Ric Hochet : 6. Le Tiercé De La Mort

Ric Hochet : 6. Le Tiercé De La Mort

Un héros mythique dont la nouvelle existence est une totale réussite !

copyright le lombard

Zidrou, scénariste, ne manque pas de culot, et il lui en a fallu pour réussir à moderniser ce personnage qui, en son temps, était presque une sorte de double réaliste d’un Tintin bien sage et bien gentil… Pour le moderniser, oui, tout en l’ancrant totalement dans les années 70, des années qui, après une révolution plus ou moins ratée, étaient celle d’une sorte de renouveau du sens de la liberté. Pour le moderniser sans pour autant, surtout, le dénaturer.

Ric Hochet reste un journaliste aventurier, aimant rouler en voiture sportive, aimant se coltiner avec le mystère, amoureux sans vouloir vraiment officialiser cet amour, sûr de lui… Tout cet adn se trouve bien présent dans ce sixième opus d’une série désormais dessinée par l’excellent Van Liemt.

Mais Ric, au fil de ces six albums, prend de plus en plus « chair », révèle ses failles, ses faiblesses, ses certitudes battues en brèche. Il devient de plus en plus humain, tout simplement ! Mais toujours en étant comme un chevalier sans peur et sans reproche toujours prêt à enquêter pour élucider une affaire crapuleuse !

Copyright le lombard

Et, dans ce tiercé de la mort, on peut en effet dire que le côté crapuleux est bien présent !

Il y a de la violence, il y a du sang, il y a des victimes choisies au hasard, il y a du chantage, il y a des aveugles, vrais ou faux, il y a une association de malfaiteurs qui s’appelle « la ligue braille »… On n’est plus vraiment dans la construction des scénarios de Duchâteau, quelque peu  convenus, le plus souvent, prévisibles aussi… Avec Zidrou, on s’éloigne de l’univers de Stanislas-André Steeman, mentor de Duchâteau, pour se plonger bien plus dans l’ambiance des polars des années 70, durs, critiques vis-à-vis de la société, ces romans de Manchette, de Demouzon, d‘Andrevon, Vautrin, Siniac, entre autres…

Avec Zidrou, on se trouve aussi dans un monde d’humour, de cet humour quelque peu potache que Tibet adorait et dont il faisait amplement usage dans ses Chick Bill !…

copyright le lombard

Du côté du dessin, cette modernisation existe aussi. Le trait de Simon Van Liemt réussit à faire preuve d’originalité, dans les perspectives, par exemple, dans le découpage également, mais il s’inscrit totalement dans la continuité du graphisme de Tibet. Jusque dans le plaisir que Van Liemt a à caricaturer des personnages connus pour jouer le rôle des acteurs de second plan !

En fait, il y a une vraie complicité entre le dessinateur et le scénariste, qui permet à cette « reprise » s’être bien plus qu’une opération de marketing nostalgique ! Une complicité qui est aussi celle vécue avec le maître des couleurs, François Cerminaro, qui parvient à trouver des ambiances plus proches de la « Trilogie Noire » (de Daoudi d’après Léo Malet) que des épisodes originels de Ric Hochet…

copyright le lombard

On s’amuse… On suit, en même temps, une enquête parfaitement orchestrée… On prend plaisir à chercher les références que Zidrou cache entre deux bulles, comme de nous parler de Gourio et de ses brèves de comptoir. Ou de nous remettre en mémoire Stewball…

En pratiquant, au début de l’album du moins, une narration éclatée, Zidrou se permet de retrouver des références à la série de Tibet elle-même, et, ce faisant, de donner l’envie de la relire; mais il y a aussi d’autres références… Cet album voit le retour, malheureusement bien bref, de « Grevisse », personnage au langage très particulier, et dont les interventions, entre Audiard et San-Antonio, émaillent d’éclats de rire cet album !

copyright le lombard

Et puis, comme très souvent avec Zidrou, il y a quand même, au-delà de la seule aventure policière, des côtés sérieux… Moralistes, presque, dans le sens noble du terme. « La vie est un pari, écrit-il, la mort votre seul gain garanti. » Parce que ce livre-ci, c’est un peu cela, tout compte fait : une fable sur notre société qui, qu’on le veuille ou non, nous pousse à parier sur la mort… Comme chez Stephen King… A parier, aussi, autour de la mort… La mort de ces anonymes, par exemple, qui ont construit des stades de football dont l’absurde le dispute à la connerie.

