Madeleine, Résistante : 1. La Rose dégoupillée

Madeleine, Résistante : 1. La Rose dégoupillée

Un album humain, un portrait de femme, une œuvre qui nous parle de résistance, de toutes les résistances. Un livre poétique et puissant, à ne rater sous aucun prétexte !

Madeleine, Résistante : 1. © Dupuis Aire Libre

En 1939, Madeleine Riffaud a une quinzaine d’années et vit en province, insouciante, avec ses parents instituteurs. Et la guerre arrive… Il y a, pour cette adolescente, l’exode, il y a la peur, l’angoisse, mais aussi une formidable envie de vivre. Et ce malgré la maladie. Atteinte de tuberculose, Madeleine est envoyée dans un sanatorium, dans les Alpes. Et c’est là qu’elle prend conscience, au travers de rencontres essentielles, de ce qu’est la guerre, de ce que doit être pour elle l’avenir : celui d’une résistance à l’occupant, qu’elle ressent comme absolument nécessaire.

Ce livre, cette histoire enfouie dans la grande Histoire, c’est le fruit d’une rencontre.

Madeleine, Résistante : 1. © Dupuis Aire Libre

Madeleine Riffaud, du haut de ses 96 ans, a accepté de se livrer, de livrer ses souvenances, toutes ses souvenances, au long d’une bande dessinée. C’est qu’il s’agit, plus que de se rappeler de qui elle fut, de lancer un message contre l’oubli, un message pour la nécessité d’une vigilance toujours primordiale !

Madeleine, Résistante : 1. © Dupuis Aire Libre

Et ce sont donc ses confidences qui forment la trame de ce premier tome. Des confidences qui nous la montrent d’abord adolescente, oui, et peu consciente tout compte fait de qui se vit autour d’elle. Pour avoir vécu, il y a bien longtemps, une forme de guerre en Afrique, pour avoir lu bien des livres de souvenirs plus ou moins romancés, je sais que l’enfance, parfois, prend la réalité comme un jeu, pour ne pas devoir l’assumer.

Et c’est ce qu’on ressent, dans les premières pages de ce livre : Madeleine ne prend conscience que peu à peu de l’horreur noire qui étend son ombre sur ses quotidiens.

Elle ne joue pas, certes… Mais elle ne devient active qu’au fil des circonstances qui lui ouvrent les yeux autant que le cœur.

Dominique Bertail : Madeleine

Ce livre est étonnant, à bien des points de vue.

Parce qu’il parvient à rester lumineux, malgré l’omniprésence de la mort, qui devient en quelque sorte la référence essentielle de la mémoire, celle de Madeleine comme celle de tout un chacun. Comme le dit Madeleine, dans un de ses textes, la mémoire est une nécessité : « Qui se souviendra, dès demain ? – qui se souviendra, inutiles, de ta pensée et de tes mains ? Qui se souviendra, l’an prochain ? » !

Madeleine, Résistante : 1. © Dupuis Aire Libre

Ce livre est aussi étonnant par la forme qui est la sienne, et qu’on pourrait appeler « un dialogue à trois » : Madeleine, JD Morvan, le scénariste, et Dominique Bertail, le dessinateur. Cette bd est un dialogue, oui, au rythme de la mémoire, avec, de manière pratiquement audible, le ton de la voix Madeleine.

Dominique Bertail : un dialogue à trois

Et puis, au-delà de ce dialogue, ce livre se démarque également par le rythme qui est le sien et qui est extrêmement littéraire. Un peu comme si la littérature, en 40-45 comme en tout temps, était le premier des chemins pour apprendre à ne pas obéir aveuglément… Un chemin de mots qui, dans ce livre, nous conduisent d’Eluard à Pierre Dac, en passant par Aragon, Desnos, Rilke, Barthes…

L’aspect littéraire de cet album tient aussi aux inter-chapitres, qui sont des poèmes de Madeleine Riffaud, écrit pendant la guerre, et qui deviennent une troisième narration… Narration du scénario, narration de dessin, narration de la poésie, toutes trois parallèles et contribuant à créer plus qu’une ambiance, une puissance d’évocation exceptionnelle.

Le surréalisme, celui qui fait écrire avec un superbe talent la jeune Madeleine, devient ainsi un moyen d’apprivoiser la réalité, aussi horrible soit-elle.

Dominique Bertail : la poésie

Ce premier opus de « Madeleine, Résistante » est un totale réussite, à tous les niveaux, à tous les points de vue.

