Le Bel Alex – une première bande dessinée qui nous parle d’apparence, d’amour, de réseaux sociaux…

Le Bel Alex – une première bande dessinée qui nous parle d’apparence, d’amour, de réseaux sociaux…

Dès le titre, on comprend qu’on se trouve dans un domaine très précis des rapports humains. « Le bel Alex »… Oui, on va parler, au long des quelque 158 pages de cet album, de l’apparence, de la beauté, mais du côté masculin, pour une fois !

copyright casterman

Et c’est une jeune femme qui est l’autrice de cet album…

Julia Reynaud a remporté le prix Raymond Leblanc de la jeune création en 2020. Et ce bel Alex est son premier album. Un album dont elle est à la fois dessinatrice et scénariste. L’environnement de son histoire, de son récit, s’ancre totalement dans le monde d’aujourd’hui, un monde dans lequel la communication virtuelle cache bien des solitudes.

copyright casterman

Noah, un jeune étudiant, tombe amoureux d’une jeune fille libre et simple, Alex. Lui, musicien, découvre que cette petite amie est passionnée par un chanteur anglo-saxon, Marley Johnson. Et donc, ce jeune homme qui n’a pas vraiment confiance en lui va, pour séduire la belle Alex, chercher à ressembler physiquement à cette star inaccessible. Et c’est là que se situe l’originalité et l’intérêt de ce livre : dans ce changement de point de vue… Quand on se balade sur le net, on ne peut que remarquer combien l’apparence est importante pour les jeunes femmes d’aujourd’hui, au vu du nombre d’influenceuses ne parlant que de cela ! Et Julia Reynaud a décidé, simplement, de changer de focus, et de nous montrer que ce mythe de l’apparence peut aussi ravager des existences masculines.

copyright casterman

Cela dit, le titre « masculin » de cet album est étrange. Parce que la féminité d’Alex ne fait aucun doute ! Mais c’est bien d’amour qu’on parle, dans ce livre, charnellement aussi, quotidiennement surtout. Avec un dessin moderne, parfois simpliste, et qui, de ce fait, retranscrit parfaitement, fidèlement, ce qu’est la vie, normale, naturelle, de deux étudiants aujourd’hui.

La relation amoureuse, du fait de cette hantise d’être charnellement autre chose que soi-même, créé plus que du chagrin, une vraie rupture avec le réel. Le tout dans une ambiance estudiantine, avec un langage typiquement contemporain, celui des écrans, celui des façons de se parler, aussi… Noah, en mal-être, dit par exemple à Alex : « être chill, c’est ne pas exister… ».

copyright casterman

Ce sont des tranches de vie auxquelles nous invite Julia Reynaud, et elle le fait avec talent, avec simplicité, avec efficacité. En abordant ce thème qui est en train de devenir essentiel dans bien des existences, celui d’un formatage inconscient… Il ne suffit pas d’avoir des passions communes, la musique par exemple, pour que se construise, à deux, une histoire commune. Ce livre est d’une certaine manière un auto-regard critique de la jeunesse sur elle-même… Et c’est bien ce que Julia Reynaud m’a dit. Une interview à écouter…

Jacques et Josiane Schraûwen

Le Bel Alex (autrice : Julia Reynaud – éditeur : Casterman – août 2022 – 159 pages)

copyright casterman

Adèle Blanc-Sec, immortelle, par Dominique Grange!

Jacques Tardi et Dominique Grange forment depuis bien longtemps un couple… Un duo d’artistes engagés… Il était donc normal que Dominique Grange participe à cet ultime épisode de l’immortelle Adèle!

copyright Dominique Grange

Une chanson, à écouter, en souriant, après avoir lu l’album de Tardi, avant de le relire, de s’y replonger avec une vraie forme de liberté. Parce que la bande dessinée se nourrit, comme la chanson, de rythmes autant que de mots, en une fusion toujours étrange, le chant de Dominique Grange et les mouvances folles et narrativement anarchiques d’Adèle et de ses mille et un comparses forment une unité de style incontestable.

