Milo Manara

Milo Manara

Un nouvel album et une exposition à Bruxelles, une exposition faisant la part belle à ses illustrations érotiques !

Dans cette chronique, écoutez Milo Manara vous parler de la beauté, de l’érotisme, et du dessin… Une rencontre passionnante !

 

Milo Manara © Milo Manara

 

Milo Manara… Un des grands noms du neuvième art, sans aucun doute… Cet Italien a commencé sa carrière, longue et abondante, en 1968, par des petits récits, marqués par leur érotisme.
Mais, très vite, c’est avec des histoires « sérieuses » qu’il se fait connaître : « Le Singe », plusieurs récits dans « L’Histoire en bandes dessinées », chez Larousse, et, enfin, les aventures de Giuseppe Bergman qui paraissent dans le mythique « A Suivre ».
Reconnu dès lors à la fois par les professionnels et par les lecteurs, Milo Manara va prendre un virage qui restera sa caractéristique première, celle de l’érotisme, un érotisme qui ose tout dire, tout montrer, s’enfouir dans les méandres du désir humain.
Et ce furent des livres comme « Le Déclic », « Le Parfum de l’Invisible », « Nouvelles Coquines »… Ce furent aussi des recueils d’illustrations, « L’Art de la fessée », par exemple.
En une époque où se multipliaient des livres marqués par une certaine pornographie dessinée sans beaucoup de talent, par un érotisme explicite et sans relief, Manara s’est lancé, lui, dans des livres qui, graphiquement, n’ont jamais eu peur de dévoiler le corps et l’âme au travers d’érotismes pluriels, créateurs de rêves, certes, mais également et surtout d’aventures s’écartant résolument des sentiers battus. L’érotisme des uns n’a véritablement pas grand-chose à voir avec celui de Manara…

 

Milo Manara © Milo Manara

 

Milo Manara: l’érotisme

 

Marcuse comme référence philosophique à une œuvre de plaisirs et de désirs sans cesse mêlés, excusez du peu !… Et c’est bien un érotisme transgressif et ludique, récréatif, oui, qui s’expose aujourd’hui à Bruxelles.
Il faut dire que, pour Milo Manara, l’acte gratuit, dans l’amour comme dans le dessin, se doit d’être source de sensations, de sentiments. D’esthétisme aussi… D’un esthétisme qui naît des propres rêveries, et donc fantasmes, de Manara, très certainement, et de sa formation… Une formation classique qui le pousse, de livre en livre, à dessiner en quelque sorte toujours la même femme, ou presque, une femme qu’on retrouve dans les illustrations accrochées aux cimaises de la galerie du Châtelain. Toutes les femmes de Milo Manara sont fines, élancées, avec des jambes qui n’en finissent pas, avec des courbes affriolantes, des sourires charmeurs, des regards très directs, aussi… Qu’on retrouve dans cette exposition, à l’exception d’une femme aux évidentes maturités, toute vêtue, qui donne à l’ensemble des œuvres exposées une certaine distance poétique.
Si Marcuse préside à son sens de l’érotisme, ce sont Platon et le monde classique qui éclairent sa notion de la beauté !

Milo Manara © Milo Manara

Milo Manara: La beauté

 

Cela dit, et pour rester objectif, cet auteur qui a travaillé avec des gens comme le génie Fellini ou l’exceptionnel Hugo Pratt n’a pas fait que des chefs d’œuvre, il faut le reconnaître.
Pendant une certaine période, il a même réduit au minimum les décors de ses récits, comme pour laisser la féminité de ses personnages occuper toute la place, d’une façon pratiquement intemporelle.
Mais, avec les Borgia d’abord, et avec « Le Caravage » aujourd’hui, Manara revient en arrière, avec un talent extraordinaire. Ses décors, encore plus qu’à ses débuts, font partie intégrante de ses intrigues, ils accompagnent et montrent le cheminement des personnages. Et ils prennent vie, de page en page, grâce aussi à un travail sur la couleur dans lequel excelle Manara, de plus en plus, une excellence que je ne peux que vous inviter à découvrir dans son dernier album, mais aussi dans cette exposition qui lui est consacrée !

 

Milo Manara © Milo Manara

Milo Manara: le décors

 

 

Mes souvenirs concernant Milo Manara sont nombreux. Comme bien des lecteurs de ma génération, il a accompagné la re-naissance de la bande dessinée, en osant, simplement, montrer et raconter le désir charnel. Et il l’a fait, toujours, avec un sens aigu de la mise en scène, et un sens littéraire (et cinématographique) du dialogue.
Fidèle à ce qu’il était il y a cinquante ans, Milo Manara continue à être le chantre de l’érotisme. Et à être, dans son album consacré au Caravage, chantre d’un personnage subversif, celui d’une œuvre picturale qui appartient au patrimoine mondial, et, surtout peut-être, chantre de décors et de paysages d’une extraordinaire facture classique.

Jacques Schraûwen
Milo Manara s’expose à Bruxelles – Galerie Huberty & Breyne, Place du Châtelain à Ixelles (Bruxelles), jusqu’au 5 janvier.
Milo Manara – Le Caravage, tome 2, paru chez Glénat.

Milo Manara © Milo Manara