Le fils de l’ours

Le fils de l’ours

Légende, amour, nature, sensualité : tout l’univers de Jean-Claude Servais

Cela fait quarante ans et cinquante albums que Jean-Claude Servais partage avec nous ses regards emplis des brumes de Gaume, d’Ardenne ou de Bretagne. Autant de livres qui, tous différents les uns des autres, sont une longue ode dessinée à la gloire de la nature, véritable patrimoine tangible de l’humanité !

Le Fils de l’ours © Dupuis – Aire Libre

En me baladant dans le monde de Jean-Claude Servais, en me promenant au hasard de ses récits, je ne peux m’empêcher de penser à quelques grands comédiens. A Jouvet, par exemple, reconnaissable immédiatement de par sa voix, de par sa démarche… Mais créant, de film en film, de pièce de théâtre en pièce de théâtre, à chaque fois une œuvre neuve, nouvelle.

Jean-Claude Servais, c’est le chantre essentiel d’une nature qui, de nos jours, se fait de plus en plus envahir par de vénales nécessités économiques et politiques. Jean-Claude Servais, c’est un de ces auteurs dont on reconnaît le style dès le premier regard, et ce depuis ses débuts. Jean-Claude Servais, c’est d’abord et avant tout un raconteur d’histoires… Des histoires qu’il aime nourries de l’Histoire majuscule, mais aussi, et surtout peut-être, de ce que sont les légendes humaines qui se promènent dans les villages de l’Ardenne, de la Lorraine, de l’Alsace, ces légendes qui parlent mieux que les essais les plus fouillés de ce qu’est l’âme des habitants de ces lieux, de ces villages, de ces pays… Jean-Claude Servais, c’est un artiste orfèvre qui, de ses mots comme de ses dessins, passe de la légende au récit ancré totalement dans le réel, celui d’hier comme celui d’aujourd’hui.

Le Fils de l’ours © Dupuis – Aire Libre
Jean-Claude Servais : De la légende au récit…

Dans son nouveau livre, donc, Jean-Claude Servais s’inspire d’une légende mettant en scène des ours. Il s’en inspire pour nous raconter une histoire de gémellité, de sexualité, de virilité, de sensualité. D’amour, de passion, de mensonges et de haine. Comme dans la plupart de ses livres, Jean-Claude Servais utilise comme moteurs de sa narration deux éléments indissociables pour lui : la nature et le désir… La nature, par ce qu’elle est sans doute la seule religion possible qui puisse réconcilier l’homme avec lui-même, le désir parce qu’il est, animal ou humain, le creuset dans lequel toutes les émotions, des plus nobles aux plus infâmes, peuvent naître.

Je parlais de religion… Et c’est vrai que, depuis plusieurs albums, la foi est présente chez Servais, celle du laboureur comme celle de celui qui détient le pouvoir. Elle est en quelque sorte l’ultime interrogation de ses personnages. Et Jean-Claude Servais utilise ainsi la religion comme révélateur, certes, des méandres de l’âme humaine, mais il le fait aussi sans manichéisme aucun, en se replongeant, et le lecteur avec lui, dans ce qui était une vérité historique en d’autres moments qu’en l’aujourd’hui.

Le Fils de l’ours © Dupuis – Aire Libre
Jean-Claude Servais : la religion

Une des autres constantes dans l’œuvre de Jean-Claude Servais, c’est la nécessité qu’il éprouve de ne pas accepter les conventions, de nous offrir, donc, des personnages, souvent féminins, pour qui la liberté est un combat ardu, qui se vit chaque jour, qui se vit en chaque geste de l’existence. Un combat qui se fait poétique, qui peut être violent, qui est toujours extrêmement bien « écrit », tant du dessin que des mots. Parce que, pour Servais, l’essentiel reste ses personnages, oui… Il leur donne vie, c’est vrai, mais de par la magie de son art, ces personnages vivent par eux-mêmes, semble-t-il… Ils échappent à l’acte créateur pour se faire profondément vivants, porteurs, donc, d’émotions.

