Le peintre Hors-La-Loi

Le peintre Hors-La-Loi

Le portrait d’un peintre oublié…

Bande dessinée et Histoire peuvent se faire complices, comme dans ce livre, pour décrire d’une époque bien plus que les simples anecdotes factuelles…

Le Peintre Hors-La-Loi © Casterman

C’est bien d’Histoire, oui, que nous parle cet album. Mais surtout n’ayez pas peur de ce mot… Frantz Duchazeau, son auteur, n’a rien de pédant ni de doctoral, loin s’en faut ! Il privilégie l’aventure, le ludique, l’humain… Et ses livres, toujours, sont extrêmement agréables à lire. Agréables, mais fidèles, aussi, à la grande Histoire.

Le Peintre Hors-La-Loi © Casterman

Tout commence, dans cet album, en 1793, le 21 janvier très exactement, par la décapitation de Louis XVI. Une exécution publique qui réveille ou révèle les aspects les plus abjects d’une foule. Une foule dans laquelle ne se trouve pas le peintre Lazare Bruandet, trop occupé à immortaliser les courbes d’une jeune femme aux rondeurs souveraines. Une femme qu’il abandonne, pour aller retrouver sa légitime… Qu’il pense apercevoir, sur son trajet, dans d’autres bras que les siens. Il en résulte une dispute au cours de laquelle meurt son épouse. Tout le récit va donc nous montrer qui est ce peintre obligé de fuir, hors-la-loi, qui trouve refuge à la campagne, auprès de moines.

Le Peintre Hors-La-Loi © Casterman

On pourrait croire ce personnage né de l’imagination de Frantz Duchazeau, mais pas du tout ! Lazare a réellement existé, il a été ce que nous montre le dessinateur Frantz Duchazeau : un peintre, un ivrogne, un bretteur acariâtre, un misanthrope, un amant fuyant…

Le Peintre Hors-La-Loi © Casterman

Le talent de Duchazeau, c’est de nous le montrer en pleine action, en vie ai-je envie de dire. On ne voit pas ses tableaux, alors qu’il fut un grand précurseur dans l’histoire de l’art, soucieux de peindre en extérieur, soucieux de faire du réalisme une interprétation du réel. Il le dit à un certain moment : « l’exactitude n’est pas la vérité ».

La vérité de Lazare, c’est de regarder, de ne « peindre que pour le plaisir de l’instant », d’être capable « d’en revenir à la solitude »…

Sa vérité, c’est aussi de permettre à son épée d’intervenir dans des situations que cette époque de terreur, de mort, impose à ceux qu’il se choisit comme amis, ou comme proches.

Le Peintre Hors-La-Loi © Casterman

Ce livre, c’est le portrait d’un homme qui est peintre, qui ne cherche aucunement la gloire ou la reconnaissance, qui peint à en mourir, qui s’enivre à en faire mourir, qui ne guérit pas de son enfance et des horreurs qu’il y a subies. C’est le portrait d’un personnage presque rabelaisien, un être humain qui, au bout de son pinceau ou au bout de son épée, ose des réflexions qui dépassent l’art, tout en le magnifiant. Au nom de la révolution et de la liberté, que d’injustices ! Au nom de la vie, que de morts ! Au nom de l’art, que de combats perdus !

Le Peintre Hors-La-Loi © Casterman

Le graphisme de Duchazeau n’a jamais, pour moi, été aussi efficace… Dans les décors, par exemple, ceux de la nature comme ceux des rues des cités… Et le travail du coloriste Drac est époustouflant, vraiment… La couleur appartient totalement au récit et à son rythme, à ses rythmes… C’est vraiment un très bel album, que je ne peux que conseiller aux amoureux de la grande Histoire, de la Peinture, et de l’aventure à taille humaine !

Jacques Schraûwen

Le Peintre Hors-La-Loi (auteur : Frantz Duchazeau – couleurs : Drac – éditeur : Casterman – mars 2021 – 94 pages)

La Petite Mort 1.5

La Petite Mort 1.5

Et si la Mort vivait en famille, comme tout le monde !

Il y a le père, la mère, la grand-mère, et le fils.

Ils vivent dans une maison presque banale, s’il n’y avait son jardin dans lequel viennent se pendre régulièrement des passants en mal de suicide.

Ils ont une existence presque normale, s’ils ne formaient pas ensemble la famille de la Mort !

