Il fallait que je vous le dise.

Il fallait que je vous le dise.

La bd parle d’IVG – Un livre important!

Une jeune auteure parle de sa propre ivg. Il en résulte un livre puissant, intelligent, qui arrive à son heure dans une société qui remet bien des libertés en doute!


Il fallait que je vous le dise © Casterman

Au centre de ce livre, il y a un personnage, totalement axial. Aude Mermilliod elle-même, Aude Mermilliod qui se souvient de son avortement, il y a une dizaine d’années, Aude Mermilliod qui nous raconte cet « événement » qui dépasse, et de loin, la simple souvenance anecdotique. Même si, de nos jours, le recours à l’avortement n’est plus légalement répréhensible, dans nos pays du moins, le fait de s’y résoudre, pour une femme, reste et restera toujours une difficulté autant physique qu’intellectuelle. Il fallait qu’elle nous le dise, nous explique Aude Mermilliod. Il fallait que, avec à la fois de l’impudeur et une absence totale de voyeurisme, elle se raconte. Elle se confie. Avec, comme raison, un besoin, sans doute, de partage et de témoignage.

Aude Mermilliod: le pourquoi

Il fallait que je vous le dise © Casterman

Un deuxième personnage fait partie intégrante de ce livre, de ce récit, un personnage tout aussi réel, d’ailleurs, que Aude Mermilliod : Martin Winckler. Ce médecin généraliste, qui s’est voulu praticien de l’ivg, est aussi un écrivain dont les livres ont eu un succès mérité : Le chœur des femmes, La maladie de Sachs, aussi. Et cet album de bd se construit, avec une efficacité tranquille, autour de deux récits. Celui d’Aude Mermilliod, qui nous parle de l’amitié, de la famille, de l’ambiguïté de ses propres réactions, à l’époque de son avortement. Celui de Martin Winckler, aussi, qui nous raconte, avec un aspect parfois didactique mais toujours profondément humain, son parcours dans le monde médical, les raisons qui l’ont poussé à dépasser l’acte presque chirurgical pour faire preuve de compassion totale vis-à-vis de ses patientes, sans jugement, jamais.

Ces deux récits, finalement, nous offrent deux regards sur une même réalité. Deux regards aux sentiments et aux sensations tangibles de page en page, grâce à un dessin qui, en usant de quelques codes de la bd, réussit à dédramatiser souvent le propos. Grâce à une construction graphique qui choisit la voie de la simplicité, tant au niveau des décors que des couleurs. Pour que le propos, justement, ne perde rien de sa puissance.


Il fallait que je vous le dise © Casterman

Aude Mermilliod: deux regards

Aude Mermilliod: le dessin

Aude Mermilliod: décor, couleur et construction

Nous avons, toutes et tous, une notion qui nous est personnelle, uniquement personnelle d’ailleurs, de la douleur. Une notion qui nous vient d’abord de notre expérience, et qui nous dit que personne ne souffre de la même manière.

La douleur est bien entendu présente dans ce livre. Et la force graphique d’Aude Mermilliod, c’est de parvenir à nous la montrer, cette douleur. Une souffrance qui vient des gestes imposés, certes, mais aussi des bruits, des silences, des incompréhensions.

Toute douleur est indéfinissable, mais celle que nous dit et nous montre Aude Mermilliod trouvera des échos chez tout le monde.


Il fallait que je vous le dise © Casterman

Aude Mermilliod: la douleur

Ce livre hors normes aborde, au-delà de l’avortement, bien d’autres thèmes : la famille, d’abord, et ses compassions, et ses présences nombreuses et discrètes. L’amitié, ensuite, et la chance qu’elle offre de pouvoir se confier, tout simplement de partager ses doutes, ses peurs, ses attentes. Attendre un enfant, ce n’est pas forcément un signe de bonheur, même quand une forme d’amour préside à cette réalité. Comme le disent quelques rimes de l’immense Anne Sylvestre, en préambule à ce livre : «depuis si longtemps je t’aime, mais je te veux sans problème, aujourd’hui je te refuse, qui sont-ils ceux qui m’accusent » !

