copyright Le Lombard

La Ligue Des Chats Contre L’Humain Ecolo

D’un côté, Pascal, un matou qui fait ce qu’il veut des humains qui pensent le « posséder… De l’autre côté, ces fameux humains qui, bobos en diable, décident de nourrir leurs chats avec des croquettes bio… La guerre ne peut que les opposer !

copyright Le Lombard

Bénédicte Moret, l’auteure de ce livre, est, sans aucun doute possible, une femme « engagée » dans l’univers de l’écologie. Elle milite, dans la vie comme dans sa profession d’illustratrice, pour l’agriculture bio, pour le « zéro déchet », pour le climat… Mais cela n’en fait pas une idéologue pure et dure, au contraire de ces moralisateurs qui se présentent aux élections et y perdent leur plumage et leur ramage en même temps ! (si, si, voyez la France…)

Non, Béatrice Moret a choisi le biais de l’humour, de la dérision, de l’auto-dérision aussi, pour sensibiliser ses lecteurs, certes, mais aussi et surtout pour dédramatiser ce qui, finalement, n’est qu’une somme de gestes quotidiens dépendant d’habitudes… Et même si les habitudes peuvent être essentielles à l’équilibre humain, certaines d’entre elles ont peut-être à gagner à évoluer, à changer !

copyright Le Lombard

Cela dit, changer ses habitudes, c’est aussi, lorsqu’on vit en famille, changer celles de chacune et de chacun ! Même celles des animaux de compagnie, ces chats, chiens, hamsters, que sais-je encore, qui nous aident à vivre.

Et c’est là tout le thème de ce livre.

La famille Zéro Déchet vit en compagnie de deux chats. Michel, d’abord, un de ces chats domestiques qui se laisse vivre, qui abuse des nourritures terrestres comme spirituelles, de gamelle en caresses et en ronronnements.

Et puis, Pascal.

Lui, il s’est construit une philosophie activiste pour que les humains dont il dépend deviennent ses sujets volontaires. Et cette philosophie conquérante, il tente d’en apprendre les méandres au brave Michel qui adore les humains puisqu’ils le nourrissent.

Dur apprentissage, donc…

Encore plus dur à partir du jour où Madame Zéro Déchet lit dans un journal (et y croit…) que le chat est l’ennemi numéro un pour la biodiversité ! Et qu’il va falloir donc, l’entraîner à l’écologie, en commençant par l’obliger à manger des croquettes bio !

copyright Le Lombard

L’heure de la lutte a donc sonné !

Et pas moyen de compter, pour Pascal, sur le seul Michel, loin de là ! Le matou dominant décide donc de créer la L.C.C.H.E. : la « Ligue des Chats Contre l’Humain Ecolo ».

Une ligue qui, au fil des combats d’influence quotidiens, s’ouvre peu à peu à une foule bigarrée et hétéroclite… Il y a des oiseaux, des insectes, un hamster, des souris, des hérissons, que sais-je encore. Et chaque assemblée générale devient ainsi une occasion de discussions sans fin, parfois oiseuses, mais, étrangement, respectueuses de la personnalité de chacun.

C’est là pour Pascal un apprentissage auquel il ne s’attendait pas : celui de la tolérance,  celui de l’acceptation de l’autre tel qu’il est et pas tel qu’il veut qu’il soit, celui de la forme la plus élémentaire de la démocratie, en quelque sorte.

copyright Le Lombard

Le chat et ses soldats qui n’ont rien de félin arriveront-ils à vaincre la générosité bio de quelques humains bobos et fiers de l’être ?

Peut-être… Peut-être pas… A vous de le découvrir !

Et de le faire dans un livre qui, je me répète, n’a rien d’idéologique.

Un livre à l’humour constant…

Un livre dans lequel le dessin est extrêmement expressif, tout en étant résolument simple.

Le graphisme de Bénédicte Moret est d’une véritable efficacité, grâce à un sens aigu de l’observation. Observation de chacun des personnages mis en scène, observation des mimiques, des gestuelles aussi…

Et j’apprécie énormément que, malgré le sujet, l’auteur de ce livre évite l’écueil du message bien-pensant et « mode », au profit d’une sorte de témoignage souriant et réjouissant !

