Chez Adolf : 1. 1933

Chez Adolf : 1. 1933

Un récit à l’initiale de l’horreur.

Les livres consacrés à la guerre 40/45, au génocide des Juifs, des homosexuels, des communistes, des handicapés, il y en a eu énormément, il y en aura encore, c’est évident, tant il est important de ne pas « oublier » pour ne pas recommencer !

Mais avant que l’horreur s’installe comme une réalité tangible pour tout un chacun, il a fallu qu’elle s’organise, qu’elle s’implante, quelle prenne le pouvoir, politiquement, mais humainement aussi, humainement peut-être même d’abord et avant tout !

Chez Adolf 1 © Delcourt

Nous sommes en 1933, en Allemagne, dans un immeuble à appartements. Y vivent des personnages qui se croisent, se font parfois intimes, aussi. Il y a le professeur Stieg, la belle Rosa et son mari, les Feldman et les Albo, des Juifs. Il y a aussi, au rez-de chaussée, un bistrot tenu par Emma et Adolf… Un bistrot qui, au début de cet album, change de nom en hommage à celui qui est devenu chancelier d’Allemagne Adolf Hitler.

Le professeur Stieg est ce qu’on appelait au 18ème siècle un « honnête homme », un citoyen peu intéressé à la politique. Un être humain, simplement, qui assiste, sans vraiment en être touché, à une entreprise de déshumanisation complète.

Chez Adolf 1 © Delcourt

L’Histoire, la grande, celle qui voit s’enflammer le Reichstag, alibi parfait pour éliminer toute opposition politique, cette Histoire qui voit se multiplier, dans les rues, les exactions dues aux « Hitlerjungend », cette Histoire qui voit le premier autodafé, dans le cadre d’une école, de livres qui portent atteinte au Reich, cette Histoire-là, bien évidemment, est sans cesse présente. Mais elle laisse la place, surtout, à des quotidiens qui se mêlent, s’opposent, se posent des questions ou, simplement, se taisent et suivent le mouvement d’un troupeau de plus en plus imposant !

Le dessin de Ramon Marcos est d’un presque-réalisme qui sied à merveille au récit qu’il accompagne. Un dessin qui prend encore plus de puissance d’évocation grâce à la couleur de Dimitri Fogolin, qui a travaillé tout l’album avec une palette proche des bruns, comme cette peste nazie que l’on appelée brune…

Le scénario, lui, est probablement, à mon humble avis, un des meilleurs de Rodolphe. Parfaitement fouillé au niveau historique, ce scénario nous trace le portrait d’une époque de notre passé qui semble, par bien des aspects, se reproduire aujourd’hui. Plus qu’une immersion dans le nazisme des années trente, Rodolphe nous montre comment un pouvoir absolu, dictatorial, inhumain, peut s’imposer, relativement vite, dans tout un pays, voire dans plusieurs pays même !

On commence par créer un « decorum », une ambiance qui s’inspire des légendes du passé, on continue en s’attaquant aux commerces (ceux des boucs émissaires de la crise), donc à l’économie, puis à la jeunesse, et, enfin, à la culture. Et les gens comme le professeur héros de cet album, même s’ils se posent des questions, même i l’envie leur vient de résister, se voient obligés de s’affilier au parti nazi. De faire, simplement, comme tout le monde !

Chez Adolf 1 © Delcourt

Oui, c’est bien de l’installation d’un régime fort, soutenu par un racisme d’état, que nous montre ce livre. Et Rodolphe le fait sans manichéisme, en montrant, en même temps que les lâchetés et cruautés majoritaires, des êtres qui ne sont que ballotés, même s’ils se font actifs dans la révolte, dans l’opposition en tout cas.

Un exemple : un prêtre qui défend l’idéal des scouts dont il s’occupe contre l’idéologie des Hitlerjungend.

Cet album est un livre particulièrement réussi, avec aussi de l’amour, du désir, du sentiment… De la pédophilie, également… C’est une nouvelle civilisation qui s’offre à nous, dit un des protagonistes ! C’est, tout simplement, grâce aux talents du scénariste, du coloriste et du dessinateur, un compte-rendu horrible d’une horreur insidieuse qui s’impose et devient la règle de vie générale dans tout un pays !

Un livre excellent, à découvrir, à aimer !

Jacques Schraûwen

Chez Adolf : 1. 1933 (dessin : Ramon Marcos – scénario : Rodophe – couleurs : Dimitri Fogolin – éditeur : Delcourt – 56 pages – date de parution : mai 2019)

Chez Adolf 1 © Delcourt
Le Château De Malbrouck

Le Château De Malbrouck

600 ans d’Histoire et une exposition « Hergé »

Une activité de vacances intelligente, et un livre qui la prépare avec clarté !…

Le Château de Malbrouck © Casterman

Et si vous profitiez de vos vacances pour découvrir un livre qui nous parle d’un château au nom mythique et musical : Malbrouck ! A la triple frontière France/Luxembourg/Allemagne, ce château dresse fièrement ses 600 ans de pierre et d’Histoire. Et il s’offre ici à votre curiosité, déjà, tout au long d‘un livre qui mêle  la grande Histoire et la ligne claire…

Ce château est un endroit, en effet, qui a vu se multiplier bien des confits, bien des guerres, mais qui a vu aussi, de siècle en siècle, finir le Moyen-Âge et naître la Renaissance, un endroit qui, de ruines en reconstructions, participe pleinement à la grande aventure d’un département français passionnant, la Moselle.

