Crapule

Crapule

Un livre pour tout le monde !… Rien que des petits moments sans importance, entre une jeune femme célibataire et son chat… Un album jouissif, souriant, dont la lecture s’accompagne de quelques beaux éclats de rire !

 

Crapule©Dupuis

 

Elle est jeune, blonde, célibataire, elle a une relation quelque peu tendue avec sa mère. Sa mère qui, un jour, dépose devant sa porte une boîte en carton contenant un chaton noir, une boîte en carton que cette jeune humaine ne découvre qu’après quelques jours… Et le chaton, lui, a réussi à survivre et, reconnaissant d’être sorti de sa prison, il décide de domestiquer cette femme qui, pourtant, de toute évidence, n’aime pas les chats !

 

Crapule©Dupuis

 

A partir de là, en gags d’une page, on suit la vie commune de ces deux animaux, le félin et l’humain, au jour le jour.

Pas d’effets spéciaux, pas de grands décors, mais des dessins tout en tendresse, tout en simplicité, tout en humour. Et la sauce prend, comme on dit, pour faire de cet album un vrai régal ! Un régal surtout, c’est vrai, pour ceux qui ont ou qui ont eu un chat. Le talent d’observation de Jean-Luc Deglin est sans faille, son dessin est limpide, son « montage » d’une souplesse exemplaire. Et son sens de l’humour est plus que réjouissant, croyez-moi !

 

Crapule©Dupuis

 

En quelque 128 pages, c’est à une histoire d’amour qu’on assiste… Une histoire dans laquelle deux êtres différents se regardent, se jaugent, se respectent, et finissent par s’apprivoiser l’un l’autre avec délice !

Une histoire faite de petits riens, comme l’est la vie, comme l’est le bonheur… Et qui, finalement, plaira à tout le monde, même à ceux qui n’ont pas de vraies affinités pour nos cousins les chats !…

 

 

Jacques Schraûwen

Crapule (auteur : Jean-Luc Deglin – éditeur : Dupuis)

Les Cœurs Simples

Les Cœurs Simples

Sous-titré  » les génies de la littérature illustrés par les plus grands artistes de la bande dessinée francophone « , ce livre est une anthologie de textes consacrés à ce qu’on peut appeler des simplets, des autistes, des handicapés mentaux… Un livre dont les bénéfices iront à un fonds de dotation,  » La Bonne Aventure « .

 

 

Albert Algoud est un tintinophile averti, selon l’expression consacrée, et son dictionnaire amoureux de Tintin a fait l’objet d’une chronique précédemment.

Cela dit, avec  » Les Cœurs Simples « , c’est dans un tout autre domaine qu’il s’aventure, mais avec toujours le même talent, la même attention à la fois acérée et pétillante.

Touché de près par la réalité de la différence, celle de l’autisme, Albert Algoud souhaite pouvoir aider à la création d’une maison ouverte aux adultes autistes, ces humains différents qui, de par leur âge, se retrouvent encore plus  » à côté  » de l’existence. L’anormalité naît sans doute d’abord et avant tout dans le regard qu’on porte sur ces gens qu’on appelait  » simplets « ,  » ahuris congénitaux « ,  » handicapés « . Et ce livre, qui est une anthologie chronologique de textes s’intéressant à ces déphasés sociaux, à ces  » retardés « , est aussi un moyen d’alimenter un  » fonds de dotation « , de par les bénéfices qu’engendrera cette édition.

Parce que, dans l’univers de la santé, que ce soit en Belgique ou en France, l’âge est et reste une prison dans laquelle sont enfermés des milliers d’individus auxquels on refuse le simple droit à exister par eux-mêmes…

Albert Algoud: Les adultes autistes

 

C’est donc une anthologie qui nous est proposée. Un ensemble de textes écrits par quelques grands noms de la littérature mondiale. Des textes qui nous emmènent de la fin du dix-huitième siècle jusqu’aux années 2010… Pour Albert Algoud, il s’est agi, non pas de répertorier toutes les manières littéraires qui ont existé dans l’approche du handicap mental, mais bien plus de choisir, selon ses propres affinités, des écrivains représentatifs de leur époque, représentatifs, au travers de leurs mots, de ce que cette époque avait comme considération (ou non-considération) par rapport aux  » demeurés mentaux « …

La deuxième volonté qui a été celle d’Albert Algoud, au-delà de l’évidente qualité des auteurs choisis, a été d’éviter, absolument, tout pathos, toute facilité, toute pitié. De la compassion, oui, mais pas de la pitié, jamais !

