Les Ogres-Dieux: 3. Le Grand Homme

Les Ogres-Dieux: 3. Le Grand Homme

Un monde baroque dans lequel les ogres-dieux sont tout-puissants… Un monde dans lequel les révoltes sont la seule manière de se senti vivants… Et un sang-mêlé qui, par amour, va peut-être restaurer l’espoir d’un univers meilleur!


Les Ogres-Dieux © Soleil

La première qualité de cette série réside dans la manière dont Hubert, le scénariste, a imaginé et rendu plausible un univers mêlant à la fois les images qui nous viennent des contes de nos enfances, à la fois les clichés nés de quelques séries télé à grand succès, et à la fois, surtout, des références évidentes avec les problématiques de nos propres réalités. Et la mise en scène graphique de ce monde, due à l’époustouflant Bertrand Gatignol, ajoute encore à la puissance de ces livres.

Chaque livre peut se lire individuellement, même si plusieurs personnages traversent les différents tomes de leurs présences charismatiques.

Ainsi, dans ce troisième volume, on retrouve  » Petit « , l’enfant d’un ogre et d’une  » humaine « . On retrouve aussi un chambellan ambitieux et cruel. Mais nul n’est besoin, fondamentalement (à la différence d’œuvres comme « game of thrones « ) d’avoir tout lu pour  » entrer  » dans cet épisode !

La raison en est à trouver dans la construction narrative de Hubert, qui, certes, nous raconte une histoire dessinée, mais le fait en accompagnant ce récit de textes dont l’aspect et l’ambition littéraires sont évidents. Le personnage central de ce troisième tome,  » Lours « , se devait d’être défini, par son présent comme par son passé, et ces textes, intitulés  » Les dits de Lours  » sont là pour le faire, avec un vrai talent d’écriture.

La deuxième qualité de ce livre est celle du dessin… Les deux premiers titres de cette série se révélaient résolument baroques, gothiques même, et se déroulaient essentiellement dans un univers urbain, celui des lustres et des bas-fonds de la cité et du château des Ogres-dieux.

Ici, Gatignol a quelque peu changé sa manière de dessiner. Ou, plutôt, il s’inspire moins de quelques grands auteurs de comics américains et laisse son trait se référer, graphiquement, à l’art du manga. Mais sans caricature, jamais, sans découpage stéréotypé, et avec une véritable personnalité. Une personnalité qui explose dans sa façon de traiter les physionomies de ses personnages, et singulièrement leurs regards. Gatignol nous fait profondément ressentir la bonté, la révolte, la haine, au seul travers des yeux qu’il dessine. Et, sous ses traits, la forêt imaginée par Hubert devient vivante, devient un personnage absolument essentiel.


Les Ogres-Dieux © Soleil
LE TEXTE
Hubert
DESSIN, REGARDS, NATURE

Hubert

Dans ce livre, on suit de tout près la quête de  » Petit « , refusant de devenir roi comme l’était son père, un souverain de cruauté et d’injustice. On suit aussi la quête d’un chambellan qui, pour continuer à profiter d’un pouvoir absolu, doit avoir au-dessus de lui cet Ogre de sang-mêlé qui le fuit. On suit la fuite de  » Petit « , son combat avec les forces armées du pouvoir, l’enlèvement de sa bien-aimée. On suit, surtout, la lutte des  » Niveleurs « , un groupe dirigé par Lours, personnage plein de mystères quant à ses origines, quant à ses relations avec le monde des  » nantis « , des  » bien-nés « …

Et c’est dans l’alchimie réussie de tous ces ingrédients que réside la troisième qualité de ce livre. Narration éclatée, passage de la bande dessinée au seul dessin d’illustration pour des textes qui, sans aucune linéarité, parviennent à retracer au papier les routes du passé, de plusieurs passés, tout cela participe à une aventure graphique et littéraire parfaitement assumée et impeccablement réussie !


Les Ogres-Dieux © Soleil
NARRATION, MYSTERE

Hubert

Et puis, toutes les autres qualités de ce livre, au scénario particulièrement endiablé, aux péripéties nombreuses, aux scènes de lutte éclatées, aux rebondissements incessants, toutes ces autres qualités sont celles du « propos « … C’est, et ce depuis le premier album, d’identité et de différence que  » Les Ogres-Dieux  » nous parlent…

Comme le dit Lours, d’ailleurs…  » Ils nomment étrangers ceux qui viennent du village d’à côté « . Et à ce titre, au-delà des jeux de pouvoir, au-delà des diktats de la religion, quelle qu’elle soit, au-delà de la justice, de la mort cependant omniprésente, du destin qui seul peut décider de rendre roi ou pas celui qui le refuse, au-delà d’une construction presque d’héroic-fantasy, cette série se dévoile humaniste. C’est par l’acceptation de l’autre, tel qu’il est, que le monde des ogres-dieux peut voir la chance de ne plus être exclusivement injuste et assassin… La violence des situations décrites et merveilleusement dessinées n’est là, finalement, que comme le miroir des sentiments qui, dans ce monde où les ogres sont dieux et rois comme dans nos quotidiens les plus banals, forment la vraie trame de l’Humain, avec un H majuscule !


Les Ogres-Dieux © Soleil
DIFFERENCE, IDENTITE

Hubert

La grande idée-force de cet album, à la différence des deux premiers, c’est la nécessité, pour être Humain, justement, de se révolter…

Quelques phrases, ainsi, émaillent le livre, comme des points de repère dans une action qui ne peut être que celle de la révolte, voire de la révolution :  » La politique ne se limite pas à la stratégie.  » –  » On est une poignée ! Et on se bat pour tout un pays… Les gens s’en foutent. Ils restent là, l’œil vide.  » –  » Admirez le grand homme : tout s’écroule sur son passage ».

