Blue Thermal 01 – Candy & Cigarettes

Blue Thermal 01 – Candy & Cigarettes

Vous prendrez bien un peu de Manga?….

Une bluette sympathique et un excellent polar sombre et particulièrement bien construit… En guise de mangas, il y en a pour tous les goûts!… Les miens me portent, en tout cas, à vous conseiller vivement de vous plonger dans « Candy & Cigarettes » !

© Komikku © Casterman


Blue Thermal 01

(auteur : Kana Ozawa – éditeur : komikku)

Une des grandes tendances de la bd japonaise, c’est ce qu’on pourrait appeler la « romance ». Les histoires à l’eau de rose se multiplient en effet, pour le plus grand plaisir des adolescents et, surtout, des adolescentes. C’est que les ingrédients dans ces livres sont toujours un peu les mêmes, calqués, en quelque sorte, sur le mythe charmeur et, ma foi, charmant, du prince qui l’est tout autant !

Un genre qui, je l’avoue, ne m’enthousiasme jamais vraiment.

Un genre illustré, dans ce livre-ci, par une histoire gentillette. Tamaki s’inscrit à l’université. Véritable garçon manqué, sportive dans l’âme, ce qu’elle veut, c’est se dénicher, comme toutes les filles de son âge, un « petit ami ». Mais voilà, si le coup de foudre existe, si elle le ressent, c’est vis-à-vis du ciel, des nuages, du vent, et d’un planeur dans lequel elle s’offre le bonheur de voler au-dessus des choses, des sentiments, et de leurs apparences.

Blue Thermal 01 © Komikku

Sans être exceptionnel, ce « Blue Thermal » se différencie malgré tout de la production habituelle de ce genre d’histoires. Par la personnalité de son héroïne, d’abord, qui, de gaffe en gaffe, se doit de trouver sa place dans une société japonaise extrêmement codifiée, une société dans laquelle le rôle de la femme n’a rien de féministe, que du contraire, et ce jusque dans les termes utilisés : après une ses maladresses, Tamaki s’entend dire, par exemple, qu’elle va devoir rembourser en nature… On parle de travail à fournir, certes, mais le double sens du langage n’a certainement, ici, pas grand-chose à voir avec le seul hasard !

La seconde différence se situe là, justement, dans le portrait d’un Japon toujours ancré dans des réflexes du passé, dépassés donc.

Cela dit, les codes habituels du manga (caricature des expressions, par exemple) sont bien présents, avec leurs lourdeurs évidentes. Mais le dessin réussit, cependant, à attirer grâce à l’attention qu’il porte aux regards des différents protagonistes.

Ce que j’ai apprécié, aussi, dans le dessin, c’est la symbolique des différentes représentations graphiques de l’héroïne, dessinée tantôt enfant, tantôt ado, tantôt presque adulte, selon les sensations qu’elle exprime.

C’est donc une bd manga sympathique, et qui s’adresse essentiellement à un public jeune, c’est évident !


Blue Thermal 01 © Komikku

Candy & Cigarettes

(auteur : Tomonori Inoue – éditeur : Casterman)

Avec ce manga-ci, on se trouve très loin du codifié, du conventionnel, à savoir même du « politiquement correct ». Jugez-en en découvrant le fil du scénario !

D’une part, il y a Raizo, un policier à la retraite qui voit son petit-fils atteint d’une maladie dont le traitement coûte une fortune.

De l’autre côté, il y a Miharu, une gamine de presque douze ans, adorant les bonbons, et n’ayant qu’un but, se venger de ceux qui ont assassiné ses parents.

Entre ces deux personnages qui ne devraient jamais se rencontrer, il y a une agence étrange, au sigle tout aussi étrange, SS, une agence qui dit travailler pour l’état et qui ne commandite que des meurtres.

Une agence qui engage le vieux policier… Une agence dans laquelle la gamine est une des tueuses les plus efficaces.

Candy & Cigarettes © Casterman

A partir de ce canevas, l’auteur garde le sens du rythme propre à l‘univers manga, mais il le complète par une construction narrative inspirée, elle, du comics à l’américaine. D’autres, avant Tomonori Inoue, ont déjà tenté la chose, c’est vrai, mais rarement avec réussite ! Et ici, le résultat est excellent! Moi qui ne suis pas vraiment fan des mangas, j’ai été ébloui et subjugué par ce livre.

Il faut dire que le regard y est critique sur le Japon d’aujourd’hui : la place des vieux dans une société axée sur des valeurs de profit et de rentabilité, le coût des soins de santé qui ne sont accessibles très souvent qu’aux plus riches, la corruption d’un système politique et policier, tout cela participe à un récit qui n’a rien, finalement, de gratuit.

Et, surtout, qui est passionnant, de bout en bout !

Nous nous trouvons en fait dans une théâtralisation tragique d’un polar inconvenant ! Un polar sombre, totalement amoral, traité, tout compte fait, sobrement, sans aucun excès, même dans les scènes de violence pure.

Pour moi, ce livre est à découvrir, absolument, par les amateurs de mangas, par les amateurs de BD européenne, par les amateurs de Comics… Par toutes celles et tous ceux, en fait, qui aiment la bande dessinée sous toutes ses formes, quand elle choisit les chemins de l’originalité, de l’intelligence et du talent !


