Dessins D’Humeur – Johan De Moor, potache, lucide, provocateur, observateur !

Dessins D’Humeur – Johan De Moor, potache, lucide, provocateur, observateur !

Johan De Moor a été baigné, dès ses premiers vagissements, dans le monde de la bande dessinée. Mais ce cadre étroit ne convient pas vraiment à son envie de dessiner tous azimuts ! Et dans ce livre-ci, on peut dire qu’il y va, à fond la caisse !

copyright casterman

Le mot « humeur », choisi comme titre à ce livre, est un des mots étranges de la langue française… Etrange, oui, parce qu’il revêt bien des définitions différentes ! De prime abord, l’humeur se définit par une forme de sentiment dominant… Mais cela peut être de manière générale, ou très temporaire. On peut avoir l’humeur égale, mais on peut aussi passer de la bonne humeur à la mauvaise humeur.

En d‘autres temps, la médecine chère à Molière ne jurait que par l’analyse des humeurs du corps.

Et, de nos jours, d’ailleurs, l’humeur, c’est aussi le liquide que contient l’œil.

Un dessin d’humeur, ce n’est donc pas quelque chose de gratuit. C’est le résultat d’un sentiment, d’une colère, d’un amusement. C’est aussi et surtout la continuation graphique d’un regard posé sur le monde, le regard de Johan De Moor, ici, trublion de la bande dessinée belgo-française proche, à la fois, de l’esprit d’une bd flamande outrancière, celle de Kamagurka par exemple, et de l’esprit français à la « Hara Kiri » !

copyright casterman

Donc, vous l’aurez compris, ne vous attendez pas ici à du « politiquement correct », mais, tout au contraire, à des réactions souvent épidermiques d’un artiste face à l’universelle connerie !

Parce que, osons le dire, la cible de Johan De Moor, ce sont les cons… Tous les cons, ceux qui plaisaient à Audiard, ceux qui pérorent dans les salons de la renommée, ceux qui se targuent de culture et n’aiment qu’eux-mêmes !

Mais comme le disait le « philosophe inconnu », nous sommes tous le con de quelqu’un ! Et donc, De Moor ne s’en prend pas qu’à des personnages bien en vue, même s’ils occupent une place de choix dans ce livre, de Trump à Johnson, de Bachar El Assad à Bolsonaro.

copyright casterman

Et le premier « con » qu’il croque dans ce livre, et plus d’une fois, c’est lui-même… Avec un sens de l’autodérision, bien entendu, mais aussi avec une certaine poésie faite de désespérance… Comme dans les toutes premières pages où il se montre, en quelque sorte, face au néant de la beauté, de la sérénité…

copyright casterman

Mais ce qui lui plaît, ce qui l’amuse, c’est de n’oublier personne, et certainement pas celles et ceux qui se croient « bien établis » ! Les amateurs d’art, par exemple… Les « amateurs » d’artistes qui, pour différentes raisons, ont vu leurs œuvres se faire produits mercantiles. Magritte, Peyo, Van Gogh, Giacometti, Mondrian et bien d’autres « grands » sont donc présents dans ce livre. Pas pour souligner leurs propres errances, loin s’en faut, mais, tout au contraire, pour souligner, avec humour, la tristesse d’un monde qui réussit à faire de la pub pour bagnole avec Picasso, un monde dans lequel la société libertaire des Schtroumpfs elle-même devient le symbole d’une morale aseptisée.

copyright casterman

Et c’est cela qui me semble jouissif en une époque où l’interdit et la pensée unique font un ménage (politique) de plus en plus efficace, c’est cela qui me fait sourire tout au long des centaines des dessins de cet album !

Ce que j’aime également, c’est que Johan De Moor nous offre aussi un paysage très étendu de ses talents graphiques… Si certains de ses dessins donnent l’impression d’avoir été réalisés à la va-vite, l’ensemble de ce livre nous permet, surtout, de découvrir un dessinateur qui peut prendre plaisir à un classicisme que son paternel n’aurait pas rejeté, à une construction graphique extrêmement fluide aussi. Et, en même temps, à de la provocation, dans le trait comme dans les mots, qui fait de De Moor un adolescent adorant donner de grands coups de pied dans la fourmilière du quotidien. De nos quotidiens !

copyright casterman

Du climat à la religion, des djihadistes aux journalistes, personne n’est épargné, et c’est tant mieux ! Parce que tout cela est fait avec une humeur qui se révèle être un humour souvent ravageur !