Il en résulte un panorama de sensations et d’impressions bien plus que de jugements, et c’est ce qui fait la force de cette anthologie. Parce que, finalement, c’est cela que fait Algoud dans ce livre : brosser, avec des mots qui ne sont pas les siens, un paysage, celui de la manière dont le monde qui est le nôtre a vu, a regardé l’univers des êtres « différents », et ce d’époque en époque.

Et c’est le mot qui se détache du silence, tout au long de ce livre… C’est la mort, aussi, qui naît, trop souvent, du silence oppressant et de l’absence imposée…

Albert Algoud: le choix des textes
Albert Algoud: la compassion

 

N’allez pas croire, cependant, que ce livre est pesant… Moraliste… analytique… Les textes choisis par Albert Algoud sont, tout au contraire, à la fois représentatifs de l’époque littéraire pendant laquelle ils ont été écrits, et à la fois, surtout, représentatifs d’écrivains au talent incontestable, un talent populaire sans jamais être populiste. De Balzac à Céline, de Hugo à Simenon, de Maupassant à Fallet, c’est une fresque d’écriture à l’incontestable qualité et à la véritable fluidité que nous sommes invités, lecteurs, à découvrir…

En outre, Albert Algoud a fait appel à des amis dessinateurs qui, oubliant le neuvième art, se sont faits illustrateurs. Et là aussi, ce sont de belles surprises graphiques qui nous sont offertes.

Comment ne pas souligner, par exemple, le dessin de Geluck, ou celui de Zep, en couverture… Ceux de Schuiten, de Bilal, de Cestac, de Satouf… De tant d’autres…

Impossible de citer tous ceux qui ont voulu participer à ce livre, à ce projet caritatif et humain!

Ils ont réussi, toutes et tous, à montrer la laideur, et à le faire sans faux-fuyant mais avec une évidente tendresse.

C’est un livre intelligent, que ce  » Cœurs Simples « . Intelligent et important… Un livre que les amateurs de littérature comme les amoureux du neuvième art ne pourront qu’aimer. Il se feuillette, il se lit et, qui sait, il peut, de page en page, changer notre propre vision de la différence…

 

Jacques Schraûwen

Les Cœurs Simples (Une anthologie réalisée par Albert Algoud, les génies de la littérature illustrés par les plus grands artistes de la bande dessinée francophone – éditeur : Casterman)

Calypso

Calypso

Un livre sur l’amour, sur le temps qui passe, sur les rapports entre l’homme et ses semblables, sur la nature et ses beautés… Du tout grand Cosey !….

 

Cosey, c’est bien entendu  » Jonathan « , une série qui met en scène, dans des décors enneigés, un jeune homme à la poursuite de lui-même et en continuelle recherche de bonheur et de partage.

Le Tibet est omniprésent dans cette série, tout comme l’intérêt porté à la nature, mais aussi à la culture, une culture qui ne peut qu’être conjuguée au temps présent de la différence !

Jonathan, c’était une bande dessinée étonnante, inattendue, dans les pages du journal de Tintin, aux côtés du mentor de Cosey, un autre Suisse, Derib.

Mais Cosey, ce n’est pas uniquement Jonathan, même si ce héros est emblématique d’une époque où le neuvième art, enfin, s’intéressait de près à l’aventure, une aventure d’abord et essentiellement humaine, donc attachée à des réalités politico-sociologiques.

Cosey, c’est aussi l’excellent  » A la recherche de Peter Pan « …

Et Cosey, c’est aujourd’hui ce  » Calypso  » qui quitte l’Himalaya pour se plonger dans les montagnes suisses, certes, mais aussi dans des paysages infiniment plus urbains où on ne l’attendait pas ! Et ce dessinateur qui participe à la grande histoire de la BD se révèle, dans cet album, d’une jeunesse exemplaire, et d’une humilité dans le propos comme dans le dessin.