Dominique Grange
copyright tardi

« J’écris pour ne pas mourir », disait l’immense Anne Sylvestre… Ecrire, chanter, dessiner, pour rendre à la vie ses essentielles folies, ses lyriques démesures, voilà ce que Tardi et Grange réussissent à faire, avec, toujours, le sourire… Un sourire crispé, certes, à l’humour quelque peu désespéré! Mais jamais désespérant…

Immortelle Adèle – copyright Dominique Grange

Jacques Schraûwen

Adèle Blanc-Sec : 10. Le Bébé des Buttes-Chaumont

Adèle Blanc-Sec : 10. Le Bébé des Buttes-Chaumont

Un livre étonnant, fou, démesuré, impossible à résumer, foisonnant, surréaliste, pataphysicien, un livre à la naissance duquel les feuilletonnistes du dix-neuvième siècle rencontrent Jules Verne, Alfred Jarry et Louis-Ferdinand Céline ! Une chronique dans laquelle ECOUTER Jacques Tardi !

copyright casterman

Le personnage d’Adèle Blanc-Sec, une héroïne vivant dans les années 20, a été créé au milieu des années 1970 par Jacques Tardi. A la fois féministe, individualiste, libre, révoltée face à une guerre à peine terminée, anarchiste aussi, Adèle est une aventurière perdue dans un monde de routines transpercées par un « fantastique » omniprésent.

copyright casterman

Tardi est un auteur essentiel, un homme, et c’est rare, qui est resté fidèle pendant toute son existence à ses idéaux de jeunesse, à ses colères, ses révoltes. Son œuvre est fabuleuse. Outre Adèle Blanc-Sec, il y a des adaptations de Manchette, « Le Cri du Peuple », Elise, ses albums nombreux consacrés aux horreurs de la première guerre mondiale, ceux aussi qu’il a consacrés à son père et à la guerre 40-45, sa manière exceptionnelle, également, de donner vie à Nestor Burma, le personnage du romancier Léo Malet. Et Brindavoine, et Ici Même, et Polonius… Et tant d’autres encore…

copyright radio france

Et pour mettre fin à la saga de l’immortelle Adèle, Tardi s’est amusé à nous plonger dans un univers complètement dingue, avec une épidémie, des trottinettes anachroniques, des momies qui rajeunissent et nous parlent d’immortalité.

Et Tardi a dédicacé ce livre à Dominique Grange, sa chanteuse préférée. Et son épouse depuis une quarantaine d’années. Dominique Grange, d’ailleurs, a enregistré une chanson consacrée à Adèle Blanc-Sec… Engagée elle aussi, dans des combats de liberté, elle a été la première lectrice de ce livre-ci.

Jacques Tardi et Dominique Grange

Tardi a créé, avec cet album, une sorte de tourbillon envoûtant empli de références de toutes sortes qui font de son récit une métaphore grinçante de nos propres présents. Grinçante, mais souriante, aussi, comme si Tardi prenait un immense plaisir à faire un pied de nez au réel et à ses contraintes !

Ces références ratissent large… Tous les albums précédents d’Adèle se retrouvent dans celui-ci, mais aussi d’autres livres de Tardi comme « Le Démon des Glaces », et le tout s’ancre, dans les actualités des années 20, dans une approche iconoclaste des institutions comme l’Académie Française. Il y a des références, bien évidemment, à la guerre et aux abattoirs, à Hergé, au Covid, au vaccin, aux masques, à la langue française, ses richesses et ses abandons…

copyright casterman

Je le disais, ce livre est impossible à résumer… Il faut se laisser aller, s’y balader, se laisser entraîner dans des tas de chemins de traverse qui sont ceux de l’imagination, donc de la liberté.

Usant et abusant avec une sorte de plaisir enfantin des trucs et ficelles du roman-feuilleton, du mélo, de la ligne claire même, Tardi mélange la provocation et la folie jouissive de l’absurde et de l’improbable. Il en résulte un livre inclassable et profondément libre, dans son ton comme dans sa forme.

copyright casterman

Ce dernier Adèle Blanc-Sec est déroutant, c’est certain ! Il faut s’y promener comme un enfant se balade dans une forêt imaginaire… Il donne envie, par ses références, de se replonger dans toute la série ! Jacques Tardi réussit et réussira toujours à nous étonner ! Jusqu’à cette fin qui semble une porte ouverte vers une suite, une suite qui, pourtant, n’aura jamais lieu… Avec l’apparition d’organismes vivants (et réels, eux !) prêts à envahir le monde: les tardigrades…

Dominique Grange et Jacques Tardi: les tardigrades

Ce livre ne demande pas d’user de son sens de la logique. Comprendre, en fait, n’est en rien important quand on se trouve dans le « fictif ». On est presque dans du Bunuel totalement délirant, avec une bande son entre Malet et Céline, le tout mitonné d’un peu d’Audiard. Et il faut souligner aussi le mise en couleurs de Jean-Luc Ruault qui s’immerge totalement dans l’univers déjanté de Tardi.

Jacques et Josiane Schraûwen

Adèle Blanc-Sec : 10. Le Bébé des Buttes-Chaumont (auteur : Jacques Tardi – couleurs : Jean-Luc Ruault – éditeur : Casterman – novembre 2022 – 64 pages)

copyright castrman