Dans ce livre, Aude Mermilliod se confie à nous, oui, de manière très intime, très impudique, et essentiellement humaine. Donc humaniste !


Il fallait que je vous le dise © Casterman

Aude Mermilliod: se confier

Ce livre ne cherche pas, selon les propres mots d’Aude Mermilliod, à résoudre l’insoluble ! Il ne se veut pas non plus exemplatif. Il est vrai qu’entre l’avortement qu’elle a vécu il y a une dizaine d’années et ceux qui furent vécus par tant de femmes bien avant que l’ivg soit légalisée, il n’y a que peu de rapport. La peur, elle qui augmente toujours la douleur, était infiniment plus présente en ces temps tellement proches encore. Rappelons-nous qu’en Belgique l’avortement n’est un droit que depuis 1991 !

Et c’est par cette différence que ce livre est important, essentiel même. Il nous impose de ne pas oublier que toute liberté vient d’un combat, qu’il y a de nos jours énormément de lieux où la liberté de la femme, celle de son corps comme celle de ses quotidiens, est reniée, détruite au jour le jour. Ce livre nous parle d’aujourd’hui, mais aussi d’hier, et de demain.

C’est un livre à travers lequel bien des lectrices et bien des lecteurs vont se reconnaître. Ce n’est en effet pas un livre CONTRE, mais un livre POUR ! Un livre intergénérationnel qu’il faut lire et faire lire…


Il fallait que je vous le dise © Casterman

Aude Mermilliod: l’avortement aujourd’hui

Aude Mermilliod: un thème qui doit être intergénérationnel

Il y a de ces livres dans lesquels vous vous plongez en sachant, très vite, que vous n’en sortirez pas indemnes. Cela arrive très rarement en bande dessinée, il faut le reconnaître ! Mais Aude Mermilliod, dans ce livre-ci, m’a agrippé dès la première page, dès les mots d’Anne Sylvestre. Et je suis resté accroché de bout en bout par son talent, par sa présence, par son intelligence, par l’universalité de sa propre expérience racontée avec la simplicité de l’amitié…

Jacques Schraûwen

Il fallait que je vous le dise (auteure : Aude Mermilliod – éditeur : Casterman)


Il fallait que je vous le dise © Casterman
L’Incroyable Histoire Du Vin

L’Incroyable Histoire Du Vin

Un voyage tout en plaisir à travers les mille paysages et les mille époques du vin… De la préhistoire à nos jours, l’Histoire du vin est une extraordinaire aventure… Humaine, religieuse… Et, surtout, une plongée profonde dans les délices du plaisir et du partage… Avec modération, bien évidemment (paraît-il…) !


L’incroyable histoire du vin © Les arènes bd

Depuis quelques années, le vin est devenu un thème souvent utilisé dans le monde de l’édition. Les romans qui parlent de ce breuvage, qui en usent comme moteur narratif ou comme simple décor, ne manquent pas. Ils n’ont jamais manqué, d’ailleurs, il faut le reconnaître ! Par contre, dans le monde de la bande dessinée, ce n’était pas le cas, le vin n’était présent que par hasard, et le plus souvent pour le  » gag « .

Mais les choses ont bien changé ! Et il serait presque fastidieux, aujourd’hui, de citer toutes les séries bd qui ont fait du vin l’élément moteur et principal de leurs intrigues.

On peut épingler quelques titres, malgré tout…  » Les Ignorants « , d’Etienne Davodeau, chez Futuropolis.  » Châteaux Bordeaux « ,  » Bodegas  » et  » In Vino Veritas  » chez Glénat, avec souvent Corbeyran aux commandes scénaristiques, ou encore quelques livres d’humour chez Bamboo.

Et sans doute était-il temps que quelqu’un dépasse le seul aspect anecdotique (tout en étant didactique…) du vin, pour nous dresser véritablement le portrait de cette boisson aimée des dieux avant d’être adorée par les hommes.