Cosey: le scénario

 

 

L’histoire est linéaire, et les flash-backs qui l’émaillent n’enlèvent rien à la fluidité de la narration. Une fluidité qui, bien entendu, naît du découpage et du graphisme extrêmement particulier de cet album, mais aussi du mélange des thèmes, et de l’ambiance que Cosey, littérairement, comme un dialoguiste de cinéma, impose à ces différents chemins de vie qu’il nous raconte… Qu’il nous décrit…

Et même si, dans ce livre, il nous montre des mondes dans lesquels le quotidien n’est pas spécialement souriant. L’univers du cinéma n’est pas fait de paillettes (et on le redécouvre aujourd’hui, de plus en plus, avec des gens comme Weinstein ou Polanski), celui des ouvriers mineurs non plus! Cosey s’est amusé, dans cet album, à mélanger ces mondes, à y ajouter le feutré d’une clinique de luxe, à imposer à tout cela la présence sublime et frissonnante de la nature, seule maîtresse à vivre d’éternité. Il aurait pu, c’est vrai, faire de son histoire le prétexte à une critique sociale, mais il n’en est rien. Cosey reste Cosey, il est un regard qui se fait dessin pour nous parler de ce qu’il aime : l’être humain, avec ses folies, ses dérives, ses rêves en errance, ses âges et ses nostalgies. Dans Calypso comme dans Jonathan ou Peter Pan, Cosey nous fait rencontrer, avec une espèce de tendresse souriante, des êtres humains, profondément humains, et véritablement attachants de par leurs nécessités et leurs réalités qui nous sont comme des miroirs.

Cosey: la fiction et l’humain
Cosey: la nature et les rapports humains

 

 

On aimait chez Cosey ses paysages de neiges aux éternités graphiquement parfaites.

On le découvre ici abandonnant la couleur, abandonnant aussi le travail tout en précision du trait, pour nous offrir un livre qui se différencie totalement de tout ce qu’il a fait jusqu’ici.

C’est du noir et blanc, rien que du noir et blanc, qu’il utilise dans  » Calypso « … Un peu comme une nécessité puisque, finalement, le cinéma qui sert de trame amoureuse et humaine à son récit, est un cinéma dans lequel les couleurs n’apportent pas grand-chose, le cinéma des auteurs inoubliables des années 50…

C’est du noir et blanc, oui, presque grossier à certains moments, et le fait de pouvoir voir les traits de pinceau sur le papier (un papier au demeurant choisi avec soin, et dont le contact avec les doigts est un délice qui ajoute au plaisir de la lecture !…), le fait de ne découvrir au long des pages aucun tape-à-l’œil, aucune mise en scène trop réfléchie, tout cela fait du dessin de Cosey, dans ce  » Calypso  » un dessin qui préfère évoquer plutôt qu’imposer et qui, à aucun moment, ne prend le pouvoir sur l‘histoire racontée.

A ce titre, incontestablement, Cosey s’installe avec « Calypso  » dans une famille d’artistes dans laquelle brille, par exemple, Munoz…

Cosey: le dessin
Cosey: évoquer plus que montrer…

Il y a mille et une manières de lire un livre. Mais je pense qu’avec  » Calypso « , il n’y en a qu’une qui soit possible : se laisser entraîner, de page en page, au travers d’un découpage sans fioritures, et, sereinement, suivre les existences que Cosey désire nous faire connaître.

A ce titre,  » Calypso  » est un album profondément poétique, et qui, nous parlant de la vieillesse, du temps qui tant nous lasse, réussit à nous prouver, tout en sérénité (même lorsque la mort est présente…), qu’en vieillissant, comme le disait Aragon,  » il fait beau comme jamais… il fait beau à ne pas croire…  » !

 

Jacques Schraûwen

Calypso (auteur : Cosey – éditeur : Futuropolis)

Corto Maltese : Equatoria

Corto Maltese : Equatoria

Un album et une exposition à Bruxelles à la Galerie Champaka

Deuxième volume d’une reprise qui se révèle, ici, totalement aboutie !… Pellejero et Canales sont habités par le héros de Pratt, sans pour autant renier leurs talents propres. Cet Equatoria est superbement réussi ! Et, dans cette chronique, vous allez pouvoir écouter son scénariste…

Tout commence, dans cet album, par quatre petits mots qui ont l’art de nous replonger en enfance et, en même temps, dans l’univers onirique de Corto Maltese, de Hugo Pratt :  » Il était une fois…  » !

On se retrouve dans la  » Fable de Venise « , presque. On se retrouve surtout dans un monde où la littérature occupe une place prépondérante, puisque ce  » Il était une fois  » nous parle de Lord Byron à Venise, de ses folies, de son romantisme échevelé proche, finalement, de celui de Corto Maltese.

