Mort annoncée pour les éditions Sandawe…

Mort annoncée pour les éditions Sandawe…

Editeur à part dans l’univers de la bande dessinée, Sandawe met la clé sous le paillasson.

Dessous © Sandawe

Depuis 2010, Patrick Pinchart préside aux destinées de cette maison d’édition exclusivement financée grâce au crowdfunding. Ancien de chez Spirou, Patrick Pinchart se voit obligé aujourd’hui de mettre cette maison d’édition en liquidation.

Quipou © Sandawe

Sandawe a été à l’origine de quelques très belles découvertes : Sara Lone (d’Arnoux et Morancho), Les anges visiteurs (de Barboni et Murzeau) , les superbes livres de Gilles Le Coz, Quipou (de Benoît Roels), ou Joseph Carey Merrick (de David Van P.), par exemple… Tout comme  » Sourire 58  » (de Baudouin Deville et Patrick Weber), dont l’édition s’est faite, pour Nicolas Anspach, via Sandawe…

Sourire 58 ® Anspach

Force est de reconnaitre cependant que le catalogue de cet éditeur brillait par un éclectisme qui, souvent, ne privilégiait pas vraiment la qualité. Mais la fin d’une telle aventure éditoriale pose cependant question : plusieurs projets étaient en cours, comme la suite, justement, de « Sourire 58 » qui fut un des succès de l’année 2018…

Sara Lone © Sandawe

Qu’adviendra-t-il de ces projets, qu’adviendra-t-il, aussi, de tous les internautes qui ont, financièrement, apporté leur soutien à l’une ou l’autre des créations proposées en crowdfunding ?

Ce qui est sûr, par contre, c’est que bien des espérances de jeunes auteurs sont aujourd’hui détruites… Sandawe était une plate-forme qui, en effet, offrait la possibilité à ceux qui, pour différentes raisons, ne trouvaient pas d’éditeur traditionnel (ou ne le voulaient pas…), de pouvoir se faire connaitre, se faire découvrir.

A qui la faute ?…

Difficile à dire… Mais je pense qu’une des erreurs a été, en pré-crowdfunding, d’avoir un peu accepté n’importe quoi comme propositions… Et ainsi, on peut dire que la ligne éditoriale de Sandawe, au vu du catalogue, manquait vraiment de consistance, de clarté en tout cas…

Jacques Schraûwen

Wasterlain: une exposition qui rend hommage à un des grands artisans de la BD!…

Wasterlain: une exposition qui rend hommage à un des grands artisans de la BD!…

Marc Wasterlain, grand raconteur d’histoires, se laisse découvrir, sous toutes ses facettes (talentueuses) au Centre Belge de la Bande Dessinée! Une rencontre passionnée et passionnante!

Marc Wasterlain

A presque 73 ans, Marc Wasterlain est un ce qu’on peut appeler un auteur complet de la bande dessinée. A son actif, plus de cinquante histoire dessinées, de Bob Moon à Monsieur Bonhomme, de Jeannette Pointu aux Pixels. Mais à son actif également, des scénarios pour Natacha, La Patrouille des Castors, Jess Long, et les Schtroumpfs !

A ce titre, le nom que porte l’exposition qui lui est consacrée jusqu’en septembre, au Centre Belge de la Bande Dessinée, est parfaitement choisi. Marc Wasterlain, dessinateur, coloriste, scénariste, auteur de décors, c’est d’abord et avant tout un raconteur d’histoires…

Cette exposition, particulièrement riche en documents, et qui nous fait voyager réellement dans l’œuvre de Wasterlain, vient couronner, sans aucun doute possible, un des vrais grands de la bande dessinée « tous publics »…

Wasterlain © Wasterlain
François Walthéry: Marc Wasterlain
Marc Wasterlain: raconteur d’histoires

François Walthéry n’est pas qu’un ami de Marc Wasterlain. Il est aussi celui qui a fait entrer le jeune dessinateur dans le studio de Peyo, l’immortel créateur des Schtroumpfs, mais aussi de Johan et Pirlouit et de Benoît Brisefer.

Et c’est là, dans ce studio où, certes, le travail était la règle première, mais dans lequel l’amitié était également une réalité, c’est dans cet environnement créatif que le jeune Wasterlain a appris réellement son métier. Ses métiers, en fait…


Marc Wasterlain: Les apprentissages

Sans vouloir ici parler de nostalgie, sans vouloir dire qu’hier était mieux qu’aujourd’hui, force est de reconnaître que l’émulation et la solidarité qui régnaient dans le monde de la bande dessinée, « en ce temps-là », étaient un privilège important pour nombre de jeunes auteurs de cette époque… Gos, Derib, par exemple, ont également, tout comme Wasterlain et Walthéry, fait partie du studio Peyo.

Un studio studieux… Un lieu, aussi, et surtout peut-être, dans lequel Marc Wasterlain a rencontré quelques-uns de ceux qui furent et restent les grands maîtres d’un neuvième art s’adressant, avec intelligence, à tous les publics !

Walthéry et Wasterlain © JJ Procureur
Marc Wasterlain: les « grands »

Cette exposition, donc, se devait d’être un jour organisée. Et, ma foi, sa  » scénographie  » est particulièrement réussie, et ludique en même temps. On se balade, vraiment, dans les différentes réalités de ce que fut et de ce qui est le travail de Wasterlain. Et on le fait pratiquement comme dans une bd actuelle : par séquences, bien découpées, bien différenciées les unes des autres, mais toutes se réunissant pour former un vrai récit. Le récit d’une existence vouée à offrir à la bande dessinée des sourires, des aventures, un peu de fantastique, et énormément de poésie !

Et à ce titre, et pour l’avoir rencontré quelques fois, je peux affirmer que la Docteur Poche est le personnage qui ressemble le plus à son créateur !

Marc Wasterlain © Wasterlain
Marc Wasterlain: Docteur Poche

Le CBBD a comme mission d’être le miroir de ce qu’est, de ce que fut, de ce que devient la bande dessinée. Le CBBD a donc pour mission, aussi, de se plonger, et de nous plonger, dans l’histoire du neuvième art.

Et c’est bien ce qui est fait, aujourd’hui, avec cette excellente exposition consacrée à un excellent auteur !

Jacques Schraûwen

Wasterlain, raconteur d’histoires – une exposition au Centre Belge de la Bande Dessinée, rue des Sables à Bruxelles, jusqu’au 15 septembre 2019)

Marc Wasterlain © Marc Wasterlain