Sur Un Air De Fado

Sur Un Air De Fado

Qu’est-ce qu’une dictature ? Comment vit-on dans un pays qui assume pleinement sa politique totalitaire ? Qu’est-ce que la résistance, l’engagement ? Autant de questions abordées dans ce livre qui nous raconte dix ans de l’histoire d’un homme dans un Portugal à l’âme égratignée…

Sur un air de fado © Dargaud

1968. Fernando Pais est médecin à Lisbonne. Un médecin célibataire, divorcé sans doute, se baladant de rue en rue, de patient en patient, le sourire aux lèvres, le regard comme perdu en des ailleurs qu’on ne devine pas.

Cet homme est le centre de gravité du récit auquel nous convie Nicolas Barral. Un récit ordonné comme un roman, avec des chapitres qui en font toute la colonne vertébrale, tout le rythme aussi.

Sur un air de fado © Dargaud

Au travers de la présence de ce médecin qui se rend régulièrement dans les locaux de la police politique pour y soigner les prisonniers qui y sont, d’une manière ou d’une autre, torturés, de moins en moins physiquement, d’ailleurs, de plus en plus psychologiquement, au travers de la silhouette dégingandée du docteur Pais, ce sont dix ans de dictature que nous raconte Nicolas Barral. Dix ans de la vie d’un homme qui n’a rien d’un héros, sans doute, mais qui a, un jour, par amour, osé se révolter contre un état de fait inacceptable. Une révolte en 1958 totalement occultée, pour lui, en 1968

Nicolas Barral : le personnage central

Le Fado est la musique emblématique du Portugal. Comme toute musique populaire, elle est le dernier refuge de l’âme, quelles que soient les circonstances de la vie. Avec des guitares qui pincent leurs cordes pour mieux faire écouter les larmes de la vie, les chanteurs de fado parlent d’amour, de jalousie, de trahison, de vie, de mort… Mais sans ostentation, avec, tout au contraire, une propension à la mélancolie, une évidence d’un sentiment, la saudade, impossible à traduire en français… Le fado, c’est l’expression, pour utiliser les termes d’un des protagonistes de cet album, d’une « aspiration égoïste au bonheur ». Le Fado, c’est l’envolée à peine lyrique d’une âme qui se sait soumise aux hasards de la vie, du rêve, de la mort… Le Fado, aussi, c’est la distance prise par l’humain pour supporter l’inhumain.

Nicolas Barral : le Fado

Ce livre n’est pas, loin s’en faut, le portrait d’une dictature.

Sur un air de fado © Dargaud

Certes, la dictature est montrée, elle est comme un second fil conducteur de l’intrigue. On voit la police politique… On voit les arrestations arbitraires et les interrogatoires musclés… On voit les « collaborateurs » et leurs actes pervers… On voit les rues ensoleillées de Lisbonne se grisailler de tristesse… On voit la mort, les activistes et leurs dérives idéologiques aussi… On voir la dictature, oui, mais à hauteur d’homme, avec une vraie pudeur dans le propos comme dans le trait. Pour Nicolas Barral, il ne s’agit pas d’un pamphlet, mais d’une plongée, tout simplement, dans ce que l’homme peut subir, et la manière dont il le fait, la façon, aussi, dont il peut résister… Dont il veut résister… L’histoire qu’il nous raconte, celle d’un homme qui, observateur de l’existence après avoir essayé d’en être un acteur, celle d’un homme qui se refuse à l’action, celle d’un homme qui, par les hasards du temps qui passe, se voit offrir une seconde chance de se redresser, de ne plus être dans l’ombre, cette histoire se déroule il y a peu de temps, très peu de temps, en Europe, à deux pas de chez nous, dans un pays qui a, même sous Salazar, vu les touristes bien-pensants se multiplier… Une dictature qui a perduré jusqu’en 1974…

Nicolas Barral : la dictature

Il y a, dans la construction de cette bande dessinée, une volonté évidente de rendre hommage, d’abord et avant tout, à Lisbonne, ville de contrastes, ville d’Histoire. Ville d’habitants, aussi, d’êtres humains que l’on croise. D’où une utilisation des couleurs extrêmement particulière, à la fois lumineuse et éteinte ai-je envie de dire, tant dans le présent de 1968 que dans le passé de 1958.

