Alice Guy

Alice Guy

Le portrait d’une pionnière du cinéma, le portrait d’une époque, d’une Histoire…

Que connaissons-nous de l’Histoire, la grande, celle qui ne se construit qu’à partir de petites histoires quotidiennes ? Grâce aux livres de Catel et Bocquet, toujours un peu plus que le simple reflet des déclarations de quelques experts pontifiants…

Alice Guy © Casterman

Ce dont nous parlent Catel Muller et José-Louis Bocquet, dans ce roman graphique comme dans leurs ouvrages précédents, ce sont des « clandestines de l’Histoire ».

L’Histoire, oui, dont les majuscules oublient bien trop que le monde ne peut évoluer que grâce à la minuscule présence d’êtres humains… Sans le chant des troubadours, disait Anne Sylvestre, n’aurions point de cathédrales »… Sans ces « clandestines », ce qui nous manquerait, c’est une part essentielle de l’intelligence humaine et de ses combats, et de ses révoltes, et de ses avancées tolérantes…

Catel : les clandestines de l’Histoire

Alice Guy est de ces femmes dont on ne parle pas, dont on ne parle plus, même si quelques ouvrages lui ont été consacrés. Et pourtant, elle fut une des pionnières du cinéma autant que de l’émancipation des femmes. Dès la fin du dix-neuvième siècle, profitant de son métier de sténodactylo, Alice Guy s’est fait, peu à peu, par son talent, son acharnement, son travail, une place dans une épopée technologique et culturelle qui allait imprimer son empreinte sur le monde entier : le cinéma !

Alice Guy © Casterman

Alice Guy est une clandestine de l’Histoire, elle fut aussi, surtout, une femme d‘un modernisme incroyable, d’un modernisme qui peut, encore, aujourd’hui, éveiller bien des échos…

José-Louis Bocquet : le modernisme d’Alice Guy

Pour parler de ce modernisme, pour nous parler de cette femme et de son époque, les auteurs ont choisi une trame narrative toute simple, et véritablement efficace : la construction du récit se fait en chapitres datés. C’est bien d’une biographie qu’il s’agit, chaque chapitre étant une tranche de vie, sans flash-backs, dans une continuité temporelle sans faille.

Et, ce faisant, les auteurs nous racontent toute une époque, toutes des époques, et deux histoires, celle d’une femme et celle du cinéma.

José-Louis Bocquet : la narration

Cette construction narrative du scénario, d’une fluidité exemplaire, se continue et se complète par la construction du dessin. Le graphisme de Catel ne brille pas par son réalisme, par son tape-à-l’œil, mais par sa fidélité au sujet traité et, de ce fait, à son sens aigu de l’expressivité. Les visages des personnages révèlent leurs sentiments, leurs émotions, leurs doutes, leurs plaisirs.

Catel : le dessin

Catel dépasse ainsi, par la grâce de son dessin, la simple anecdote pour, à petites touches, aborder des thèmes plus généraux parfois, plus intimistes d’autres fois : l’évolution du sens à donner au mot couple, par exemple, l’évolution de ce qu’est une famille, aussi, mais, en même temps, le dessin de Catel nous donne à voir le passage historique de la photo au cinéma, nous raconte l’évolution du jeu d’acteurs qui, avec Alice Guy, se doit de ne pas être surchargé.

Alice Guy © Casterman

Catel applique, dans toute son œuvre, ce qu’un des personnages dit dans ce livre-ci : « il ne suffit pas de montrer, il faut faire rêver ».

Cela dit, l’histoire majuscule, c’est aussi celle des mots, et Bocquet la fait vivre, elle aussi. Saynètes, phonoscènes, théâtre de prises de vue, tout le vocabulaire d’un art naissant ponctue son récit sans jamais l’alourdir.

Il est vrai aussi que Bocquet a des références, nombreuses, qu’il utilise dans ce livre : de Voltaire aux frères Lumière, de Louis Feuillade à Chaplin, de Lacassin à Eiffel. Mais ces références participent pleinement à ce qu’il nous raconte, à ce qu’il partage avec nous : le portrait d’une femme dont la réussite est un agglomérat de faits, de rêves, de sensations, de rencontres ! Son scénario n’a rien de pédant : il est partie prenante de l’art de la bande dessinée.