Le Château de Malbrouck © Casterman
Jean-François Patricola: le texte

Je parlais de ligne claire…

La ligne claire, c’est cette façon que des dessinateurs de BD ont eue (et ont encore…) de dessiner, de faire de la Bande dessinée, en pratiquant la clarté par le dessin comme par le texte. Des contours clairs, des couleurs sans fioritures, un rythme soutenu tant au niveau du graphisme que de la narration écrite. Il y a eu Hergé, bien évidemment, mais aussi Jacques Martin, l’auteur de séries aussi variées qu’Alix, Lefranc ou encore Jhen. Jhen qui, à l’instar de la plupart des héros de Martin, continue à vivre. En bd, et en voyages… Jhen, héros du quinzième siècle, est devenu en effet un peu un guide historique et touristique, dans le sens noble du terme, avec une collection chez Casterman qui s’intitule « les voyages de Jhen ». Chaque livre, avec une base historique sérieuse et fouillée, nous fait découvrir un lieu, une région, au fil des siècles. Il y a eu des albums consacrés à Stavelot, à Bruxelles, à Carcassonne, et, aujourd’hui, au château de Malbrouck, situé à la frontière entre la France, le Luxembourg et l’Allemagne. Et la caractéristique première de tous les albums de cette collection, c’est la vérité historique, grâce, entre autres, à une documentation essentielle.

Le Château de Malbrouck © Casterman
Pierre Legein: la documentation

Aux commandes du texte, il y a Jean-François Patricola, un historien qui réussit à la fois à nous conter 600 ans d’histoire souvent très mouvementée, et à le faire de manière claire, accessible, didactique même, et jamais pédante ! Du côté du dessin, il y a trois auteurs, qui collaborent avec efficacité et talent, et toujours dans la filiation directe de l’œuvre de Jacques Martin. Pierre Legein et Yves Plateau sont les maîtres du crayonnage, entre autres, et Olivier Weinberg, finalise des illustrations qui, au-delà de la précision historique des lieux et des costumes, laisse une place prépondérante, toujours, à l’être humain. Un dessinateur qui n’oublie jamais de mettre en avant des détails qui dont d’une illustration un récit complet.

Le Château de Malbrouck © Casterman
Olivier Weinberg

Le nombre d’auteurs aurait pu faire de ce livre quelque chose d’indigeste, un ouvrage dans lequel chacun aurait cherché à tirer la couverture à soi. Et il n’en est rien, loin s’en faut, nous nous trouvons même en présence d’un album qui réussit à être passionnant et intéressant, narratif et pédagogique, grâce à ce qui fut, on le devine, on le sent, une collaboration tout en respect, grâce aussi à ce sens de la tradition de la bd belge, un sens porté par les dessinateurs comme par l’excellent coloriste, Emmanuel Bonnet. Plus que de la collaboration, on peut parler d’osmose entre tous les participants à cet ouvrage collectif.

Le Château de Malbrouck © Casterman
Olivier Weinberg, Pierre Legein

Texte, dessin et iconographie importante, tant au niveau des photos et des tableaux, voilà tout ce qui construit de livre. Et ce qui en fait un bel « objet culturel », également, c’est le plaisir pris à le feuilleter, certes, mais à le lire, aussi, surtout même. Je suis de ceux qui pensent que la culture, la vraie, naît souvent de la lecture, et qu’une lecture ne peut avoir d’intérêt que par le plaisir qu’elle peut faire ressentir au lecteur. Et c’est bien le cas, ici, avec comme responsable éclairé, entre autres, Jean-François Patricola, maître d’œuvre d’un texte sans ennui !

Jean-François Patricola: la didactique

Et le château de Malbrouck, après 600 ans d’Histoire, de guerres, de rêves, et même de musique populaire, est en train de devenir un vrai lieu d’accueil pour les amoureux de l’art et, singulièrement, du neuvième. Et c’est ainsi que ce château superbe ouvre ses salles, aujourd’hui, et pour plusieurs mois, à une exposition consacrée à Hergé.

Hergé et les vieilles pierres, et l’Histoire de la Moselle, à presque deux pas de la Belgique, un bien beau programme, croyez-moi !… A entamer, donc, avec ce livre, paru chez Casterman, « Le château de Malbrouck ».

Jacques Schraûwen

Les Voyages de Jhen : Le Château De Malbrouck (auteurs : Jean-François Patricola, Olivier Weinberg, Pierre Legein, Yves Plateau, Emmanuel Bonnet – éditeur : Casterman)