Candy & Cigarettes © Casterman

« Blue Thermal » s’adresse résolument à un public jeune, et le fait sans surprise mais avec beaucoup d’honnêteté dans la construction. A réserver, à mon avis, aux adolescentes et aux adolescents… Après tout, il vaut mieux rêver au prince charmant en se sentant proche des nuages que s’accrocher au virtuel de son smartphone…

« Candy & Cigarettes », lui, est destiné à un public beaucoup plus adulte, c’est une évidence ! On y parle d’horreur quotidienne et de mort, on y parle de peur et d’indifférence… On y dessine le portrait d’un monde qui est, aussi, le nôtre. Et puis, il y a cette héroïne, qui reste une enfant malgré ses actes de tueuse, et qui se révèle profondément attachante ! A NE PAS RATER !

Jacques Schraûwen

Complainte Des Landes Perdues : Sorcières 2 – Inferno

Complainte Des Landes Perdues : Sorcières 2 – Inferno

C’est en 1993 que le premier album de cette saga est paru. Plus de vingt-cinq ans plus tard, nous en sommes au dixième album, et trois cycles d’aventures fantastiques, d’une mythologie sans cesse réinventée, par Jean Dufaux et ses complices dessinateurs (et, ici, dessinatrice).

Inferno © Dargaud

Il y a une forêt, un château, un roi, une reine cruelle, un être diabolique venu d’un improbable ailleurs, un monstre mort prêt à revenir à la vie, un fils naturel, un bâtard, et des sorcières. Il y a de la cruauté, du fantastique, du rêve, de la vengeance, des trahisons et de dangereuses, mais sans doute essentielles, initiatives personnelles de la part d’une des sorcières.

Résumer cette série, résumer chacun des épisodes, osons le dire, cela s’avère totalement impossible. L’univers de Jean Dufaux foisonne de personnages, de rebondissements, de lieux et d’ambiances, et il faut s’y plonger pour en découvrir toutes les richesses.

Jean Dufaux, c’est un scénariste (rare, tout compte fait) qui possède un monde personnel extrêmement riche, en effet, un univers nourri d’une culture particulièrement étendue. Un scénariste qui, dans ce cycle-ci, travaille avec une dessinatrice, Béatrice Tillier, dont le graphisme, d’une vraie  » préciosité  » mais également d’une présence onirique incontestable, sied à merveille aux mots de Dufaux.

On sent, de page en page, une belle complicité entre ces deux artistes, qui se complètent à merveille tout au long d’un récit baigné de magie.


Inferno © Dargaud

Jean Dufaux

Béatrice Tillier: le travail avec J. Dufaux

Béatrice Tillier a un dessin qui se différencie de celui de ses prédécesseurs dans cette série, Rosinski et Delaby. Tout en s’inscrivant dans une continuité de ce qu’étaient leurs constructions narratives. Il en résulte un livre parfaitement original dans sa forme, un livre dans lequel la dessinatrice prouve tout son talent de metteuse en scène. Parce que c’est bien de cela qu’il s’agit, pour elle : être la réalisatrice des imaginaires de Dufaux, réussir, au travers de son dessin, à permettre plusieurs approches du récit, plusieurs lectures. Comment, par exemple, ne pas souligner l’omniprésence, dans cet album, de reflets, de brumes aux transparences presque sensuelles ? Comment ne pas souligner également le choix des couleurs, essentiel pour les ambiances, certes, mais aussi pour créer, à la lecture, des séquences qui permettent au lecteur de ne pas se perdre.


Inferno © Dargaud

Béatrice Tillier: La construction

Béatrice Tillier: la couleur

Jean Dufaux préfère, et de loin, l’imaginaire à la réalité. Ses scénarios, pratiquement toujours, contiennent une part importante de fantastique, de merveilleux, avec des inventions mythologiques qui, pour inspirées qu’elles soient de mythologies connues, réussissent malgré tout à s’en démarquer pour créer des récits multiformes.

Cela dit, et c’est aussi tout l’intérêt de ses scénarios, Jean Dufaux n’en demeure pas moins attentif, aussi, à ce qu’est notre société. Sans parler de « messages », ses scénarios ouvrent à des réflexions, toujours. Comme ici, où on parle de différence, de rêve, de volonté de se nourrir de ce qu’on a été pour se construire un avenir… D’amour, aussi, de désir, de passion… De tout ce qui, finalement, fait le quotidien de ses héroïnes et héros et le nôtre en parallèle !


Inferno © Dargaud

Béatrice Tillier: messages

Soyons honnêtes… la saga des Landes perdues, cette longue complainte presque religieuse, presque biblique même dans sa construction globale, n’est pas une série de divertissement pur, elle demande de la part du lecteur une approche réfléchie, une volonté de s’enfouir profondément dans l’univers des auteurs.

Mais soyons honnête aussi, ce dixième volume est d’un accès plus immédiat, plus facile. Grâce au scénario quelque peu plus épuré de Jean Dufaux, grâce aussi au dessin réaliste et magiquement poétique de Béatrice Tillier.

C’est donc un livre à conseiller, un livre qui vous donnera l’envie, j’en suis persuadé, de redécouvrir tous les épisodes précédents !

Jacques Schraûwen

Complaintes des landes perdues : Sorcières 2 – Inferno (dessin : Béatrice Tillier – scénario : Jean Dufaux – éditeur : Dargaud)