Et c’est ainsi que la mort, toujours, est présente dans les livres de Servais, tant il est vrai qu’elle est partie prenante de toute réalité sur notre terre. Et dans ce livre-ci, c’est une évidence qui, pourtant, laisse s’ouvrir, en fin de livre, une fenêtre faite de sourire, faite de réconciliation avec elle-même d’une des deux jumelles héroïnes de cette histoire. Comme si, au-delà de la mort, cette femme acceptait, en se réjouissant d’une neuve naissance, de ne plus être le reflet d’une autre, même si cette autre était une part d’elle-même.

jean-Claude Servais © Jacques Schraûwen
Jean-Claude Servais : la vie des personnages

« Le fils de l’ours », c’est un livre qui parle de légende, qui parle d’aventure, qui parle aussi de la rumeur, celle qui enfle et qui a fait de l’ours le symbole d’une puissance virile capable de faire d’une humaine la mère d’un enfant sauvage…

Au fil de cette « fiction », on ne peut pas ne pas penser au « Livre de la Jungle » de Kipling… On ne peut pas penser non plus à ces illustrateurs exceptionnels que furent Pierre Joubert ou Paul Durand. Mais ne me faites surtout pas dire ce que je ne dirai jamais ! Jean-Claude Servais, en aucun cas, n’est le «suiveur» de ces artistes exceptionnels, et si filiation il y a, elle est celle du talent pur !

Jean-Claude Servais marque depuis quarante ans l’évolution de la bande dessinée. Son combat premier est celui de la qualité, tant au niveau des scénarios que du dessin, et de la couleur qui, ici, accompagne à la perfection son dessin, et est due à Raives. C’est aussi un de ces auteurs qui privilégient la rencontre à l’exhibition. Ses dédicaces se marquent du sceau de la simplicité, mais à chaque fois qu’on a la chance de croiser sa route, l’échange humain, et donc humaniste, est réel. Et on peut dire que chaque livre de Servais est un dialogue qu’il entame avec ses lecteurs…

Le Fils de l’ours © Dupuis – Aire Libre
Jean-Claude Servais : Les dédicaces, la rencontre, les lecteurs…

« Le fils de l’ours », c’est une histoire d’amour, d’amours multiples et parallèles, d’amours qui affrontent tous les pouvoirs politiquement corrects, des amours humaines qui s’inscrivent intimement dans les beautés d’une Nature, faune et flore, omniprésente.

« Le fils de l’Ours », c’est un livre magique, intelligent, poétique, c’est un album qui se lit comme s’écoute une musique qu’on aime et qui nous accompagne depuis toujours.

Et Jean-Claude Servais, finalement, est bien plus qu’un raconter d’histoires : c’est un enchanteur qui partage avec tout un chacun ses rêves et ses magies !

Jacques Schraûwen

Le fils de l’ours (auteur : Jean-Claude Servais – couleurs : Raives – éditeur : Dupuis-Aire Libre – 66 pages – date de parution : octobre 2019)

La Fille De L’Exposition Universelle: Paris 1867

La Fille De L’Exposition Universelle: Paris 1867

La belle Julie Petit-Clou perdue dans les remous de l’Histoire !

Histoire, fantastique, mystère… Une série qui tient toutes ses promesses! Avec passion, avec humour, avec érotisme aussi, de ci, de là…

La Fille de l’Exposition Universelle © GrandAngle

Deuxième tome d’une série qui conjugue l’humour, l’imagination, l’Histoire, le fantastique, le progrès, la décadence, la dictature… Deuxième tome d’une série qui a décidé, avec le sourire, de nous faire le portrait, à chaque nouvel album, d’une époque précise, d’un moment où se mélangent une certaine idée du modernisme et un « peuple » qui n’en est que le spectateur. Deuxième aventure pour une jeune femme courtisée par bien des amants en puissance et qui, possédant un don de voyance, devient un élément moteur dans des « enquêtes » passionnantes, passionnées, et, ma foi, passionnelles !

Cette jeune femme est le personnage central du récit, même si l’intrigue, LES intrigues, elles, ne se présentent à elle que par une sorte de hasard sans âme.

Elle ne se met en évidence que grâce à la confrontation de son existence de romanichelle avec quelques « méchants » qui, le plus souvent, se cachent sous des apparences plus que bienveillantes !

Et c’est là la force première du scénario, d’ailleurs, de Jack Manini : nous montrer une héroïne qui, tout compte fait, et malgré sa force et son « don », se révèle d’une émouvante fragilité, et nous révéler également, en même temps, que les bas-fonds de la société ne sont pas toujours là où on les imagine, là où on les attend !

