Irena : deux albums parus, une chronique, une interview

Irena : deux albums parus, une chronique, une interview

Une seule expression peut convenir à cette série dont deux albums sont déjà sortis : à ne rater sous aucun prétexte !

 

Nous sommes en Pologne, en 1940. Un pays occupé par l’envahisseur allemand. A Varsovie, les Juifs ne sont pas encore enfermés dans des camps de concentration mais parqués dans un quartier de la ville, un ghetto de pierres, de silence et d’horreur entouré de murs.

A chaque entrée de cette cité dans la ville, des soldats allemands, certains l’étant par obligation, d’autres par conviction nazie assumée.

Comme pour se voiler les yeux, les autorités permettent à quelques personnes d’entrer dans ce ghetto pour y apporter, officiellement, un peu d’aide sociale, donc humanitaire.

Et c’est parmi ces personnes que se trouve Irena, une petite bonne femme toute simple, sans d’autre ambition que de ne pas trahir sa part d’humanité. Et cette femme va devenir, les circonstances l’y obligeant, une activiste de la résistance. Mais une résistance sans armes, une résistance consistant à tout faire pour que s’échappent de l’enfer quelques enfants déjà presque condamnés à l’oubli, l’absence et l’anonymat.

La guerre et ses horreurs, voilà un sujet qui a été maintes fois décrit et raconté dans l’univers de la bande dessinée, avec parfois des réussites exceptionnelles, souvent aussi, reconnaissons-le, des manichéismes sans intérêt. Mais je pense qu’aucune série ne s’est jamais attachée exclusivement à ce ghetto de Varsovie. Et ici, Séverine Tréfouël et Jean-David Morvan nous plongent dans une aventure humaine inspirée par la seule réalité, et ils nous livrent un récit fait de quotidien, construit, intelligemment, à la seule hauteur de l’émotion !

 

Jean-David Morvan: le scénario

 

 

Lorsqu’en guise de  » pub  » pour un album on indique :  » une histoire vraie « , j’avoue que cela ne m’attire le plus souvent que très moyennement. Mais ici, cependant, il en a été immédiatement tout autrement : en feuilletant le premier tome, intitulé  » Le ghetto « , j’ai été tout de suite séduit par une construction à la fois classique, à la fois originale dans le trait comme dans la couleur, j’ai été séduit par un dessin sans ostentation. Et ensuite, en lisant l’album, il m’a été impossible d’arrêter ma lecture. Pourtant, il ne s’agit nullement de grandes aventures épiques, de scènes grandioses dans leur récit comme dans leur traitement graphique, il n’y a non plus aucun suspense qui pourrait tenir en haleine le lecteur !

Non, tout est raconté, dans cette série, avec humilité. Irena n’est pas une héroïne parfaite et sûre d’elle, elle ne l’est devenue que par humanisme, d’abord, par le hasard des circonstances ensuite, et par une personnalité qui s’est toujours refusée à se plier à des lois inacceptables.

L’héroïsme dont elle fait preuve est un héroïsme quotidien, ce n’est pas un courage d’actes inoubliables, mais une résistance au jour le jour vécue dans le secret d’une action partagée avec des tas de personnages aussi soucieux qu’Irena de ne pas participer à l’horreur collective !

 

Jean-David Morvan: héroïsme quotidien

 

Jean-David Morvan: résistance

 

 

Le scénario, vous l’aurez compris, suit les pas d’Irena, mais de façon quelque peu éclatée. Aucune linéarité chronologique dans ces deux albums, un peu comme si les auteurs avaient voulu, en réveillant une mémoire oubliée, la restituer dans son déroulement naturel. On ne se souvient pas du trajet du temps, on se souvient d’instants, de moments… Et c’est bien la marque de fabrique de cette série.

Et pour que l’indicible puisse être montré, il fallait qu’un dessinateur et un coloriste réussissent à mettre en scène sans aucun effet spécial cette histoire dont l’héroïne n’a rien d’épique.

David Evrard a choisi, pour ce faire, un graphisme tout en simplicité, un dessin très  » littérature jeunesse « , mais il y insufflé une existence tout en puissance. D’abord par la façon qu’il a de construire ses planches, de passer d’un « gaufrier » traditionnel à des doubles pages dans lesquelles se vivent en parallèle différentes petits histoires.

Ensuite, par son trait lui-même, qui paraît hésitant… On n’est pas du tout dans la ligne claire, mais dans des contours quelque peu tremblants, et qui, de ce fait, semblent prendre vie sur le papier, semblent aussi dépasser la seule apparence pour révéler d’autres tremblements, muets, ceux de la conscience, de la peur, de l’émotion.

Parce que c’est de cela qu’il s’agit, dans ces deux livres, avant tout : l’émotion !

Une émotion qui naît aussi de la façon dont est dessinée Irena. Elle a le visage lisse, elle exprime, physiquement, très peu de sensations, d‘expressions, un peu comme si elle était ailleurs. Et la couleur de Walter Pezzali ajoute encore à cette impression de nous trouver, lecteurs, en face de quelqu’un qui hésite à révéler ses intimes réalités pour se consacrer, simplement, à sa volonté de n’être pas une brebis bêlante parmi les moutons d’un Panurge hitlérien.

 

Jean-David Morvan: le dessin

 

Jean-David Morvan: Irena, un personnage un peu « ailleurs »…

 

Irena, c’est un personnage bien plus qu’une héroïne.

C’est un être vivant, qu’on sent vibrer, souffrir, aimer, de page en page.

Ce sujet (une part de l’holocauste…) aurait pu être dur, visuellement comme littérairement. Mais il n’en est rien, de par la volonté des auteurs de nous offrir (oui, c’est bien d’une offrande qu’il s’agit) un récit qui, par ses mots et son dessin, s’adresse à tous les publics !

 

Jean-David Morvan: une série tous publics

 

Je le dis, je le redis : cette série se doit de trouver place chez toutes celles et tous ceux qui aiment la bande dessinée lorsqu’elle ne se contente pas de ronronner dans une habitude tranquille ! Achetez ces deux albums, lisez-les, faites-les lire, offrez-les, placez-les dans votre bibliothèque aux côtés des tout aussi sublimes  » Boule à Zéro  » !

En ces temps qui sont nôtres où renaissent sans cesse les immondes monstres  du passé, ne nous faut-il pas laisser la mémoire nous parler de ce qui ne devrait plus jamais exister ?

 

Jacques Schraûwen

Irena (dessin : David Evrard – scénario : Jean-David Morvan et Séverine Tréfouël – couleurs : Walter Pezzali – éditeur : Glénat)