Ric Hochet : 6. Le Tiercé De La Mort

Ric Hochet : 6. Le Tiercé De La Mort

Un héros mythique dont la nouvelle existence est une totale réussite !

copyright le lombard

Zidrou, scénariste, ne manque pas de culot, et il lui en a fallu pour réussir à moderniser ce personnage qui, en son temps, était presque une sorte de double réaliste d’un Tintin bien sage et bien gentil… Pour le moderniser, oui, tout en l’ancrant totalement dans les années 70, des années qui, après une révolution plus ou moins ratée, étaient celle d’une sorte de renouveau du sens de la liberté. Pour le moderniser sans pour autant, surtout, le dénaturer.

Ric Hochet reste un journaliste aventurier, aimant rouler en voiture sportive, aimant se coltiner avec le mystère, amoureux sans vouloir vraiment officialiser cet amour, sûr de lui… Tout cet adn se trouve bien présent dans ce sixième opus d’une série désormais dessinée par l’excellent Van Liemt.

Mais Ric, au fil de ces six albums, prend de plus en plus « chair », révèle ses failles, ses faiblesses, ses certitudes battues en brèche. Il devient de plus en plus humain, tout simplement ! Mais toujours en étant comme un chevalier sans peur et sans reproche toujours prêt à enquêter pour élucider une affaire crapuleuse !

Copyright le lombard

Et, dans ce tiercé de la mort, on peut en effet dire que le côté crapuleux est bien présent !

Il y a de la violence, il y a du sang, il y a des victimes choisies au hasard, il y a du chantage, il y a des aveugles, vrais ou faux, il y a une association de malfaiteurs qui s’appelle « la ligue braille »… On n’est plus vraiment dans la construction des scénarios de Duchâteau, quelque peu  convenus, le plus souvent, prévisibles aussi… Avec Zidrou, on s’éloigne de l’univers de Stanislas-André Steeman, mentor de Duchâteau, pour se plonger bien plus dans l’ambiance des polars des années 70, durs, critiques vis-à-vis de la société, ces romans de Manchette, de Demouzon, d‘Andrevon, Vautrin, Siniac, entre autres…

Avec Zidrou, on se trouve aussi dans un monde d’humour, de cet humour quelque peu potache que Tibet adorait et dont il faisait amplement usage dans ses Chick Bill !…

copyright le lombard

Du côté du dessin, cette modernisation existe aussi. Le trait de Simon Van Liemt réussit à faire preuve d’originalité, dans les perspectives, par exemple, dans le découpage également, mais il s’inscrit totalement dans la continuité du graphisme de Tibet. Jusque dans le plaisir que Van Liemt a à caricaturer des personnages connus pour jouer le rôle des acteurs de second plan !

En fait, il y a une vraie complicité entre le dessinateur et le scénariste, qui permet à cette « reprise » s’être bien plus qu’une opération de marketing nostalgique ! Une complicité qui est aussi celle vécue avec le maître des couleurs, François Cerminaro, qui parvient à trouver des ambiances plus proches de la « Trilogie Noire » (de Daoudi d’après Léo Malet) que des épisodes originels de Ric Hochet…

copyright le lombard

On s’amuse… On suit, en même temps, une enquête parfaitement orchestrée… On prend plaisir à chercher les références que Zidrou cache entre deux bulles, comme de nous parler de Gourio et de ses brèves de comptoir. Ou de nous remettre en mémoire Stewball…

En pratiquant, au début de l’album du moins, une narration éclatée, Zidrou se permet de retrouver des références à la série de Tibet elle-même, et, ce faisant, de donner l’envie de la relire; mais il y a aussi d’autres références… Cet album voit le retour, malheureusement bien bref, de « Grevisse », personnage au langage très particulier, et dont les interventions, entre Audiard et San-Antonio, émaillent d’éclats de rire cet album !

copyright le lombard

Et puis, comme très souvent avec Zidrou, il y a quand même, au-delà de la seule aventure policière, des côtés sérieux… Moralistes, presque, dans le sens noble du terme. « La vie est un pari, écrit-il, la mort votre seul gain garanti. » Parce que ce livre-ci, c’est un peu cela, tout compte fait : une fable sur notre société qui, qu’on le veuille ou non, nous pousse à parier sur la mort… Comme chez Stephen King… A parier, aussi, autour de la mort… La mort de ces anonymes, par exemple, qui ont construit des stades de football dont l’absurde le dispute à la connerie.