Jacques et Josiane Schraûwen

La Ligue Des Chats Contre L’Humain Ecolo (auteure : Bénédicte Moret – éditeur : Le Lombard – janvier 2022 – 120 pages)

Jérôme K. Jérôme Bloche : 28. Et Pour Le Pire

Jérôme K. Jérôme Bloche : 28. Et Pour Le Pire

Cela fait des années que Jérôme et Babette s’aiment, vivent ensemble… Vont-ils enfin se marier ?… Et si oui, dans quelles conditions ?… A découvrir dans cet album qui nous prouve, une fois de plus, tous les talents de son auteur, Alain Dodier !

copyright Dupuis

Depuis bien longtemps, j’espérais pouvoir un jour croiser les pas de ce dessinateur classique qui, à sa manière, dès le début des années 80, a réussi à créer un personnage tout à fait particulier, un « privé » lunatique, un binoclard rêveur, un monsieur toutlemonde se perdant dans des aventures policières sombres… Avec deux scénaristes d’abord, et non des moindres, Le Tendre et Makyo, tout seul ensuite, Alain Dodier s’est offert le luxe, ainsi, de réinventer le « polar », tout en respectant les codes de cet art littéraire qui s’ouvre, toujours, sur la tragédie humaine, celle de l’existence, celle de la folie, celle des horreurs, quotidiennes elles aussi.

copyright Dodier

Jérôme K. Jérôme… Hommage, bien évidemment, à cet écrivain Britannique auteur du célèbre « Trois hommes et un bateau », hommage à un humour, aussi, quelque peu décalé, pratiquement surréaliste parfois, et littérairement particulièrement bien construit.

Toutes ces caractéristiques, à commencer par le côté « écriture », sont totalement présentes dans tous les albums de ce héros qui n’en est pas vraiment un, mais qui le devient par les interventions bizarres de quelques hasards saugrenus.

copyright dupuis

Et donc, dans cet album, on va parler de mariage… Mais de bien plus, d’abord !

En essayant de passer pour la énième fois son permis de conduire, Jérôme va sauver une jeune mariée prête à se jeter dans le vide. Rebecca, cette jeune femme toute de blanc vêtue, attendrit le détective qui décide de lui redonner goût à la vie. Mais voilà… Cette jeune femme est-elle vraiment l’oie blanche désespérée qu’elle semble être… C’est là tout le contenu de cet album, avec des rebondissements, avec des personnages récurrents, comme l’ami prêtre, la concierge ou l’épicier, avec des ouvertures, comme toujours, sur les réalités actuelles, à commencer par le harcèlement.

Mais, avec, aussi, de l’humour et du sentiment, sans cesse mêlés, et qui forment, avec les mots, la trame d’un livre dans lequel tous les personnages ont du corps, de l’âme, de la vérité.

copyright dupuis

Jérôme est, à sa manière, l’antinomie des héros à la Chandler ou même à la Malet. Il appartient bien plus à cette race de personnes qui ne sont acteurs que par erreur, qui, d’observateurs, deviennent intervenants par la magie d’une rencontre, d’un regard étonné, d’une aide à donner.

Il est ce naïf qui était cher à Guth, ou à Voltaire.

Et ce qui est extrêmement agréable aussi, c’est qu’en trame de fond, c’est l’amour, dans ce qu’il peut avoir de plus libre, en dehors des contingences de la routine, qui reste le fil conducteur de l’existence de ce « privé » qui n’est finalement qu’un vieil adolescent…

copyright dupuis

Et je vous propose d’écouter Alain Dodier répondre à mes petites questions…

Le dessin de Dodier est fluide, avec un découpage toujours efficace, avec un travail sur les physionomies qui n’est jamais caricatural, avec une présence du mouvement parfois pratiquement cinématographique. Et les couleurs de Cerise, sans tape-à-l’œil, sont parfaites…

Un livre à lire, une série vraiment importante de la bd tous publics, de la bd populaire. Populaires : ce que devraient être toutes les bandes dessinées, finalement !

copyright dodier

Jacques et Josiane Schraûwen

Jérôme K. Jérôme Bloche : 28. Et Pour Le Pire (auteur : Alain Dodier – couleurs : Cerise – éditeur : Dupuis – 72 pages – mars 2022)

Lucile & L’Info

Lucile & L’Info

Une critique humoristique mais acerbe aussi du monde des médias télévisés !

Loin de moi l’idée de vilipender à tout crin les chaînes télévisées ! Mais, je le reconnais avec plaisir, cette bd vient à son heure pour mettre le doigt dans l’engrenage de « l’info », très exactement là où cela fait mal !

Lucile & L’Info © Bamboo

D’emblée, et dès la couverture, nul ne peut ignorer quelle est la cible des gags qui vont se suivre dans cet album de Poitevin et Erroc. C’est BFMTV qui est visée, cette chaîne française d’information en continu connue pour ses erreurs, ses dérives politiques, ses prises de position sans réelle analyse.

Mais qu’on ne s’y trompe pas : au-delà de ce média déjà bien souvent, et à juste titre, attaqué (par ses collègues et concurrents, d’ailleurs…), c’est toute une profession qui est mise en avant, et pas du tout à son avantage !

