Taxi – Récits depuis la banquette arrière

Taxi – Récits depuis la banquette arrière

J’ai déjà, ici, dit tout le bien que je pensais d’Aimée De Jongh, une jeune néerlandaise dont le talent et la simplicité construisent déjà une œuvre importante. Chacun de ses livres est un jalon de plus sur les chemins du talent pur !

https://www.rtbf.be/culture/bande-dessinee/detail_l-obsolescence-programmee-de-nos-sentiments-l-amour-le-desir-le-bonheur-et-le-temps-qui-passe-jacques-schrauwen?id=9976456

https://bd-chroniques.be/index.php/2021/06/19/jours-de-sable/

Taxi © La Boîte à Bulles

Avec « Taxi », elle explore avec réussite une forme ce narration sereine, tranquille, poétique…

Elle est cette jeune femme qu’elle dessine, auteure de bd qui se balade autour du monde, tranquillement, et découvre les pays qu’elle traverse de la banquette arrière des taxis qu’elle emprunte…

Ce n’est certes pas une autobiographie, je parlerais plutôt d’un « auto-récit »… Une narration surprenante, qui pourrait n’être qu’immobile et qui, pourtant, se révèle sans cesse en mouvement… Parce que la naissance du mouvement, du geste, de la vie donc, tout cela ne peut prendre naissance qu’au travers des mots en échange et des regards posés, curieux et sans préjugés, sur le monde.

Taxi © La Boîte à Bulles

Et c’est là le contenu de ce livre, d’abord et avant tout : la « rencontre »… Entre une cliente et des conducteurs de taxi, entre des humains qui vivent dans des univers différents mais qui, par la magie du voyage, acceptent, avec plus ou moins de plaisir, de faire un bout de chemin ensemble.

Chaque rencontre crée des souvenirs et en remet d’autres en mémoires.

Et dans cet album, ces souvenirs anciens viennent ponctuer les trajets en voiture, et ces ponctuations, étrangement, sont souvenances de mort… Le taxi passe devant le Bataclan… Un autre taxi laisse l’image de Robin Williams occuper une part de l’espace… Un autre véhicule, encore, nous permet de découvrir des pratiques funéraires très différentes de tout ce qu’on connaît…

Taxi © La Boîte à Bulles

Je dis : « nous permet »… Et c’est là aussi que la magie opère, celle de la création, celle du talent d’Aimée De Jongh. Ce qu’elle a vécu et raconte avec une simplicité extrême, c’est autant à nous qu’elle le délivre qu’à elle-même. Et, ce faisant, elle dessine, sans jamais la montrer, une géographie dans laquelle toutes les villes se ressemblent tout en étant différentes, tous les humains sont semblables tout en ayant des préoccupations parfois très opposées.

Los Angeles, Paris, Jakarta, Washington deviennent ainsi, pour Aimée comme pour les taximen, des étapes de vie… Des lieux à découvrir de derrière des vitres, mais des lieux qui, en même temps, deviennent des acteurs.

Ces villes sont des jalons tranquilles, sereins, empreints d’une poésie quotidienne sans apprêts, dans la pensée de l’héroïne, et forment, étrangement, comme la trame d’une approche automobile et sociologique de l’existence de tout un chacun.

Taxi © La Boîte à Bulles

Les clichés, omniprésents lorsqu’on parle, toutes et tous, d’endroits dont on ne connaît que les façades touristiques, sont progressivement battus en brèche dans ce livre. Ce qui n’empêche pas certains d’entre eux de devenir une sorte de leitmotiv universel… En Asie comme aux Etats-Unis, quand on parle des Pays-Bas, on entend, comme en écho, le nom de Cruyff…

Le dessin d’Aimée De Jongh s’attarde sur les traits et les mimiques de son héroïne, d’elle, donc… Ses étonnements, ses questionnements, ses peurs parfois, ses incompréhensions également, tout cela se lit dans ses yeux, dans les plis de ses lèvres en sourires ou en hésitation…

Taxi © La Boîte à Bulles

Elle joue ainsi avec les contrastes… Contrastes que le noir et blanc accentue, que ce soit pour les décors et le jeu0d es lumières qui leur donnent relief, que ce soit, aussi, surtout peut-être, dans les physionomies de la passagère et de ses conducteurs.