Oui, Zidrou, toujours, fait des ponts entre l’imaginaire de ses récits et le réel de notre société, de ce qu’elle est en train de devenir. Le choix qu’il a fait, dans cet album, de le construire autour d’un thème sportif n’est certainement pas gratuit ! Aime-t-il le sport ? Peut-être ?… Mais ce qu’il n’aime pas, sans aucun doute possible, c’est l’immoralité qui devient le label du sport autour des dieux Argent et Politique… Le PMU dans ce livre, c’est le rêve imposé, par le pouvoir, d’une vie meilleure accessible au seul hasard… Le gros Léon brille sur petit écran, dans les années 70 et dans cet album, comme y brillent de nos jours des hommes et des femmes acceptant, le sourire aux lèvres, de formater leurs téléspectateurs…

copyright le lombard

Zidrou, en fait, dans bien de ses scénarios, parie sur l’intelligence de ses lecteurs.

Donnez-lui raison en savourant, pleinement, ce Ric Hochet de haute tenue, souriant, sérieux, passionnant !

Jacques et Josiane Schaûwen

Ric Hochet : 6. Le Tiercé De La Mort (dessin : Simon Van Liemt – scénario : Zidrou – couleur : François Cerminaro – éditeur : Le Lombard – septembre 2022 – 48 pages)

copyright dargaud

Matteo Ricci – Histoire et religion tout au long d’un périple fait de tolérance…

Martin Jamar et Jean Dufaux unissent leurs talents, une fois encore, pour nous faire découvrir un personnage historique oublié, un homme habité par une foi profonde.

copyright dargaud

Dans tous ses scénarios, ou presque, Jean Dufaux met en évidence des quêtes qui, pour aventurières qu’elles soient, pour épiques, fantastiques ou même ésotériques qu’elles s’assemblent, sont toujours le symbole d’un humanisme évident. Celui de la tolérance, celui du doute, celui de la conviction, donc de la Foi, au sens le plus large du terme.

Léautaud, tout au long de son indispensable «Journal», a vilipendé bien souvent les « littérateurs » qui n’étaient que des faiseurs, ces écrivains n’écrivant qu’avec leur imagination et leur besoin de renommée, ces tâcherons parlant de ce qu’ils ne connaissent pas. Il s’est même amusé à mettre en évidence certains de ces écrivains qu’il avait, au début de leur carrière, admirés, comme Gide ou Duhamel.

Avec Jean Dufaux, tel n’est pas le cas. Ce scénariste prolixe se révèle dans l’univers du neuvième art comme un auteur complet, éclectique et n’abordant comme sujets que ceux qui le passionnent. Et la première de ses passions, c’est sans doute l’Histoire.

copyright dargaud

Avec Matteo Ricci, comme il l’avait fait avec « Vincent » et « Foucauld », c’est au domaine de la Foi qu’il s’intéresse, une foi qui s’inscrit profondément dans une réalité historique dont il réussit à décrire à la fois les émerveillements et les dérives.

Matteo Ricci fait partie de l’histoire de la religion catholique comme de celle de la Chine. Au seizième siècle, ce religieux s’est fait passeur d’idées et de science entre l’Orient et l’Occident.

