Jacques Martin – Le Voyageur Du Temps : un livre, une exposition… et une chronique qui laisse la parole à Patrick Gaumer !

Jacques Martin aurait eu cent ans cette année. Le moment est donc bien choisi pour une monographie superbe, à offrir, à s’offrir, et pour redécouvrir, dans une exposition passionnante, cet auteur qui appartient à la grande histoire du neuvième art.

Jacques Martin © Casterman

Alix, Lefranc, Jhen, Arno, Orion, Keos, Loïs… Tout au long de sa carrière, Jacques Martin a inventé bien des personnages, la plupart d’entre eux étant inspirés de la grande Histoire, celle qu’on raconte dans les écoles en oubliant souvent que cette Histoire a été faite, d’abord, par des hommes et des femmes que les manuels scolaires ignorent.

C’est là une des qualités de Martin, que d’avoir justement accroché aux habitudes scolaires des personnages de chair et de sang, des humains de tous les jours, avec leurs failles, leurs dérives, leurs croyances, leurs espérances, leurs échecs.

Jacques Martin © Casterman

Jacques Martin historien ?…

A sa manière, oui, sans aucun doute… Ne vit-il pas, d’ailleurs, son personnage essentiel, le Gaulois Alix, traduit en latin, en une époque, pas tellement lointaine, où l’enseignement se souvenait de l’importance de cette langue morte dans l’apprentissage du français…

Mais Jacques Martin fut d’abord et avant tout un artiste qui contribua à faire de la bande dessinée un art à part entière, en la faisant quitter, petit à petit, les seuls horizons de la littérature jeunesse… Bien sûr, la BD de Jacques Martin est classique, dans le langage narratif, dans le graphisme, dans l’évolution des différents protagonistes au fil des albums aussi. Classique, certes, mais n’évitant pas, par petites touches, d’aborder des thématiques qui, de nos jours encore, sont d’actualité : la place de la femme dans les civilisations anciennes, donc en prémices de la nôtre, l’homosexualité, voire le travestisme ou les « transgenres »…

Jacques Martin © Casterman

S’il est vrai qu’on pourrait, aujourd’hui, trouver un peu poussiéreux, voire « datés », les albums d’Alix ou de Lefranc, il faut aussi rendre hommage au besoin qu’a ressenti Martin, très tôt, de faire de la « transmission » un acte créatif… Parmi les auteurs qu’il a « formés », les dessinateurs auxquels il a offert ses scénarios, nombreux sont ceux qui ont, à leur tour, marqué de leur empreinte le neuvième art, contribuant à en faire un art adulte. Je pense à Juillard, par exemple, mais aussi à Pleyers, Simon, Jailloux, Henin, Denoël… A Weinberg, également, à Plateau, à d’autres encore… Des auteurs, qui souvent, n’appartiennent pas seulement à l’héritage de Jacques Martin, mais se sont, aussi, créé une carrière, une œuvre.

Jacques Martin © Casterman

Il était donc temps de rendre un hommage fouillé à un auteur dont les albums, pour la plupart, restent des références. Historiques, oui, mais aussi et surtout des références de lectures passionnantes !

Et cet hommage prend la forme d’une très belle exposition, à Bruxelles, dans la galerie Huberty et Breyne, place du Châtelain, jusqu’au 4 décembre. (https://hubertybreyne.com/fr/expositions/presentation/472/les-passions-de-jacques-martin)

Et cet hommage prend aussi la forme d’un livre de quelque 400 pages, à la source de cette exposition, une monographie impressionnante signée par Patrick Gaumer.

Jacques Martin © Casterman

En une époque qui voit fleurir des experts de toutes sortes et de tout poil qui n’ont, le plus souvent, qu’un ego démesuré pour asseoir leur expertise, il est réjouissant de se dire que Patrick Gaumer, lui, est bien plus un passionné qu’un expert, un amoureux qu’un observateur peu éclairé !

On doit déjà à Patrick Gaumer un dictionnaire mondial de la BD, chez l’éditeur Larousse, mais aussi une superbe monographie consacrée à l’immense Cauvin… (https://bd-chroniques.be/index.php/2021/08/20/raoul-cauvin-la-mort-dun-des-grands-artisans-de-la-bande-dessinee-populaire/)

Son sens de l’analyse, son talent pour dénicher une iconographie riche et souvent inattendue, tout cela fait merveille dans ce « Voyageur du temps ».

Jacques Martin © Casterman

On découvre dans ce livre l’existence de Jacques Martin, la passion qu’il avait de l’Histoire, mais aussi des héros et des anti-héros, du bien, du mal, avec Gilles de Rais ou Borg, et des décors, éléments essentiels de tous ses albums.

On découvre Jacques Martin proche, pendant 18 printemps, d’Hergé. D’aucuns disent que Martin aurait voulu être Hergé… La réalité est bien plus floue que cela… L’un et l’autre, à leur manière, se sont nourris de leurs talents respectifs !

On découvre Jacques Martin intransigeant et à la fois ouvert, avec quelques collaborations inattendues, quelques influences aussi, assumées pour la plupart.

Pour ce faire, Patrick Gaumer a partagé son livre imposant en 6 chapitres.

Patrick Gaumer

Il y a les années d’apprentissage, qui précèdent celles qui ont vu naître une « œuvre », dans l’acceptation classique et littéraire du terme. Il y a l’importance essentielle de son passage dans les studios Hergé, un passage reconnu et crédité par le « Maître » dans la collection « Voir et Savoir ». Il y a la reconnaissance qui fut, après celle des lecteurs, celle des critiques, dès le milieu des années 60. Il y a la maturité de l’œuvre, ensuite, avec des scénarios et des dessins s’écartant des habitudes des « petits mickeys ». Et, enfin, tout ce que furent les passages de témoin de Jacques Martin, des années 80 jusqu’à sa mort en, 2010.

Et je ne peux que vous inviter à écouter l’interview passionnée que Patrick Gaumer m’a accordée !…

Patrick Gaumer

Ce livre est essentiel pour toutes celles et tous ceux qui aiment la BD sous toutes ses formes, sans tenir compte des modes toujours éphémères.

On s’y balade, on y retrouve des plaisirs de lecture enfouis aux méandres de la mémoire, on éveille des envies de découvrir ou de redécouvrir des aventures scénarisées avec une précision parfaite… On le lit, à son rythme, en picorant ici et là ce qu’on a envie, dans l’instant, de voir ou de lire…

Allez voir l’exposition ! Procurez-vous ce livre, n’hésitez pas en partager le plaisir, celui de la lecture, celui des regards qui y dénichent bien des trésors !

Jacques Schraûwen

Jacques Martin – Le Voyageur Du Temps – (auteur : Patrick Gaumer – éditeur : Casterman – 417 pages – novembre 2021)

Exposition jusqu’au 4 décembre 2021 dans la Galerie Huberty et Breyne, place du Châtelain, à Bruxelles.

https://hubertybreyne.com/fr/expositions/presentation/472/les-passions-de-jacques-martin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.