Oui, Zidrou, toujours, fait des ponts entre l’imaginaire de ses récits et le réel de notre société, de ce qu’elle est en train de devenir. Le choix qu’il a fait, dans cet album, de le construire autour d’un thème sportif n’est certainement pas gratuit ! Aime-t-il le sport ? Peut-être ?… Mais ce qu’il n’aime pas, sans aucun doute possible, c’est l’immoralité qui devient le label du sport autour des dieux Argent et Politique… Le PMU dans ce livre, c’est le rêve imposé, par le pouvoir, d’une vie meilleure accessible au seul hasard… Le gros Léon brille sur petit écran, dans les années 70 et dans cet album, comme y brillent de nos jours des hommes et des femmes acceptant, le sourire aux lèvres, de formater leurs téléspectateurs…

copyright le lombard

Zidrou, en fait, dans bien de ses scénarios, parie sur l’intelligence de ses lecteurs.

Donnez-lui raison en savourant, pleinement, ce Ric Hochet de haute tenue, souriant, sérieux, passionnant !

Jacques et Josiane Schaûwen

Ric Hochet : 6. Le Tiercé De La Mort (dessin : Simon Van Liemt – scénario : Zidrou – couleur : François Cerminaro – éditeur : Le Lombard – septembre 2022 – 48 pages)

copyright dargaud

Matteo Ricci – Histoire et religion tout au long d’un périple fait de tolérance…

Martin Jamar et Jean Dufaux unissent leurs talents, une fois encore, pour nous faire découvrir un personnage historique oublié, un homme habité par une foi profonde.

copyright dargaud

Dans tous ses scénarios, ou presque, Jean Dufaux met en évidence des quêtes qui, pour aventurières qu’elles soient, pour épiques, fantastiques ou même ésotériques qu’elles s’assemblent, sont toujours le symbole d’un humanisme évident. Celui de la tolérance, celui du doute, celui de la conviction, donc de la Foi, au sens le plus large du terme.

Léautaud, tout au long de son indispensable «Journal», a vilipendé bien souvent les « littérateurs » qui n’étaient que des faiseurs, ces écrivains n’écrivant qu’avec leur imagination et leur besoin de renommée, ces tâcherons parlant de ce qu’ils ne connaissent pas. Il s’est même amusé à mettre en évidence certains de ces écrivains qu’il avait, au début de leur carrière, admirés, comme Gide ou Duhamel.

Avec Jean Dufaux, tel n’est pas le cas. Ce scénariste prolixe se révèle dans l’univers du neuvième art comme un auteur complet, éclectique et n’abordant comme sujets que ceux qui le passionnent. Et la première de ses passions, c’est sans doute l’Histoire.

copyright dargaud

Avec Matteo Ricci, comme il l’avait fait avec « Vincent » et « Foucauld », c’est au domaine de la Foi qu’il s’intéresse, une foi qui s’inscrit profondément dans une réalité historique dont il réussit à décrire à la fois les émerveillements et les dérives.

Matteo Ricci fait partie de l’histoire de la religion catholique comme de celle de la Chine. Au seizième siècle, ce religieux s’est fait passeur d’idées et de science entre l’Orient et l’Occident.

Dans ce livre, Dufaux et Jamar nous racontent son arrivée dans la patrie de Confucius et tous les efforts qu’il a dû faire pour parvenir à rencontrer l’Empereur. Au-delà des intrigues de palais, de la présence d’un prêtre européen intransigeant, ce qui intéresse Dufaux dans ce livre, c’est de nous raconter un Homme pour qui la foi ne peut être que tolérante. Ne dit-il pas d’ailleurs, ce personnage :

« Allons au-devant de ce monde, en essayant de le comprendre, d’en reconnaitre les beautés et les richesses. Même si celles-ci échappent à notre entendement et à notre foi ».

copyright dargaud

Je crois que c’est Malraux qui disait que le vingt et unième siècle serait mystique. Dufaux nous prouve lui, de livres en livres, que les mysticismes ont existé de tout temps, et que ce sont eux qui finalement, sous-tendent depuis toujours les actions de l’Homme. En « bien » comme en « mal »…

Et dans ce livre-ci, en nous donnant à voir de près un religieux qui se heurte à une logique qui n’est pas la sienne, en faisant un parallèle audacieux entre Confucius et le Christ, Jean Dufaux fait œuvre humaniste.