 » L’écrit  » a toujours occupé une place importante dans l’œuvre de Pratt, à la fois pour rythmer les récits et pour leur apporter un souffle qui dépasse les simples apparences de l’aventure. Et Canales, dans cet  » Equatoria « , s’en donne à cœur joie, nous parlant de Byron, mais aussi de Cavafis, un poète Grec, ou de Henry De Monfreid. Nous offrant, surtout, des extraits de leurs textes, ou des petites tranches de leurs existences.

Le résumé de cet album est à la fois simple et ardu à faire. Il y est question de trois femmes, une journaliste européenne, une métisse à la recherche de la dépouille de son père, et une ancienne esclave africaine. Il y est question de Corto Maltese à la recherche d’un mystérieux objet aux pouvoirs magiques.

En fait, pour la construction de son scénario, de son récit, Canales n’a eu qu’à suivre les pas et les désirs de son personnage central, et de le laisser le guider de Venise à Malte, de Malte à Alexandrie, d’Alexandrie au profond de l’Afrique.

Juan Díaz Canales: scénario et littérature

Dans l’histoire de la bande dessinée, dans la grande aventure du neuvième art, Hugo Pratt et Corto Maltese occupent une place de choix. Redonner vie à un tel personnage tient du pari le plus fou, sans aucun doute. Et dans le premier tome de cette reprise, qui s’appelait  » Sous le soleil de minuit « , Canales et Pellejero avaient déjà presque réussi leur pari. Mais le ton était un peu trop  » verbeux « , sans doute, et le dessin trop proche encore de celui d’Hugo Pratt.

Ici, dans  » Equatoria « , le texte est moins présent, le récit plus aéré donc… Et le dessin de Pellejero réussit un amalgame parfait entre l’hommage, l’influence et la  » personnalité. Pellejero affirme encore plus son sens parfait du noir et du blanc, mais il reste aussi l’immense coloriste qu’il a toujours été. Ses couleurs donnent un souffle plus charnel à l’histoire de Corto Maltese, sans ressembler du tout aux aquarelles de Pratt.

Il y a aussi son sens de l’épure graphique, dans les scènes de bagarre entre autres, tout à fait remarquable, et rappelant un peu une autre des bd de Pratt,  » Les Scorpions du Désert « .

Pellejero choisit souvent, dans ce livre, d’évoquer plus que de montrer. C’est vrai, de manière évidente, dans ses décors, urbains surtout, qui semblent n’être qu’esquissés, et colorés de manière extrêmement discrète. C’est vrai également dans les sentiments de Corto qui ne s’expriment, le plus souvent, que par les regards et les sourires.

Et puis, il y a des petits jeux graphiques, ici et là, comme ces pages 6 et 7 qui, en vis-à-vis, se répondent l’une l’autre comme en miroir…

Et, honnêtement, je ne vois pas quel autre dessinateur aurait pu arriver à une telle perfection narrative et artistique dans une reprise de Corto Maltese qui se refuse à n’être que du copier-coller !

Surtout pour nous offrir cette vue très personnelle d’une Afrique somptueuse, et d’Africaines sculpturales que Pratt lui-même n’aurait pu renier !….

Juan Díaz Canales: le dessin
Juan Díaz Canales: L’Afrique

Cela dit, la réussite d’un album de bande dessinée ne peut naître que d’une véritable rencontre entre une histoire, des personnages, un scénariste et un dessinateur. Et cette rencontre est tangible, dans cet album. On sent, par exemple, au travers des silences, tant dans les textes que dans les dessins, que la complicité entre Pellejero et Canales a dépassé, et de loin, les simples habitudes de la collaboration.

Juan Díaz Canales: La collaboration jusque dans le silence…

On peut, bien entendu, se demander pourquoi faire renaître Corto Maltese. L’imagination est-elle tellement flétrie, de nos jours, que pour être obligé de se ré-enfouir dans l’existence d’un héros disparu depuis bien longtemps ?

Cette mode des reprises correspond souvent, reconnaissons-le, en effet, à une pauvreté littéraire et inventive ! Mais avec Corto, ce n’est vraiment pas le cas.

