Sissi – une femme au-delà du conte de fées

Sissi – une femme au-delà du conte de fées

Oubliez Romy Schneider et les films insipides qui ont lancé sa carrière… Dépassez la légende pour découvrir, dans ce roman graphique, une femme, ses rêves, ses esclavages, ses libertés !

Sissi © Steinkis

D’accord, j’exagère… N’oublions surtout pas Romy Schneider qui a réussi à interpréter physiquement la beauté qui était celle de la vraie Sissi, Elisabeth de Bavière, impératrice d’Autriche, mère de l’Archiduc Rodolphe (mort à Mayerling, et dont le cinéma a édulcoré aussi la réalité).

Les films sont toujours fonction de l’époque pendant laquelle ils ont été réalisés.

Les années 50 demandaient des histoires capables de faire oublier la guerre encore très proche, et l’image donnée de l’impératrice Sissi se devait de correspondre à ce besoin, c’est évident.

Il faudra attendre les années 70 pour que Visconti, dans le sublime « Ludwig », nous dresse un portrait très différent de Sissi… Beaucoup plus sombre, beaucoup plus ancré dans la réalité historique de son règne, sans doute.

Et c’est la bande dessinée, aujourd’hui, qui s’intéresse à cette icône du dix-neuvième siècle. Bien sûr, il y a la bd de Gloesner, disponible aux éditions du Triomphe, avec un scénario, ma foi, assez convenu. Il y a eu aussi, il y a peu, une apparition en  » invitée  » de Sissi dans l’excellent  » Charlotte impératrice « , paru aux éditions Dargaud.

Mais avec Giorgia Marras, c’est exclusivement aux pas de Sissi, de la véritable Sissi, qu’on s’accroche.

Sissi © Steinkis

Pour la très jeune Elisabeth, tout commence comme dans un vrai conte de fées (d’où le titre…). La fille délaissée d’une famille noble mais pauvre épouse Franz Joseph, l’empereur d’Autriche.

A la cour, elle constate très vite que sa place n’a rien d’un cadeau, que son rôle de femme, plus potiche qu’actrice, n’éveille que méfiance, jalousie et, ma foi, une certaine forme de rejet, voire de haine.

Elle n’est pas vraiment rebelle, pourtant. Mais les circonstances de la vie, les hasards de ses rencontres, et son besoin, rare à l’époque, de s’ouvrir non seulement à la culture de son pays mais aussi à d’autres cultures, tout cela la transforme peu à peu. Elle noue des amitiés et, délaissée par son mari, elle se met à envisager l’avenir de l’Europe de cette seconde partie du dix-neuvième siècle, une Europe morcelée, monarchique essentiellement, presque féodale même par certains côtés.

Et c’est ainsi que, dépassant le simple rôle qu’on lui impose, un rôle de « mère », elle se met à intervenir auprès de son mari, surtout quand la Prusse inflige à l’Autriche de cuisantes défaites. Elle envisage d’autres alliances, défend le droit à une constitution de la Hongrie. Et c’est ainsi que, belle et jalousée, Sissi devient, aux yeux de toute l’Europe, une femme qui compte, une femme, par bien des aspects, politiquement visionnaire.

Sissi © Steinkis

Une femme indépendante, aussi, une femme refusant les obligations de la Cour d’Autriche, continuant à se promener sans  » gardes du corps « , une femme qui, se sachant vieillir, refuse d’être photographiée, une femme qui, sentant que le monde va changer du tout au tout, se révèle calculatrice en  » plaçant  » son argent dans des lieux sûrs.

Une femme capable d’aimer, d’amour et d’amitié, une femme qui reste une mère, mais une mère à l’image de son rôle politique, parfois intransigeante.

Pour raconter l’histoire de Sissi, plus une tragédie qu’une simple comédie de moeurs, Giorgia Marras utilise un graphisme simple, sans fioritures, tout en nuances de gris et de bruns. Elle restitue parfaitement la beauté de Sissi, mais sans insister sur les détails pour le faire. Et son texte, clair, parfaitement dialogué dans le respect du protocole de l’époque, ne souffre que de quelques fautes d’orthographe que l’éditeur aurait pu éviter…

Dans ce livre, elle fait dire à Sissi une phrase qui pourrait résumer toute son approche de son personnage dans ce livre :  » Un être humain possède en lui plusieurs mondes… Il ne faut pas chercher à les dissocier. « .

Un roman graphique intelligent, que l’on ne peut que lire avec plaisir et intérêt…

Jacques Schraûwen

Sissi – une femme au-delà du conte de fées (auteure : Giorgia Marras – éditeur : Steinkis)

Sissi © Steinkis
Shangai Dream : tome 1 – Exode 1938

Shangai Dream : tome 1 – Exode 1938

1938… Berlin, un couple de Juifs, passionnés de cinéma… Le nazisme et sa solution finale qui commence à prendre forme… Et une fuite éperdue vers des horizons peut-être moins désespérants ! Les « migrants » sont aussi une réalité historique dont il faut se souvenir !


