Le Maître Chocolatier

Le Maître Chocolatier

Une bande dessinée qui s’interesse à Bruxelles de très près…
Le chocolat et Bruxelles: un couple solide, depuis bien longtemps! Et les auteurs de cette bande dessinée nous montrent un Bruxelles d’aujourd’hui, graphiquement totalement plausible, littérairement réussi… Un album très « belge »…

Le Maître Chocolatier © Le Lombard

Alexis est un jeune homme que sa passion éloigne de sa famille bourgeoise et riche. Une passion amoureuse ?… En quelque sorte, oui : Alexis est passionné par le chocolat, par toutes les variations que cet aliment peut créer. Il travaille dans l’ombre, dans les coulisses d’un marchand prospère dont le magasin se situe dans la Galerie de la Reine, à Bruxelles, haut lieu touristique s’il en est.

Mais voilà… Ce marchand prospère se révèle surtout un être imbuvable, un de ces patrons pour qui le petit personnel ne mérite qu’une attention très hautaine. A sa manière, ce « vendeur » se rapproche bien plus des parents d’Alexis que des artisans pour qui le jeune homme voue une véritable admiration.

C’est un scénario assez classique dans sa construction, vous l’aurez compris : une intrigue centrale, qui nous montre l’ascension sociale d’un artiste gourmet, quelques intrigues en second plan, un peu de polar, un peu d’amour, un peu de relations familiales. Et Eric Corbeyran, dont l’amour de la bonne chère est bien connu dans le monde du neuvième art, s’en donne à cœur joie pour mélanger tous ces thèmes et leur donner, ma foi, une belle linéarité.


Le Maître Chocolatier © Le Lombard

Eric Corbeyran: le scénario

Tout bon scénario « tous publics », pour une bd d’aventure au sens large du terme se doit de mettre en scène des personnages forts, des personnages dont la personnalité crève l’écran de papier que représente un album dessiné. Des personnages, finalement, comme dans le cinéma et le roman, qui sont toujours symboliques… Du bien, du mal, de la lumière, de l’ombre, de l’ambition, du plaisir… Et c’est exactement le cas, ici, avec Alexis, d’une part, l’artiste, et celui qui va le pousser à assumer pleinement son art, Benjamin, un jeune homme en bute à bien des problèmes, des soucis, un anti-héros, en sorte, qui apporte à la narration le grain de folie et de « polar » propre à lier la sauce du scénario.


Le Maître Chocolatier © Le Lombard
Bénédicte Gourdon: les personnages secondaires

Eric Corbeyran: benjamin et Alexis

Il y a d’autres personnages, bien entendu. Eric Corbeyran et Bénédicte Gourdon, en bons raconteurs d’histoire, nous font découvrir des truands, des femmes aussi… Personnages secondaires, ces femmes, d’ailleurs, sont des éléments majeurs du récit… Elles sont deux, et assument pleinement leur « différence » dans un univers très codifié. L’une, dont Alexis est secrètement amoureux, a la peau sombre… L’autre, assistante d’Alexis, est sourde profonde…

Et puis, il y a, et c’est vraiment le cas, les deux vrais héros de ce livre, les deux axes narratifs essentiels ! D’une part, le chocolat, dont les auteurs nous parlent avec un sens didactique qui touche au savoureux. D’autre part, il y a Bruxelles, une ville que cet album nous montre tel qu’elle est aujourd’hui, du quartier de la Grand Place à celui du canal, de la Place du Jeu de Balle (avec, au passage, un petit hommage à Hergé…) au quartier populaire de Molenbeek.

Et là, au-delà du scénario, il faut souligner le travail du dessinateur, Denis Chetville, qui s’approprie vraiment Bruxelles, avec un style réaliste parfois presque photographique. Et il faut souligner aussi la qualité du travail de la colorisation de Mikl, qui restitue véritablement les ambiances lumineuses ou grises propres à Bruxelles !


Le Maître Chocolatier © Le Lombard

Bénédicte Gourdon: le chocolat

Eric Corbeyran: Bruxelles

Cette série devrait se conjuguer en trois volumes. Ce premier tome met en place à la fois les protagonistes du récit et les thèmes qui vont être abordés plus profondément : l’ambition, l’art culinaire, le poids de la tradition et celui de la famille, la lutte entre l’ancien et le moderne.

Cela peut sembler touffu… Mais cela ne l’est pas, et la lecture de ce premier album se fait avec plaisir… Le plaisir des yeux, certes, celui aussi de plonger dans deux histoires parallèles qui se complètent.