Dans ce livre, Dufaux et Jamar nous racontent son arrivée dans la patrie de Confucius et tous les efforts qu’il a dû faire pour parvenir à rencontrer l’Empereur. Au-delà des intrigues de palais, de la présence d’un prêtre européen intransigeant, ce qui intéresse Dufaux dans ce livre, c’est de nous raconter un Homme pour qui la foi ne peut être que tolérante. Ne dit-il pas d’ailleurs, ce personnage :

« Allons au-devant de ce monde, en essayant de le comprendre, d’en reconnaitre les beautés et les richesses. Même si celles-ci échappent à notre entendement et à notre foi ».

copyright dargaud

Je crois que c’est Malraux qui disait que le vingt et unième siècle serait mystique. Dufaux nous prouve lui, de livres en livres, que les mysticismes ont existé de tout temps, et que ce sont eux qui finalement, sous-tendent depuis toujours les actions de l’Homme. En « bien » comme en « mal »…

Et dans ce livre-ci, en nous donnant à voir de près un religieux qui se heurte à une logique qui n’est pas la sienne, en faisant un parallèle audacieux entre Confucius et le Christ, Jean Dufaux fait œuvre humaniste.

Et en nous livrant un autre regard, celui d’un historien, sur les missionnaires, en nous parlant, dans une Chine que l’on disait barbare, de la place de la femme, Jean Dufaux dépasse la simple anecdote narrative.

copyright dargaud

Pour l’accompagner dans cette quête très personnelle, Martin Jamar, le dessinateur, use d’un graphisme de l’on peut dire classique et qui, de ce fait, se révèle d’une superbe efficacité. Comment ne pas souligner par exemple la qualité du traitement des décors, la lumière des couleurs, le sens du détail dans chaque planche. Dufaux et Jamar, ce sont deux auteurs qui avancent ensemble sur une route qu’ils ont choisie…

copyright dargaud

En une époque où il est de bon ton d’oublier ce qu’est notre passé, ou même de le recréer à l’aune de nos modes actuelles, il est réjouissant de se plonger dans un livre comme celui-ci. Un livre qui nous parle de la foi, certes, mais qui nous parle aussi du doute, qui nous parle de l’amitié, et qui redéfinit ce que devrait être l’espoir de tout être humain : accepter l’autre comme l’autre nous accepte !

Bien sûr, Dufaux nous parle aussi de SA foi… En nous disant, par exemple, parlant du Christ, « que tous les dieux sont en lui, comme lui est en tous les hommes »…

Mais le vrai message de ce livre, trait fusionnel entre un scénariste et un dessinateur, c’est dans la bouche de l’impératrice de Chine que Jean Dufaux l’écrit : « Une pensée qui ne se nourrit pas de curiosité s’éteint d’elle-même. Ne vous contentez jamais de ce que vous savez. Il y a dans certaines de nos ignorances une part de vérité qui nous échappe. » !

copyright dargaud

Matteo Ricci, c’est un livre passionné, passionnant aussi, et d’une beauté formelle sans apprêts inutiles.

Un livre « religieux », « catholique » ?… Oui… Incontestablement… Mais cette religion que d’aucuns cherchent à enfouir dans les ténèbres de la bonne-pensée, elle fait partie, que nous le voulions ou non, que nous soyons croyants ou pas, de l’Histoire, celle qui nous a formés, celle qui nous a offert des œuvres d’art extraordinaires, celle qui est faite d’horreurs autant que de merveilles…

Jacques et Josiane Schraûwen

Matteo Ricci (dessin : Martin Jamar – scénario : Jean Dufaux – éditeur : Dargaud – septembre 2022 – 54 pages)

Alamänder : 1. Mystère A La Tour De L’Horloge

Alamänder : 1. Mystère A La Tour De L’Horloge

Un romancier, un scénariste, un dessinateur et deux coloristes : de la fantasy qui décoiffe !

copyright kamiti

Résumer ce premier album n’est pas compliqué.

D’une part, nous avons un mage, Jonas Alamänder, chassé de sa maison, voulant plaider sa cause, et confronté à un mystère digne de Rouletabille. Sa sagesse de mage liée à ses compétences de détective, avec l’aide étrange de Retzel, un horrifiant petit animal de compagnie, tout cela va-t-il suffire à résoudre les énigmes criminelles qu’il découvre ?

D’autre part, nous avons un gamin, Maek, que l’on voit vieillir au gré d’une quête horrifique dans laquelle la mort est omniprésente.