Jacques et Josiane Schraûwen

Dessins D’Humeur (auteur : Johan De Moor – éditeur : Casterman – 256 pages – mars 2022)

copyright casterman
Scotland : épisode 1 – Une nouvelle aventure fantastique de Kathy Austin

Scotland : épisode 1 – Une nouvelle aventure fantastique de Kathy Austin

Kenya, Amazonie et Namibie ont déjà servi d’écrin à cette femme agent secret britannique. De mission en mission, elle s’est affirmée ainsi comme une héroïne humaine d’une saga qui pose sans cesse la question de l’ailleurs et de l’après !

copyright Dargaud

Les scénaristes Rodolphe et Leo usent d’une belle complicité pour nous présenter un livre qui prend son temps pour installer, plus qu’une ambiance, une trame dramatique prenante. En une époque où la vitesse devient la règle du formatage humain, il est réjouissant, tout compte fait, de voir des auteurs laisser leurs personnages prendre lentement vie, à leur propre rythme.

copyright dargaud

Kathy Austin se rend en Ecosse, pour s’occuper du manoir de sa tante décédée, et profiter aussi d’un petit repos bien mérité… Mais, en même temps, elle est là, en mission… Une mission qui va peu à peu prendre de nouvelles proportions. Le manoir a brûlé, de manière suspecte, la tante est morte avec la terreur imprimée à même le visage, Kathy fait la rencontre d’un spécialiste à la fois de Bram Stoker et des « crop circles », ces étranges dessins qui, un peu partout sur terre, ne sont visibles dans leur complexité qu’à partir du ciel. Et pour Kathy, ainsi, ce sont les retrouvailles avec ces questions quelle poursuit depuis pas mal de temps : l’Homme est-il seul sur Terre… ou ailleurs ?

copyright dargaud

Il est évident que Leo et Rodolphe connaissent leur métier, savent construire une intrigue, savent surtout s’y faire rencontrer des personnages variés qui n’ont rien de caricatural et qui, tous, ont une véritable existence, une belle véracité. Ils aiment plus particulièrement, dans ce premier opus d’une série pleine de promesses, rendre compte d’un environnement et d’une époque avec fidélité. L’Ecosse de la fin des années 40, avec ses personnages, ses architectures, ses paysages, ses voitures, son whisky et ses légendes, tout cela crée bien plus qu’un simple décor : il s’agit peut-être bien du premier personnage de ce livre !

copyright dargaud

Cela dit, ces deux scénaristes connaissent les codes du récit dans lequel ils nous entraînent. Les codes pluriels, ai-je envie de dire, puisque plusieurs styles, plusieurs genres se mélangent au fil des pages.

Il y a du romantisme… Il y a du roman d’espionnage et du polar, il y a du fantastique et de la science-fiction… Et ces différentes combinaisons du récit cohabitent avec naturel !

Cela se fait, dans ce premier volume, par petites touches… En guise de fantastique, on y parle de fantômes, de « petit peuple », de références, ainsi, à des légendes celtiques. En guise d’espionnage, il y a un russe, un ancien nazi… En guise de polar, une enquête menée par une jeune policier charmant et charmeur…. Quant au romantisme, il se situe dans les souvenirs de l’héroïne, souvenances émues et douloureuses de son premier amour…

copyright dargaud

Personne, en fait, dans ce livre, n’est ce à quoi il ressemble. Les apparences formelles cachent, plus que des failles, des secrètes meurtrissures qui vont, on le sent, faire de cette série, « Scotland », une histoire de laquelle personne ne sortira vraiment indemne.

Avec Rodolphe, également, une grande place est toujours faite au « passé »… Un passé qui, pour horrible qu’il ait été, ne meurt jamais, ne s’enfouit jamais aux méandres du néant. Certes, il y a la guerre 40-45, encore très proche. Mais il y a aussi les rêveries de Kathy et le manque qu’elle ressent de Lindsey, ce garçon qu’elle a aimé et auquel elle n’a jamais été capable de l’avouer… Et c’est cet amour disparu et cependant profondément présent qui, insensiblement, devient le vrai moteur du récit !

copyright dargaud

Le dessin de Marchal est d’un réalisme classique, tout comme la couleur de Sébastien Bouët. Et c’est exactement ce qu’il fallait pour rendre palpable le monde décrit et raconté dans cette série naissante. Marchal, en outre, s’amuse à quelques références, à quelques clins d’œil au fil des pages… Des personnages secondaires prennent les traits de Brejnev, ou de Hardy, voire de Poirot… entre autres.

Et j’ai tout particulièrement aimé le dernier dessin de ce premier album, hommage extrêmement réussi à l’immense Bernie Wrightson.