C’est chose faite, avec ce livre de quelque 120 pages, dans lequel Benoist Simmat et Daniel Casanave nous emmènent dans les méandres de l’Histoire de l’humanité, une Histoire qui se mêle intimement à celle du vin… Et le guide qui nous est proposé dans cet album allait de soi, puisqu’il s’agit de Bacchus !

Benoist Simmat: La BD

Benoist Simmat: Bacchus

L’incroyable histoire du vin © Les arènes bd

C’est avec les toutes premières civilisations qu’est né le vin. C’est avec les premières conquêtes (militaires ou marchandes…) qu’il s’est propagé à travers le monde.

Et Bacchus, demi-dieu, donc profondément humain, nous guide, de page en page, dans un périple qui, de siècle en siècle, de millénaire en millénaire, finit par couvrir la totalité du globe terrestre.

Alors que la bière est restée pendant très longtemps réservée à la classe populaire, le vin, quant à lui, mystérieux dans sa création, a jusqu’il y a peu (quelques siècles à peine) été destiné aux classes dominantes, et, mieux encore, aux membres du pouvoir religieux.

Cette prise de possession de la religion sur le vin s’explique, comme nous le dit Bacchus et nous le prouve l’histoire de tous les peuples de la terre, par l’ivresse qu’il provoque, une ivresse totalement étrangère à celle que peut provoquer la bière, une ivresse qui est restée inexplicable avant que la science s’y intéresse de près…

Et en l’absence de science, cette ivresse fut considérée comme le meilleur chemin à suivre pour parler et dialoguer avec les dieux, pour en devenir le messager sur terre.

Le vin est par exemple très présent aussi dans la religion musulmane, malgré l’interdit qui le frappe aujourd’hui, comme nous le montre et nous l’explique ce livre !


Benoist Simmat: Ivresse et religion

L’incroyable histoire du vin © Les arènes bd

Le vin est donc le signe de la lumière divine… Une lumière dont il doit se cacher, en même temps, pour ne pas se dégrader…

Ainsi, ce breuvage a été de tout temps et reste aujourd’hui empreint de bien des symbolismes! 

Et même la science, avec Pasteur entre autres, avec, aujourd’hui, les vins naturels, avec, de nos jours, la possibilité pour tout un chacun de faire du vin en connaissant les arcanes de sa fabrication et en ne laissant pas faire le seul hasard, même la science, oui, et ses inventions qui ont permis au vin de devenir  » courant « , laisse la première place au plaisir. Et ce plaisir à savourer un bon verre de vin, un Savigny-les-Beaune, un coteaux du Layon déniché chez un petit producteur, un Rioja ou un Barolo, semble même s’amplifier du fait de toutes ces avancées techniques, scientifiques, technologiques, qui permettent à la qualité du vin de s’épanouir de mieux en mieux… Il ne faut pas oublier, non plus, que le vin fut considéré dans plusieurs civilisations et plusieurs époques comme un moyen de médecine, également !…


Benoist Simmat: inventions et plaisir

L’incroyable histoire du vin © Les arènes bd

Cela dit, même si ce livre est passionnant de bout en bout, fouillé, même si, didactiquement, il permet à tout le monde de découvrir des réalités dont on ne se rendait pas compte (la différence entre les vins mutés et les vins liquoreux, par exemple…), l’essence même de son contenu est de rappeler à tous les lecteurs que le vin est d’abord et avant tout un plaisir de partage ! Loin de Noé, et de la première ivresse de la Bible, le vin appelle la conversation. Boire seul n’a que peu d’intérêt, la solitude n’amenant, en tout état de cause, que très peu de bonheur à l’âme comme à la chair.

Et c’est bien là la leçon et la morale de ce livre : le vin est un plaisir, depuis l’aube des temps ou presque, et tout plaisir ne peut s’épanouir que dans l’échange et le partage !


Benoist Simmat: plaisir du partage

L’incroyable histoire du vin © Les arènes bd

Jacques Schraûwen

L’Incroyable Histoire Du Vin (dessin : Daniel Casanave – scénario : Benoist Simmat – éditeur : Les Arènes BD)