José-Louis Bocquet : de la BD

Et là aussi, entre le scénariste et la dessinatrice, la complicité, voire l’osmose, sont de mise, sans aucun doute possible.

Alice Guy © Casterman

Catel a un dessin qui n’a rien de tarabiscoté. Un dessin qui s’intéresse, d’abord et avant tout, aux personnages. Mais un dessin qui rythme le récit, également, en réussissant à rendre compte d’une part de la réalité de ses personnages et, d’autre part, de la réalité presque tangible de l’époque racontée, grâce aux décors, aux objets, aux lieux dans lesquels évolue Alice Guy. L’alternance de scènes intimiste et de scènes aux décors peaufinés fait penser, graphiquement, à ce qu’est le cinéma !

Catel : les décors

Ce livre est beau, simplement.

Par ce qu’il nous raconte, par ce qu’il nous montre, par la fusion totale entre le dessin et le texte, par l’absence de toute lourdeur, par la création d‘un rythme que je qualifierais de « vivant ».

Alice Guy © Casterman

Au détour d’une page de ce « Alice Guy », il y a cette phrase, que j’épingle ici : « La beauté n’est pas une histoire de technique ».

Une phrase qui s’applique bien entendu à Alice Guy. Mais qui s’applique aussi au travail de Catel.

Catel : la technique

L’existence d’Alice Guy s’est faite, comme celle de tout être humain, de hauts et de bas, de réussites et d’échecs. Elle aurait pu en être aigrie, mais elle n’a été, tout au long de cette vie, jusqu’à sa mort en 1968, qu’une femme toujours combattante, mais sans ostentation.

Ce livre parle d’elle. Une femme d’art, d’intelligence et d’intégrité.

Mais il parle, en même temps, d’art, de société, d’évolution humaine au long du vingtième siècle. D’image animée comme lieu de souvenance. De création qui ne peut exister qu’avec émotion. De féminisme, de racisme, de contrôle des naissances, et de but essentiel du cinéma, qui est de montrer AUSSI le réel.

Alice Guy © Casterman

« Alice Guy » est de ces livres qui nous enrichissent.

Il est donc de ces albums qui ne peuvent que trouver une place de choix dans votre bibliothèque.

Jacques Schraûwen

Alice Guy (dessin : Catel Muller – scénario : José-Louis Bocquet – éditeur : Casterman – 400 pages – septembre 2021

La femme parfaite – Une compilation des aventures de Mademoiselle F

C’est dans le magazine Flair que cette héroïne de papier sans trop de complexes, terriblement dévergondée, foncièrement amorale a vu le jour. La voici, non dans une intégrale, mais dans un choix souriant de ses quotidiens !

Serge Dehaes a le trait vif, quand on parle de son graphisme, évidemment, mais quand on aborde, aussi, sa manière d’écrire, de raconter, de décrire ses personnages.

On peut dire de lui, sans aucun doute possible, qu’il est un « mauvais esprit », et que la femme dont il a fait son personnage principal n’a rien de parfait, loin s’en faut ! Et heureusement, d’ailleurs ! Je ne sais plus qui a dit que la perfection engendrait l’ennui (Guitry, peut-être…), mais je peux dire que, dans ce livre de quelque 160 pages, on n’a pas beaucoup d’occasions de s’ennuyer.

Cela dit, soyons quand même honnête… Le lecteur qui veut lire le livre d’une seule traite finira vite par se lasser…

« La femme parfaite » vit, dans cet album, des centaines de petits gags, et c’est en picorant, au hasard, sans but précis de lecture, qu’on s’amuse le plus.

Le mot gag, d’ailleurs, n’est pas à prendre dans le sens « bd » du terme, je pense.

Il est bien plus à considérer dans une filiation avec le métier de dessinateur d’humour en un dessin, métier de gens comme Kiraz, Bellus, Peynet, et tant d’autres.