Pourquoi ?…

Parce que ce personnage, tout en contradictions, même ancré dans une époque précise, celle de l’avant-première guerre mondiale, est un anti-héros toujours d’actualité. Ambigu, cultivé, pragmatique et rêveur, ésotérique et aventurier, intéressé, pirate et chevaleresque, Corto possède une qualité que Canales restitue dans son récit à la perfection, que Pellejero retranscrit graphiquement avec tout autant de perfection : il est celui qui doute dans un monde qui interdit le doute… A ce titre, Corto est un héros que la bande dessinée ne pouvait abandonner, et lui redonner vie, c’est redonner vie à des colères essentielles, à des révoltes humanistes. Corto Maltese était un des personnages les plus importants de la bd, il le redevient, et c’était nécessaire !

Juan Díaz Canales: un héros contradictoire
Juan Díaz Canales: la qualité première de Corto
Avec un scénario multiple mais linéaire, cet album aborde des thèmes nombreux : le colonialisme, l’esclavagisme, le sionisme, le féminisme, la liberté, entre autres. Corto y est acteur et spectateur tout à la fois d’un monde en mutation.

Avec  » Equatoria « , on peut dire: il est une fois un album enchanteur et envoûtant !

Et je ne peux que vous conseiller de le lire, de le faire lire, et d’aller admirer les planches originales de ce livre dans la galerie bruxelloise qui les expose. Vous y comprendrez pourquoi Pellejero est, indubitablement, un des tout grands créateurs du neuvième art contemporain !

 

Jacques Schraûwen

Corto Maltese : Equatoria (dessin : Rubén Pellejero – scénario : Juan Díaz Canales – éditeur- Gallimard)

 

Une exposition jusqu’au 22 octobre 2017 à la Galerie Champaka

– 27, rue Ernest Allard – 1000 Bruxelles

 » Chacun Son Chat  » : une chronique, une interview de Philippe Geluck

 » Chacun Son Chat  » : une chronique, une interview de Philippe Geluck

Un nouvel album de Philippe Geluck, c’est toujours un plaisir… Celui des mots, de leurs sourires, de leurs impertinences… Et revoici donc Le Chat, dans un format de 48 pages, comme à ses débuts…

Philippe Geluck est, probablement, un des auteurs belges les plus connus à travers le monde, et son personnage fétiche, Le Chat, n’arrête pas de sévir depuis de longues années. La vraie « star », d’ailleurs, c’est cet animal imperturbable qui profère tantôt les pires des énormités, tantôt les réflexions les plus sensées…

Philippe Geluck est un humoriste bien plus qu’un auteur de BD. C’est  dans la lignée de gens comme Chaval, comme Siné qu’il faut le placer. Son humour n’est que rarement gratuit, et son dessin, lui, détourne les codes habituels du sourire bon enfant et de la bd classique, tout en donnant l’air, de manière totalement insidieuse, de se plier à ces fameux codes !…

Ce qui anime d’abord et avant tout Geluck, comme Topor avant lui, ou Gébé, ou Fred, c’est la haine viscérale qu’il éprouve face à l’universelle connerie humaine, cette bêtise élémentaire faite toujours d’inculture et de manque total de curiosité intellectuelle…

Mais tout cela est toujours traité avec une souriante lucidité… Comme le dit Le Chat lui-même : « Etre con au milieu d’un tas de cons encore plus cons ne fait pas paraître moins con », « Nous sommes tous plus cons que nous ne le pensons, et ceci est valable pour les plus cons comme pour les plus malins »…

Mais laissons la parole à Philippe Geluck, tout compte fait… N’est-ce pas lui qui devrait le mieux connaître ce personnage qu’il a créé et qui semble, d’album en album, prendre de plus en plus d’indépendance…

Philippe Geluck

 

 » Chacun Son Chat « , c’est un ensemble de strips, de dessins isolés, de dessins détournés… C’est de l’humour qui varie ses cibles et n’épargne personne… C’est de l’excellent Geluck, que j’ai aimé rencontrer et écouter parler…

 

Une chronique et une interview de Jacques Schraûwen

Chacun Son Chat (auteur : Philippe Geluck – éditeur : Casterman)

Couleurs

Couleurs

Il est de ces livres qu’on regarde autant qu’on lit…  » Couleurs  » en fait partie, de par la magie envoûtante qui semble jaillir de chaque page découverte, redécouverte…

 

 

Comment résumer l’histoire que nous raconte cet ouvrage inclassable ?