La Petite Mort 1.5 © Delcourt

Le fils, qu’on appelle donc « La petite mort », va à l’école comme tous les enfants. Il y a trouvé un ami, Ludo, un ami fidèle, un de ces êtres avec qui c’est à la vie à la mort, comme on dit.

L’autre ami qu’il a, c’est un chat, Sephi.

Il faut dire qu’avoir une vie sociale n’a rien d’évident lorsqu’on a une tête de squelette, tout comme ses parents.

Il en va de même pour les ambitions, les rêves d’avenir. La Petite mort deviendra, quand il sera grand, « faucheur », à son tour, comme son père. Faucheur de vie, faucheur d’espérances.

Et cela, la Petite mort ne le veut pas.

La Petite Mort 1.5 © Delcourt

Son désir avoué et peu avouable, c’est de devenir fleuriste. C’est de meubler de couleurs et de sourires le noir de ses vêtements et la grisaille des jours et des années.

Ce livre, donc, nous raconte l’existence de cet être étrange qui nous ressemble tellement et qui, pourtant, ne veut, par obligation, que notre fin. Petite mort deviendra grand, il n’y a pas d’échappatoire.

Mais Petite mort rêve, encore, toujours…

Cyniquement, certes. Mais avec un regard sans concessions sur le monde dans lequel il vit. Même si ce verbe, vivre, n’a, tout compte fait, pas vraiment de sens pour lui …

La Petite Mort 1.5 © Delcourt

Ce livre nous montre la Petite mort de jour en jour, de semaine en semaine, en famille, à l’école, avec Ludo. Il nous montre aussi ses travaux scolaires, ses carnets intimes dans lesquels il se dessine telle qu’il est et telle qu’il voudrait être. C’est parfois gore, c’est presque toujours attendrissant.

Mais voilà, même pour le futur « faucheur », l’existence est faite aussi de peines, de larmes, d’horreurs à assumer.

Ludo, son ami, cet humain normal avec qui il se sent en osmose, ce garçon heureux est atteint de leucémie. Et c’est à la petite mort qu’incombera le devoir de faucher cette existence. Ce qui donne l’occasion à Davy Mourier d’une page dans laquelle l’humour laisse totalement la place à l’émotion.

Alors, oui, c’est un livre d’humour. D’humour noir… Le dessin de Davy Mourier en est simple, expressif en même temps, usant essentiellement de noir et de blanc avec, par ci par là, des pages entières en couleurs, les pages qui, en fait, nous font entrer quelque peu dans les attentes et les espérances du personnage principal.

C’est un livre qui raconte une histoire, nourrie d’un imaginaire à la fois collectif et très individuel. On pourrait penser, bien évidemment, à « Pierre Tombal », de Marc Hardy. Mais si l’un et l’autre de ces auteurs prennent comme figure de proue une mort faucheuse de vies, ils le font très différemment. Et chacun avec un vrai talent… Tous publics pour Hardy, plus iconoclaste et plus adulte, sans doute, pour Mourier.

En une période où la mort, en chiffres invérifiables parce qu’officiels, occupe nos écrans, nos journaux, nos quotidiens, il est salutaire de la remettre dans la seule perspective humaine qu’elle peut accepter :

La Petite Mort 1.5 © Delcourt

la vie ! La mort est la seule compagne fidèle de l’existence, que nous le voulions ou non, elle est inéluctable.

En rire ou en sourire appartient dès lors à une thérapie salutaire et essentielle : faire de la ronde de nos heures des plaisirs à partager !

Et c’est pour cela, aussi, que je partage avec vous, ici, le plaisir que j’ai pris à lire ce petit album !

Jacques Schraûwen

La Petite Mort 1.5 (auteur : Davy Mourier – éditeur : Delcourt – 96 pages – novembre 2020)

Pierre Tombal et le Covid

Pierre Tombal et le Covid

Des dessins au jour le jour, pendant ce qu’on peut appeler le premier confinement et son déconfinement. Le regard d’un artiste au gré de ses convictions, mais avec humour, toujours, même très noir !

Petites chroniques illustrées du temps du Covid selon Pierre Tombal © BlackWhite

J’ai déjà rencontré quelques fois Marc Hardy. Avec lui, on a parlé de son métier, bien évidemment, de « Pierre Tombal », une série populaire malgré le fond grave, finalement, de son propos. On a parlé de sa vie, des souffrances qui furent siennes au fil des années, de son expo dans laquelle j’ai découvert son talent réaliste autour de Bob Morane, on a parlé de René Hausman, de la rencontre avec ses lecteurs, essence même de son métier me disait-il. On a parlé de l’importance du mot « populaire » dans l’histoire du neuvième art, dans sa propre histoire de créateur aussi.

