Proies Faciles: un album important et superbe!

Proies Faciles: un album important et superbe!

Un polar sombre, superbement dessiné, ancré dans la réalité sociale de l’Espagne d’aujourd’hui… Un livre  » engagé  » à ne rater sous aucun prétexte !

Un peu partout dans le monde, les années 2000 ont vu se multiplier les scandales financiers. Les banques, réceptionnaires des économies de tout un chacun, n’ont pas été en reste.

En Espagne, les « actions préférentielles » sont venues comme un point d’orgue ponctuer des stratégies qui ne tenaient aucun compte des gens, de madame et monsieur tout le monde…

Et ceux qui ont payé les pots cassés de ces rêves de revenus mirobolants, ce ne sont bien évidement ni les banques ni les politiciens, ni les compagnies de prêts ni les huissiers chargés de saisir les biens des milliers de personnes spoliées par le libéralisme orchestré par un pouvoir sans âme.

Cette réalité économique est au centre de ce livre puissant.

Un duo de policiers enquête sur une série de crimes dont le lien, très vite, est évident : toutes les victimes appartiennent au monde bancaire, et chaque nouveau mort complète l’organigramme virtuel d’une banque.

En tant que lecteur, on comprend tout de suite que les coupables sont des personnes âgées, qui ont tout perdu, ou presque, des vieillards dont les économies de toute une vie ont fondu, et que la société juge comme seuls coupables de cette perte.

En tant que lecteur, on se passionne, cependant, pour l’enquête menée par les deux policiers, outrés par la situation sociale dans laquelle ils vivent, mais interdits de jugement.

La construction narrative se fait un peu à la Ed Mc Bain, ou à la Mankell, le récit privilégiant le suivi quotidien du travail policier et se refusant à toute dramatisation graphique. Le dessin, d’ailleurs, pour décrire une Espagne qui n’a rien d’une carte postale de vacances, est en noir, en blanc, en grisaille, d’un réalisme à la fois attirant et pesant, un peu comme les grands films noirs américains des années 50.

L’ambiance, résolument sombre, se rapproche, elle, de polars sociaux, comme ceux qu’écrit, dans un autre pays du bassin méditerranéen, le Grec Petros Markaris.

Miguelanxo Prado: du polar à la Mankell, un dessin en noir et blanc…

Et c’est cette ambiance, désespérée et pesante, qui fait toute la qualité, toute la richesse (humaine, humaniste…) de ce livre.

Prado, dont on connaît de par ses œuvres précédents tout le talent de coloriste, a choisi volontairement, ici, une autre voie graphique, et la réussite est totalement au rendez-vous, son accompagnant et rythmant le chant du désespoir auquel sont confrontés les deux policiers.

Mais c’est aussi tout ce qui se passe au-delà du simple récit dessiné qui fait de ce  » Proies faciles  » un livre essentiel dans l’univers du neuvième art. Et là, c’est le portrait d’une société, la nôtre, que dessine Prado. Une société qui se déshumanise, une société qui oublie les valeurs élémentaires de solidarité et de respect de l’autre, quel qu’il soit, une société dans laquelle la jeunesse, face au spectre du chômage entre autres, perd peu à peu toute sa capacité à se révolter. Une société où le renouveau, celui d’une humaine révolution, celui d’une violence assumée, celui d’un changement essentiel, ne peut venir que des personnes qui n’ont plus rien à perdre : les vieux !

Il est significatif, d’ailleurs, de constater que le troisième âge se révèle, ces derniers temps, comme une source d’inspiration importante pour les artistes de la bande dessinée :  » Les vieux fourneaux  »  de Lupano et Cauuet, ou  » Au fil de l’eau « , de Canales, en sont d’évidents exemples.

Miguelanxo Prado: Jeunesse, vieillesse…

D’ores et déjà, ce livre est à placer dans les parutions de 2017 à mettre absolument dans votre bibliothèque ! Classique dans son découpage épuré et sa construction narrative, cet album coup-de-poing porte un regard acéré sur le monde qui est le nôtre, sur la place qui y est faite à la simple justice humaine.

C’est un livre important, sans concession, à lire, à relire, à faire lire !

 

Jacques Schraûwen

Proies Faciles (auteur : Miguelanxo Prado – éditeur : Rue De Sèvres)

Le Passeur

Le Passeur

Hermann et Yves H. nous ont concocté un album totalement désespéré et désespérant. La mort, le destin et l’horreur y sont les personnages principaux !

Résumer ce livre est, somme toute, assez facile. Dans un monde qui est celui de nos lendemains, les hommes ont encore et toujours le rêve de vivre sans souci, de pouvoir, grâce à l’argent, laisser derrière eux la violence, les ruines et la peur. Pour arriver à cette espèce de paradis qui pourrait n’être qu’une légende urbaine de plus, hommes et femmes sont prêts à tout risquer. Tout risquer, oui, pour rencontrer le passeur, le payer, et se glisser dans ce qui ne peut qu’être le bonheur. Et, dans cet album, nous suivons Sam et Samantha dans une quête qui ne peut, on le devine vite, que mener au néant.

Je n’ai pas toujours été fan des scénarios de Yves H., trop exacerbés souvent au niveau du langage, et manquant de consistance au niveau de la narration.

Ici, il n’en est rien. Yves H. a choisi la simplicité, dans le propos comme dans son traitement, laissant ainsi à Hermann tout le loisir de se lancer, une fois de plus, dans des prouesses graphiques qui accompagnent le lyrisme discret, mais bien présent, de son scénariste.

 

Je n’ai pas souvenance d’avoir vu, dans un livre de Hermann, un travail symbolique sur la couleur tel qu’il existe dans ce  » passeur « . Même si la couleur occupe depuis très longtemps une place essentielle dans l’œuvre de Hermann, elle ne m’a jamais donné l’impression comme ici d’être un élément moteur, de se faire à la fois acteur du récit et révélateur de ce que ressentent les protagonistes de ce récit. Un peu comme si Hermann réussissait dans cet ouvrage une symbiose totale entre sensation et environnement, entre horreur et désir, entre démesure et intimisme. Vert et rouge se succèdent, se mélangent enfin, comme se mêlent dans l’existence l’espoir et son inutilité, la survivance et la mort. Et tout se doit, graphiquement comme narrativement, de se terminer dans l’obscurité la plus totale, celle d’une ultime et dérisoire preuve d’amour qu’d’un personnage détruit lance à celle qu’il a détruite…

Auréolé du prix qu’il a reçu à Angoulème l’année dernière, Hermann ne s’endort pas sur ses lauriers, loin de là, et nous prouve, dans ce livre, qu’il est et sera toujours capable de surprendre ses lecteurs, anciens et nouveaux.

En compagnie de Yves H., il nous offre un album plein de clins d’œil, à Jeremiah, à Bernard Prince même. Il nous livre surtout une histoire noire comme la mort… Une fable, finalement, dans laquelle le quotidien de l’horreur ne laisse la place qu’à l’horreur de l’inutile espérance…

 

Jacques Schraûwen

Le Passeur (dessin : Hermann – scénario : Yves H. – éditeur : Dupuis)