Lou: 8. En Route Vers De Nouvelles Aventures

Lou: 8. En Route Vers De Nouvelles Aventures

Créé en 2004, le personnage de Lou en arrive aujourd’hui à sa huitième « aventure », pour une fin de « cycle » qui annonce une prochaine « saison » s’éloignant de l’adolescence. Cette série à succès, qui a rencontré un large public jeune, ne manque vraiment pas d’intérêt.

Lou © Glénat

J’avais découvert Julien Neel à l‘occasion d’un livre superbe, chroniqué ici d’ailleurs en son temps, « Le Viandier de Polpette ». Un livre qui, je le pense, aurait mérité une suite… Mais Julien Neel a préféré voler de ses propres ailes, faire ses propres scénarios… Et grand bien lui a pris, sans aucun doute, puisque, avec LOU, il a rencontré, tout de suite, un public jeune enthousiaste, un public qui s’est immédiatement reconnu, retrouvé, dans les aventures de cette « gamine » vivant sa jeunesse et son adolescence avec un sens de l’indépendance la rendant à la fois sympathique et espiègle. Faisant d’elle, en quelque sorte, un résumé de toute adolescence… De toute vie humaine en train de se définir.

Au fil des albums, Julien Neel nous a donc raconté la vie quotidienne de cette gamine qui, peu à peu, vieillit. Une vie avec sa mère, avec un « petit ami », avec des rencontres, avec des habitudes, des sourires, des peurs, des larmes aussi.

Dans cet album-ci, elle s’émancipe, elle s’en va de chez elle, elle coupe le cordon ombilical qui la relie depuis si longtemps à sa maman, elle décide de découvrir le monde et ses possibles !

Lou © Glénat

A partir de ce départ, qui n’a rien d’une fuite, Lou, adolescente et se voulant adulte, fait de nouvelles rencontres. Rencontres de gens, de lieux, rencontres de sensations, de sentiments. Rencontres aussi avec ses propres souvenirs qui s’égrènent au fil des pages, des souvenirs qui sont souvent ceux de rendez-vous manqués… Avec l’amour peut-être, et Tristan, avec un père absent, aussi.

Pour raconter ce « voyage » à la fois intime et ouvert sur les autres, Julien Neel continue à utiliser un dessin simple, moderne, vif, avec un vrai sens du mouvement, avec des couleurs simples elles aussi, presque primaires même, mais qui réussissent parfaitement à rythmer le récit.

Son découpage, par contre, tient du défi, puisque Julien Neel invite le lecteur à suivre Lou dans toutes ses rencontres, dans toutes ses souvenances, aussi… Il s’agit, pour Neel, de découper l’histoire en un gaufrier traditionnel, mais, en même temps, de découper le temps… Le temps vécu par Lou… Le temps pris par elle à se re-trouver… Et c’est une réussite.

Lou © Glénat
Julien Neel: Découper le temps

En fait, la toute première nouvelle aventure de Lou, dans ce huitième album, c’est de vieillir. Et de le faire sans rien renier de ce qu’elle a vécu, de ce qu’elle a aimé, de ceux qu’elle aime.

Et la question qui finalement sous-tend toutes ses pérégrinations, tous ses dialogues avec des inconnus, tous les regards qu’elle porte sur l’univers non-familial qu’elle découvre, la question essentielle qui se pose à elle touche au « voyage » : faut-il s’arrêter, ou continuer à voyager ? Et en continuant, où faudra-t-il s’arrêter ?…

Dans la description intime (et littéraire…) de Lou, Julien Neel a choisi de ne jamais insister, de ne jamais ouvrir totalement des portes. Il entrouvre des fenêtres, plutôt, et c’est au lecteur d’accompagner Lou dans sa maturité en naissance !

Et c’est ainsi que le récit de Julien Neel se construit à la fois d’ellipses et de symboles.

Lou parle, souvent, et souvent seule… A elle-même… Elle est une fille d’aujourd’hui, « connectée », et, en même temps, ce huitième album lui permet, et lui offre la chance, de découvrir qu’une vie « non-connectée » est possible, aussi…

Mais tout est dit et raconté, par l’auteur, sans qu’il soit jamais donneur de morale, et c’est aussi ce qui fait la richesse de ce livre !

Lou © Glénat
Julien Neel : ellipses, symbolismes

C’est une série « jeune public », c’est évident… Une série qui voit ses lecteurs vieillir en même temps que son héroïne, c’est tout aussi évident… Une série, surtout, qui n’a rien d’infantilisant, ni de moralisateur, qui est de bout en bout souriante, amusée et amusante.

Lou est une héroïne d’aujourd’hui, dans une famille éclatée d’aujourd’hui, et son succès réside dans le simple fait que ses aspirations sont celles de tout un chacun… Des adolescent(e)s, mais aussi de leurs parents, qui se plongeront avec bonheur, j’en suis certain, dans ce huitième album !