Shangaï Dream © Humanoïdes associés

Philippe Thirault aux commandes d’un scénario, c’est l’assurance, pratiquement toujours, de voir la grande Histoire servir de trame à une intrigue dans laquelle, cependant, l’humain est toujours au premier plan.

Entre 1938 et aujourd’hui, les temps ont bien changé, c’est vrai… Nous vivons, paraît-il, dans un monde de « communication » où tout être humain peut se connecter à qui il veut. Illusoire liberté que celle qui consiste à faire croire à des sentiments quand il ne s’agit, finalement, que d’argent et de pouvoir !

En 1938, comme aujourd’hui, ce mot, « liberté », était en butte à bien des horreurs, à bien des diktats de dictatures pourtant soi-disant démocratiquement élues !

Et pour les Juifs allemands, perdus dans ce qui n’était encore qu’un début de tourmente, quelle autre solution pouvait-il exister que de fuir pour exister encore, de s’en aller pour rêver toujours ?

Bernhard et Illo partagent le même rêve, au quotidien de leur couple : le cinéma. Bernhard comme metteur en scène, Illo comme scénariste.

Mais Hitler, en 1938, a pris toutes les commandes de la culture, la cinématographique également, pour en faire un instrument politique, rien de plus. Et dans cette culture à vision nazie, les Juifs ne peuvent avoir de place !


Shangaï Dream © Humanoïdes associés

Dans les rues, les chemises brunes au brassard rouge se multiplient, et se multiplient les humiliations et les violences imposées à cette race impure à laquelle Illo et Bernhard appartiennent, tout comme le père d’Illo, qui a perdu sa jambe pour l’Allemagne en une autre guerre, celle de 14-18.

Pour Hitler et pour l’organisation politique qu’il réussit à imposer sans vraiment de résistance, le passé n’existe que pour s’en venger ! L’héroïsme d’hier est symbole de défaite, et seul compte, désormais, la victoire, sous toutes ses formes !

Il est trop tard pour nos deux « héros » d’émigrer vers les Etats-Unis ou l’Angleterre. Pour n’avoir pas cru au pire, pour avoir continué à espérer en un sursaut de l’intelligence nationale, ils sont coincés en Allemagne.

De démarche en démarche, ils parviennent cependant à trouver une fuite possible, celle d’aller vers le lointain Orient, dans une sorte d’enclave allemande ouverte aux seuls Juifs, et perdue dans les lieux les plus sordides de Shangai. Une ville qui, elle aussi, a ses nazis, d’une certaine façon, que sont les Japonais…

Ce premier album nous montre la vie à Berlin, en 1938… Et puis, la possibilité d’un ailleurs à deux, où pourront persister leur amour et leurs passions communes. Et enfin, le départ, réussi pour l’un, raté pour l’autre, et la migration vers une autre désespérance, plus insidieuse mais non moins brutale pour l’âme et le corps.


Shangaï Dream © Humanoïdes associés

Avec un découpage classique, cinématographique comme l’est le scénario, avec une part belle faite aux paysages sans jamais oublier, pourtant, de mettre en évidence les personnages, le dessin de Jorge Miguel est d’une belle efficacité. J’aime assez cette manière qu’il a, ici et là, de gommer soudain, dans une case, tout décor pour laisser la place aux seuls personnages. Ce faisant, il parvient à créer un vrai rythme dans le récit, et de faire de ce rythme la réalité et la vérité des héros et de leurs aspirations.

Les couleurs de Delf, même dans des paysages ensoleillés, sont discrètes, souvent dans les tons bruns… Bruns, oui, comme cette peste brune qui envahissait l’Allemagne et se faisait endémique à travers le monde…

La mort et l’espoir, la violence et l’amour, le courage et la fuite, ce sont finalement ces sentiments-là qui sous-tendent totalement le récit de Philippe Thirault.

Des sentiments qui, vous l’avouerez, éveillent quelques échos tristement contemporains !

C’est une très bonne bd que ce « Shangai Dream ». Une histoire qui doit se conjuguer en deux tomes. Et j’attends avec impatience ce deuxième volume qui, me dit-on, ne devrait pas tarder à se retrouver sur les étalages des libraires !

Jacques Schraûwen

Shangai Dream : tome 1 – Exode 1938 (dessin : Jorge Miguel – scénario : Philippe Thirault – couleurs : Delf – éditeur : Les Humanoïdes Associés)

Shangaï Dream © Humanoïdes associés