De voyage en voyage, de rencontre en rencontre, ce livre peut donner l’impression que la passagère de ces taxis ne cherche qu’elle-même, et que ses voyages à travers le monde n’ont qu’un seul but, lui créer un miroir où se reconnaître.

Mais il n’y a pas de mouvement perpétuel et narcissique, dans ce livre, il n’y a pas non plus de quête. Il y a un beau poème, de mots et de silence, de dessins et de rêves, de découvertes et de sensations. Un poème qui, comme toute poésie, ne peut s’aimer et se savourer que dans le partage…

Aimée De Jongh

Et il ne tient qu’à vous de vous enfouir dans l’univers d’Aimée De Jongh, de laquelle me vient une certitude : elle est en train de devenir une des dessinatrices les plus étonnantes et les plus importantes qui soient dans le paysage du neuvième art actuel !

Jacques Schraûwen

Taxi (auteure : Aimée De Jongh – éditeur : La Boîte à Bulles – septembre 2021 – 96 pages)

Ballade pour Sophie

Ballade pour Sophie

Un livre à offrir, à s’offrir, une réédition bienvenue! 

Un souffle d’air pur, d’émotion et de poésie

Il y a des livres qui méritent une existence plus longue que celle que les libraires réservent aux nouveautés… C’est le cas avec cette « Ballade » qui se révèle être un superbe petit bijou d’intelligence…

Ballade pour Sophie © Paquet

A Cressy-la-Valoise, petit bourg tranquille, vit un certain Julien Dubois, plus connu dans les médias sous le nom d’Eric Bonjour, star de la musique sirupeuse et passe-partout.

Mais ce pianiste ne fut pas toujours cet histrion parvenu à la notoriété et à la richesse en caressant dans le sens du poil un public sans culture. Jeune, il rêvait à la musique, la vraie, celle qui parle à l’âme plus qu’au portefeuille, celle qui n’apporte de notoriété que lorsqu’elle se révèle jouée avec passion et sincérité.

Ballade pour Sophie © Paquet

Pianiste débutant, il y a plus de 60 ans, Julien a gagné un concours dans cette même bourgade. Mais il l’a gagné par tricherie, de la part de ses parents. Il l’a gagné, ce concours, face à un jeune garçon de son âge, Frédéric Simon. Un génie de la musique, de l’interprétation…

Et pendant toute son existence, Julien Dubois va être déchiré entre deux sensations. L’admiration pour ce garçon qui va devenir une étoile de la musique classique, et une terrible jalousie à son égard.

Et c’est cela que va découvrir une jeune femme qui, se déclarant journaliste, vient interviewer le « maestro » vieillissant.

Ballade pour Sophie © Paquet

Et tout le contenu de ce livre se trouve dans cette rencontre.

Une jeune femme dont on devine très vite qu’elle cherche autre chose qu’une interview…

Un vieil homme qui s’est retiré du monde et de ses gloires imméritées…

Ballade pour Sophie © Paquet

Une gouvernante qui supporte en souriant les mauvaises humeurs de ce vieil homme dont la vie, inéluctablement, se prépareau néant…

Le pianiste génial, et ses courages qui ont toujours manqué à la star romantico-médiatique dont la mort est proche…

On découvre ainsi plusieurs destins, en parallèle, racontés au présent, racontés au passé, aussi, grâce à des flash-backs qui s’intègrent sans heurt à la narration.

C’est donc un livre qui parle de la souvenance. Mais là où, souvent, le souvenir est montré comme infidèle, il s’avère ici extrêmement accroché à la réalité, à la vérité.

C’est également un livre qui parle de la musique, de toutes les musiques, et de la magie éternelle qui naît, d’une part, de l’agencement de quelque sept notes, et, d’autre part, de l’interprétation d’un homme seul à son instrument.

Ballade pour Sophie © Paquet

C’est un livre qui parle de la gloire qui ne doit rien au mérite, au plaisir qui ne doit rien à la reconnaissance.

C’est aussi un livre qui parle de l’âge, de tous les âges, de désirs à accomplir en rêves déchus, de courages tranquilles en tristes lâchetés quotidiennes.

