Mamas

Mamas

Je vous invite à de découvrir un livre de femme qui dépasse l’intimité pour poser des questions essentielles.

Mamas © Casterman

Le sous-titre de ce livre est sans équivoque : petit précis de déconstruction de l’instinct maternel. L’auteur, Lili Sohn, est une jeune femme à qui on doit, outre son blog, quelques livres qui ont osé parler de la réalité féminine, pour un large public, de manière totalement décomplexée. Cette auteure, découvrant un jour qu’elle avait un cancer du sein, a ainsi décidé d’en parler sur internet, au jour le jour, et sans mièvrerie, avec une belle impudeur aussi, sans mélo, avec énormément d’humour, abordant tous les méandres de sa vie et de la maladie. Le blog qu’elle a alors créé est devenu un livre, très vite.

Mamas © Casterman
Lili Sohn : la BD

Avec ce livre-ci, Mamas, ce n’est pas de son cancer qu’elle nous parle… Mais de la vie, après, une vie, que Lili Sohn veut prendre à bras le corps. Mais voilà… Elle est femme et, depuis toujours, on résume la féminité à une affaire de « mise au monde »… Et elle, Lili, n’a jamais eu vraiment « envie » d’avoir un enfant… Sauf après son cancer… Et elle se pose des questions. Des questions qui aboutissent, dans ce livre, à toute une série de chapitres qui traitent avec humour des vrais questionnements du féminisme. L’instinct maternel, cher à Darwin, entre autres, est-il une véritable réalité ? Peut-on réellement, comme on le fait depuis toujours sans doute, dire : « une femme veut des enfants, une femme sait s’occuper d’un enfant, une femme aime son enfant » ?

Mamas © Casterman
Lili Sohn : les questionnements

Lili Sohn n’apporte pas de réponses, elle apporte SES quelques réponses et ses nombreuses interrogations. En décidant d’abord d’étudier ce rôle de mère qui semble essentiel à la survie de l’espèce humaine… Elle nous parle, sans faux-semblant, de sa propre expérience, de son envie, certes, après la chimio, d’avoir un enfant, mais aussi de cette étrange sensation, à la naissance, de ne peut-être pas l’aimer. Elle nous parle de la culture dans ce domaine, au fil de l’Histoire, une culture qui a

influencé les attitudes, les comportements comme les pseudo-certitudes. Elle remet la féminité, et donc le féminisme, en phases avec l’histoire, elle nous parle de philosophie, elle recueille quelques témoignages. Ce ne sont donc pas des réponses, mais des réflexions personnelles, souriantes, qui ne cherchent nullement la lutte des sexes mais qui, tout au contraire, s’ouvrent à des questions, masculines ou féminines, qui peuvent, elles, s’ouvrir sur des partages et des changements d’attitudes ou, en tout cas de regard.

Mamas © Casterman
Lili Sohn : la parentalité
Lili Sohn : les stéréotypes

Ce livre est-il féministe ?

Il est d’abord et avant tout humain, il ne généralise rien, il offre un regard personnel, il n’a rien de caricatural, il n’est pas un manifeste de combat, il ne cherche pas à imposer quoi que ce soit. Mais il faut réfléchir aux rôles qui sont les nôtres, aujourd’hui, et à ce qu’ils pourraient devenir en faisant table rase de tout ce que les civilisations patriarcales et religieuses nous imposent depuis des siècles et des siècles ! Et comme dans les livres précédents de Lili Sohn, c’est la vie qui finit par être gagnante…

Jacques Schraûwen

Mamas (auteure : Lili Sohn – éditeur : Casterman – 309 pages – parution: août 2019)

Mamas © Casterman
Mer D’Aral

Mer D’Aral

Du fantastique pour mieux parler du présent…

Cinq histoires teintées de fantastique et qui parlent de la mer, de la mort, de passés réinventés et de présents morcelés.

mer d'Aral
Mer d’Aral © Editions du Long Bec

 » Le Long Bec  » est un éditeur qui se caractérise par un choix d’édition axé essentiellement sur la qualité et la  » différence « . Ce n’est pas chez lui qu’on trouvera des best-sellers de la bande dessinée, du tout-venant en guise de récits dessinés, de la routine au niveau des scénarios et du graphisme. Mais, par contre, ce qu’on trouve dans le catalogue de cette maison d’édition, ce sont des livres qui sortent de l’ordinaire, qui s’écartent des sentiers battus, qui cultivent l’imaginaire, tant dans le texte que dans le graphisme.

Bien entendu, je n’aime pas toutes leurs parutions. Mais je reconnais que toutes font preuve, à chaque fois, d’originalité… Des originalités multiples qui, comme avec ce  » Mer d’Aral « , me touchent réellement. Et qui, dès lors, me donnent l’envie de partager mes impressions, et de vous donner envie de découvrir cet album à la poésie fantastique omniprésente.

mer d'Aral
Mer d’Aral © Editions du Long Bec

On pourrait parler, avec ce livre, à l’instar des romans graphiques, de  » nouvelles graphiques « , tant il est vrai que l’écriture et le dessin font corps, tout au long de cinq petites histoires, pour créer une narration, à chaque fois, étincelante… et envoûtante !

La Mer d’Aral s’assèche mais la vie continue, même pour les poissons dont l’évolution s’accélère.

Un bœuf occupe, Dieu sait comment, le toit d’un immeuble.

Un fantôme parle de la vie après la mort.

On inaugure le canal de Panama et une vieille femme se souvient.

Et, finalement, pour en revenir à l’élément liquide, la dernière histoire nous fait découvrir un éleveur de saumons, qui leur apprenait l’art de la nage à contre-courant.

mer d'Aral
Mer d’Aral © Editions du Long Bec

On se trouve face à un fantastique tranquille, un fantastique s’inscrivant dans la lignée d’écrivains comme Seignolle ou Jean Ray, ou même de Jacques Sternberg, mais en y ajoutant une once de surréalisme, ou, plutôt, d’étrange…

Rien n’est absurde dans ces cinq récits : il suffit d’accepter un axiome de base pour tout accepter des péripéties tranquilles du scénario, du texte, à la fois très littéraire et très succinct dans sa forme.

Le trait d’union de ces cinq nouvelles dessinées est de plonger le lecteur dans tout ce qui fait l’existence de l’humain : l’âge, l’évolution, le changement, l’absurde de plus en plus présent, la nature et, évidemment, la mort.

Et tout cela crée une ambiance qui, dépassant la trame des récits, fait de ce livre une suite de poèmes graphiques nourris de fantastique.

Chaque histoire est traitée différemment, tant au niveau des décors que du trait lui-même, des angles de vue comme de la couleur qui joue avec les tonalités et n’hésite pas à certains moment à choisir la voie (voix) de la monochromie.

Ce livre, c’est celui, sans doute, de l’éleveur de saumon qui n’a plus de poisson à qui apprendre à nager à contre-courant, et qui, dès lors, laisse les mots et les phrases, en une prose sans hésitation, s’écrire à contre-pensée…

Cette  » Mer d’Aral  » est comme un courant, oui, qui n’a rien de limpide et nous mène de l’ailleurs au néant…

Jacques Schraûwen

Mer D’Aral (dessin : Roberto Gomes – scénario : José Carlos Fernandes – éditeur ; éditions du Long Bec)