Petites chroniques illustrées du temps du Covid selon Pierre Tombal © BlackWhite

Le connaissant, connaissant un petit peu des épreuves qu’il a vécues, il était normal qu’il se sente extrêmement concerné par le coronavirus et ses gestions de jour en jour.

Le résultat de ce « travail » d’observateur, de « sociologue décalé », le voici donc réuni en un album de quelque 128 pages.

Un album étonnant, à bien des points de vue.

Petites chroniques illustrées du temps du Covid selon Pierre Tombal © BlackWhite

Un album engagé, en tout cas, aux côtés des experts de tout poil qui influent depuis des mois sur le quotidien des Belges.

Disons-le tout de suite, je suis loin d’être en accord avec toutes les convictions de Marc Hardy et tous les appels qu’il fait, de page en page, pour que se respectent des mesures qu’il considère essentielles. Mais cette différence de vue est normale, naturelle, souhaitable même. Je ne veux pas, et lui non plus, j’en suis certain, vivre dans un monde où tout le monde aurait le même regard, où tout le monde devrait, finalement, avoir le même vécu.

Et ce qui est vraiment étonnant, dans ce livre, c’est l’aspect presque schizophrénique qu’il revêt.

Petites chroniques illustrées du temps du Covid selon Pierre Tombal © BlackWhite

D’un côté, il y a les dessins, à l’humour sombre, des dessins souvent politiquement incorrects, des dessins qui parviennent à mêler à l’horreur de la mort les sourires d’un désespoir teinté d’érotisme. Des dessins souvent rapides, comme créés dans l’urgence, pour que lui d’abord, ses lecteurs ensuite, n’oublient jamais qu’ils sont humains, et que l’humanité est aussi affaire de plaisir, de désir, de rêves. Et de tristesses, comme cette page sur laquelle Marc Hardy nous parle, avec une belle poésie et une superbe retenue, du décès de sa maman.

Petites chroniques illustrées du temps du Covid selon Pierre Tombal © BlackWhite

Et puis, de l’autre côté, il y a les commentaires, souvent copiés tels quels des réactions eues sur facebook. Et là, on se trouve dans un autre regard, un regard totalement politiquement correct, un regard artiste dans lequel, de dessin en dessin, on sent s’installer chez Hardy une peur qui prend de plus en plus de place. Il y a des appels à la culpabilisation, même s’il s’en cache, des « autres », de ceux qui « ne respectent pas les ordres »… Mais, en même temps, il y a des remarques, ici et là, qui montrent que Marc Hardy, comme tout artiste, même touché au plus profond de lui-même, est un homme qui a besoin du doute pour exister, et créer. Il définit ainsi ses dessins comme étant « l’éphémère reflet d’une émotion ». Il se pose la question aussi de « la vie après la vie, et de la vie sans la vie »…

Petites chroniques illustrées du temps du Covid selon Pierre Tombal © BlackWhite

Au travers de ses positions, de ses dessins d’abord et avant tout, Marc Hardy s’intéresse, en s’interrogeant, au sens du mot liberté, à ce qui est vraiment essentiel pour l’être humain, l’écologie, l’économie ?… Il se pose la question, et nous la pose en même temps, de savoir ce que sont, aujourd’hui, pendant cette pandémie, les valeurs de la vie qu’il nous reste à revendiquer…

Je pense, honnêtement, que les commentaires dans ce livre sont quelque peu superflus. Certes, ils sont comme des têtes de chapitre. Mais la force de cet album, ce sont les dessins… Ce sont aussi, dans ces dessins, les pauses que Marc Hardy a faites, comme pour rappeler qu’au-delà de l’humour, il y a la sensation, l’érotisme grivois, une forme légère de poésie. Lolo et Sucette sont présentes, tout comme bien d’autres jeunes femmes accortes et très peu vêtues.

Petites chroniques illustrées du temps du Covid selon Pierre Tombal © BlackWhite

Créer n’est-il pas finalement, toujours, une façon d’exorciser le présent ?

Exorcisez-le en vous plongeant dans ce livre qui vient à son heure et qui est le miroir d’un artiste, tout compte fait, plus que d’une époque…

Jacques Schraûwen

Petites chroniques illustrées du temps du Covid selon Pierre Tombal (auteur : Marc Hardy – éditeur : Black and White – décembre 2020 – 128 pages)