D’où, également, une importance évidente apportée, par Nicolas Barral, l’auteur complet de ce livre, aux regards de ses différents personnages. Les yeux du docteur Pais n’expriment rien, plus rien sans doute… Ils sont les lieux de la nostalgie, de la saudade, d’une distance volontaire que prend l’observateur vis-à-vis d’un monde dans lequel il ne veut, ou ne peut, intervenir.

Sur un air de fado © Dargaud

Il y a aussi une particularité à ce livre qui, ailleurs, me dérange la plupart du temps : celle de trouver, dans un livre en français, des expressions, soudain, d’une langue étrangère que sont censés utiliser les protagonistes. Mais là aussi, pour Nicolas Barral, il s’agit d’un hommage à un pays, à une langue qui, chantante, a des sonorités qui peuvent enchanter l’oreille…

Nicolas Barral : les mots en portugais

Le passé et le présent se mêlent sans arrêt et se vivent en parallèle… La soumission est un sentiment qu’on ne peut condamner… Le poison de la politique entraîne la disparition de libertés autant individuelles que sociales…

C’est aussi de tout cela que nous parle ce livre, et c’est pour cela aussi qu’il nous parle, à toutes et à tous…

Un album excellent, d’un dessinateur qui fut celui de Nestor Burma après Tardi et qui, ici, se révèle d’une belle personnalité, d’une chaude originalité. Un livre à lire, oui, pour son rythme, les questions qu’il soulève, les réponses qu’il nous laisse trouver et assumer !

Jacques Schraûwen

Sur un air de fado (auteur : Nicolas Barral – couleur : Nicolas et Marie Barral – éditeur : Dargaud – 156 pages – janvier 2021)

Nicolas Barral

Bruxelles, ville de la bande dessinée : trois expositions à voir !

Puisque la Belgique est le pays, dit-on, de la bande dessinée, puisque Bruxelles en est la capitale, puisque la culture est de nos jours foulée aux pieds par des pouvoirs qui se veulent absolus, aimons ces lieux qui sont encore ouverts et qui nous permettent de nous évader de dessin en dessin, de découverte en découverte !

Galerie Champaka : rétrospective « Guy Lefranc » par le dessinateur Régric jusqu’au 27 février 2021

C’est en 1952 que Jacques Martin a créé, dans le journal de Tintin, le personnage de Guy Lefranc, un journaliste aventurier vivant dans ces années 50 qui restent encore marquées profondément par la guerre 40-45, et déjà anxieuses de voir se profiler une nouvelle guerre que l’on a dit froide.

Lefranc © Regric

Dès le départ de cette série, il s’est agi de mettre en scène un personnage qui doit beaucoup à Valhardi, un héros pur et dur, ben pensant, dans l’air du temps. C’était de la bande dessinée réaliste dans le style évident de la ligne claire chère à Hergé, ombre tutélaire du magazine Tintin.

Ce personnage ne s’est pas éteint avec son créateur, et différents auteurs se sont attelés à ce que perdurent ses aventures qui le voient affronter des méchants plus vrais que nature !

Depuis, 2009, c’est Régric qui, essentiellement, a repris le flambeau. La caractéristique première de son travail, c’est évidemment de rester fidèle au trait comme au contenu de cette série, de dessiner de façon classique des récits classiques eux aussi.