La Fille de l’Exposition Universelle © GrandAngle
Jack Manini : l’héroïne
Jack Manini : les méchants

Jack Manini aime varier les plaisirs. Tantôt dessinateur, tantôt scénariste, plus rarement les deux en même temps, il aime les personnages hors du commun, dans le sens premier de cette expression, les êtres humains qui, ballottés par des événements extérieurs ou de manière totalement volontaire, se révèlent et se définissent par leur différence. Et ses scénarios, dès lors, pour tenir la route, comme on dit, se doivent à chaque fois d’être fouillés, tant au niveau du contexte que de la personnalité, tant au niveau littéraire qu’à celui de l’environnement et du décor qui, toujours chez lui, est un personnage à part entière.

C’est encore le cas ici, et il a trouvé en Willem un dessinateur capable à la fois de scènes très intimistes, pour s’approcher au plus près de ses personnages, héros ou anti-héros, et à la fois de grandes fresques graphiques qui restituent, avec un sens du mouvement parfaitement réussi, des lieux, des ambiances, dans toutes leurs diversités plurielles possibles !

La Fille de l’Exposition Universelle © GrandAngle
Jack Manini: Les personnages et le dessin de Willem
Etienne Willem: de la documentation au dessin
Etienne Willem : le décor, la collaboration

Incontestablement, Willem s’est entièrement approprié cette histoire, il l’a faite, graphiquement, totalement sienne. Et le scénario nous montrant, d’album en album, des personnages qui vieillissent, Willem peut montrer toute l’étendue de son talent en se plongeant dans les âges de la vie, en nous montrant, à sa manière, que les années qui passent se marquent dans les attitudes, dans les traits, dans les démarches, dans les apparences, sans pour autant que se perde la beauté originelle. Quelle que soit la forme que prend cette beauté.

Outre son trait enlevé, vif, capable ici de mouvement, là d’observation pure, il faut aussi signaler la superbe mise en couleurs. Tanja Wenish, la coloriste, ne se contente pas de nous montrer des « tableaux », mais, de par son sens de la couleur, jusqu’à une certaine monochromie de temps en temps, de par son sens aigu de la lumière, également, elle nous « raconte » des instants, des moments et des lieux qui, tous, ont leur propre existence, leur propre tonalité, et la construction qui est sienne permet ainsi à l’œil du lecteur de ne jamais se perdre en route, et de toujours partir à la découverte de détails que la lumière, justement, met en évidence.

La Fille de l’Exposition Universelle © GrandAngle
Etienne Willem : la couleur

Cet album, et le précédent de cette série, et les suivants à venir, très certainement, sont des livres d’aventure, certes… Des livres qui s’enfouissent dans des époques historiques bien précises. Et un des plaisirs pris à la lecture de cette fille de l’exposition universelle (des expositions universelles, plutôt) naît du nombre de personnages réels qui émaillent les péripéties des aventures racontées. Il y a le Tsar, il y a des anarchistes, il y a Haussmann et ses travaux à la fois sublimes et extrêmement déshumanisants, il y a l’empereur Napoléon 3… L’Histoire, la grande, reste omniprésente, sans jamais être pesante, et laisse la place, très souvent, à l’humour, tant dans le texte de Manini que dans le dessin de Willem.

La Fille de l’Exposition Universelle © GrandAngle
Jack Manini et Etienne Willem : l’humour

Dans cet album, on ne peut que souligner l’intelligence des portraits. Rien n’est tout blanc, rien n’est tout noir, et certainement pas l’empereur Napoléon 3, par exemple, que les auteurs, ici, nous montrent dans toute son ambiguïté.

On ne peut qu’insister également sur la volonté des auteurs de ne pas hésiter à nous montrer l’existence dans tout ce qu’elle peut avoir de sombre, jusqu’à la haine, jusqu’à l’amour détruit, jusqu’à la mort…

Ce qui est remarquable, dans cette série, outre le fait que les personnages vieillissent, c’est la volonté de Manini et Willem de réaliser chaque album comme un vrai one-shot.

La fille de l’exposition universelle est une héroïne à la fois hors du commun et à la fois exceptionnelle, qui ne pourra, j’en suis convaincu, que vous plaire !

Jacques Schraûwen

La Fille De L’Exposition Universelle: Paris 1867 (dessin : Etienne Willem – scénario : Jack Manini – couleur : Tanja Wenish – éditeur : Grandangle)