Profession Du Père

Profession Du Père

La très réussie adaptation d’un excellent roman

Une interview de l’écrivain Sorj Chalandon et du dessinateur Sébastien Gnaedig… Une chronique consacrée à un livre puissant, intime, un vrai regard sur l’enfance, la folie, le rêve, la vie et la mort…

 

Sorj Chalandon est de ces « vrais » écrivains qui ne peuvent écrire et parler que de ce qu’ils ressentent véritablement, que de ce qu’ils connaissent, de près ou de loin. Flaubert était Madame Bovary, on l’a assez dit… Et le personnage axial de ce roman-ci,  » Profession du Père « , c’est Chalandon, de toute évidence.

Je dis bien  » personnage axial « , oui, parce que l’enfant que l’on voit vivre de page en page, dont on découvre les larmes mais aussi les sourires, les hantises et les envolées presque lyriques, les espérances et les nombreux rendez-vous à jamais manqués, cet enfant-là est plus témoin qu’acteur. Témoin de l’existence de parents qui, de domination en soumission, ne vivent de leur vie que des bribes de possibles…

Le personnage central de ce livre, roman et bd, c’est le père d’Emile, un père dont le fils ne connaît pas la profession, ce qui l’empêche de remplir, à chaque rentrée scolaire, la fiche descriptive demandée par l’école. Est-il agent secret ?… Est-il mythomane ?…

C’est cette figure paternelle, oui, et, dans la pénombre derrière lui, la figure maternelle, qui forment la véritable trame de ce livre.

Adapter un roman en bande dessinée, comme en cinéma, ce n’est  jamais gagné d’avance, tant il est vrai que l’écrivain, derrière chaque mot, crée des images qui, certes, lui appartiennent, mais qui, inéluctablement, en créent d’autres dans l’imaginaire de chacun de ses lecteurs.

Pour Chalandon, l’adaptation de ce livre extrêmement personnel est plus qu’un plaisir, une espèce de reconnaissance, peut-être, mais, surtout, la chance de se regarder au travers du regard d’un autre. Et le regard de Gnaedig, tout en simplicité de traits, tout en narration frontale et tranquille, est une superbe réussite, à tous les niveaux !

Sorj Chalandon: l’adaptation

 

Sébastien Gnaedig: l’adaptation

 

Tout, dans ce livre, commence à une époque troublée de l’Histoire de France, celle de la guerre d’Algérie. Emile ne sait pas ce que son père exerce comme profession. Et ce père lui dit qu’il est agent secret, qu’il fut l’ami de De Gaule, pais que ce dernier l’a trahi.

Le jeune garçon croit-il tout cela ?….

En partie, certainement, puisque cela ressemble à un grand jeu, avec des moments de rires et de sourires. Mais il subit aussi cette folie qui n’a rien de doux, et qui, souvent, prend vie à coups de ceinture, à grande gifles, à tabassages devant une mère qui ne dit rien et, immobile, subit elle aussi… Et l’enfant ne peut dès lors que se demander, même inconsciemment, s’il a été désiré…

Ce livre, ce roman comme cette bande dessinée, aurait pu n’être que le portrait de cet homme battant son fils, le portrait sans retouche affective d’un drame familial et quotidien vécu par un enfant en mal de tendresse.

Il y a tout cela dans ce live, bien sûr.

Sorj Chalandon: les violences
Sébastien Gnaedig: le dessin

 

Mais il y a bien plus, et si portrait il y a, c’est celui d’une époque, désormais révolue, mais où l’horreur et le bonheur se côtoyaient sans cesse. Les années 60… Tous les nouveaux horizons qui s’ouvraient… Mais la guerre, aussi, encore, toujours… Les conflits idéologiques… Les trahisons ressenties, les déchirements… C’est un portrait, oui, que ce livre, mais le large portrait d’individus ballottés à la fois par leurs propres histoires et la grande Histoire dans laquelle ils sont obligés de s’inscrire…

Sorj Chalandon: une époque et une sauvegarde par l’art

 

Et puis, surtout ai-je envie de dire, ce livre est le portrait presque serein de la folie. Une folie particulière, certes, mais qui, de par les mots de Chalandon comme de par le graphisme simplement observateur de Gnaedig, devient symbole de toutes les folies que la  société et ses failles pouvaient créer dans les années 60, peuvent encore créer aujourd’hui, et le prouvent de jour en jour !

La folie nous guette tous, disait je ne sais plus qui… Elle nous guette et nous accompagne, puisque, toutes et tous, nous rêvons, et  que chaque rêve nous enfouit dans des univers où  le mensonge peut, sans qu’on s’en rende compte, prendre la place de la réalité.

Sorj Chalandon: la folie

Il y a de ces livres qu’on referme, qu’on a aimé lire, mais qu’on oublie très vite.

Ce n’est vraiment pas le cas avec  » Profession du Père « , croyez-moi ! Cet album bd, après le roman, est un miroir dans lequel chacun, j’en suis certain, peut retrouver des reflets de ses propres passés, ou de ceux de proches. Les passés, et les présents… Parce que les idées changent, mais que la folie humaine, elle, reste éternelle, et reste, finalement, le seul  » monstre  » intime à combattre pour vivre  plus que survivre !

 

Jacques Schraûwen

Profession du Père (un livre de Sébastien Gnaedig, d’après un roman de Sorj Chalandon – éditeur : Futuropolis)