Lefranc © Regric

Et c’est son travail, minutieux, tout au long de sept de ses albums, que je vous propose de découvrir aux cimaises de la galerie Champaka. J’aime assez, personnellement, la manière dont Régric parvient à ne pas faire uniquement du copier-coller, mais, tout au contraire, à travailler avec délicatesse sur les noirs et les blancs, sur les mouvements, sur les expressions. Et c’est tout cela qui est à découvrir à la rue Ernestd Allard, à Bruxelles, jusqu’au 27 février prochain.

http://www.galeriechampaka.com/

Galerie Huberty & Breyne : Ira Dei, par Ronan Toulhoat, jusqu’au 27 février 2021

Ira Dei, c’est une série historique qui nous immerge dans une Moyen-Âge violent, brutal, aux conflits incessants, aux alliances improbables. C’est aujourd’hui un quatrième tome qui nous dresse le portrait à la fois d’un onzième siècle qui ne correspond pas vraiment à l’image qu’on s’en fait et à la fois de personnages entiers, puissants, ambigus…

Ira Dei © Ronan Toulhoat

Je ferai prochainement, ici, une chronique complète consacrée à ce livre, avec interview du scénariste Vincent Brugeas.

Ira Dei © Ronan Toulhoat

Mais aujourd’hui, je vous invite à aller découvrir le travail époustouflant du dessinateur, dans la galerie Huberty & Breyne, à la place du Châtelain. Vous ne pourrez qu’être éblouis par le talent de cet auteur qui a une maîtrise du Noir et Blanc et de la lumière, et qui, en illustrations ou en planches entières, parvient à rendre vivants, presque palpables les mouvements, dans ce qu’ils peuvent avoir de plus démesuré.

https://www.hubertybreyne.com/fr/expositions/en-cours

Galerie Huberty & Breyne : Bob et Bobette de Willy Vandersteen jusqu’au 20 mars 2021

Cette exposition à laquelle je vous convie aujourd’hui ne retrace pas du tout toute l’étendue de l’œuvre de Vandersteen qui a quand même créé d’autres séries qui ne manquent pas d’intérêt : Bessy, Robert et Bertrand, Le Chevalier Rouge, le Prince Riri, et les excellentes Frasques de monsieur Guignon.

Bob et Bobette © Willy Vandersteen

Elle ne nous montre qu’une période précise des aventures de Bob et Bobette, celle des années 1960, avec des planches originales de quelques livres qui ont continué, après l’époque Tintin, à prouver tout l’éclectisme de Vandersteen, dans ses thèmes comme dans l’évolution de son dessin : Le Sampan mystérieux, Trognika chérie, L’Œuf bourdonnant, entre autres, nous livrent ainsi les secrets de leur création.

Bob et Bobette © Willy Vandersteen

Et c’est une exposition sans apprêts que l’on peut visiter à la Place du Châtelain à Bruxelles. Trois objets emblématiques de l’univers de Bob et Bobette font un pendant tranquille aux planches accrochées aux cimaises de la galerie, et cette exposition est comme une petite flânerie amusée et amusante dans l’imaginaire dessiné d’un artiste qui reste un emblème de la culture belge de langue flamande. Bob et Bobette, ce sont des centaines d’albums, tous ou presque construits comme des fables contemporaines, même quand Vandersteen emmène ses héros dans d’autres époques grâce à la machine du professeur Barabas. Des fables, avec des morales… De la bd tous publics…

Jacques Schraûwen

Danthrakon

Danthrakon

Trois albums pour une histoire d’heroic fantasy de bonne qualité !

Une aventure fantastique qui s’avère aussi être une fable sur le monde qui est nôtre…

Danthrakon © Drakoo

Les séries, je me dois de l’avouer, me fatiguent, m’arrêtent même dans ma lecture. Celles qui voient chacun de leurs épisodes se terminer par des points d’interrogation, celles qui s’éternisent, celles dont ne voit jamais la fin, celles qui cachent leur longueur sur des cycles, toutes ces réalités éditoriales me gênent aux entournures, oui, qu’elles soient le fait de la bd d’aventure (avec Van Hamme, le grand spécialiste…), de la bd western (qui oserait dire qu’il s’en sort dans les aventures de Blueberry ?), de fantastique (malgré la multiplication des époques, des aventures parallèles, Thorgal me tombe des mains, je peux le dire), et j’ai l’impression que la multiplication des épisodes a plus de raisons lucratives que créatives !…