Il est de bon ton, de nos jours, de renier ces auteurs qui, il y a des années, faisaient sourire dans les pages des magazines comme Match, ou Lui, ou Playboy. C’est oublier que ces sourires, très différents les uns des autres, parfois très « bourgeois », parfois très « anars », parfois « esquissés », parfois « peaufinés », font partie intégrante de la culture populaire. Encenser Sempé et oublier Bosc a autant de sens que de ne parler en bd que d’Hergé et dénigrer Saint-Ogan…

L’ennui naît de la perfection, il naît aussi de l’uniformité… Il y a mille et une manières de sourire et de faire sourire… Et tous ces auteurs, oubliés ou placés dans des panthéons auxquels ils n’ont probablement jamais rêvé, sont des artistes appartenant totalement, oui, à la culture, celle qui se veut populaire et qui parvient à l’être.

Et c’est bien à cette race-là, avec cette héroïne en tout cas, et dans une tradition très française, que s’inscrit Serge Dehaes. C’est dans les pages d’un magazine féminin qu’avec Mademoiselle F, il a offert à des lectrices leur portrait en miroir déformant. Des lectrices qui, très vite, ont été conquises !

Mademoiselle F : une demoiselle qui n’en est plus une depuis longtemps ! Libre, libertine, mais, en même temps, pas féministe pour un sou… Avec un côté caricatural de ses aspirations les plus profondes : aimer, un peu, beaucoup, plus du tout… Mais être aimée et désirée, oui, surtout si un bon portefeuille aide à ne pas voir, pendant un certain temps, les défauts de l’homme choisi.

En fait, personne ne sort intact des dessins de Dehaes. Mademoiselle F est frivole, ne connaît pas le mot « engagement » ou, plutôt, décide de n’en tenir aucun compte. Elle a des copines, du même milieu qu’elle… Elle a un boulot, mais elle ne s’y investit qu’un strict minimum, et n’y voit, sans doute, que le lieu et l’occasion de faire des rencontres, de plaire et d’être séduite, le temps d’une aventure ou d’un simple baiser…

Il y a des hommes, aussi… Les patrons, entre autres, les « mâles » nantis qui pensent que le charme ne peut naître que de l’opulence. Une croyance que Mademoiselle F entretient avant de leur démontrer que c’est elle, finalement, qui sort gagnante à chaque amourette.

Il y a les hommes, oui, ceux qui se retrouvent compagnons de lit ou de quotidien de Mademoiselle F et qui se rendent vite compte que, finalement, c’est elle, même écervelée, jolie comme un cœur mais femme de désir et de pouvoir, qui dirige et décide tout de ses relations, de ses amitiés, de ses amours, de ses séparations.

La femme parfaite © Editions du Tiroir

Je le disais, Mademoiselle F, c’est un portrait déformant, mais pas uniquement des femmes, loin s’en faut !

C’est, gentiment, avec un faux air machiste, un portrait personnel et personnalisé de notre société, simplement, que nous livre Serge Dehaes.

Jacques Schraûwen

La femme parfaite – Une compilation des aventures de Mademoiselle F (auteur : Derge Dehaes- Editions du Tiroir – 2021 – 160 pages)

www.editions-du-tiroir.be

Déracinée – Soledad et sa famille d’accueil

Je ne comprendrai jamais cette politique éditoriale qui tend à ne donner un temps de vie que restreint aux livres… Je croirai toujours à l’importance de parler, encore et encore, des livres que l’on aime, qu’on a aimés. Et c’est, pour moi, le cas de ce « Déracinée » !

Déracinée © La Boîte à Bulles

Prenons, voulez-vous, une famille qui vit à la campagne. Une famille nombreuse : un père, une mère, et six enfants. Parmi ces six enfants, deux filles placées en famille d’accueil.

Et la vie coule, lentement, au fil des âges et du temps qui passe.

Billie, la fille aînée de cette famille s’en est allée vivre à Bruxelles, pour y suivre des études qui ne l’enthousiasment plus.

