Laurent Vicomte : sa dernière balade au bout du monde…

Laurent Vicomte : sa dernière balade au bout du monde…

Il avait 64 ans. Auteur rare, de par le nombre de ses albums et de par leur qualité, il laisse une œuvre qui a ébloui bien des générations !

On a, toutes et tous, des souvenirs précis de quelques-unes de nos lectures. Vicomte et son extraordinaire « Balade au bout du monde », scénarisée par Makyo, font partie pour moi de cette souvenance, de cette certitude, soudain, que la bande dessinée pouvait, graphiquement et littérairement, s’éloigner des sentiers battus et vivre d’originalité adulte. C’était en 1982…

Auteur méticuleux, soucieux, toujours, de n’offrir à ses lecteurs que des pages peaufinées, parfaites dans leur découpage comme dans le respect qu’il avait des textes et de leur importance, on peut, en parlant du réalisme de son dessin, le placer dans la continuité de quelques grands illustrateurs comme Pierre Joubert, de quelques grands noms de l‘âge de d’or de la BD aussi, comme Cuvelier, voire même Eddy Paape…

Je parlais de Joubert… Et ce n’est sans doute pas par hasard que Laurent Vicomte a été l’auteur, pour les scouts de France, de deux albums mettant en scène des louveteaux : « la Sizaine des Fauves ». Aventures scoutes gentillettes mais extrêmement réussies, dans la veine des romans de la collection Signe de Piste, ces deux albums, méconnus, méritent vraiment d’être redécouverts.

Mais le point d’orgue de son œuvre, c’est incontestablement la série « Sasmira ». Un récit qui parle d’art, de mémoire, de passé, d’ésotérisme, de fantastique, d’errances humaines vécues ou rêvées. Une série qui a mis des années et des années à voir arriver son ultime album.

D’une discrétion tranquille, Laurent Vicomte n’a jamais été « chef de file ». Il a toujours, très simplement, et avec simplicité, construit sa propre route. Une route de qualité. Une route qui le conduit, aujourd’hui, à aller voir de près ce que sont les ballades, poétiques, d’un ailleurs qu’il aimait imaginer et dessiner…

Jacques Schraûwen

Yakari : de la bande dessinée au cinéma

Yakari : de la bande dessinée au cinéma

C’est à partir de ce 12 août que vous allez pouvoir, en famille, aller voir le film Yakari, particulièrement bien réussi !… A découvrir dans une interview en vidéo visible dans cette chronique !

Yakari © Cinéart

Derib est un dessinateur suisse qui appartient au renouveau thématique de la bande dessinée, dès les années 70. Avec, tout d’abord, deux séries destinées plus spécifiquement à un jeune public : Attila, d’une part, scénarisé par Rosy, et Yakari d’autre part, scénarisé par Job. Dans les années 70, il va se lancer dans une série qui, très vite, va devenir essentielle dans l’histoire du neuvième art, dans celle du récit western également : Buddy Longway. Avec, dans le journal Tintin, une scène d’amour mythique entre Buddy et Chinook… Une scène qui, à l’époque, fut redessinée par Eddy Paape…

Derib, copyright Cinéart

Au fil des années, Derib a dessiné bien d’autres héros, de «Arnaud de Casteloup » à « Go West », de « Tu seras reine » à « Jo », de « Pythagore » à « Red road ».

Mais cet auteur éclectique, capable tout autant de parler de Sida que de culture peau-rouge, d’une vache que d’un poulain, n’a jamais délaissé ses deux séries phares, Buddy Longway, jusqu’à ce qu’il décide lui-même de terminer cette série définitivement, comme dans la vraie vie, en 2006, et Yakari. Deux séries dans lesquelles Derib se plonge dans une culture, celle des Indiens d’Amérique du nord, loin des clichés, de quelque ordre qu’ils soient.

Yakari © Cinéart

Yakari en est à une quarantaine d’albums, à un jeu vidéo, à des adaptations télévisées plus ou moins réussies aussi. Et il a droit aujourd’hui à un long métrage.

Au vu de pas mal de films adaptés de bd de ces dernières années (non, je ne citerai personne…), on pouvait avoir peur de cette adaptation-ci. Mais il n’en est rien, que du contraire, tout l’esprit de la série dessinée se retrouve sur grand écran, avec une image lumineuse qui ne trahit en rien le dessin de Derib, avec un scénario qui s’inspire réellement des aventures vécues par le petit indien depuis 1969…

Ce film nous raconte une aventure, celle vécue par Yakari, un petit Sioux, et de son cheval, Petit Tonnerre, celle du pouvoir de ce gamin de parler avec les animaux, celle de la rencontre avec de terribles chasseurs. Ce film, c’est à la fois le récit d’une quête initiatique et la description d’une enfance capable de n’avoir aucun préjugé et d’aimer la nature pour ce qu’elle est : vivante, passionnée, passionnante…

Yakari © Cinéart

Loin des mièvreries trop souvent présentes dans les films dits pour enfants, loin de la trahison quelque peu débilisante de bien des films inspirés par des bandes dessinées, ce Yakari est une excellente surprise, graphiquement et scénaristiquement. Un vrai film familial, oui, qui nous parle aussi des enfants que nous avons étés un jour… Une première vision de ce film eut lieu , avec une interview de Derib que j’ai eu le plaisir de faire…

copyright Fabien Van Eeckhaut/UGC

Jacques Schraûwen