Là aussi, les ponts entre l’imaginaire des auteurs et notre réalité sont évidents…

Les Ogres-Dieux © Soleil
REVOLTE

Hubert

Ne résistez pas…. Foncez chez votre libraire, allez découvrir si vous ne la connaissez pas, cette série, cette saga… Et offrez-lui une place de choix dans votre bibliothèque et dans celle de vos vrais amis !…

Jacques Schraûwen

Les Ogres-Dieux: 3. Le Grand Homme (dessin : Bertrand Gatignol – scénario : Hubert – éditeur : Soleil, collection Métamorphose)

Oliver & Peter : 3. Frères De Sang

La fin d’une fable cruelle et formidablement humaine !

Oliver Twist, Peter Pan, frères d’enfance, frères de sang… Et l’ombre de H.G. Wells et de sa machine à remonter le temps… Une trilogie passionnante, intelligente, poétique, brutale, qui ressemble à la dissection littéraire des mythes de notre enfance, de notre adolescence…


Oliver & Peter © Sandawe.com

 

Tout le monde connaît Peter Pan. A cause ou grâce à Disney et au cinéma, essentiellement. Je ne pense pas que nombreux sont celles et ceux qui ont lu le livre, la pièce de théâtre, ou même simplement qui connaissent le nom de l’écrivain dont le talent, le génie même, est à l’origine de la création.
James Mattew Barrie, pourtant, fut un auteur prolifique de la fin du dix-neuvième siècle et du début du vingtième. Ce personnage qu’il a imaginé, Peter Pan, est probablement un des anti-héros les plus essentiels de la littérature : un enfant qui refuse de grandir (comme Le Tambour, plus tard, de Grass…), un enfant qui, pourtant, a à se battre contre les diktats horribles et violents que veulent lui imposer les adultes. Un enfant qui a donné son nom, dans l’univers de la psychiatrie, à un « complexe » dont fut un exemple Jackson.
Et, d’une certaine manière, c’est James Matthew Barrie qui est au centre de cette trilogie dessinée qui se termine aujourd’hui !

 

Oliver & Peter © Sandawe.com

Une trilogie qui met en scène quatre personnages. Peter Pan, d’abord. Oliver Twist, ensuite, venu tout droit de chez Dickens. Wendy, évidemment, dont Peter Pan est amoureux, dont la fée clochette est jalouse. Et puis, le capitaine Crochet, bien sûr ! Mais un capitaine Crochet qui n’est plus celui du livre originel… Un capitaine Crochet qui s’inspire totalement de l’existence même de James Matthew Barrie. Un capitaine Crochet qui se révèle se prénommer James, et être le frère de Peter Pan… Deux frères que la mort a séparés et que la magie d’une machine inventée par un autre écrivain, Wells, réunit à nouveau pour le pire, rien que pour le pire !
Pur créer ce personnage, Philippe Pelaez s’est inspiré de l’existence même du créateur de Peter Pan. Barrie a vu mourir, très jeune, son frère aîné, qui était le préféré de sa mère… Cette enfance disparue, cette enfance qu’enfant il a voulu remplacer, voilà ce qui est le centre de gravité de toute son œuvre. Et, finalement, de cette trilogie également !

 

Oliver & Peter © Sandawe.com

Je ne vais pas essayer de vous résumer, ne fut-ce qu’un peu, ce que nous racontent ces trois albums. C’est qu’il ne s’agit nullement d’un récit linéaire, loin s’en faut ! On n’est pas du tout dans le monde des tragédies grecques et de leurs fameuses « unités ». Pelaez, le scénariste, a construit plusieurs histoires, en parallèle, il a ouvert toute une série de portes qui, parfois, se referment brutalement, parfois restent ouvertes sur des horizons inattendus. Il a mélangé les lieux, les époques, il a enfoncé son imagination dans les méandres du temps, il a nourri sa plume de l’imaginaire de trois écrivains en parvenant à innover, à faire œuvre originale, sans pour autant les trahir.
Cette trilogie est un long poème… Un poème dédié à l’enfance qui s’enfuit, inexorablement… Un poème dédié à la haine plus forte que les liens du sang… Un poème épique qui devient intime lorsqu’il se fait ode à l’amour… Un poème qui s’avère humain, terriblement et merveilleusement humain, puisqu’il parle de ce que nous sommes, toutes et tous, de nos désirs ardents de ne pas vieillir et de la nécessité, pour découvrir toutes les ressources du bonheur, de laisser l’âge nous transformer…
Un poème d’opposition entre deux mondes, aussi, celui de vie réelle, de la misère, de l’espoir aussi, celui d’Oliver Twist, et celui du rêve, celui de Peter Pan. Deux mondes qui ne peuvent exister qu’en se complétant l’un l’autre.

 

Oliver & Peter © Sandawe.com

Il faut lire ces trois livres comme on lit un poème, oui… En se laissant emporter par un rythme, celui des mots de Pelaez. En se laissant guider par un dessin au découpage subtil, un dessin qui varie les angles de vue, un dessin qui s’attarde, comme une caresse, sur les visages et leurs sentiments, et leurs sensations. En se laissant éblouir par des couleurs qui parviennent à mettre en évidence ici des détails du décor, là des sourires ou des rictus, ailleurs encore des perspectives qui remettent à leur juste proportion l’humain, malgré ses rêves, grâce à ses rêves…
Trois livres à lire, à savourer, à prendre le temps de découvrir, sans se presser…

Jacques Schraûwen
Oliver & Peter : 3. Frères De Sang (dessin : Cinzia Di Felice – scénario : Philippe Pelaez – couleurs : Florent Daniel – éditeur : Sandawe.com)


Oliver & Peter © Sandawe.com