Erotopia 1 – Une héroïne plurielle pour des plaisirs sublimes !

Erotopia 1 – Une héroïne plurielle pour des plaisirs sublimes !

Que serait la vie sans le désir ? Que serait l’amour sans l’humour ? Et « Je » est-il vraiment « un(e) autre » ?… Une réponse souriante et endiablée par le biais de l’érotisme !

copyright kennes

Cela fait des siècles qu’on a droit au même débat, sans cesse recommencé : qu’est-ce que l’érotisme, qu’est-ce que la pornographie ?

Je n’ai jamais beaucoup aimé les définitions dont le définitif ressemble toujours à une forme de morale. Je n‘ai jamais trouvé par exemple la lecture du divin marquis particulièrement agréable, de par son aspect sans cesse moralisateur et excessif.

Je pense qu’en question d’érotisme ou de pornographie, il en va exactement comme de la littérature générale : un livre est bon, pour moi, parce que je prends plaisir à la lire quelle qu’en soit la raison. Et ce premier tome de Erotopia m’a amusé, m’a fait sourire, m’a plu, oui !

copyright kennes

Ce premier épisode met en scène la gentille et retenue Violette. Une femme passe-partout, que personne ne remarque, une travailleuse comme toutes les travailleuses, dépendant d’une patronne dictatoriale, Madame Counterfate.

Effacée dans la vie de tous les jours, elle n’attire ni le regard ni les attentions des hommes qu’elle croise au jour le jour. Et pourtant, cette jeune femme sage comme une image perdue dans les pages d’un missel occupe un emploi très particulier… Elle est créatrice d’objets susceptibles d’aider les femmes (et les couples) à faire de leurs moments d’amour des extases à chaque fois uniques.

Et pourtant, aussi, cette gentille Violette est loin d’être la femme pudique et invisible que ses collègues imaginent !

C’est à l’unif qu’elle a découvert que sa libido, très intense, trouvait son apogée grâce à ce qu’elle appelle son chakra-fleur, un chakra qui s’ouvre totalement au bonheur du corps plus que de l’âme lorsqu’elle se répète le prénom d’un amant possible. Pas imaginé, non. Elle jouit, osons dire les choses comme elles sont, en hurlant le prénom d’un homme qui la fait fantasmer !

Et cette secrète jeune femme a trouvé de quoi assouvir ce chakra particulier en se dédoublant !

copyright kennes

Créatrice de sex-toys le jour, Violette se transforme la nuit en Capucine, influenceuse suivie par des milliers et des milliers de gens, influenceuse très particulière, puisqu’elle teste tout simplement, face à la caméra, les objets du plaisir inventés par son double sage.

Un même corps, et deux femmes différentes, mais qui réussissent à cohabiter, vaille que vaille, voilà donc la trame de ce premier livre qui la présente et nous la montre, fort heureusement, dans tous ses états.

Et, bien entendu, cette cohabitation dans un même corps d’un volcan et d’une plage de sable pur, cela ne peut pas durer ! Et c’est tout le contenu de ce livre que de nous raconter les péripéties, dont l’irruption d’une forme amoureuse sentimentale, qui vont déstabiliser la belle Violette-Capucine, et en faire une héroïne de papier plus qu’intéressante !

Le scénario de Stéphane Louis se construit, vous l’aurez compris, autour d’un seul axe, celui du désir, de sa réalisation, de la libido. Et ce scénario est d’une belle construction, sans aucun doute ! Je dirais même que, à l’instar du dessin de Davide Percoco, il ne manque jamais de relief(s) ! Ce graphisme est tout en courbes, en expression, en nudités souriantes, et il est d’une joyeuse impudeur, d’un amusant libertinage, d’un érotisme plein d’humour mais qui ne cache rien des réalités des chairs !

copyright kennes

Je parlais d’un dessin aux pleins reliefs, et je ne peux qu’insister, dans la création et l’omniprésence de ces reliefs, de cette espèce de troisième dimension de la beauté d’un corps amoureux, je ne peux que souligner le travail de la coloriste Véronique Daviet !

Jacques et Josiane Schraûwen

Erotopia 1 (dessin : Davide Percoco – scénario : Stéphane Louis – couleur : Véronique Daviet – éditeur : Joker – novembre 2021 – 32 pages)

Dessins D’Humeur – Johan De Moor, potache, lucide, provocateur, observateur !

