Les Fables de La Fontaine – illustrées par Quentin Blake, lues par Denis Podalydès

Les Fables de La Fontaine – illustrées par Quentin Blake, lues par Denis Podalydès

Il fut un temps pendant lequel l’enseignement primaire faisait grand cas des Fables écrites par La Fontaine. Elles étaient un outil pédagogique exceptionnel, pour la mémoire, l’analyse, la diction, la rédaction même ! Retrouvez-les, illustrées avec bien plus que de la simple malice !

Les Fables de La Fontaine © Les Arènes

Quelle définition peut-on donner au mot « culture » ?… Quel sens accorder à l’expression « patrimoine culturel » ?

Bien des penseurs, depuis toujours sans doute, se sont penchés sur ce questionnement. Toute culture, finalement, est la résultante ente le quotidien, et donc l’évolution d’une société, et ce que le passé, donc la civilisation, a créé comme réalisations. Le patrimoine, dès lors, ne peut se résumer à partir d’une seule réalité physique. A côté de l’architecture, les cathédrales par exemple, ou les temples grecs et romains, il y a les œuvres d’art, tangibles, il y a les traditions qu’on appelle folkloriques, il y a la chanson, il y a la littérature, la poésie, autant de formes qui sont les miroirs d’une époque, certes, mais également des jalons dans l’évolution d’une société qui est la nôtre.

Les Fables de La Fontaine © Les Arènes

La Fontaine fait, sans aucun doute possible, partie de ce patrimoine résolument intemporel parce qu’universel. Ses fables, certes inspirées par Esope, continuent toujours à exprimer des gestes, des attitudes, des réactions, des sentiments qui restent ceux de notre aujourd’hui.

Bien entendu, il y a les grands classiques, « Le Corbeau et le Renard », « Le Lièvre et la Tortue »… Mais il y a toutes les autres fables, moins connues, voire totalement oubliées, et qui, assurément, méritent le détour.

C’est ce que j’apprécie dans ce livre qui nous offre, à sa manière, un vrai panorama de l’œuvre d’un fabuliste. On y trouve les textes aux morales (dans le sens philosophique du terme) évidentes, tous publics, bien évidemment. Mais on y découvre également quelques poèmes infiniment plus légers, courtois pratiquement, libertins en tout cas, comme « La Jeune Veuve », ou « Le Mari, la Femme et le Voleur » ou encore le très étonnant et très passionnel « La Chatte Métamorphosée en Femme »…

Les Fables de La Fontaine © Les Arènes

Ce livre est somptueux, amusant, endiablé, par les textes, mais aussi par le dessin de Quentin Blake, un des plus grands illustrateurs contemporains, un de ces artistes capables, en quelques traits, de donner vie à un dessin et, ce faisant, de dépasser le texte illustré.

Le seul bémol que je fais concerne le cd et le côté très monocorde, sans véritable interprétation, de Denis Podalydès. Ce n’est pas l’acteur que je juge, là, mais je trouve faible la façon dont il semble lire les fables de La Fontaine sans vraiment vouloir y plonger. Il faut dire que j’ai écouté bien des fois Luchini dans le même exercice… La Fontaine a besoin de cabotinage pour être amusant à l’écoute aussi, et Denis Podalydès a choisi, lui, la voie du dépouillement. Il « dit » bien, mais sans âme, à mon humble avis !

Les Fables de La Fontaine © Les Arènes

Cela dit, ne boudez surtout pas votre plaisir ! Ce livre est un vrai plaisir, pour les yeux comme pour l’intelligence… Une édition presque à l’ancienne, avec un papier qui aime le contact des doigts… Et le cd, tout compte fait, peut s’écouter, à petits doses, peut se faire écouter (dans les textes moralistes tous publics…) par vos enfants, vos petits enfant…

Un cadeau idéal donc pour les fêtes de fin d’année…

Jacques Schraûwen

Les Fables de La Fontaine – illustrées par Quentin Blake (éditeur : Les Arènes – septembre 2020 – 117 pages et un cd de Denis Podalydès)

Le Repas Des Hyènes

Le Repas Des Hyènes

Un livre coup de cœur…

L’Afrique, la magie, l’enfance… Et le rêve, surtout, celui des histoires qu’on se raconte en souriant pour avoir un peu peur, pour se sentir bien de vouloir rester vivants…

Le Repas Des Hyènes © Delcourt/Mirages

Aurélien Ducoudray est un de ces scénaristes pour qui aucune histoire ne peut être totalement gratuite. Il a besoin, intellectuellement, philosophiquement, de nous parler de nos présents, même en nous racontant des histoires improbables ou en nous plongeant dans des récits historiques. Capable de se faire le chantre de l’aventure la plus traditionnelle, capable d’une forme narrative de poésie, capable d’humour, Ducoudray réussit souvent, très souvent même, à nous étonner. De « Bob Morane » à « Monsieur Jules », de « Kidz » à « Camp Poutine », son imaginaire est toujours touche-à-tout.