Comme dans la bonne bande dessinée belgo-française, cet épisode 1 se termine sur un point d’interrogation ! Sur l’envie créée de vite, très vite, découvrir la suite des aventures mystérieuses et réalistes de la belle Kathy !

Jacques et Josiane Schraûwen

Scotland : épisode 1 – Une nouvelle aventure fantastique de Kathy Austin (dessin : Bertrand Marchal – scénario : Leo et Rodolphe – couleurs : Sébastien Bouët – éditeur : Dargaud – 48 pages – mars 2022)

Pin-Up – La French Touch – volume 3

Pin-Up – La French Touch – volume 3

Un peu d’érotisme… Un peu de douceur de vivre… Pour le plaisir des yeux !…

copyright paquet

L’art de la Pin-Up a sans doute connu son apogée pendant la deuxième guerre mondiale, avec cette manière qu’avaient les aviateurs américains de personnaliser leurs avions, avec des dessins de femmes plus ou moins dénudées, plutôt plus que moins… comme pour se protéger symboliquement des affres de la mort par les douceurs de l’amour.

Et cette réalité a connu un essor aux Etats Unis comme en Europe tout au long des années qui ont suivi, avec des artistes comme Elvgren, Aslan, Cuvelier, présents dans  les revues pour hommes que l’on  disait, à juste titre souvent, de charme… Les pin-up dessinées des années trente, dans des revues friponnes, se sont ainsi vues continuées avec moins de friponnerie et bien plus d’érotisme, voire plus !

Cela dit, cet art d’épingler d’accortes demoiselles pour embellir un mur date d’il y a bien plus longtemps encore. Ne pourrait-on pas dire par exemple que les fresques retrouvées dans les villas romaines à Pompéi et ailleurs étaient déjà représentatives de ce plaisir que l’être humain a et aura toujours de pouvoir admirer la beauté dans ce qu’elle a de plus féminin, et de pouvoir le faire dans l’immédiateté de son lieu de vie.

copyright paquet

Patrick Hitte s’inscrit résolument dans cette tradition de la Pin-Up. Son talent est de s’inspirer directement de femmes connues pour nous offrir des visions érotisées de leur présence médiatique. Bien entendu, il y a Marilyn Monroe dont le visage emblématique revêt depuis longtemps déjà une forme d’éternité. Mais il y a aussi dans cet album des femmes comme Audrey Hepburn, il y a aussi comme des hommages à de bons vieux films de science-fiction des années 50 ou même à des séries télévisées très actuelles.

Il y a également de la part de Patrick Hitte un besoin naturel de rendre hommage à des tas d’autres dessinateurs : Benjamin Rabier, Bernie Whrigtson, Berthet, Beardsley, et, bien entendu, Manara.

copyright paquet

Le moteur de toute existence n’est-il pas cette vérité universelle qui fait que seul le désir peut permettre à la vie de s’émerveiller elle-même ? L’érotisme en tous cas, bien plus qu’un simple appel à la rêverie charnelle, s’adresse directement à ce qui construit l’être humain : le bonheur de découvrir la beauté là où elle se trouve, c’est-à-dire d’abord et avant tout, dans le corps.

Et Patrick Hitte le fait admirablement bien, avec un manque total de vulgarité. C’est à la femme rêvée qu’il rend hommage avec de l’humour, avec une façon de mélanger les styles graphiques qui fait qu’on se promène dans son livre calmement, sereinement, érotiquement…

Et c’est vrai que la vulgarité n’a pas sa place dans son travail, et j’aime cette manière qu’il a d’axer ses dessins, très souvent, autour des regards de ses modèles. Regarder une de ses Pin-Up, c’est se sentir observé autant qu’observateur. Il y a ainsi une vraie connivence créée par le dessin, noir et blanc ou en couleur, un lien souriant et presque intime entre le lecteur et l’auteur, entre la fille de papier et la réalité du rêve.

copyright paquet

Vous l’aurez compris, l’art de la Pin-Up, est loin, très loin de disparaître et il y a un vrai bonheur à vouloir ne pas bouder son plaisir en aimant tout simplement se promener, de page en page, dans le monde de Patrick Hitte, un monde fait pour que le quotidien s’embellisse de 1001 féminines torpeurs. Et regarder ses femmes dépendant des canons de la beauté, cela peut, et devrait en tout cas, permettre à tout un chacun de savoir redécouvrir, avec les yeux de l’amour, des beautés moins formelles mais, finalement, bien plus érotiques parce que réelles…

Jacques et Josiane Schraûwen

Pin-Up – La French Touch – volume 3 (auteur : Patrick Hitte – éditeur : Paquet –  64 pages – octobre 2021)