Et en nous livrant un autre regard, celui d’un historien, sur les missionnaires, en nous parlant, dans une Chine que l’on disait barbare, de la place de la femme, Jean Dufaux dépasse la simple anecdote narrative.

copyright dargaud

Pour l’accompagner dans cette quête très personnelle, Martin Jamar, le dessinateur, use d’un graphisme de l’on peut dire classique et qui, de ce fait, se révèle d’une superbe efficacité. Comment ne pas souligner par exemple la qualité du traitement des décors, la lumière des couleurs, le sens du détail dans chaque planche. Dufaux et Jamar, ce sont deux auteurs qui avancent ensemble sur une route qu’ils ont choisie…

copyright dargaud

En une époque où il est de bon ton d’oublier ce qu’est notre passé, ou même de le recréer à l’aune de nos modes actuelles, il est réjouissant de se plonger dans un livre comme celui-ci. Un livre qui nous parle de la foi, certes, mais qui nous parle aussi du doute, qui nous parle de l’amitié, et qui redéfinit ce que devrait être l’espoir de tout être humain : accepter l’autre comme l’autre nous accepte !

Bien sûr, Dufaux nous parle aussi de SA foi… En nous disant, par exemple, parlant du Christ, « que tous les dieux sont en lui, comme lui est en tous les hommes »…

Mais le vrai message de ce livre, trait fusionnel entre un scénariste et un dessinateur, c’est dans la bouche de l’impératrice de Chine que Jean Dufaux l’écrit : « Une pensée qui ne se nourrit pas de curiosité s’éteint d’elle-même. Ne vous contentez jamais de ce que vous savez. Il y a dans certaines de nos ignorances une part de vérité qui nous échappe. » !

copyright dargaud

Matteo Ricci, c’est un livre passionné, passionnant aussi, et d’une beauté formelle sans apprêts inutiles.

Un livre « religieux », « catholique » ?… Oui… Incontestablement… Mais cette religion que d’aucuns cherchent à enfouir dans les ténèbres de la bonne-pensée, elle fait partie, que nous le voulions ou non, que nous soyons croyants ou pas, de l’Histoire, celle qui nous a formés, celle qui nous a offert des œuvres d’art extraordinaires, celle qui est faite d’horreurs autant que de merveilles…

Jacques et Josiane Schraûwen

Matteo Ricci (dessin : Martin Jamar – scénario : Jean Dufaux – éditeur : Dargaud – septembre 2022 – 54 pages)

Merel – chronique quotidienne de la « rumeur »…

Merel – chronique quotidienne de la « rumeur »…

Clara Lodewick, pour sa première bande dessinée, fait preuve d’une immense maturité, tant au niveau du dessin que de la narration. Un récit au jour le jour qui rythme une existence. Un livre à ne pas rater !!!

copyright Dupuis

Un village, ou une petite ville, dans la campagne flamande. Une communauté tranquille, qui vit au jour le jour des habitudes conviviales. En quelque sorte, un endroit qui ressemble à un idéal de vie simple.

Dans ce village, Merel, une femme qui doit avoir quelque chose comme quarante printemps, qui vit seule, et dont l’existence se module autour de son élevage de canards, autour de sa passion pour le football et, surtout, pour le club local, autour des rencontres quotidiennes avec les gens de ce qui est une communauté de vie à taille humaine… Elle est aussi la correspondante locale pour un journal auquel elle collabore par plaisir. Parce que, finalement, ce qui caractérise cette femme, c’est que le plaisir est le moteur de son existence.

Mais voilà… Dans le monde qui est le nôtre, aucun microcosme ne conjugue la perfection au quotidien ! Et Merel, bonne vivante, aimant parler, plaisanter, vivre, tout bêtement, sans conventions inutiles, Merel éveille un jour, par une blague quelque peu libidineuse, des soupçons quant à ses possibles amours ! Amours adultères, bien évidemment…

Geert, joueur de foot dans ce village, serait-il proche, trop proche de Merel ?

C’est en tout cas ce que l’épouse de Geert, Suzie, pense.

Sans doute voit-elle dans cette possibilité amoureuse et triviale une excuse quant au naufrage de son couple… Un naufrage que les murs de leur demeure ont caché jusque-là, mais qui, enfin, peut se montrer en plein jour avec l’alibi de la trahison !

Et Suzie, sans vraiment se soucier de la vérité, en ne se souciant pas non plus de son fils qui se perd dans des réalités adultes qui le font souffrir, Suzie va créer la « rumeur »… Comme le chante Georges Chelon, « il n’y a rien de plus terrible que les braves gens »!

copyright Dupuis

Et voilà toute la trame de ce livre simple et démesuré tout à la fois.

On se trouve presque dans l’univers de « La fiancée du pirate ». Mais de manière inversée, en fait… Merel n’est accueillante qu’en amitié, pas en amours passagères. Par contre, elle est libre, et affiche sans complexe et avec le sourire ses réalités, ses normalités.

Et c’est là la première qualité de ce livre de Clara Lodewick, que de ne magnifier en rien la vie de tous les jours. Les gens qu’elle nous montre ou, plutôt, qu’elle nous raconte, sont des gens normaux… Ils n’ont pas de destins exceptionnels. Ils ne sont en rien iconiques. Merel est une femme mûre, ronde, libre, et les gens qui l’entourent n’ont rien d’exceptionnel eux non plus, ni physiquement, ni socialement.

