs lecteurs grâce à la puissance graphique et narrative des décors marins. Je pense à Lepage, bien évidemment, à Follet, à Vance, à Delitte…

Je ne veux pas dire par là que Lauffray manque d’originalité, loin s’en faut ! La mer, l’océan, les fleuves perdus dans les jungles sauvages, ce sont bien plus que de simples éléments de décor. L’eau, cela bouge, cela se transforme, cela change de lumière et d’apparence en quelques secondes. Et chez Lauffray, c’est sans doute cette vérité liquide qui devient, le plus souvent, le vrai personnage central de ses récits. Comme dans Long John Silver, une série absolument superbe… Comme ici… Raven et son ennemie dont on devine qu’elle va devenir intime, Lady Darksee, ne prennent vie qu’en s’ancrant profondément dans l’existence de l’océan et des navires qui osent affronter toutes les vagues de l’aventure…

Raven 1 © Dargaud

Raven, c’est de la bande dessinée efficace, avec un sens du mouvement exceptionnel, avec une puissance d’évocation dans les visages et les attitudes comme dans les décors, avec une couleur omniprésente qui n’a pas peur de se perdre dans des verts profonds. Librement inspiré par un roman de Robert E. Howard, le personnage de Raven n’est pas loin de rappeler Conan : un humain brut de

coffrage qui, au-delà de la seule apparence de cruauté et de violence, connaît quelques failles qui le rendent presque humain…

Et je n’ai pas pu m’empêcher, le livre refermé, à penser à Baudelaire…

« Homme libre, toujours tu chériras la mer !

La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme

Dans le déroulement infini de sa lame,

Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer »

Raven 1 © Dargaud

Mathieu Lauffray, dans ce livre, a toutes les commandes en main, et il nous prouve que son talent est loin, très loin même, de se perdre dans les flots de la mode et de ses indifférences ! Et j’aime assez le titre de ce premier opus, qui fait référence à la mythologie grecque, à la vengeance, à une âme identique, finalement, à celle dont nous parlait Baudelaire, l’âme du gouffre…

Jacques Schraûwen

Raven : 1. Némésis (auteur : Mathieu Lauffray – éditeur : Dargaud – 54 pages – avril 2020)

René Follet, un illustrateur humaniste au service du scoutisme

René Follet, un illustrateur humaniste au service du scoutisme

C’est le 13 mars dernier qu’est mort René Follet, un dessinateur belge exceptionnel par son talent, par sa gentillesse, par son humilité, par la fidélité qu’il a eue, pendant toute sa vie, à ses idéaux de jeunesse !

René Follet © CHBS

Ses idéaux de jeunesse… Voilà une expression qui, de nos jours, semble de plus en plus désuète, comme l’est le mot « valeurs ».

Et il est vrai que, parmi les gens en place, parmi les gens qui « ont réussi », ils sont nombreux, ceux qui ont oublié leurs adolescences pleines de rêves, d’attentes, de révoltes et de réels en création.

Dans l’univers de la bande dessinée, cela n’a jamais été le cas, fort heureusement, de gens comme Tardi, comme Lepage, comme Hermann, comme Follet… Entre autres !

René Follet © CHBS

René Follet…

Un homme dont l’humilité était sans apprêt, un artiste qui m’a dit un jour ne rien regretter, qu’il avait eu les honneurs qu’il méritait, et qu’il n’en méritait pas plus, et que c’était bien comme ça…

Un homme droit, souriant, accueillant. Un artiste que tous ses pairs admiraient sans réserve, pour son talent, pour l’évidence de ses couleurs comme de ses traits, de ses regards dessinés comme des mouvements construits à même les pages de ses albums.

René Follet © CHBS

Je parlais d’Emmanuel Lepage, et ce fut une belle amitié que celle qui a uni ces deux dessinateurs au long de pages somptueuses, au feu de quelques voyages graphiques, celui de Jules par exemple, qui ont apporté à la bande dessinée, ces dernières années, un feu nouveau.

Cela dit, au-delà d’une œuvre BD importante, méconnue il faut bien le dire, ce qui a fait aussi la qualité extraordinaire de René Follet, c’est sa carrière d’illustrateur. Plutôt que carrière, d’ailleurs, c’est le mot « passion » qu’il faudrait utiliser et dire de lui qu’il fut un des plus géniaux « artisans » de l’illustration du vingtième siècle.

René Follet © CHBS

Ne croyez pas que l’art de l’illustration est un art mineur, que du contraire ! Combien sommes-nous à avoir découvert le plaisir de lire grâce aux illustrations des livres qui nous tombaient dans les mains.

René Follet fut cet illustrateur « éclaire », sans aucun doute. Et il le fut d’abord et avant tout peut-être dans le cadre du scoutisme. Je parlais, plus haut, de valeurs… Il est de bon ton, aujourd’hui, de critiquer le scoutisme, d’en faire l’amalgame avec les jeunesses hitlériennes, avec la pédophilie, avec l’extrême droite d’aujourd’hui. C’est là faire injure, d’une part, à l’Histoire, celle du vingtième siècle, celle du scoutisme qui, depuis sa naissance, a inspiré bien des idéologies, les jeunesses hilériennes comme les faucons rouges… C’est faire injure, d’autre part, aux millions de jeunes qui, à traves le monde, ont trouvé chez les louveteaux, les scouts, les guides, le sens de mots aussi importants que « solidarité », « amitié », « partage », « responsabilités », « action » !

René Follet © CHBS

Et c’est un époustouflant mélange que nous offre ce livre, « René Follet, un illustrateur humaniste au service du scoutisme », un mélange entre l’éblouissement de ses illustrations et le sens de la liberté assumée au sein d’un mouvement de jeunesse qui a toujours voulu laisser la parole à cette jeunesse.

René Follet © CHBS

On y retrouve, plus qu’un catalogue, la présence d’un humaniste, oui, d’un être humain profondément à l’écoute des autres, sans idéologie, sans dogmatisme. Même si, comme il me l’a dit, il n’a découvert Pierre Joubert que bien après ses travaux ici montrés, au sein du scoutisme belge, on voit quand même que, jeune, il a dû voir les dessins de Joubert dans les équivalents de de la revue Plein Jeu ou Seeonee en France. IL n’y a aucune imitation, loin de là, mais il y a comme une fratrie… Que partagent, d’ailleurs, hier un Pierre Forget, aujourd’hui un Emmanuel Lepage.

René Follet © CHBS

Le livre de Jean-Louis Hengchen, édité par les « Cahiers D’histoire Belge du Scoutisme » rend ainsi hommage en même temps au scoutisme et à René Follet. C’est un ouvrage indispensable pour tous les amoureux de l’œuvre de René Follet, pour tous ceux qui ont vécu le scoutisme avec intensité, pour tous ceux qui veulent en découvrir quelques arcanes.

C’est un livre superbe, sans prétention comme l’était René Follet. Un livre que vous ne pouvez pas ne pas vous procurer !…

Jacques Schraûwen

René Follet, un illustrateur humaniste au service du scoutisme (auteur : Jean-Louis Hengchen – éditeur : CHBS)

Liens CHBS :

www.chbs.be

https://bd-chroniques.be/index.php/2020/03/14/rene-follet/

https://bd-chroniques.be/index.php/2019/07/16/les-voyages-de-jules/

https://bd-chroniques.be/index.php/2017/04/11/les-voyages-dulysse/

© CHBS