Et avec ce livre-ci, il nous étonne encore, en nous immergeant dans une Afrique rêvée, une Afrique dans laquelle le passé reste omniprésent grâce aux légendes, grâce aux récits des anciens, grâce à des organisations politiques élémentaires et efficaces au quotidien des villages reculés. Des légendes, oui, qui, toutes, sont des quêtes identitaires, des voyages qui mènent de l’enfance à l’âge adulte souvent, avec un symbolisme évident de l’épreuve à franchir pour se rapprocher de soi, de ce qu’on est, intrinsèquement, en se confrontant à la mort.

Le Repas Des Hyènes © Delcourt/Mirages

C’est une fable qu’il nous raconte. Une fable africaine ? Par le choix de son environnement, sans aucun doute, mais universelle aussi par les réflexions qu’elle amène.

Le rire des hyènes a un pouvoir qu’il s’agit de combattre : celui de faire revenir de l’au-delà les défunts. Et pour empêcher que cela arrive, il faut nourrir ces animaux, avec sur le visage un masque qui leur fait croire qu’aucun humain ne s’y cache. Les nourrir parce que, le ventre plein, ces animaux magiques ne peuvent plus rire.

Au cours de cette cérémonie, un gamin, Kana, réveille un Yéban, un esprit maléfique qui l’oblige à l’accompagner pour retrouver son chemin. Un chemin vers un but que cet esprit prenant la forme d’une hyène géante ne connaît pas lui-même.

Le Repas Des Hyènes © Delcourt/Mirages

Et c’est ainsi que, côte à côte, un gamin et un esprit sans doute malfaisant vont suivre une route faite de hasards et de peurs, de sourires plus que de rires, d’aventures et de rêveries. De rencontres aussi… Avec des êtres à la peau blanche contre lesquels le Yéban ne peut rien, puisqu’ils appartiennent à un autre monde qu’à celui de l’Afrique !

C’est là, pour le scénariste, le chemin qu’il choisit, lui, pour nous parler de violence, de haine, d’esclavagisme, de domination !

Depuis Esope, on sait que les fables, le plus souvent, se terminent mal. Et c’est bien le cas avec ce repas des hyènes… Quoique… Puisque c’est une fable, ce n’est sans doute qu’un récit raconté à qui veut bien par un vieillard sur une place publique. Ou pas…

Pour Ducoudray, un des thèmes essentiels de ses inspirations touche aux apparences, trompeuses, sans cesse changeantes. C’est au travers de celles-ci qu’à chaque fois, ou presque, il se laisse aller à une vraie poésie, dans le langage comme dans l’action racontée.

Le Repas Des Hyènes © Delcourt/Mirages

Et pour accompagner ce récit qui, finalement, n’est pas réellement initiatique, il fallait aux mots de Ducoudray un dessin choisissant la voie d’une originalité respectueuse de l’art africain… Mélanie Allag s’est plongée totalement dans la narration de Ducoudray, et elle a réussi à faire de ce livre un mélange étonnant et détonnant de styles parfaitement maîtrisés. Avec un trait qui refuse le réalisme, elle parvient à rendre compte de la réalité d’un village perdu au plus profond d’une Afrique à la fois réelle et imaginée. Avec un trait qui choisit d’être expressionniste, elle réussit à ce que l’humour ne soit jamais totalement absent de ses pages, de ses cases. Et puis, avec des couleurs presque brutales, elle crée des séquences aux ambiances puissantes, passant d’une vie quotidienne à des fantasmagories époustouflantes.

Le Repas Des Hyènes © Delcourt/Mirages

Si ce livre est éminemment poétique, il le doit énormément à cette dessinatrice dont la sensibilité graphique, pour influencée qu’elle soit encore par le cinéma d’animation, permet à la fable de Ducoudray de sortir, en quelque sorte, des cases et des pages de cet album !