Mais ce livre a bien d’autres qualités, tellement rares de nos jours, il faut oser le dire !

Clara Lodewick ne travestit rien. Elle nous montre la vie telle qu’elle est, elle se fait chroniqueuse du quotidien, et elle l’est sans user du petit bout de sa lorgnette, mais en traçant un portrait général d’une entité humaine en train de perdre son humanité.

En fait, ce n’est pas d’un quotidien qu’elle nous parle, celui de Merel, mais de plusieurs quotidiens qui s’entrecroisent et influent les uns sur les autres, et elle le fait, narrativement parlant, au travers de tranches de vie, de moments d’existence, tout simplement… Simplicité : c’est le mot clé de cette œuvre, c’est tout ce qui en fait un ouvrage à la fois tendre et cruel, toujours réel, et, soulignons-le, sans jugement aucun. A ce titre, on peut presque parler d’un livre sociologique !

Sociologique, mais sans pédanterie…

Sociologique et poétique, tant il est vrai que la première des poésies nous montre les choses telles qu’elles sont et pas telles qu’on les rêve, n’en déplaise aux romantiques de tout poil…

copyright Dupuis

Le personnage central de ce livre, c’est certes Merel… C’est aussi tous les autres habitants de son village qu’on apprend à connaître au fil des pages.

Mais c’est surtout quelque chose d’impalpable et de souverain, d’injuste et d’horrible : la RUMEUR ! Cette rumeur qui aboutit tellement souvent à l’inacceptable du harcèlement, quelle que soit la forme que ce harcèlement puisse prendre. Avec « Merel », on est loin, très loin, des réseaux sociaux ! Et ce n’est pas la moindre des qualités de Clara Lodewick que de nous rappeler que le harcèlement existe aussi en dehors de toute virtualité à la mode !

C’est dans le choix de ce personnage axial et omniprésent que le talent de Clara Lodewick s’épanouit pleinement.

Parce que ce qu’elle nous donne à voir, ce n’est pas une histoire singulière d’un personnage de hasard. C’est la triste vérité d’un monde, le nôtre, dans lequel un mot, un seul, devient mouton de Panurge et en entraîne mille autres, de plus en plus en plus obéissant à des fantasmes destructeurs.

La rumeur, c’est la jalousie. C’est la méchanceté au jour le jour. C’est le déni du passé et la mort de la mémoire. C’est la peur et c’est l’angoisse. C’est, de l’enfance à la vieillesse, qui croient contrôler, se contrôler, et qui ne peuvent plus rien gérer, l’engrenage de la bêtise humaine.

copyright Dupuis

Ce livre aurait donc pu, vous l’avez compris, être très sombre, très violent même. Il n’en est rien… Parce que les démesures qu’engendre la rumeur autour de Merel s’enfouissent aussi dans des tendresses quotidiennes sereines. Merel et une « héroïne normale », une femme, une vraie femme, qui assume ses désirs et qu’on sait belle loin des canons que nous imposent une mode de plus en plus formatée. Elle n’est ni jeune ni couverture de magazine. Elle est, dans sa belle normalité, un symbole de ce qu’est la vie : une indépendance de cœur, de corps, d’âme, de quotidiens assumés, même dans leurs souffrances et leurs horreurs.

Avec un dessin sans fioritures, avec des textes qui nous laissent entendre les accents profonds et profondément humains de la campagne flamande, Clara Lodewick rend hommage à la vie… A l‘enfance, aussi, qui, de faille en faille, peut encore réussir à changer le monde. Ce livre est une bande dessinée au graphisme d’ambiance et de dialogue, et aucun des personnages qu’on y croise n’y est qu’une silhouette.

copyright Dupuis

Livre choral, livre lumineux, livre de vies plurielles aux infinis possibles, MEREL, croyez-moi, ne pourra que vous séduire… Par son héroïne qui se bat contre l’injustice sans jamais haïr, par le regard que pose une jeune autrice sur un univers dont on sent, dont on sait qu’elle peut, elle, l’apprivoiser bien mieux qu’en grands discours toujours inutiles !

Tragédie à la Giono, cette bande dessinée nous donne à découvrir une auteure qui, sans aucun doute, a devant elle plus qu’une carrière : un besoin de partager ses regards avec les nôtres, avec les vôtres !

Jacques et Josiane Schraûwen

Merel (auteure : Clara Lodewick – éditeur : Dupuis/Les Ondes Marcinelle – août 2022 – roman graphique)