Cela dit, les temps changent, heureusement…

Danthrakon © Drakoo

Et l’heroic fantasy qui, reconnaissons-le, était un des genres préférés de cette longueur cachant souvent un manque de qualité au niveau du scénario, se met au diapason aussi d’un allègement des récits quant à leur durée, mais d’un enrichissement, en même temps, quant à leur qualité narrative.

Olivier Boiscommun : les séries…

Danthrakon, c’est l’histoire, en trois volumes, pas plus, de Nuwan, un marmiton au service d’un mage, un adolescent qui rêve de changer de milieu social et de devenir, lui aussi, mage. Mais dans ce monde imaginaire où il survit au bas d’une échelle de valeurs acceptée par tout le monde, il a peu de chance d’arriver à réaliser son rêve. Sauf que… Le mage pour qui il travaille, a des disciples, des étudiants, plutôt. Dont la belle et séduisante Lerëh qui accepte de le « former ». Et c’est dans l’antre du mage Waïwo que Nuwan va découvrir un grimoire qui, dit-on, s’intéresse à la magie interdite, celle du sang.

Olivier Boiscommun : les personnages

Un grimoire qui va prendre possession de l’âme et du corps de Nuwan, le mettant ainsi en présence de pouvoirs qui deviennent siens… Des pouvoirs qui vont l’obliger à fuir, et à connaître, en compagnie de Lerëh, mille et une aventures, des naufrages, des combats épiques, des vengeances sournoises, des amitiés essentielles.

Comme souvent avec Christophe Arleston, le personnage central, masculin, ne peut exister qu’à condition de laisser le pouvoir aux femmes qui l’entourent, le pouvoir d’orienter l’intrigue à leur gré. Avec Arleston, on se trouve toujours, même à sa manière discrète, dans des univers qui ne peuvent exister que grâce aux femmes.

Danthrakon © Drakoo

Avec Arleston, aussi, les narrations ne sont jamais totalement gratuites. Sans parler de « messages », cette trilogie nous parle quand même d’un passage, celui de l’adolescence à l’âge adulte, celui de l’insouciance à la responsabilité, celui des apparences souvent trompeuses, celui des pouvoirs omniscients qui oublient qu’ils ont des responsabilités à assumer.

Olivier Boiscommun : Les liens avec notre réalité

Le dessin d’Oivier Boiscommun évite tant que faire se peut les habituelles (et toutes similaires, finalement) démesures graphiques propres au genre de l’heroic fantasy. Mais cela ne l’empêche pas d’user des codes du genre dans une narration rythmée et mouvementée. Les décors ont de l’importance, certes, sauf quand le focus est à placer sur un personnage qui, dès lors, semble perdu seul face à lui-même.

Et la force et l’intelligence de son dessin, c’est de parvenir à donner vie à tous ses personnages, en insistant, d’album en album, de planche en planche, sur les regards qui, bien plus que des miroirs de l’âme, s’avèrent être des expressions de l’existence elle-même…

Olivier Boiscommun : les regards

Et, enfin, i faut souligner le travail remarquable, mais discret, du coloriste Claude Guth et de son assistante Florence Torta. Cette couleur, à l’instar de ce qu’elle était, en d’autres temps, pour Olivier Rameau, est un véritable atout pour la qualité de cette courte série.

Olivier Boiscommun : la couleur

Jacques Schraûwen

Danthrakon – 1. Le grimoire glouton – 2. Lyreleï la fantasque – 3. Le marmiton bienheureux (dessin : Olivier Boiscommun – scénario : Christophe Arleston – coloriste : Claude Guth – éditeur : Drakoo)

Danthrakon © Drakoo