Un Livre Belge dans ma Valise

Lire en Belgique, et partager ses coups de cœur !

L’édition, en Belgique, est un monde culturel vivant et, qualitativement, extrêmement varié. L’ADEB (association des éditeurs belges) veut le mettre en avant, pour une action qui demande l’aide passionnée de tous les Belges lecteurs !

© adeb

Tout le monde le sait : les mesures sanitaires de ces derniers longs mois n’ont porté qu’un intérêt très partiel à l’importance de la culture ! Certes, les librairies ont pu rouvrir avant les salles de cinéma ou de spectacle. Mais nous l’avons tous constaté : ce que les libraires, dans notre petit pays, ont présenté en majorité sur leurs étalages, c’étaient les best-sellers potentiels. Et français ! En oubliant, ou en reportant à plus tard, les livres sortant des sentiers battus de l’édition.

Benoît Dubois, Directeur de l’ADEB : l’état des lieux

Les auteurs belges, pourtant, ont nourri la littérature française de bien belle manière, et depuis très, très longtemps ! On peut penser à André Baillon, à Emile Verhaeren, à Achille Chavée, à Jijé, Franquin, à Simenon, à Pieter Aspe…

Rops © Espace Nord

Et c’est pour rappeler aux lecteurs belges la force et l’intérêt de l’édition « locale », au moins aussi importante que celle des grands groupes français, c’est pour remettre en avant tous ces éditeurs qui ne se contentent pas de noms vendeurs à mettre en couverture de leurs livres, que l’ADEB s’est lancée dans une action simple, sympathique, participative, intelligente, et qui ne demande que le plaisir pour tout un chacun de partager ses coups de cœur.

Benoît Dubois, Directeur de l’ADEB : l’action

Les réseaux sociaux sont ce qu’ils sont… Des lieux virtuels dans lesquels fleurissent parfois (souvent…) des sentiments qui n’ont pas grand-chose à voir avec la tolérance, il faut bien le reconnaitre !

Spirou © Dupuis

Vouloir dépasser les clivages imbéciles qui semblent vouloir envahir Facebook ou Instagram, c’est une initiative qu’on ne peut, dès lors, que trouver salutaire. Même si elle est quelque peu utopiste…

Benoît Dubois, Directeur de l’ADEB : une utopie

Nous avons, toutes et tous, des souvenances de lectures qui, à leur manière, nous ont construits… Et dans ce que sont nos coups de cœur dans ce domaine, l’important est et restera toujours la diversité. J’ai souvenance d’une « intellectuelle » jugeant de manière péremptoire les gens qui osaient lire des « romans de gare » ou des « romans-photos ». Pour elle, du haut de ses prétentions snobinardes, la lecture demandait un « effort » !

Lambersy © La Renaissance du Livre

Non, lire ne demande aucun effort, lire ne demande pas de vouloir paraître élitiste… Je me souviens par exemple de Gérard Valet, lors de la première réunion des jurés de son prix des auditeurs de la RTBF, le « Prix Point de Mire », leur disant : le but est de donner un prix à un livre qui peut intéresse le plus grand nombre, ne vous sentez donc surtout pas obligés de vouloir paraître au-dessus des autres par vos goûts !

Lire est un plaisir, tellement bien raconté par Daniel Pennac dans « Comme un Roman ».

Baillon © Espace Nord

Lire est votre plaisir… Il ne tient qu’à vous de le partager, de dire haut et fort que la culture ne se définit que dans la variété. Et d’espérer, ainsi, que des inconnus, des voisins peut-être, auront envie d’emporter dans leur valise, pour leurs prochaines vacances, un des livres que vous avez aimé lire, un de ces livres qui, depuis longtemps ou quelques semaines à peine accompagne vos existences, leurs rêves, leurs attentes, leurs chemins d’envol loin des quotidiens de plus en plus sombres qui nous enserrent…

Jacques Schraûwen

Un Livre Belge dans ma Valise : abonnez-vous sur Facebook en suivant ce lien : https://www.facebook.com/groups/527581748600393

Servais © Weyrich

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.