La Boîte à Musique : 1. Bienvenue à Pandorient

La Boîte à Musique : 1. Bienvenue à Pandorient

Il y a de ces livres sous le charme desquels on tombe rien qu’en les feuilletant. Et c’est le cas de cette  » Boîte à Musique « , dessiné par un jeune auteur, Gijé, que vous pouvez écouter dans cette chronique.

 

 

Dans ce genre de livre, qui parle d’enfance, de rêve, d’univers parallèles au nôtre, de magie, de quêtes initiatiques, le récit graphique ne peut fonctionner qu’à partir du moment où scénariste et dessinateur sont totalement en accord, à partir du moment où les dessins ne se contentent pas d’être des illustrations des mots, où les mots ne sont pas uniquement l’accompagnement des dessins. Et c’est bien cette osmose-là qui est totalement présente dans cette  » Boîte à Musique « .

L’histoire, ouverte à tous les publics, avec le souci d’éviter toute facilité, toute mièvrerie, est assez simple à résumer. Nola fête ses huit ans. Cette petite fille vit avec son père, et on comprend vite que sa mère est morte. Pour son anniversaire, elle reçoit une boîte à musique… Une boîte à musique dans laquelle elle voit une fille de son âge l’appeler au secours. Telle Alice, Nola va plonger dans un monde improbable, impossible, et y découvrir des traces de sa mère, y découvrir surtout que la vie n’est jamais qu’une suite d’apparences trompeuses.

Il y a dans cet album tout l’émerveillement de l’enfance. Mais une enfance confrontée avec des réalités qui, elles, n’émerveillent personne : la mort, la maladie, la drogue. Des réalités qui, cependant, de par la magie du thème, de par la magie du dessin, de par la magie du texte, deviennent ombres et lumières, sans cesse mêlées, deviennent poésie, au sens le plus large du terme… Le texte, simple sans jamais être simpliste, les dessins, le travail de la couleur, du clair et de l’obscur, c’est tout cela qui crée, et dès les premières pages, une ambiance de poésie, une sensation presque charnelle d’imagination en totale liberté.

Et si l’héroïne de cette  » Boîte à Musique  » est une enfant, le lecteur, lui, se doit de se réenfouir dans sa propre enfance pour aller au-delà des apparences et s’approprier le monde qui lui est proposé, comme en une fable où tout, finalement, est possible dès qu’il est rêvé…

Gijé: le scénario, la poésie …
Gijé: une fable …

 

Ce que j’aime aussi, dans ce livre, c’est que, malgré une influence revendiquée par Gijé, celle du style  » manga « , on ne se trouve pas du tout dans la démesure toujours un peu ridicule des expressions humaines. Dans les bandes dessinées qui créent des univers, des bd souvent axées sur l’héroïc-fantasy, l’accent est mis, habituellement, sur l’inattendu, sur l’immédiatement visible. Là aussi, il y a comme une influence des mangas, mais aussi des séries télé à succès !

Ici, rien de tout cela. Le dessin est beau, agréable à l’œil, et le monde que Gijé crée l’est sans ostentation, il est montré, dévoilé, par petites touches graphiques. Bien sûr, il y a l’environnement, les décors. Mais il y a surtout les personnages qui, pour typés qu’ils soient, n’en demeurent pas moins humains, dans leur expressivité, dans la construction physique qu’en fait Gijé. Le monde que ce dessinateur invente est un monde dans lequel chaque être croisé possède une véritable existence, un monde dans lequel personne ne peut être considéré comme un simple élément d’un décor onirique…

Gijé: créer des personnages et un univers

 

J’ai déjà dit tout le bien que je pensais du scénario, du dessin, des couleurs.

Il me reste à parler d’un élément moteur du graphisme de Gijé : l’importance qu’il accorde, pratiquement à chaque page, au  » regard « . Il ne s’agit jamais, pour lui, de se contenter, à la manière japonaise, de caricaturer un visage, des yeux. Je parlais d’ombre et de lumière, et c’est aussi le cas dans le traitement des regards. Ombre, lumière, chagrin, joie, sourires, peines, peurs, reconnaissances… Les regards que dessine Gijé ne sont pas expressifs, ils sont plus que cela. Ils vont au plus profond de l’âme des différents protagonistes croisés dans les pages de ce livre. Ils sont une espèce de fil rouge que chaque lecteur peut, à son rythme découvrir…

Gijé: les regards

Ce qui est particulièrement réussi, dans ce livre, c’est que, adulte, j’y ai pris énormément de plaisir, mais que je suis certain qu’un enfant, voire un adolescent, en prendront encore plus ! C’est de la bd  » tous-publics « , c’est de la  » littérature-jeunesse  » intelligente, c’est un début de série qui, j’en suis sûr, tiendra les plus belles de ses promesses dans les suites promises à ce premier volume passionnant !

 

Jacques Schraûwen

La Boîte à Musique : 1. Bienvenue à Pandorient (dessin : Gijé – scénario : Carbone – éditeur : Dupuis)