Le Dernier des Mohicans et Carmen

Le Dernier des Mohicans et Carmen

Deux romans exceptionnels, deux illustrateurs tout aussi extraordinaires… Des cadeaux somptueux à faire, et à se faire !…

 

Carmen (auteur : Prosper Mérimée – illustrateur : Benjamin Lacombe – éditeur : Soleil/Métamorphose)

 

Carmen©Soleil/Métamorphose

 

On ne peut pas dire que Prosper Mérimée, auteur pourtant adulé au dix-neuvième siècle, soit encore beaucoup lu de nos jours… On retient de lui ce fameux titre, Carmen, moins à cause de sa longue nouvelle qu’en raison de l’opéra de Bizet.

Pourtant, cet opéra n’est, finalement, qu’une adaptation très succincte du livre originel. Bizet et son librettiste n’ont retenu, finalement, que le côté « grand spectacle » de l’histoire racontée par Mérimée, son aspect romanesque, voire romantique.

Et il est vrai que, par la trame de ses constructions littéraires, par la façon dont Mérimée amène le lecteur à une conclusion souvent tragique, cet écrivain peut se rattacher à l’école romantique. Mais il s’en écarte résolument par ce qu’on pourrait appeler un manque de style et qui n’est qu’une façon simple de transposer en mots les réalités qu’il a croisées. A ce titre, il se révèle plus réaliste que romanesque.

Dans « Carmen », il s’agit pour lui de nos conter, certes, l’histoire d’une femme fatale, d’un grand bandit amoureux de cette femme, et d’un narrateur qui, tout en racontant ce qu’il vit et a vécu, se veut observateur plus qu’acteur. Là, Mérimée touche presque à la tragédie à la grecque, le chœur étant occupé par tous les personnages secondaires.

On peut dire de Mérimée qu’il était un puriste de la langue, bien plus que Victor Hugo qui, d’ailleurs, ne l’estimait que bien peu ! Puriste, oui, parce qu’il ne s’est jamais emberlificoté dans des grandes tirades, préférant la formule rapide, celle qui, en un éclair, définit un paysage, une sensation, une péripétie…

Le plus beau des hommages qui lui a été fait a sans doute été de l’essentiel Paul Léautaud, qui disait de lui que ses livres ressemblaient à « une causerie », et qu’ils avaient ainsi une « grande chance » d’être des chefs-d’œuvre »…

Cet album-ci, réalisé avec soin, tant dans la présentation que dans le fond, vient donc à son heure pour rappeler que le roman du dix-neuvième siècle n’a rien, finalement, de désuet ou d’obsolète.

Et quand je parle de la forme de ce livre, je parle, bien évidemment, des illustrations de Benjamin Lacombe, un auteur dont la personnalité jaillit autant dans ses dessins en couleur que dans ses dessins en noir et blanc. On peut retrouver chez lui une filiation avec les grands peintres du dix-neuvième siècle qui, comme Mérimée en littérature, étaient capables, en quelques traits, en quelques lumières, de définir totalement un sujet. Je pense à Rops, par exemple…

 

 

Le Dernier des Mohicans (auteur : James Fenimore Cooper – illustrateur : Patrick Prugne – éditeur : Margot)

 

 

 

Le Dernier des Mohicans© Margot

 

Rien que de voir le titre de ce livre me sont remontées en mémoire bien des sensations, bien des nostalgies. Je devais avoir quelque chose comme dix ou onze ans quand j’ai lu ce roman, dans une édition, je m’en souviens parfaitement, à la reliure ressemblant à du cuir rouge…

C’était pour moi l’époque des films de cow-boys, ceux avec Gary Cooper ou James Stewart. Ces films épiques et souvent manichéens avec les bons Américains et les mauvais Indiens !

Et voilà que Fenimore Cooper, en racontant une histoire, elle aussi épique, remettait en quelque sorte en perspective mes certitudes enfantines. Il y avait des Indiens nobles, et d’autres pas, tout comme des hommes blancs dignes et d’autres répugnants…

C’est dire que, écrit au début du dix-neuvième siècle, ce roman dénotait, par un vrai sens de l’humanisme et de la tolérance, avec les productions littéraires de l’époque lorsqu’elles s’intéressaient aux « sauvages » à la peau rouge !

Historique de par sa trame, la guerre entre Français et Anglais à même le territoire du nouveau monde, ce livre est, de par sa forme, un véritable livre d’aventures… On y parle de haine, de tendresse, de courage, de vengeance, de luttes, de rencontres humaines capables de dépasser les simples différences de la langue ou de la race… On y parle de mort, aussi, synonyme de fin d’un peuple, donc d’une culture, donc d’un patrimoine… Autant de thèmes, en définitive, extrêmement actuels !

Et dans cette édition-ci, ces thèmes sont illustrés par un des tout grands noms de la bande dessinée et de l’illustration, Patrick Prugne, un dessinateur amoureux depuis totalement du monde des premiers habitants de l’Amérique et du Canada. Avec un sens du mouvement, avec un plaisir à dessiner des visages, avec un bonheur à éviter de temps à autre la couleur pour nous révéler, en des noirs et blancs presque discrets, toute l’étendue de son talent, Prugne parvient, entièrement, dans ce livre, à nous le rendre lisible, à le dépoussiérer…

 

Ne passez pas à côté de ces deux livres… Loin de toute nostalgie, en fait, ils sont des portes ouvertes sur l’imaginaire, le rêve, et le talent !

 

Jacques Schraûwen