Dessins D’Humeur – Johan De Moor, potache, lucide, provocateur, observateur !

Johan De Moor a été baigné, dès ses premiers vagissements, dans le monde de la bande dessinée. Mais ce cadre étroit ne convient pas vraiment à son envie de dessiner tous azimuts ! Et dans ce livre-ci, on peut dire qu’il y va, à fond la caisse !

copyright casterman

Le mot « humeur », choisi comme titre à ce livre, est un des mots étranges de la langue française… Etrange, oui, parce qu’il revêt bien des définitions différentes ! De prime abord, l’humeur se définit par une forme de sentiment dominant… Mais cela peut être de manière générale, ou très temporaire. On peut avoir l’humeur égale, mais on peut aussi passer de la bonne humeur à la mauvaise humeur.

En d‘autres temps, la médecine chère à Molière ne jurait que par l’analyse des humeurs du corps.

Et, de nos jours, d’ailleurs, l’humeur, c’est aussi le liquide que contient l’œil.

Un dessin d’humeur, ce n’est donc pas quelque chose de gratuit. C’est le résultat d’un sentiment, d’une colère, d’un amusement. C’est aussi et surtout la continuation graphique d’un regard posé sur le monde, le regard de Johan De Moor, ici, trublion de la bande dessinée belgo-française proche, à la fois, de l’esprit d’une bd flamande outrancière, celle de Kamagurka par exemple, et de l’esprit français à la « Hara Kiri » !

copyright casterman

Donc, vous l’aurez compris, ne vous attendez pas ici à du « politiquement correct », mais, tout au contraire, à des réactions souvent épidermiques d’un artiste face à l’universelle connerie !

Parce que, osons le dire, la cible de Johan De Moor, ce sont les cons… Tous les cons, ceux qui plaisaient à Audiard, ceux qui pérorent dans les salons de la renommée, ceux qui se targuent de culture et n’aiment qu’eux-mêmes !

Mais comme le disait le « philosophe inconnu », nous sommes tous le con de quelqu’un ! Et donc, De Moor ne s’en prend pas qu’à des personnages bien en vue, même s’ils occupent une place de choix dans ce livre, de Trump à Johnson, de Bachar El Assad à Bolsonaro.

copyright casterman

Et le premier « con » qu’il croque dans ce livre, et plus d’une fois, c’est lui-même… Avec un sens de l’autodérision, bien entendu, mais aussi avec une certaine poésie faite de désespérance… Comme dans les toutes premières pages où il se montre, en quelque sorte, face au néant de la beauté, de la sérénité…

copyright casterman

Mais ce qui lui plaît, ce qui l’amuse, c’est de n’oublier personne, et certainement pas celles et ceux qui se croient « bien établis » ! Les amateurs d’art, par exemple… Les « amateurs » d’artistes qui, pour différentes raisons, ont vu leurs œuvres se faire produits mercantiles. Magritte, Peyo, Van Gogh, Giacometti, Mondrian et bien d’autres « grands » sont donc présents dans ce livre. Pas pour souligner leurs propres errances, loin s’en faut, mais, tout au contraire, pour souligner, avec humour, la tristesse d’un monde qui réussit à faire de la pub pour bagnole avec Picasso, un monde dans lequel la société libertaire des Schtroumpfs elle-même devient le symbole d’une morale aseptisée.

copyright casterman

Et c’est cela qui me semble jouissif en une époque où l’interdit et la pensée unique font un ménage (politique) de plus en plus efficace, c’est cela qui me fait sourire tout au long des centaines des dessins de cet album !

Ce que j’aime également, c’est que Johan De Moor nous offre aussi un paysage très étendu de ses talents graphiques… Si certains de ses dessins donnent l’impression d’avoir été réalisés à la va-vite, l’ensemble de ce livre nous permet, surtout, de découvrir un dessinateur qui peut prendre plaisir à un classicisme que son paternel n’aurait pas rejeté, à une construction graphique extrêmement fluide aussi. Et, en même temps, à de la provocation, dans le trait comme dans les mots, qui fait de De Moor un adolescent adorant donner de grands coups de pied dans la fourmilière du quotidien. De nos quotidiens !

copyright casterman

Du climat à la religion, des djihadistes aux journalistes, personne n’est épargné, et c’est tant mieux ! Parce que tout cela est fait avec une humeur qui se révèle être un humour souvent ravageur !

