Garde Partagée : T2

Je veux sortir d’ici ! – un père bobo, une mère frivole, et une petite fille qui n’a pas la langue en poche !

 

garde partagée – © Kramiek

Les familles éclatées sont, de nos jours, une réalité de plus en plus répandue. Une réalité traitée, dans cette série, avec un humour loufoque, qui n’est pas toujours  » bon enfant « , loin s’en faut, et qui grince même avec bonheur !

garde partagée – © Kramiek

La trame de cette série, c’est le quotidien de cette petite fille passant d’un parent à l’autre, d’une maison à l’autre. Victoire n’a rien de soumis, cela dit, et elle refuse de se faire balloter par les aléas d’un divorce qu’elle n’a sans doute pas voulu. D’où une vie trépidante, stressante, et faite, d’abord et avant tout, d’observation. Parce que c’est le regard de cette petite fille qui est l’axe central de cette série. C’est à travers ses yeux que le lecteur regarde le monde. Un regard faussé, mais d’une terrible lucidité aussi. Et d’un humour omniprésent, un humour incorrect… Adorablement incorrect, oui !


garde partagée – © Kramiek

Dans ce deuxième volume, tous les ingrédients de la vie de tous les jours de Victoire sont évidemment présents. Il y a sa mère, qui dépense sans compter, qui cherche à plaire, sans compter non plus, et qui, de ce fait, perd de vue assez souvent, trop souvent, l’existence de de sa fille et ses besoins. Et ce jusqu’à la perdre dans un grand magasin, passionnée qu’elle est par ses achats !
Il y a son père et sa nouvelle amie-compagne, deux bobos écolos qui préfèrent étreindre un arbre pour en sentir la vigueur qu’offrir un câlin à la petite Victoire. Et puis, il y a le reste, tout le reste…. La Père Noël, l’école, une colonie de vacances complètement folle, militaire dans le plus mauvais des sens.
Le dessin est non réaliste, mais ce qu’il nous raconte, même quand il s’agit du fruit d’une imagination dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle est complètement débridée, ce qu’il nous décrit reste très réel, très proche de ce que vivent bien des enfants déchirés entre leurs parents qui les considèrent un peu comme des  » propriétés « …
Et ce dessin, caricatural parfois, extrêmement doux et tendre parfois aussi, participe pleinement à nous montrer des tranches de vie qui auraient pu être heureuses, enrichissantes mais qui, en tout état de cause, ne le sont pas à cause de la bêtise des adultes !…

 



garde partagée – © kramiek

C’est une bd moderne, dans son ton comme dans son graphisme, c’est une bd qui ne se prend pas au sérieux mais qui l’est, cependant, c’est une bd qui fait sourire, en grinçant des dents en même temps…
C’est une bd savoureuse, lucide, qui ne peut que donner l’envie aux adultes qui la lisent de faire un petit peu plus attention à l’enfance…. Celle qui leur est proche, celle qui fut la leur, aussi, surtout peut-être !

Jacques Schraûwen
Garde Partagée : T2. Je veux sortir d’ici ! (auteur : Pablo Velarde – éditeur : Kramiek)

Geisha ou le jeu du shamisen

Geisha ou le jeu du shamisen

Une bd et une superbe exposition au Centre Belge de la Bande Dessinée à Bruxelles !

Des années 20 à la fin du vingtième siècle, le portrait d’une enfant qui devient geisha, dans un Japon en perpétuelle mutation. Le portrait d’une époque, du temps qui passe, et une chronique qui laisse la parole au dessinateur.