Il est vrai que le récit est d’une totale linéarité : Un homme jeune, ayant perdu toute mémoire mais frémissant de migraines atroces, se voit recueilli et accueilli par un homme âgé qui lui propose, le temps d’une possible guérison, de travailler pour lui, de s’occuper de son jardin.

Et tout le livre nous montre ce jeune homme, presque adolescent encore, aux prises avec un réel qu’il ne réussit ni à assimiler ni à refuser…

Ce schéma pourrait être celui de bien des thrillers, voire de quelques bons livres d’horreur. Mais il n’en est rien, et Sylvain Escallon, l’auteur à part entière de ces  » couleurs « , choisit, sans cesse, les chemins peu praticables du symbolisme, du non-dit, du non-récit, même. Et c’est à ce titre-là que cet album ne ressemble à aucun autre et se pare d’une véritable beauté graphique qui se fait, sans doute, l’élément moteur du récit.

 

 

Le titre, déjà, est trompeur, puisque l’essentiel de ce livre est dessiné en noir et blanc, avec un sens du contraste visuel que ne dédaigneraient pas quelques grands noms en la matière, de Comès à Wrightson ou Corben. Et il est vrai que le style graphique d’Escallon révèle une influence américaine évidente. Mais pas seulement… Il y a aussi, dans la façon qu’il a de s’attarder sur certains personnages une influence de la bd japonaise. Quant au fond de l’histoire, il jaillit, lui, d’une mythologie quotidienne typiquement européenne, française ou belge. Il y a plus du Béalu que du King dans l’ambiance qui nimbe chaque page de ce livre.

Je parlais de noir et blanc… Mais il y  aussi, de ci de là, comme en éclairs soudains et inattendus, des trouées de couleurs qui deviennent des lueurs nées du personnage central lui-même, et qui font, elles aussi, de cet album un objet littéraire et pictural étonnant, mais d’une belle unité, finalement, et envoûtant de bout en bout.

 

 

Cela dit, on peut se demander quel est le propos de l’auteur… Parce qu’il ne se contente pas de nous raconter l’histoire d’un amnésique à la recherche de lui-même et manipulé par des êtres qui, sous l’apparence de l’amitié, ont des buts qui ne peuvent qu’être inavouables. Il peuple sa narration de symboles nombreux : la nature, omniprésente, jusque dans les maisons dessinées… L’animalité travailleuse et sourde des fourmis qui se baladent de page en page en troupeaux sans âme… L’opposition entre la clarté et l’obscurité… Les apparences qui se distendent pour nous faire découvrir des réalités sans cesse cachées, sans cesse mouvantes. Et puis, il y a, en définitive, le thème central de ce livre, le pivot autour duquel toute la narration se construit et évolue : la création artistique !

 

 

Et c’est là que ce livre devient, réellement, un ouvrage qui mêle réflexion et inquiétude, qui construit et déconstruit des ponts entre ce que nous connaissons, ce que nous reconnaissons, ce que nous cherchons sans cesse à deviner…

C’est en chapitres que ce livre se construit. Et le premier chapitre, mettant en évidence une paire de lunettes, répond au tout dernier chapitre (avec le même numéro pour les deux : 1 !), qui met en exergue, lui, une paire de lunettes aux verres brisés.

Ce face à face entre la fin de l’histoire (qui n’est qu’un début, tout compte fait…) et son initiale pourrait probablement être une métaphore poétique de l’art, certes, qui n’arrête pas de faire des allers-retours entre hier et aujourd’hui, entre l’imaginaire et la réalité, entre le réalisme et l’invention… De l’art, mais aussi de l’existence… Une existence qui n’est peut-être qu’une suite de mouvements concentriques, une existence qui ne peut se révéler à elle-même qu’à partir d’une catastrophe, dont on parle dans ce livre, sans jamais la montrer ni l’expliquer.

Ce livre, de par son dessin, est somptueux. Il est aussi, bien plus qu’un roman graphique, un long poème dessiné sans rimes ni raison… Il y a du Michel De Ghelderode dans  » Couleurs « , avec son symbolisme, son  » fantastique « , son observation des petites gens et de leurs minuscules mesquineries…

 » Couleurs « , vous l’aurez compris, ne ressemble vraiment pas aux productions habituelles du neuvième art. C’est un livre de création pure, formellement superbe… Un livre qui prouve que, dans les paysages de la BD, bien des arcs-en-ciel restent encore à découvrir !…

 

Jacques Schraûwen

Couleurs (auteur : Sylvain Escallon – éditeur : Sarbacane)

Comme une Odeur de Diable

Comme une Odeur de Diable

Claude Seignolle, cette année, a fêté ses cent ans… Cet écrivain sulfureux, créant de ses mots les arcanes d’un fantastique extrêmement personnel, cet auteur-conteur méritait un album comme celui-ci : un hommage à l’américaine à un artiste résolument français !