Jacques et Josiane Schraûwen

Dessins D’Humeur (auteur : Johan De Moor – éditeur : Casterman – 256 pages – mars 2022)

copyright casterman
Amy Pour la vie

Amy Pour la vie

Un livre intelligent et tolérant ! Un livre, tout simplement, tous publics, qui fait du bien.

copyright Bamboo

Dans cet album, on découvre une petite fille de 12ans, la brune Amy. On peut dire d’elle qu’elle pratique au quotidien la joie de vivre. Et pourtant, cela ne devrait pas être chose facile, puisqu’Amy est non-voyante. Et c’est son existence au jour le jour qu’on découvre dans ce livre qui, même s’il est destiné à un jeune public, se doit d’être lu par toute une chacune, par tout un chacun !

copyright bamboo

Il est vrai que tout cela pourrait donner lieu à un livre mélo, et cela ne l‘est nullement !

L’éditeur Bamboo a l’habitude de proposer des livres pour jeunes, en surfant sur la mode des gags en une page : les blagues de Toto, les Profs, les joueurs de foot, ou de rugby, que sais-je encore… Et j’avoue que ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, comme on dit, même si certaines de ces séries à succès sont réussies, dans le genre.

Mais Bamboo, c’est aussi l’éditeur d’une série exceptionnelle qui parle d’une adolescente qui vit en hôpital, avec d’autres enfants, pour soigner son cancer : « Boule à Zéro », de Ernst et Zidrou. Là aussi, on se retrouve face à un sujet qui aurait pu être larmoyant et qui est, tout au contraire, d’une tendresse fabuleuse.

copyright bamboo

Tout comme ce livre-ci !

On y suit, de page en page, Amy et son chien guide dans la rue, à l’école, avec ses copains, faisant du sport… Plus que des gags, je dirais que ce sont des petites tranches de vie souriantes. Amy va à l’école avec son chien, ce qui provoque un intérêt de la part des profs et de la direction, mais aussi de la part des autres élèves qui font, soudain, de la salle de classe une ménagerie…

Je le disais, rien de larmoyant, même quand Amy et son chien Kita participent à des classes vertes et que l’adolescente se sent « hors-jeu » à cause de son handicap. Mais ses amis lui rendent le sourire en transformant cette classe verte en une classe noire, toutes lumières éteintes le soir, pour que chacun puisse découvrir, réellement, ce que c’est que de ne pas voir… Ce livre, c’est vraiment un ami pour la vie, un ami pour la vue… Et des amitiés qui, pour utopiques qu’elles soient dans la réalité, malheureusement, font réfléchir et donnent l’espoir d’un monde qui peut devenir meilleur.

copyright bamboo

Il n’y a finalement rien d’enfantin, dans ce livre…

Et le côté bande dessinée se complète par des fiches pédagogiques sérieuses, mais traitées avec simplicité… Au sujet des chiens guides, bien sûr, mais pas uniquement. Comment, par exemple parler à une personne aveugle… Il faut lui dire quand on sourit, quand on s’en va…

Et ce qui est à souligner, vraiment, c’est l’humour simple et gentil. Dans le scénario, d’abord, avec un sens très « parlé » de l’écriture et des dialogues. Dans le dessin, évidemment, qui n’est jamais caricatural et qui, non réaliste, réussit de ce fait à faire passer des messages importants.

Je dirais que, à sa manière, ce livre fait l’éloge de la différence… Nous pose la question de savoir ce qu’est la normalité. Au travers, par exemple, de cette réflexion de la part de Louka, un ami d’Amy : « on n’est jamais obligé de faire comme tout le monde »…

copyright bamboo

Oui, c’est un livre agréable, qui fait du bien, qui nous fait croire que nous pouvons rendre notre monde plus habitable qu’il ne l’est…

Jacques et Josiane Schraûwen

Amy pour la vie (dessin, Cécile – scénario : Derache et Cazenove – (très jolies) couleurs : Annelise Sauvêtre – éditeur : Bamboo – 56 pages – avril 2022)