Déracinée © La Boîte à Bulles

Un coup de téléphone de sa mère va précipiter les choses, pour elle : une de ses sœurs, Soledad, est repartie, sur décision de justice, chez sa mère biologique. Et Billie, dès lors, abandonne la grise capitale qui se pense et se voudrait européenne pour aller rejoindre sa « tribu ». Pour être aux côtés, simplement, de ses parents, de sa fratrie, de toute sa fratrie.

D’emblée, on se plonge ainsi dans le quotidien le plus banal d’une jeune femme, dans les gestes au jour le jour d’une famille, dans les interrogations de la jeunesse quant aux possibles de l’avenir, dans les angoisses et les failles, les éclats de rire et les larmes muettes.

Déracinée © La Boîte à Bulles

Une famille d’accueil, c’est une famille qui s’occupe d’un enfant retiré à sa famille biologique par la justice. Une justice qui, en Belgique du moins, se soucie peu, finalement, de tout ce qui peut ressembler à un sentiment, pour ne s’intéresser qu’au seul aspect matériel d’une protection de l’enfance.

Ce livre ne nous parle de combat pour récupérer un être aimé, il ne nous parle pas de révolte, il ne nous décrit pas des colères et des désespoirs insoutenables.

Il nous raconte quelques tranches de vie, tout simplement.

L’auteur, Tiffanie Vande Ghinste parle de ce qu’elle connaît.

Ce livre, dans lequel elle se dévoile sans inutile retenue, c’est sa vie… Ou à peu près, comme elle le dit elle-même : « Cette histoire est vraie et n’est pas vraie. J’ai inventé tous les éléments que vous allez suivre, mais je n’ai rien inventé de toutes les émotions que j’ai pu ressentir. »

Et ce livre est, d’abord et avant tout, un livre d’émotion, oui. Tout en étant un portrait de cette famille, cette « autofiction » n’a pas peur de parler et de montrer les vrais problèmes, les vraies difficultés inhérentes à une construction psychologique en famille d’accueil.

Déracinée © La Boîte à Bulles

L’auteure, ainsi, n’évite pas les difficultés relationnelles qui naissent dans une telle famille, entre les parents, entre frères et sœurs, également… Elle évite encore moins les véritables difficultés plus tristement et bêtement administratives qu’humaines et humanistes d’une justice qui, de papelard en papelard, de subjectivité d’un jugement rapide en manque de temps pour des réflexions en profondeur, se révèle aveugle, encore, toujours.

Très marqué de réflexions psychologiques, de celles que les familles d’accueil bénévoles vivent au quotidien, ce « Déracinée » est cependant un livre extrêmement lumineux. Un livre qui décrit plusieurs existences qui ne peuvent sourire qu’en se mêlant les unes aux autres, même au feu des conflits qui ne peuvent que naître, comme dans tout groupe humain.

C’est un livre lumineux, oui, par son traitement tout en douceur, tout en observations frontales, ai-je envie de dire. Par son graphisme, aussi, ensoleillé même sous la pluie, aux couleurs d’une belle transparence, au dessin simple sans jamais être simpliste.

C’est un livre qui pose des vraies questions quant à la place, dans notre société, pour les enfants, tous les enfants, ceux en difficulté comme les autres. Quant au sens même du verbe « éduquer », aussi.

Déracinée © La Boîte à Bulles

Quant à la nécessité, tellement oubliée, non pas d’une solidarité de salon, mais d’un partage de sentiments et de sensations.

C’est un livre attendrissant, émouvant, c’est un livre « vrai », profondément.

C’est un livre plein d’humour, également.

C’est un livre sur la passion sans laquelle vivre devient une simple routine.

C’est un livre qui ouvre des horizons à nos intelligences, à nos approches de l’existence, la nôtre et celles des autres.

Jacques Schraûwen

Déracinée – Soledad et sa famille d’accueil (auteure : Tiffanie Vande Ghinste – éditeur : La Boîte à Bulles – avril 2021 – 128 pages)