 

Je vais vous parler d’un temps dont beaucoup diront, l’air pincé et sûrs d’eux :  » je n’étais pas né…  » !

Je vais vous parler d’un temps où la littérature fantastique prenait un essor populaire grâce à un éditeur passionné, Marabout.

Je vous parle d’un temps où j’apprenais que les livres étudiés à l’école n’étaient pas les seuls chemins vers le plaisir de lire…

Je vous parle d’un temps où je me suis créé, adolescent ébloui, un panthéon dans lequel quatre auteurs trônaient pour leurs audaces, leurs imaginations plurielles, leur qualité narrative et littéraire : il y avait Jean Ray… Et puis l’extraordinaire Gérard Prévot, extraordinairement oublié… Il y avait Marcel Béalu, plus proche du merveilleux que du fantastique… Et puis, il y avait Claude Seignolle, dont je n’oublierai jamais la dédicace qu’il m’a un jour faite, à la foire du Livre de Bruxelles, une dédicace dans laquelle il me disait que son inspiration, il la recueillait à la profondeur des folies et des possibles humains…

 

Claude Seignolle est un être double. D’une part, il a une manière très littéraire d’user des mots et de leurs rythmes, une manière presque désuète parfois, poétique toujours, dans la veine d’un Lautréamont.  D’autre part, il se révèle un narrateur très visuel. En lisant ses romans et ses nouvelles, ce sont des images qui sautent aux yeux de ses lecteurs. Des images nées, certes, de l’imagination de Seignolle, mais aussi de celle de ceux qui se plongent dans ses récits. D’où la difficulté pour un dessinateur, un auteur de bd, de parvenir à faire une osmose de ces créations visuelles et secrètes jaillies des pages écrites par Seignolle.

Eh bien, Lefeuvre, dans cet album, réussit la gageure d’arriver à rendre palpables les histoires racontées par Seignolle, à se les approprier en nous les offrant en partage.

 

Ce livre est construit comme l’étaient les fameuses revues Eerie et Creepy, dans les années 70. C’est de l’horreur, traitée à la  » comics « , avec à chaque nouvelle, une première page de présentation, dans laquelle Claude Seignolle est le personnage central.

Le dessin, lui, est également influencé par la bd américaine. Par Bernie Whrigtson, entre autres…. Mais aussi par des artistes comme les Italiens Toppi ou Battaglia.

Lefeuvre se révèle ici un véritable orfèvre dans le travail du noir et blanc, de la lumière, des ombres révélatrices de mondes et de monstres prêts à jaillir des ténèbres…

Mais n’allez pas croire, cependant, que Laurent Lefeuvre se contente de construire son livre à partir de ces seules influences évidentes. Non, il est et reste, dans son travail, dans l’approche qu’il a des décors et des personnages, véritablement et profondément ancré dans la culture européenne, dans la réalité des légendes et des croyances, des peurs et des angoisses françaises. La Sologne, chère à Seignolle, est omniprésente, on retrouve aussi des ambiances, en paysages estompés, de la Bretagne, chère, elle, au cœur et à l’âme tourmentée de Pierre Dubois, auteur d’un avant-propos à la verve chantante.

 

 

Je sais que les éditions Mosquito ne sont pas toujours extrêmement bien distribuées.

Je vois là, au-delà du plaisir en partie nostalgique que j’ai ressenti en découvrant et en ouvrant ce livre aux diaboliques sourires, une raison de plus de parler ici de cet excellent album. Lefeuvre est un artiste époustouflant, qui rend hommage sans jamais le trahir à un Seignolle qu’il serait temps de remettre en pleine lumière. N’hésitez donc pas à vous rendre chez votre libraire, séance tenante, et à lui commander cette adaptation sulfureuse et enchanteresse de quelques contes fantastiques aux frissons bien agréables à partager !…

 

Jacques Schraûwen

Comme une Odeur de Diable (contes de Claude Seignolle adaptés par Laurent Lefeuvre – éditeur : Mosquito)