Jacques Schraûwen

Lou: 8. En Route Vers De Nouvelles Aventures (auteur : Juien Neel – éditeur : Glénat)

Les Aventures De Lucky Luke: Un Cow-Boy à Paris

Les Aventures De Lucky Luke: Un Cow-Boy à Paris

Une aventure de plus pour le plus célèbre des cow-boys « belges »… Humour, grande Histoire et quelques anachronismes souriants sont au rendez-vous…


Un Cow-Boy à paris © Lucky Comics

Pour ce nouvel album, Lucky Luke quitte le continent américain pour se retrouver à Paris… Un dépaysement pour ce cow-boy plus ou moins solitaire et son cheval, mais aussi pour les lecteurs fidèles de cette série bd créée, il y a bien longtemps, par Morris et Goscinny.

La trame narrative de cette histoire est historique. Lucky Luke rencontre le sculpteur Auguste Bartholdi qui, aux Etats-Unis, récolte des fonds pour payer l’achèvement d’une statue que la France va offrir aux Américains. Une oeuvre appelée à devenir le symbole de ce grand pays fédéral : la statue de la Liberté ! Et, bien entendu, au cours de cette levée de fonds, Bartholdi rencontre quelques problèmes : il y a des Indiens, des Américains opposés à l’arrivée de cette statue, des bandits (dont, évidemment, les Dalton). Et Lucky Luke, ainsi, va devenir le garde du corps de ce sculpteur et de sa statue, obligé de se rendre, pour accomplir sa mission, en France, à Paris.

Jul, pour son scénario, réussit à retrouver des ressorts humoristiques proches de ceux de Goscinny en son temps. Et Achdé, le dessinateur, l’accompagne parfaitement dans le plaisir pris à surprendre les lecteurs, pour encore mieux les accrocher à cet album classique et souriant…


Un Cow-Boy à paris © Lucky Comics

SCENARIO/GOSCINY
Jul

SURPRENDRE
Jul et Achdé

Surprendre le lecteur, oui… Par les thèmes abordés qui sont nombreux… Le monde pénitentiaire, par exemple, et ses dérives… Surprendre le lecteur également par le dessin… Parce qu’Achdé, dont le graphisme est extrêmement proche de celui de Morris, s’est également amusé à se surprendre lui-même. Si le livre commence, pour lui, de manière traditionnelle, dans l’Ouest américain, avec les Dalton, avec des paysages bien connus, il continue, ensuite, avec une traversée de l’océan pendant laquelle Lucky Luke ne se sent vraiment pas bien, et puis par les décors français et, singulièrement, parisiens ! Et, sans aucun doute possible, Achdé ne s’est pas ennuyé dans cet exercice de style !


Un Cow-Boy à paris © Lucky Comics

DESSINER PARIS
Achdé

Comme dans beaucoup d’albums du héros qui tire plus vite que son ombre, l’initiale de son aventure s’inspire d’un fait historique avéré, cette fameuse statue de la LIberté destinée aux Etats-Unis et aujourd’hui connue à travers le monde entier. Mais à partir de cette réalité, Jul, le scénariste, s’est amusé, lui aussi… A multiplier, par exemple, les personnages réels ou littéraires croisés par son cow-boy. Par des raccourcis historiques, également, qui ressemblent furieusement à des anachronismes volontaires, même si Jul s’en défend… Mais voir un Américain heureux de débarquer en Normandie, voir une gargouille à l’image de Rantanplan, ce sont bien, pour le moins, des interpénétrations de plusieurs époques historiques ! Des interpénétrations particulièrement réussies, d’ailleurs, je me dois de le souligner !


HISTOIRE ET ANACHRONISMES
Jul

De son côté, Achdé parvient, dans cet album, à construire une espèce de jeu de piste entre hier et aujourd’hui, en multipliant, avec discrétion parfois, les réminiscences d’anciennes aventures de Lucky Luke.

Les anachronismes du scénario et les  » hommages  » aux dessins anciens de Morris, cet ensemble fait de ce livre un ouvrage capable de plaire aux fidèles de Lucky Luke comme à leurs enfants (et petits-enfants !…).


Un Cow-Boy à paris © Lucky Comics

CLINS D’OEIL GRAPHIQUES
Achdé

En outre, ce livre rappelle avec force allusions, force références visuelles et scénaristiques, l’origine belge de Lucky Luke… Sa tenue, d’abord, aux couleurs de la Belgique… Mais Jul parsème son récit d’autres références, d’autres clins d’œil, et le public du plat pays ne pourra qu’apprécier ce jeu d’apparences et de mots mené de main de maître.

Un Cow-Boy à paris © Lucky Comics

REFERENCES BELGES
Jul

Vous l’aurez compris, ce livre et extrêmement ludique…Tant au niveau du texte (et cela rappelle, en effet, la manière de travailler de Goscinny) qu’au niveau du dessin (ce que faisait également Morris en s’amusant, par exemple, à caricaturer des personnages connus).

Tous les albums de Lucky Luke, depuis la disparition de son créateur, n’ont pas été des réussites, il faut le reconnaître. Mais celui-ci sort, à mon humble avis, du lot, en réussissant à recréer un rythme que n’auraient pas désavoué Morris et Goscinny.

Et que les lecteurs d’aujourd’hui apprécieront à sa juste valeur !

Jacques Schraûwen

Les Aventures De Lucky Luke : Un Cow-Boy à Paris (dessin : Achdé – scénario : Jul – couleur : Mel – éditeur : Lucky Comics)