Et le dessin de Dominique Bertail y contribue totalement…

Fait d’ombres et de lumières, de nuit et de brouillard, le dessinateur a choisi une forme de pudeur pour raconter l’Histoire majuscule. C’est le noir et blanc qu’il privilégie, oui, comme pour se souvenir encore plus fort d’une époque qui avait perdu le sens des couleurs de la joie de vivre…

Dominique Bertail : le noir et blanc

Je parlais de pudeur… Dans ce qui est montré, bien entendu, sans rien cacher cependant… Dans la façon pratiquement sensuelle, également, dont Dominique Bertail construit ses planches, par l’approche qu’il fait des visages, par la tendresse évidente qu’il a à dessiner les personnages et à ce que ses dessins expriment leurs vérités, même charnelles.

Dominique Bertail : un dessin sensuel

Et cette sensualité naît aussi grâce à la couleur bleue qui, discrètement, accompagne ce livre de bout en bout, et crée une ambiance extrêmement particulière, originale, intelligente. Cela me fait penser à un film de Manfred Gregor en 1959, « Le Pont », une œuvre époustouflante qui nous montre la guerre, en noir et blanc, sans effets spéciaux d’aucune sorte. Cette bd et ce film ont une ressemblance de plus, également : l’importance que les décors y ont, pour rendre le récit proche de ceux qui le lisent ou le regardent…

Dominique Bertail : le bleu
Dominique Bertail : les décors

Oui, ce livre est à ne pas rater…

Madeleine, Résistante : 1. © Dupuis Aire Libre

Il est le portrait d’une femme sans concessions, d’une héroïne qui, à aucun moment, ne revendique ce titre. En une époque où les pouvoirs politiques aiment à parler à tort et à travers de héros quotidiens, cela fait du bien de partir à la rencontre d’une femme qui remet les choses en place sans ostentation et sans polémique !

Madeleine, Résistante : 1. © Dupuis Aire Libre

Une femme qui parle de résistance pour mieux parler de la souffrance des plus faibles…

Ce livre nous emmène au-delà des apparences. Plus qu’un récit, il est un témoignage d’une humanité et d’un humanisme qui, de nos jours, manquent de plus en plus !

Jacques Schraûwen

Madeleine, Résistante : 1. La Rose dégoupillée (dessin : Dominique Bertail – scénario : JD Morvan et Madeleine Riffaud – éditeur : Dupuis Aire Libre – 126 pages – août 2021)

L’Hommage à Cauvin par le Journal « Spirou »

L’Hommage à Cauvin par le Journal « Spirou »

Quatre couvertures différentes, un article de 16 pages illustré par des dessinateurs et des témoignages écrits. Pas de Pathos, mais des souvenirs et des sourires.

© Dupuis

Plus de quatre semaines après le décès de Cauvin, voici qu’enfin paraît l’hommage que lui devait le journal de Spirou, journal qui lui doit tant depuis tant d’années !

Je sais que des tas de gens trouvent des tas d’excuses (les délais d’impression, entre autres…) à ce que j’appelle, moi, un retard… En d’autres temps, pas tellement lointains pour ceux qui ont encore de la mémoire (et j’en fais partie), on pouvait, à la mort d’un auteur, en une semaine, modifier un numéro du journal, y ajouter quelques pages, un avis, en attendant de pouvoir faire un numéro spécial…

Cauvin, l’homme clé des séries à succès de chez Dupuis, l’aurait bien mérité.

Mais bon, n’ergotons pas…

L’hommage est fait, enfin, et, ma foi, il est réussi…

© Jacques Schraûwen

L’article de Morvan Di Salvia est pudique, sympathique, anecdotique aussi, dans le bon sens du terme. Axé sur la vie de Cauvin, intra-muros de chez Dupuis, l’actuel rédacteur en chef de Spirou retrace la carrière de Cauvin, en portant le focus sur ses rencontres, sur la manière dont ses différentes séries ont vu le jour. Cela aurait pu être une sorte de discours (écrit) officiel, et cela ne l’est pas, fort heureusement ! Au fil des lignes, des pages, c’est bien Raoul Cauvin qui apparaît, avec sa moustache, ses sourires, ses yeux pétillants…

Et puis, il y a les hommages, attendus ou pas, de quelques noms de la bd…

Des hommages écrits. Celui de Dugomier, celui de Nob, celui d’Henriet, celui, plus inattendu et de ce fait émouvant, de Terreur Graphique, celui de Bergèse, celui, aussi, de Zidrou.

Des hommages dessinés, également…

J’ai été ému par la planche de Jacques Louis, par le dessin de Laudec, par celui de Dany nous montrant un Cauvin perdu dans les souvenances de tous les héros qu’il a créés.

