Rodin : Fugit Amor, Portrait Intime

Rodin : Fugit Amor, Portrait Intime

Joël Alessandra nous parle, dans cette chronique, de celui qui fut sans doute le plus grand sculpteur des dix-neuvième et vingtième siècle. Il nous raconte Auguste Rodin, sujet de ce livre, au travers de trois femmes qui lui furent essentielles…

 

2017… On pourrait appeler cette année l’année Rodin, année du centenaire d sa mort, puisqu’elle voit fleurir un film avec l’extraordinaire Vincent Lindon,, une rétrospective à venir très bientôt, et un album bd qui rend un hommage vibrant à cet artiste hors du commun que fut Auguste Rodin, créateur démesuré et génial.

Il s’agit ici, bien évidemment, d’une biographie dessinée. Mais une biographie qui ne se contente pas de suivre Rodin d’œuvre en œuvre, d’année en année, mais qui s’enfouit dans ce que  fut son existence autour des femmes. Grâce à trois femmes, qui forment, chacune, un des chapitres de ce livre.

Rose, d’abord, la compagne des débuts, celle qui devint, à  la fin de la vie de Rodin, son épouse.

Camille, ensuite, sœur du très catholique Claudel, élève de Rodin, amoureuse passionnée et démesurée de cet homme qui lui faisait découvrir en même temps son talent et ses possibilités de bonheur charnel.

Claire, enfin, que Rodin aima sans doute pour ses talents amoureux autant que pour sa faculté à gérer son œuvre d’homme vieillissant.

En guise de morale, Rodin utilise une phrase lapidaire reprise dans cet album : il n’y a pas d’immoralité dans l’art…

Pas d’immoralité, sans doute, mais une immense amoralité, le besoin pour Rodin de ne pas s’inscrire dans les règles de la bienséance. Il eut des amours tapageuses, avec des femmes qu’il vampirisait à sa manière. Il eut une carrière construite autour de l’érotisme, dans ses sculptures, bien sûr, mais aussi dans ses dessins qui, pour certains, se faisaient érotiques au travers d’une sorte de figuration presque abstraite.

Ce livre aurait donc pu être très érotique, mais il n’en est rien. Parce que c’est d’amour et d’amitié, même charnelle, que les deux auteurs nous parlent, et, habillées, toutes les femmes qui peuplent cet ouvrage n’ont rien d’érotique. Elles ne le deviennent qu’en se dénudant, modèles ou amantes, en parallèle, finalement, de l’œuvre même de Rodin pour qui la chair se devait d’être immortalisée dans tous ses débordements.

 

Joël Alessandra: le scénario

 

 

Joël Alessandra: Rodin dessinateur

 

 

 

Aucun art ne peut se vivre dans la seule solitude. Pour qu’un tableau, un poème, une sculpture prennent vie, il leur faut l’apport de la rencontre, du hasard, l’affrontement avec d’autres formes artistiques.

Pendant toute son existence, Auguste Rodin, ainsi, ne s’est pas contenté de créer des formes nées de ses imaginaires ou de ses seules souvenances passagères. Il a nourri son art de dessinateur et de sculpteur des rencontres qu’il fit. Rencontres féminines, c’est vrai, et donc amoureuses, mais rencontres totalement artistiques aussi : ceux qui le prirent comme élève à ses débuts, ceux à qui, ensuite, il apprit son métier et, parmi ceux-ci, Camille Claudel. Rencontres littéraires, également, poétiques même. Dans les deux mains jointes qu’il a sculptées et nommées  » Cathédrale « , comment ne pas voir, en effet, une véritable influence littéraire et mystiquement poétique?

Et ce n’est pas la moindre qualité de ce livre-ci que de laisser la place à plusieurs références littéraires, qui réussissent à rythmer le récit biographique, tout en donnant une âme au personnage central, ambitieux et sûr de lui, certain, surtout, de la puissance de sa création.

Joël Alessandra: la littérature

 

Joël Alessandra: la création

 

 Rodin

L’univers de Rodin, le Rodin sculpteur en tout cas, et celui de Joël Alessandra, le dessinateur de cet album, sont loin, c’est certain, d’être  semblables. On aurait pu avoir peur donc d’une  » interprétation  » de l’œuvre de Rodin par les aquarelles prises sur le vif d’Alessandra. Mais il n’en est rien, et la volonté du dessinateur de rendre avec véracité les formes charnelles essentielles au travail de Rodin, cette volonté réussit le tour de force de parvenir à un réalisme que je qualifierais de poétique, grâce au jeu des couleurs qu’affectionne Alessandra.

 

Joël Alessandra: rester fidèle à Rodin…

 

 

 

Toute biographie ne peut qu’être incomplète, et ce  » Rodin  » ne faillit pas à la règle. Par un scénario fouillé et très ciblé sur l’amour et l’amitié comme inspirateurs de l’art, par le dessin, aussi, qui réussit à s’effacer derrière la stature imposante du personnage qui a servi de modèle à ce livre, les deux auteurs parviennent cependant à donner vie à Rodin, à ses certitudes comme à ses doutes, à ses engagements comme à ses fuites, à ses lâchetés comme à ses volontés.

Un excellent album, qui vient à son heure, et qui prouve que le neuvième art peut très bien se conjuguer avec toutes les autres formes artistiques…

 

Jacques Schraûwen

Rodin (dessin : Joël Alessandra – scénario : Eddy Simon – éditeur : 21g)