Entre Alamänder et Maek, aucun lien, sans doute. Et 800 années de différences, dans deux mondes qui ne se ressemblent que très peu…

Deux lieux, deux temps, et le TEMPS qui se fait, au fil du récit, un personnage presque palpable…

Tous les albums d’héroic-fantasy se ressemblent souvent. Très souvent. Trop souvent… Et voici qu’en peu de temps, deux séries de ce genre réussissent à leur manière à casser des codes que je trouve, personnellement, très étroits. SOW, inspiré, si je ne m’abuse, d’un jeu vidéo… Et ALAMÄNDER, inspiré d’un roman…

copyright kamiti

Alamänder… Personnage qu’on a l’habitude de rencontrer dans le monde de la fantasy : beau, jeune, aventurier, charmant et, bien évidemment, charmeur. Mais voilà… Il est plein d’illusions, ce garçon, et, comme Spirou, il a un compagnon que bien des gens prennent pour un écureuil. Mais Retzel et Spip n’ont strictement rien à voir ! Sinon dans leur propension à manger, dans celle de râler… Pour le reste, vous découvrirez vite que cet hommage à une bd mythique se fait quelque peu gore au fil des pages !

Retzel est le contrepoint d’Alamänder. Un contrepoint total… Aucune sagesse chez lui, aucune utilité non plus, semble-t-il, et de la vulgarité, de la provocation!

Maek… Personnage qu’on a plus l’occasion de rencontrer dans les comics américains les plus sombres qui soient, ceux qui s’intéressent aux tueurs psychopathes. Il semble sorti tout droit des pages d’un « ça » de Stephen King, mais un « ça » dans lequel le clown serait la proie d’un enfant assassin, un enfant, d’ailleurs, qui ne rêve que de cela, une école des assassins !

copyright kamiti

Atypique, incontestablement, cette série l’est, qui donne parfois l’impression de se perdre dans sa propre évolution. Il y a des zones d’ombre qui ressemblent à des oublis. Maek est le premier des Hempé, mais qu’est-ce qu’un Hempé ?… Alamänder, au cours de son enquête, parle de bruits que des gardes ont entendus, alors qu’à aucun moment, dans le déroulé de l’action, le scénario n’en parle…

Les auteurs m’ont dit, le sourire aux lèvres, qu’il allait falloir attendre le deuxième tome pour avoir quelques réponses à mes légitimes questions !…

copyright kamiti

Cela dit, ce livre m’a bien plu.

Certes, il file un peu dans tous les sens, il pratique à la fois l’humour glauque et la plaisanterie vulgaire, le gore et une certaine forme de tendresse, l’aventure la plus convenue avec des soldats, leurs étranges montures et des monstres hideux, et le meurtre dans un lieu clos cher à Christie comme à Leroux.

Il multiplie aussi les références, avec Spip, comme je l’ai dit, mais avec les folies agricoles que notre univers connaît déjà (des céréales belliqueuses…), il mêle dieux, humains, magie et quotidiens… Il nous parle d’amitiés viriles et d’émois amoureux. Il mélange des mythologies que nous connaissons, grecque et catholique, entre autres, pour en créer une nouvelle…

copyright kamiti

Et c’est tout cela qui fait la richesse et la réussite de ce livre. On ne s’ennuie à aucun moment, on a l’impression de se trouver dans une sorte de micmac brumeux qui finit plus par ressembler à un univers ésotérique qu’à de la fantasy, avec un rappel, discret, au Petit Albert…

C’est cette imagination, littéraire d’abord, scénaristique ensuite, graphique enfin, qui lie tout cela en y ajoutant le travail de la couleur…

J’attends donc la suite de cet album, en espérant y trouver les réponses aux « blancs » volontaires de ce premier tome !

les auteurs et leur éditeur

Alexis Flamand et Gihef

Jacques et Josiane Schraûwen

Alamänder : 1. Mystère A La Tour De L’Horloge (dessin : Marco Dominici – scénario : Gihef, d’après le roman d’Alexis Flamand – couleurs : Andrea Celestini et Alessandro Russotto – éditeur : Kamiti – septembre 2022 – 64 pages)