J’ai souri devant l’humour tendre de Walthéry, l’humour noir de Hardy (en couverture), l’extraordinaire tendresse de Ernst, aussi…

Sans oublier la superbe planche, en quatrième de couverture, du Lucky Luke de Achdé.

Et puis, j’ai aimé, simplement, le besoin qu’ont eu des dessinateurs comme Aimée de Jongh, Christophe Simon ou Clarke de dessiner pour dire adieu à un artiste, un vrai…

© Jacques Schraûwen

Et enfin, puisqu’il est impossible de citer tout le monde, toutes celles et tous ceux qui savent qu’ils ont perdu, avec Cauvin, un maillon essentiel de ce que fut l’évolution de la bande dessinée depuis quelque cinquante ans, je vais me contenter de citer les tout derniers mots de l’article du rédacteur en chef : « Merci pour tout, Raoul ! »

Jacques Schraûwen

Spirou numéro 4354

Les Mémés – Chroniques des âges farouches

Les Mémés – Chroniques des âges farouches

L’humour à la « fluide » glacial aime ruer dans les brancards, toujours, s’écarter des sentiers battus, affronter les diktats d’une société de plus en plus politiquement correcte. L’humour à la « fluide glacial » est, de ce fait, salutaire ! Et c’est bien le cas avec ce petit livre à ne pas rater !

Les mémés 1 © Fluide Glacial

Les mémés… Vous savez bien, ces veilles femmes, souvent avec un caddie, que vous croisez dans la rue en les voyant à peine, en ne les regardant pas, et qui, courbées par l’âge, vous savent insensibles…

Les mémés, vous savez bien, ces femmes dont les rides ne se souviennent plus de leurs beautés passées, et qui se rencontrent, dans la rue, au supermarché, pour des petite parlottes quotidiennes…

Les mémés, vous savez bien, ces poids morts dont on ne parle qu’en cas de canicule ou de pandémie pendant laquelle on les laisse mourir dans un anonymat répugnant…

Les mémés 1 © Fluide Glacial

Les mémés, vous savez bien, ces vieilles comme dans la chanson de Brel, qui devraient vous rappeler que l’horloge du salon ronronne pour vous également, et que le temps s’approche de vos propres vieillesses ennemies…

Ce sont elles qui sont les héroïnes de ce livre réjouissant, jouissif, grinçant, donc essentiel !

Sylvain Frécon nous les montre telles qu’elles sont, sans fioritures. Elles ne sont pas de celles qui se rendent dans des salons de beauté, elles ne sont pas ce celles que la richesse permet de briller encore un peu. Non, elles sont, tout simplement, quotidiennes… Comme vos grands-mères que vous ne voyez qu’une fois par an.

Les mémés 1 © Fluide Glacial

Au fil des pages, de gag d’une page en gag d’une page, ces mémés n’ont pas la langue en poche, loin s’en faut ! Elles peuvent, sans vergogne, et sans frein, dire ce qu’elles veulent, ce qu’elles pensent, sans s’occuper du qu’en-dira-t-on. Elles sont vivantes, elles se savent de plus en plus proches, de jour en jour, de l’échéance finale, et elles n’ont plus besoin de barrières, de distanciations.

Vulgaires ? Parfois, parce que la vie est de plus en plus d’une vulgarité terrible.

Agressives ? Parfois aussi, parce qu’elles n’ont plus le temps d’accepter qu’autour d’elles vivent en paix des humains soumis à la connerie au jour le jour.

Les mémés 1 © Fluide Glacial

Elles sont sans retenue ? Oui, parce que, vieilles dames indignes, elles peuvent profiter pleinement de leur non-jeunesse pour parler et ne pas être agressées pour leurs avis tranchés, provocateurs, provocants ! Elles sont, ces mémés, épiques dans un monde qui ne l’est plus, comme le disait Ferré. Les âges sont farouches, mais pas les leurs, loin de là !

Ce livre, croyez-moi, est un petit bijou d’humour noir et d’observation pointue de notre monde !

Les mémés 1 © Fluide Glacial

Dans un style graphique vif, raide, direct, Sylvain Frécon fait de ces mémés les dernières des anarchistes, les ultimes résistantes à l’universelle bêtise, même si elles ont conscience, en même temps, de leurs propres âneries. C’est à la fois un livre d’humour, un livre d’humour sociologique, un livre de tendresse, un livre de révolte. Un livre qui n’a peur ni des mots ni des images qui les portent !

Jacques Schraûwen

Les mémés – chroniques des âges farouches (auteur : Sylvain Frécon – éditeur : Fluide Glacial – 94 pages – 2021)

Les mémés 1 © Fluide Glacial