Avec, en contrepoint, et je dirais « par l’absurde », cette question : qu’est-ce, de nos jours, qu’être journaliste d’info ?

Lucile & L’Info © Bamboo

L’héroïne de cet album, Lucile, est tout juste sortie d’une école de journalisme. Elle est engagée par KfmTV, sans ignorer ce qu’est cette télé dite, ici et là, « poubelle ». Mais elle veut travailler, elle veut apprendre son métier autrement que sur des bancs d’école. Et, de page en page, de gag en gag, c’est son parcours professionnel qu’on va suivre, en souriant, en riant, en se posant aussi des tas de questions quant à notre propre positionnement face à ces télés qui, finalement, n’ont qu’un mot d’ordre : « Faut être les premiers » ! Même si, pour ce faire, on zappe toute vérification sérieuse des sources. Une fausse info, après tout, cela se rectifie… Un scoop raté, c’est une perte immédiate d’auditeurs, donc de revenus publicitaires et de pseudo-crédibilité.

Je le disais : au-delà de la seule chaîne presque nommément présente, c’est tout le journalisme télévisé qui fait l’objet de cet album.

Lucile & L’Info © Bamboo

Un album qui vient à son heure, d’ailleurs, tant il est vrai que les journalistes qui font des reportages sur le terrain sont de plus en plus souvent pris à partie, critiqués ouvertement pour la manière dont le média auquel ils « appartiennent » traite l’actualité, et, dans cette actualité, la vraie vie des vrais gens…

Et donc, face à ce manque de confiance de plus en plus criant vis-à-vis des journaux télévisés (ou parlés…), Erroc au scénario et Poitevin au dessin nous concoctent des gags qui font à la fois rire et réfléchir.

Des gags dans lesquels, s’ils sont honnêtes, bien des journalistes reconnaîtront une part de leur quotidien.

Il y a, par exemple, le narcissisme d’un présentateur vedette, plus intéressé par son fond de teint et sa coiffure que par les sujets qu’il va aborder.

Il y a la multiplication des micro-trottoirs qui permettent d’orienter l’info selon le bon plaisir d’un éditeur.

Il y a ces reportages en direct pendant lesquels il ne se passe strictement rien.

Lucile & L’Info © Bamboo

Il y a ces envoyés spéciaux qui, pour des « marronniers », sujets qui reviennent chaque année, poireautent dans le froid pour deux images déjà vues mille fois. Chaque année, ainsi, n’a-t-on pas droit à des reportages qui se pensent poétiques sur l’hiver et la neige ? Et, dans cet album, la jeune Lucile s’y colle, dans l’attente du tout premier flocon…

Il y a ce que les médias appellent « l’info importante », c’est-à-dire l’info immédiate… D’où un mélange des genres, avec un sujet télévisé sur les sdf juste après un autre sujet sur le luxe et la richesse.

Il y a les experts, le plus souvent auto-proclamés, et imposés par les chefs d’édition, et qui, parfois, souvent même, sont plus idéologues qu’analystes.

Il y a des éditorialistes sans relief et d’autres éditorialistes réactionnaires, parce que la polémique attire les téléspectateurs, et que les téléspectateurs appellent les rentrées financières de la publicité.

Il y a tout cela dans ce livre, avec humour.

Lucile & L’Info © Bamboo

Je l’avoue humblement, je ne suis pas, habituellement, fan de ces livres qui, chez l’éditeur Bamboo et chez d’autres éditeurs, se multiplient et mettent en avant, avec un sourire plus ou moins réussi (ou raté) des métiers variés.

Mais ici, j’ai été séduit, réellement séduit. Parce que ce qui nous est montré, caricaturalement parlant, n’est vraiment pas loin d‘une réalité que les bons et vrais journalistes ne peuvent pas nier et que, parfois, ils vivent au jour le jour d’un métier dans lequel la passion laisse la place, de plus en plus souvent, à une fonctionnarisation humaine.

Lucile & L’Info © Bamboo

Mais j’insiste : ce n’est pas un livre-pamphlet, ce n’est pas un brûlot dessiné : c’est un album de délassement, dessiné de manière classique par Arnaud Poitevin, avec un beau sens des physionomies et des mouvements, scénarisés avec beaucoup de rythme par Erroc, et colorisé efficacement par Alexandre Amouriq et Mirabelle.

Un très agréable livre, donc… Une excellente surprise !…

Jacques Schraûwen

Lucile & L’Info (dessin : Arnaud Poitevin – scénario : Erroc – couleurs : Alexandre Amouriq et Mirabelle – éditeur : Bamboo – janvier 2022 – 46 pages)