Marcel Pagnol: Fanny – César: fin d’une trilogie dont tout le monde a entendu parler…

… mais que peu de gens sans doute ont vue, ou lue…

copyright grandangle

Marcel Pagnol… Nul doute que, dans le midi de la France, cette région qui vit vivre Giono, Fernandel, Raimu, Magnan, nul doute que sous le soleil de Marseille, le nom de Pagnol continue à résonner.

Nul doute que, au travers de la francophonie, la « trilogie marseillaise » dont il fut l’auteur est connue et reconnue.

Nul doute que les personnages hauts en couleur que Pagnol y a créés, plus vrais que nature sans jamais n’être que caricaturaux, hantent encore les ruelles qui conduisent au vieux port.

copyright grandangle

Cela dit, les temps ne sont plus où, sur les bancs des écoles, on « devait » lire Pagnol, comme Giono, d’ailleurs, et découvrir dans leurs mots ce sens aigu de l’observation, du regard bienveillant posé sur des gens « normaux », des gens de tous les jours… Les temps ne sont plus où on apprenait, studieusement, la beauté des descriptions qui, sous la plume de cet écrivain à l’accent chantant, prennent vie.

copyright grandangle

Une vie palpable, d’autant plus que Marcel Pagnol fut aussi un metteur en scène inventif, un cinéaste amoureux de la région qu’il filmait, proche de ses acteurs qui, sous sa houlette, donnaient le meilleur d’eux-mêmes. On ne lit sans doute plus beaucoup Pagnol, on ne regarde plus non plus beaucoup ses films, sauf dans des cinémathèques qui continuent à cultiver le sens de la qualité ! Et je pense, dès lors, que l’éditeur Grandangle a eu totalement raison de le remettre à l’avant-plan, au travers d’une collection qui adapte les écrits et les films de Pagnol, une œuvre à aimer, tout simplement !

copyright grandangle

Et donc, les deux derniers volumes de cette trilogie viennent de paraître, à un mois l’un de l’autre.

Résumer cette histoire n’est pas difficile. Je dirais qu’on se trouve au carrefour de ce que les intellos appellent le roman régional, de ce qu’on pourrait aussi appeler le mélo, de ce qui se révèle, de manière extrêmement humaniste, une approche souriante de la vie telle qu’elle est. Oui, telle qu’elle est, quotidienne, avec ses colères, ses drames, ses bonheurs, ses courages, ses fuites…

copyright grandangle

Marius a fui, en effet… Il est parti sur les océans loin de Fanny, loin de son père César, loin de son amour. Fanny, seule et enceinte, a accepté le mariage avec Panisse, bien plus vieux qu’elle. Ecrite par les tâcherons des années trente, cette histoire aurait été terriblement mélodramatique, moralisatrice aussi ! Avec Pagnol, cette histoire, je le disais, s’est faite humaine, essentiellement humaine… Pas d’autre drame que celui du temps qui passe, des erreurs de parcours, mais de la vie qui coule, comme elle doit le faire, entraînée par des hasards comme par des engagements.

copyright grandangle

Dans César, dernier volume de cette « saga », on retrouve le trio de base, Marius, Fanny, César, des années après le mariage de Fanny. On retrouve aussi, bien évidemment, les amis de toujours, jouant aux boules ou aux cartes pour mieux se disputer. Marius réapparaît, Panisse est malade, et l’enfant de Fanny est devenu un étudiant doué. Qui va vouloir, après l’aveu qui lui est fait de sa véritable origine, rencontrer anonymement Marius, ce père qui l’a abandonné… Et c’est César, à sa manière bourrue, qui, finalement, à l’image sans doute de ce qu’était Pagnol lui-même, va servir de lien entre tous ces destins… Parce que cela fait trop longtemps qu’il est malheureux, et qu’il ne veut plus voir ceux qu’il aime fuir encore et toujours… Lui qui a toujours eu des jugements à l’emporte-pièce, tonitruants, va refuser de juger qui que ce soit…

copyright grandangle

L’œuvre de Pagnol dépasse, et de loin, de très loin, les pantalonnades méridionales, les exagérations « comiques »… Certes, il y a cet humour, parfois potache, parfois très révélateur de sentiments que les protagonistes refusent, sans s’en rendre compte, d’avouer. Certes, il y a cette ambiance que le dessinateur Dubout a tellement réussi à restituer du bout de ses crayons. Mais il y a une vraie morale, dans le sens noble du terme. Pagnol de nous dit jamais : faites comme ceci… Il se contente de nous montrer vivre des gens au travers desquels on aperçoit le reflet de nos manques comme de nos chances.

copyright grandangle

Et cette adaptation en bande dessinée ne trahit en rien cette qualité d’amour qui se sent et se vit dans les œuvres de Marcel Pagnol. Les scénaristes, Eric Stoffel et Serge Scotto, aidés par des dessinateurs qui se mettent véritablement au service d’un texte, nous restituent une ambiance, c’est vrai, lumineuse, ensoleillée, mais ils font bien plus. Ils parviennent, grâce au neuvième art, et sans rien changer à l’œuvre originelle, à donner à cette histoire des accents contemporains. Sans jamais imiter ni les films ni Dubout, ils nous offrent des portraits qui ont du corps, de la chair, et des mots !

Cette trilogie et, plus spécifiquement, ces deux derniers albums, est une véritable réussite, littérairement, graphiquement, et grâce aussi à des couleurs qui nous rappellent que le soleil et ses lumières n’empêcheront jamais le malheur d’exister. Ni le bonheur d’ailleurs, heureusement…

Jacques et Josiane Schraûwen

Fanny (dessin : Winoc – scénario : Eric Stoffel et Serge Scotto – couleurs : Amélie Causse – éditeur : Grandangle – avril 2024 – 96 pages)

César (dessin : Victor Lepointe – scénario : Etic Stoffel – éditeur : Grandangle – mai 2024 – 96 pages)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.