Geisha – © Futuropolis

Force est de reconnaître que la bande dessinée, quand elle s’est aventurée dans des récits qui mettent en scène des Geishas, s’est très souvent fourvoyée. Avec talent, parfois, comme avec Pichard ou Magnus, mais toujours de manière très outrancière.  Ici, il n’en est rien, et Christian Perrissin a construit son scénario de façon très douce, très intuitive aussi, un peu comme un haïku ou un livre de Kawabata, ou un film d’Ozu…
Au début du récit, Setsuko est une enfant, une enfant que son père, qui fut sans doute un samouraï avant d’être un ivrogne, vend à une  » école de geishas « . Au fil de la narration, on voit cette gamine livrée à une éducation stricte, à un enfouissement dans un monde où le plaisir n’est que soumission à des codes pesants. Et l’histoire de cette bande dessinée continue en nous montrant cette enfant devenir jeune femme, puis geisha reconnue, malgré un  » gros nez « , qui, d’une certaine manière, fait référence à ce nom péjoratif que les Japonais donnent aux Occidentaux :  » les longs nez « …
Et ainsi, c’est aussi à un portrait du Japon, de ses codes, de son histoire, même si ce n’est qu’en trame de fond, que ce  » Geisha  » s’attarde à nous offrir, avec plaisir, avec douceur, avec une tranquille passion…

Christian Durieux: Setsuko, l’héroïne

 

Christian Durieux: le Japon en trame de fond

 

Geisha – © Futuropolis

En fait, ce livre, très doux dans son déroulement, même quand il aborde des réalités qui, elles, ne conjuguent nullement la douceur, est une série de portraits. Certains ne sont qu’esquissés, épurés presque, d’autres prennent le temps de s’approfondir…

Le plus important, peut-être, dans cette histoire, c’est l’ambiance, la sensation, étrange et délicate, presque délétère même, de ressentir réellement, à la lecture, la volonté du temps de passer, doucement, lentement, au rythme d’errances humaines plus qu’historiques…

Christian Durieux: le temps qui passe

 

Geisha – © Futuropolis

Cela dit, qu’on ne s’y trompe pas, c’est bien à découvrir toute l’existence d’une professionnelle de l’amour que nous sommes conviés. Christian Perrissin s’est attardé, dans son scénario, à rendre compte de la réalité de ce qu’est, véritablement, une geisha selon les codes japonais. Une enfant prise en charge dès son plus jeune âge, éduquée, formatée, et qui se doit d’être séduisante et cultivée. D’où le sous-titre de ces deux albums :  » le jeu du shamisen « , un instrument de musique traditionnel qui va devenir l’arme de séduction et de liberté de l’héroïne, Setsuko. Une enfant devenant femme, pour qui l’amour n’est jamais qu’un leurre…
Un scénario extrêmement bien construit, pudique sans être prude, pour lequel le dessin de Christian Durieux fait des merveilles… Un dessin qu’on pourrait qualifier de ligne claire à la japonaise inspirée de Hokusai ou même du méconnu Varenne, avec un sens aigu mais discret de l’érotisme… Et l’exposition qui a lieu au CBBD jusqu’au 24 juin met en totale évidence le graphisme à la fois très précis, très poétique aussi, de Christian Durieux ! C’est bien de séduction, d’art et d’érotisme qu’il s’agit ici !

Christian Durieux: l’art et la séduction
Christian Durieux: l’érotisme

 

J’ai rarement pris autant de plaisir à une exposition qu’à celle-ci ! Elle permet vraiment d’admirer le talent de Christian Durieux, ses  » découpages « , par exemple, pour mettre en évidence une forme, une présence, un visage… un mouvement… Une opposition entre les noirs, les blancs, les gris… Ou un regard, puisque, comme il le dit lui-même, il attache énormément d’importance aux yeux de ses personnages…


Geisha – © Futuropolis

Christian Durieux: les regards

Si je devais résumer mon impression, ce serait assez facile : il s’agit d’une histoire superbe, simple, humaine, poétique et littéraire, une histoire qui semble flotter au-dessus d’une musique intemporelle, une histoire de sons, d’images, d’impressions… Le tout accompagné d’une exposition d’une totale réussite, jusque dans la simplicité des cimaises qui l’accueillent…

 

Jacques Schraûwen

Geisha ou le jeu du shamisen (dessin : Christian Durieux – scénario : Christian Perrissin – éditeur : Futuropolis )

 

Exposition au Centre Belge de la Bande Dessinée jusqu’au 24 juin 2018