Et ce plaisir, je le disais, s’ouvre à tous les publics… J’ai rencontré, au Salon du Chocolat qui a eu lieu à Bruxelles il y a quelques semaines, un jeune lecteur enthousiaste, Yvan…

Yvan

C’est de la bd classique. Mais c’est aussi de la bd respectueuse de ses lecteurs, par la construction du scénario, d’une part, par la fidélité, aussi (et surtout, peut-être…) à l’environnement de l’histoire racontée! Toutes celles et tous ceux qui connaissent Bruxelles prendront un vrai plaisir, tout comme moi, à se balader dans ses rues en même temps que dans un récit intelligemment mené.

Jacques Schraûwen

Le Maître Chocolatier: 1. La Boutique (dessin: Denis Chetville – scénario: Bénédicte Gourdon et Eric Corbeyran – couleurs: Mikl – éditeur: Le Lombard

La Minute Belge

La Minute Belge

Spécificités du langage belge et zwanze assurées !

La richesse savoureuse de ces expressions qu’on appelle belgicismes ! Une BD souriante et, ma foi, rendant hommage à la culture de la belgitude!… Une chronique dans laquelle les trois auteurs ont été interviewés.

la minute belge
la minute belge – © Dupuis

A l’heure où d’aucuns veulent à tout prix simplifier le langage, à l’heure où les tics de la téléphonie mobile détruisent peu à peu grammaire et orthographe, à l’heure où la mondialisation s’insinue jusque dans la communication entre les humains, il est réjouissant de se plonger dans un livre comme celui-ci !

A l’origine de cet album bd, il y a deux scénaristes qui ont uni leur goût immodéré pour un langage qui n’a pas peur de se moquer de lui-même, pour un langage, surtout, qui, toujours imagé, devient presque poétique. Le langage de tous les jours… Le langage des Belges, du nord au sud de ce petit royaume, en passant par Bruxelles, capitale de l’Europe, certes, mais capitale, surtout, de la  » zwanze « … Une manière bon enfant de se moquer des autres et de soi, mais en  » n’étant jamais contraire  » !

Fabrice Armand: l’origine de ce livre
Fabrice Armand et Dimitri Ryelandt: travailler ensemble
la minute belge
la minute belge – © Dupuis

En se lançant dans cette aventure à la fois linguistique, donc scientifique, et surréaliste, nos deux compères se sont surtout lancés à la poursuite d’expressions variées, imagées le plus souvent, comme je l’ai dit, mais des expressions, aussi, qui aiment  » spiter  » dans tous les sens pour faire sourire, pour oublier aussi et surtout d’attraper le  » dikkenek « .

Cela dit, au-delà de l’amusement pur, dans le choix des expressions et des mots à traiter, il y a de la part de ces deux complices un vrai travail de fond, un vrai boulot didactique, n’ayons pas peur des mots !

C’est que les belgicismes sont aussi, fréquemment, nés d’expressions anciennes, perdues dans les oubliettes d’une histoire aux mémoires sélectives… On  » soupe « , en Belgique, comme on le faisait en France jusqu’au début du vingtième siècle si mes souvenirs ne me racontent pas de  » carabistouilles « .

Chaque page de cet album, ainsi, nous parle d’un mot bien précis. En donnant son sens en bon français. Mais en élargissant le propos, également, nous donnant des synonymes, des mises en situation, des déclinaisons, en quelque sorte. Et, ce faisant, les auteurs démontrent, avec le sourire toujours, que la langue est partie prenante, totalement, de la culture, de l’appartenance à une culture plutôt.


Fabrice Armand et Dimitri Ryelandt: les belgicismes

Fabrice Armand et Dimitri Ryelandt: langue et culture
la minute belge
la minute belge – © Dupuis

Cela dit, on se trouve bien dans l’univers de la bande dessinée, n’ayez pas peur ! Il y a du texte, mais il y a aussi du dessin. Un dessin que je qualifierais d’intemporel, ancré bien plus dans les années 60 et 70 que dans le graphisme actuel. Il y a du  » Shadoks « , c’est évident, dans le trait de Medhi Dewalle, un ket qui peaufine en simplicité ses dessins qui ne ressemblent jamais à des  » ratchatcha  » !


Fabrice Armand, Dimitri Ryelandt et Mehdi Dewalle: le dessin

Livre d’humour intemporel, cette minute belge est passionnante et souriante, de bout en bout. Et je n’ai plus qu’une envie, en refermant cet album : celle d’aller jouer une bonne partie de  » kicker « , avec des amies aux chevelures pleines de  » crolles « , et de guindailler un peu, tout en babelant à tout va !

Le tout, bien sûr, loin de nos draches nationales, qui sont aussi, par ailleurs, celles du nord de la France !

http://www.laminutebelge.com

Jacques Schraûwen

La Minute Belge (dessin : Mehdi Dewalle – scénario : Fabrice Armand et Dimitri Ryelandt – éditeur : Dupuis)