Un livre à lire, par tout le monde… Un coup de cœur, véritablement…

Jacques Schraûwen

Le Repas Des Hyènes (dessin et couleur : Mélanie Allag – scénario : Aurélien Ducoudray – éditeur : Delcourt/Mirages – 150 pages – septembre 2020)

Dow – 1. Les Ailes du Loup

Dow – 1. Les Ailes du Loup

Une bande dessinée d’aventure, qui mélange les genres et qui nous parle d’une sorte de super-héros, un aventurier, un homme avide de vengeance, dans un univers de mafieux, d’art et de trahisons…

D.O.W. 1 © Dupuis

La couverture de cet album, en nous montrant en effet un personnage qui porte un costume très symbolique de la thématique des super-héros, annonce la couleur. On y aperçoit Aliocha, donc, le héros de cet album, qui se trouve sur le toit d’un bâtiment. Il tient à la main une bombe de peinture. Autour de lui, on voit voler des pigeons. Il ne manque qu’une seule chose pour définir complètement ce personnage : un tatouage… Aliocha est un super-héros, à sa manière, mais sans vrais pouvoirs extraordinaires. C’est un héros humain, moderne…

Thilde Barboni : le héros de ce livre

Personnage ambigu, Aliocha multiplie les apparences, les appartenances à différents mondes, et c’est ce qui en fait, sans aucun doute, un aventurier proche de ce que les Comics aiment aborder : le justicier caché derrière un autre nom ! Pendant la journée, Aliocha est un tatoueur réputé, avec une clientèle qui n’a aucune difficulté financière. La nuit, il devient un « street-artist » engagé qui fait penser à Banksy. Et il est aussi un homme qui a des buts infiniment moins avouables.

Thilde Barboni : la symbolique du tatouage
D.O.W. 1 © Dupuis

Tout cela pourrait paraître confus, mais ce n’est pas le cas, dès qu’on entre dans l’intrigue concoctée par la scénariste, Thilde Barboni. Romancière par ailleurs, Elle aime en effet mélanger les histoires, construire des récits qui mêlent les genres. C’est le cas ici, encore, mais avec toujours, le souci de ne pas perdre le lecteur en cours de route, de l’agripper, en quelque sorte, en lui montrant à voir des actes et des actions dans lesquels la passion est omniprésente. Toutes les passions… Et elle le fait en multipliant les strates de lecture, en ajoutant à l’action et à ses narrations au premier degré, des symbolismes nombreux, épars, discrets. On y découvre par exemple une partie de l’histoire de la Russie soviétique, de celle du nazisme et de ses compromissions, on croise la présence de Dostoïevski. Il y a des armoiries, une croix gammée, un cercle tatoué qui, à lui seul, est un symbole puissant.

Thilde Barboni : les symboles, les références
D.O.W. 1 © Dupuis

Dans DOW, il est évident qu’on se trouve dans un face à face de deux systèmes de codes spécifiques. Il y a les codes habituels du polar : une guerre des gangs, une vengeance, la mafia, le poids du passé. Et il y a aussi les codes du comics américain. A ce titre, il faut souligner l’apport évident du dessinateur Gabor, qui use sans abuser de perspectives variées et démesurées, parfois, d’un dessinateur très expressionniste, tout et étant classique, avec des couleurs qui jouent avec les ambiances et aident à créer des rythmes dans chaque page, dans chaque séquence.

D.O.W. 1 © Dupuis

Et le fait de créer un héros tatoueur, ce n’est pas seulement profiter d’un phénomène de mode : c’est aussi sous-entendre que toutes les apparences, finalement, sont fabriquées… C’est donc un livre qui est bien plus qu’une simple aventure policière convenue. C’est une bande dessinée agréable à lire mais qui soulève, de ci de là, des vraies questions, des vraies réflexions…

Thilde Barboni : les apparences

Et ce mélange fonctionne. C’est une bd d’aventures, violente, avec des protagonistes bien typés. Mais c’est aussi, en même temps, un livre plein de références, philosophiques, historiques, littéraires… Dow, c’est une série qui nous parle aussi, dès son premier tome, du temps, du hasard, de ce lieu où nous nous trouvons toutes et tous, entre l’avant et l’après… Toute réalité humaine ne dépend-elle pas, dès l’initiale de sa réalité, du hasard autant que du temps qui passe…

Thilde Barboni : le hasard et le temps
D.O.W. 1 © Dupuis

Jacques Schraûwen

Dow – 1. Les Ailes du Loup (dessin : Gabor – scénario : Thilde Barboni – éditeur : Dupuis – 64 pages – septembre 2020)

Thilde Barboni