C’est un livre qui parle de la richesse, de l’ingratitude, du pouvoir, de la pauvreté, des rencontres humaines dont on ne découvre l’importance que bien plus tard, quand il est trop tard…

Ballade pour Sophie © Paquet

Et puis, surtout, c’est un livre qui parle, au sens le plus large possible, de l’amour, de la reconnaissance des âmes entre elles. C’est un livre qui nous raconte plusieurs vies au travers d’une seule existence qui ose se dévoiler.

Et, à ce titre, c’est un long poème, littéraire, graphique, musical, même. Un album qui se découvre comme une bd normale et au long duquel, au cours de la lecture, on se laisse entraîner par un rythme très personnel, parfois lancinant, s’ouvrant ici à des envolées lyriques violentes, là à des engourdissements souriants.

Le dessin de Juan Cavia ne cherche aucun effet spécial. Il s’attache, du plus près, aux visages des personnages qu’il dessine. Et ses couleurs, presque tramées à certains moments, donnent de la chair, en quelque sorte, à la musique qui reste le fil conducteur de cet album.

Cette « Ballade pour Sophie » est un poème symphonique et littéraire qui, tel un navire perdu sur l’océan de l’habitude, emporte à son bord toutes les émotions qui font de nous des êtres capables de sentiment, de regards, de mains tendues, de rages et de désespérances.

Mais n’allez surtout pas croire qu’il s’agit ici d’une œuvre sombre… C’est tout au contraire, par le talent du scénariste Filipe Melo, un livre souriant, sans temps mort, passionnant parce que passionné.

Ballade pour Sophie © Paquet

N’hésitez pas à fouiller dans les rayonnages de votre libraire préféré pour dénicher ce petit joyau du neuvième art. Et à le commander, si vous ne le trouvez pas…

« Ballade pour Sophie » fait partie, croyez-moi, de ces livres qu’il faut remettre au premier plan, et qui n’attendent que votre bon plaisir pour vous faire découvrir un récit savoureux et merveilleusement humain !

Jacques Schraûwen

Ballade pour Sophie (dessin : Juan Cavia – scénario : Filipe Melo – éditeur : Paquet – décembre 2021)

Un Roi Sans Divertissement

Terpant, Dufaux et Giono : une aventure littéraire aux mille envoûtements !

Adapter un livre de Jean Giono, c’est se lancer dans une aventure périlleuse, tant il est vrai que son écriture est faite de musique, des frôlements du vent aux approches des âmes, d’une poésie dont la prose se fait mystérieuse.

Un Roi Sans Divertissement © Futuropolis

Dans le cas présent, une adaptation de ce roman à l’intense poésie et à l’omniprésence d’une philosophie du mal et de ses attraits, ne pouvait être réussie que par des libertés d’écritures (celle du scénariste comme celle du dessinateur) totalement assumées. Et c’est bien le cas.

C’est la troisième fois que Jean Dufaux et Jacques Terpant travaillent ensemble à nous restituer des univers littéraires extrêmement personnels, La Varende comme Céline, et, aujourd’hui, Giono !

Un Roi Sans Divertissement © Futuropolis

Avec le choix de ce roman, « Un roi sans divertissement », le pari était osé. Chez Giono, la langue prend toujours le pas sur le récit, sur l’anecdote d’une aventure racontée. Et c’est encore plus le cas avec ce « Roi… » qui raconte plusieurs histoires : il y a un tueur, un gendarme qui le poursuit et l’abat, il y a ce même gendarme, plus tard, s’installant dans le village de cette traque meurtrière, et finissant, pour ne pas se faire piéger par la beauté du sang et de la mort, à se suicider.

Plusieurs narrations, ainsi, se mêlent dans le roman. Et pour restituer ces différentes voix qui les racontent, les auteurs de cette bande dessinée ont choisi la voie de la théâtralisation. Une approche osée mais qui parvient pleinement à nous restituer tous les rythmes de l’écriture de Giono.

Jacques Terpant : le scénario

La vie est un théâtre, la littérature aussi, la bande dessinée également, elle qui, grâce à Terpant et Dufaux, nous donne à ressentir, profondément, le poids du silence tout au long de cet ouvrage.

Il faut dire que, dans l’œuvre de Giono, ce livre occupe une place très particulière… Petit ouvrage écrit vite, dans l’urgence presque, il n’est devenu symbole de tout le talent de Giono qu’au fil du temps. Un symbole qui se nourrit, essentiellement me semble-t-il, du souffle de liberté, à tous les niveaux, qui en sous-tend l’écriture.

Jacques Terpant : le livre de Giono

Cette liberté est celle d’un auteur dont la puissance d’écriture était multiple. Dans ce Roi sans divertissement, n’y a-t-il pas comme une ambiance de « polar », à la Very, à la Magnan, écrivain extraordinaire qui eut comme mentors Giono et Thyde Monnier. Et cette ambiance, cette approche parvient à nous faire avec pudeur le portrait d’un homme secret aux secrets indicibles.

Jacques Terpant : l’écriture de Giono

Une des grandes constantes de Jean Giono, c’est, bien évidemment, ce sud de la France où ses quotidiens et ses rêves se sont éveillés avant que de prendre vie de livre en livre.

Un Roi Sans Divertissement © Futuropolis

Ce « pays », le scénario de Dufaux ne fait que l’esquisser. Mais le dessin de Terpant, par contre, lui donne corps, avec un réalisme poétique, comme l’était l’œuvre, dans une tout autre réalité littéraire, du Flamand Johan Daisne.

Le graphisme de Terpant, d’une extrême précision dans le geste comme dans l’ambiance, nous restitue ainsi, profondément, une géographie essentielle, chez Giono comme dans cette adaptation, à la création d’un vrai « climat »…

Jacques Terpant : les lieux

« J’aime ce qui ne se dit pas et qu’il faut découvrir », et « le respect, c’est de ne laisser d’illusion à personne » : ces deux phrases, picorées dans cet album, résument à leur manière ce qu’est le travail de Terpant en ce qui concerne les personnages qu’il met en scène, entre littérature, cinéma et théâtre.

Plusieurs femmes, ainsi, comme toujours chez Giono, peuplent le récit, les récits. Et Terpant nous les montre sans effet spécial de « maquillage », telles qu’en elles-mêmes l’âge les révèle, donc les embellit… Ce sont femmes de frissons et de vertiges, ce sont observatrices et actrices, ce sont témoins et juges, ce sont bruissements et silences…

Jacques Terpant : les femmes

Chacun est roi, chacun est maître du choix de ses divertissements, c’est-à dire de ses rencontres, de ses regards, de ses sourires, de ses absences.

Chacun est roi, sans doute, si pas de sa destinée, du moins de la façon de l’appréhender.

Chacun est toute une histoire, et dans ce livre, ce sont ces histoires parallèles hésitant à se mêler les unes aux autres qui sont la trame d’une histoire mille fois écrite : celle de toute existence vouée, de par ses failles et de par sa nature, à la mort…

Un Roi Sans Divertissement © Futuropolis

Je le disais, Giono, c’est un écrivain dans les livres duquel les ambiances sont les éléments moteurs du plaisir de la lecture.

Et dans cette adaptation bd, cette ambiance est là, parfaitement rendue… Et elle l’est par le texte de Dufaux, bien évidemment, par le dessin de Terpant, tout aussi évidemment, mais aussi, immensément, par le travail de la couleur, en oppositions, en clairs-obscurs révélant des reliefs inattendus, en neige et en nature…

Un Roi Sans Divertissement © Futuropolis

Giono était un prosateur poétique.

Terpant, avec ses couleurs, partage avec nous cette poésie sans rimes !

Jacques Terpant : la couleur

« Un roi sans divertissement » : une bande dessinée qui prouve qu’on peut faire œuvre originale en adaptant un roman… Originale, et réussie !

Un livre, donc, qui ne pourra que plaire aux amoureux de la BD qui ne ronronne pas dans les salons parisiens, et aux amoureux de la littérature, et de Giono bien entendu !

Jacques Schraûwen

Un Roi Sans Divertissement (dessin : Jacques Terpant – scénario : Jean Dufaux – éditeur : Futuropolis – 64 pages – août 2021)